Mon AlloCiné
    Un Condamné à mort s'est échappé
    note moyenne
    4,1
    374 notes dont 41 critiques
    34% (14 critiques)
    39% (16 critiques)
    17% (7 critiques)
    5% (2 critiques)
    5% (2 critiques)
    0% (0 critique)
    Votre avis sur Un Condamné à mort s'est échappé ?

    41 critiques spectateurs

     Kurosawa
    Kurosawa

    Suivre son activité 212 abonnés Lire ses 354 critiques

    5,0
    Sous l'occupation nazie, le lieutenant Fontaine est fait prisonnier. Une seule motivation l'habite: s'évader. Pendant une heure et demie, le spectateur va se trouver dans la tête du protagoniste, jusqu'à se poser les mêmes questions que lui, éprouver les mêmes peurs et les mêmes doutes, notamment au moment où Jost est incarcéré avec Fontaine. L'arrivée du jeune homme est-elle une stratégie des allemands pour connaître les motivations du protagoniste, ou bien est-elle sans liens avec ces dernières ? La réussite du processus d'identification est donc totale, rendue possible par l'utilisation d'une voix-off à la fois très littéraire et précise. Car Bresson a le sens du détail, comme en atteste un rythme lent et des plans brillamment composés qui permettent un réalisme psychologique d'abord impressionnant avant de devenir oppressant dans une partie finale au suspense implacable. "Un Condamné à mort s'est échappé" traite du courage, de la confiance ou encore de la détermination, mais demeure avant tout un film magistral sur l'espoir et l'instinct de survie.
    hubertselby
    hubertselby

    Suivre son activité 44 abonnés Lire ses 406 critiques

    5,0
    Ce qui est bien avec ce film c'est sa simplicité, dialogues réduits au minimum. Voix off sans émotion décrivant l'atmosphère intérieur du personnage. Peu de musique extra-diégétique si ce n'est à la fin pour surligner une forme de soulagement. Un noir et blanc épuré et magnifique sans jeu de lumière. Il est vrai que les circonstances dans lesquelles on le regarde jouent sur notre appréhension du film, il ne faut pas être fatigué en soirée ou les moments peuvent se transformer en heure avec votre forme du moment, je préconise de le voir bien reposé tout en s'étant informé sur le style de Bresson auparavant. Les acteurs sont non professionnel du coup ils ne surjouent pas, on assiste plus à une forme de retenue timide de leur part. Le film se déroule sous l'occupation allemande, des opposants de tout poil sont enfermés dans une prison et pour certains ils sont condamnés à mort. Tout le silence dégagé par le film peut avoir sur nous un double effet, soit c'est une forme de torpeur qui s'installe soit c'est une tension qui ne fait que monter: va-t-il s'en sortir ? Ce film demeure la quête de liberté que tout homme a en lui face à l'oppression.
    calliphilus
    calliphilus

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 57 critiques

    5,0
    Après 60 ans comme spectateur de cinéma, je me demande si ce n’est pas le plus grand film du monde dans sa catégorie. Tout y est sur le plan formel : un suspense à couper le souffle, des prises de vue magistrales, un montage parfait, un bande son totalement innovante qui veille à ne jamais faire pléonasme avec l’image. Tout y est quant à l’esprit et cela sans lourdeur : l’esprit de sacrifice, le goût du combat pour la liberté, l’espérance et même la rédemption pour le jeune dévoyé. Tout est suggéré par l’image en mouvement, des dialogues réduits à l’essentiel, un bruitage parfait, des acteurs sobres et hiératiques comme des icônes slaves. Vu quand j’étais jeune au cinéclub, je ne ma lasse pas de le revoir. Bresson a porté le classicisme cinématographique français (Dreyer, Epstein) à des sommets inégalés.
    soniadidierkmurgia
    soniadidierkmurgia

    Suivre son activité 199 abonnés Lire ses 2 106 critiques

    4,0
    Robert Bresson délivre ici une épure totale qui parvient à rivaliser avec les meilleurs films de prison et ceci sans recourir aux canons habituels du genre (trafic en tout genre, matons pervers, rivalités entre clans,...). Il se concentre sur son héros et sa minutie à préparer sa sortie, fruit de sa détermination à ne pas subir le sort qui lui est réservé. Bresson se plait à nous décrire la monomanie de la vie en prison, propice à partir d'une étude en règle des habitudes, à l'échafaudage de tous les plans. "Si la patience est de votre côté, les conditions de votre réussite finiront par se présenter" telle est la leçon à retenir. Les paroles sont réduites au minimum et c'est par l'image rendue par un objectif unique se rapprochant de la vision humaine (50 mm) que Bresson transmet son message. Seule la voix off nous renseigne sur le ressenti du héros, celle-ci disparaissant dès que Fontaine se voit adjoindre un camarade de cellule dont il se méfiera dans un premier temps, finissant par comprendre que c'est à deux que les meilleures chances s'offriront à lui. Les bonus du DVD expliquent fort bien les motivations du réalisateur et sa manière de travailler. On apprend notamment que Bresson était un réalisateur catholique, ce qui explique la position de prière extatique de Fontaine devant le vitrail de la prison lors de ses escapades nocturnes dans les couloirs pour découvrir son environnement. Par une belle leçon de cinéma Bresson nous propose en 1956 son film le plus accessible.
    maxime ...
    maxime ...

    Suivre son activité 39 abonnés Lire ses 872 critiques

    4,0
    Ma découverte de la filmographie de Robert Bresson se fait avec Un condamné à mort s'est échappé, premier choc visuelle, esthétique et émotionnel ! Un des longs métrages les plus suffocants auquel j'ai assisté, le mimétisme et le développement hyper méthodique n'entrave en rien à la tension générale, au contraire tout est décuplé ... Sujet hautement travaillé et pourvu d'avancée scénaristique importante pour l'époque je comprends mieux pourquoi tant de cinéaste cite les films de Bresson comme référence. Une première très intense !
    Grouchy
    Grouchy

    Suivre son activité 75 abonnés Lire ses 952 critiques

    5,0
    Laissant de côté le film poétique dramatique, Bresson se tourne vers le thriller historique, portant sur la Résistance. Il fonde son histoire d'après des faits réels et construit sur le seul point de vue du héros : ce moyen narratif et la voix-off permettent de rattacher le spectateur à ce personnage et à ne pas le négliger. Le cinéaste réussit donc à créer un suspense, donnant sur une fin toutefois superficielle. Il met aussi en valeur le hors-champ, se concentrant sur le son : la fameuse séquence où le héros assomme un garde au moment où un train passe. Et pour une fois, les "modèles" de chez Bresson semblent jouer juste. Peut-être un des meilleurs du cinéaste.
    Julien D
    Julien D

    Suivre son activité 356 abonnés Lire ses 3 097 critiques

    3,5
    Comme à son habitude, Robert Bresson signe là une référence en matière de sobriété, peut-être même la plus aboutie de sa filmographie qui, par la suite, sombrera dans une austérité artistique très lymphatique. Un condamné à mort s’est échappé est un film intense de par la place centrale que prend son personnage aussi bien dans les décors épurés que dans la narration linéaire donnant une importante capitale à la voix-off didactique. Cette façon de nous faire suivre minutieusement l’évasion de sa cellule par un prisonnier de guerre en faisant abstraction de tout élément scénaristique superficiel est certes très loin de la conception survitaminée du cinéma que nous en donnent les productions actuelles mais reste une leçon pour tout réalisateur désireux d’installer une empathie et un suspense efficaces sans avoir à déployer des moyens colossaux.
    MemoryCard64
    MemoryCard64

    Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 24 critiques

    4,0
    J'ai beaucoup entendu parler de la méthode de Bresson pour faire des films, j'étais curieux de voir ce que cela donne en pratique... Et il faut bien le dire : c'est épuré, mesuré, efficace ! Je crois que si cette mise en scène particulière fonctionne autant, c'est en partie grâce à l'histoire qui est racontée. N'importe quel effet aurait contribué à renforcer l'aspect désespéré de la situation du lieutenant Fontaine, apportant un misérabilisme qui n'a pas sa place ici. La violence est donc atténuée, quand elle n'est pas dissimulée avec pudeur. Il en va de même avec les nazis, dont les apparitions à l'écran se font rares. Bien souvent, ils sont réduits à une voix provenant du hors champ. Cela met le héros face à une menace omniprésente mais invisible, ce que j'aime beaucoup. Par ailleurs, la narration du film est excellente. L'histoire est très linéaire et Bresson nous enlève le suspens de la fin, pourtant l'ensemble est prenant. J'en veux pour preuve le long moment où le héros lime la porte de sa cellule dans le but de la démonter. Le réalisateur arrive à capter la détermination du détenu. De ce fait le voir progresser est très intéressant. Mais de manière générale la voix intérieure du personnage principal pousse le spectateur à partager ses doutes et ses peurs. Son cheminement de pensée très logique est agréable à suivre, d'autant plus que sa voix douce chasse le silence pesant (le film ne comporte qu'un seul morceau de musique qui revient trois fois). Un condamné à mort s'est échappé, c'est donc une histoire simple magnifiée par une mise en scène adéquate, qui fait passer beaucoup d'émotions malgré le refus d'employer des effets trop marqués. Bien que son rythme soit posé, le long-métrage ne perd jamais en intérêt et se termine sur un plan débordant d'énergie contenue, qui mérite d'être vu.
    benoitparis
    benoitparis

    Suivre son activité 54 abonnés Lire ses 1 277 critiques

    5,0
    Je ne suis pas un inconditionnel du dépouillement du style de Bresson qui me paraît souvent artificiel, affecté. Mais il fonctionne parfaitement avec « Un condamné à mort s’est échappé ». Le sens du détail, la précision, l’atonie et la monotonie, une certaine opacité aussi, sot parfaitement en symbiose avec le sujet, la vie en prison, les préparatifs de l’évasion, le suspens pendant son déroulement. Le film gagne à être vu à proximité de « Le trou » de Jacques, qui, pour traiter un sujet semblable, à quelques années d’intervalle, utilise des moyens et un style similaires. Bresson va peut-être plus loin dans la rigueur et l’absence de spectaculaire, il montre aussi un sens de l’intériorité qui lui est spécifique, ce qui est peut-être à son avantage.
    nekourouh
    nekourouh

    Suivre son activité 48 abonnés Lire ses 686 critiques

    4,0
    Du grand Bresson : exceptionnel, original et terriblement attachant.
    bremmo761
    bremmo761

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 38 critiques

    1,5
    Est ce parce qu'un film à plus de 50 ans que l'on doit faire abstraction de l'ennui total que celui ci dégage. Tout simplement ennuyeux, lent, soporifique
    Hogganbeck
    Hogganbeck

    Suivre son activité Lire sa critique

    5,0
    Le plus grand chef d'oeuvre que la plan
    halou
    halou

    Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 1 178 critiques

    4,0
    Une approche du cinéma typique à Bresson, extrêmement réaliste et humain, un peu trop d'ailleurs.
    anonyme
    Un visiteur
    4,5
    D'une grande sobriété ce film ou docu fiction nous fait partager les certitudes, les doutes et les hésitations d'un héros presque ordinaire. On assiste à sa préparation d'évasion comme si on y était.
    Nicolas L.
    Nicolas L.

    Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 52 critiques

    3,5
    La mise en scène et le style de Bresson sont utiles au sujet. Chaque objet, chaque détail acquiert une importance primordiale sur la quette de liberté de cet homme condamné. Un gros travail sur le son vient amplifier cette routine carcérale où le silence est roi et où les dialogues sont intériorisés. Lent mais efficace !
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top