Mon AlloCiné
    Tempête à Washington
    note moyenne
    3,6
    69 notes dont 13 critiques
    8% (1 critique)
    46% (6 critiques)
    38% (5 critiques)
    8% (1 critique)
    0% (0 critique)
    0% (0 critique)
    Votre avis sur Tempête à Washington ?

    13 critiques spectateurs

    anonyme
    Un visiteur
    3,5
    Publiée le 8 juillet 2019
    Preminger pénètre cette fois à l’intérieur du Capitol pour nous dévoiler les machinations qui se tractent dans les corridors de la politique américaine. Nous sommes loin de la série House of Cards, mais le scénario tiré du roman d’Allen Drury paru en 1960 nous donne une bonne idée de la perversité de ces lieux de pouvoir. Le Président désire imposer son choix pour la nomination du prochain Secrétaire général, mais son candidat ne fait pas l’unanimité auprès des Sénateurs qui sont appelés à voter. La noble machine électorale se met alors en marche : commission d’enquête, campagne de salissage, faux témoignages, marchandage, chantage. Un monde sans pitié où tous les coups sont permis. Pour incarner le côté obscur du pouvoir on a fait appel à Charles Laughton, un acteur sur les derniers milles qui joue la suffisance et la dérision au fond la caisse comme s’il en-voyait promener la vie tout en entière. Il a d’ailleurs rendu l’âme quelques mois après la sortie du film. Dans l’autre coin du ring, Henry Fonda, prête son impassibilité et toute la classe qu’on lui connaît à l’homme de confiance du Président. La mort subite de ce dernier au beau milieu du scrutin vient souligner l’ineptie qui se dégage de la partisanerie politique et nous donne le sentiment d’avoir assister à une tempête dans un verre d’eau. Les intérieurs du Capitol sont tournés sans fla fla comme si le focus était mis sur les intentions machiavéliques des personnages. Mise à part certaines maladresses au niveau du scénario, cela est dans l’ensemble réussi...
    Moorhuhn
    Moorhuhn

    Suivre son activité 80 abonnés Lire ses 462 critiques

    4,0
    Publiée le 15 janvier 2012
    Mon premier Preminger, un réalisateur que je voulais découvrir depuis un moment et un très bon film à l'arrivée, Tempête à Washington est intelligent en plus d'être doté d'une fort belle maîtrise technique. Preminger distille le système politique américain tout en proposant une réflexion sur le pouvoir qu'il implique justement mais aussi sur le passé, l'impact de ce monde à part sur la vie privée et prend le soin de peindre avec justesse les relations entre hommes politiques. La mise en scène force l'admiration, le cinéaste use de longs mouvements de caméra, balaie l'espace brillamment et n'hésite à recourir à plusieurs plans séquences de toute beauté. La photographie n'est pas en reste non plus mais le mérite de Preminger c'est de rendre ce décryptage du monde politique très fascinant. Le réalisateur n'est pas tendre d'ailleurs avec ce monde presque déshumanisé où la pitié n'existe pas, où l'ambition régit les actes et où tout (ou presque) semble possible pour arriver à ses fins, même au dépens des vies humaines. Tempête à Washington est aussi un bon reflet de l'état d'esprit de l'époque, en pleine guerre froide, sortant des années 50 où la paranoïa du communisme était à son paroxysme. D'ailleurs le sénateur Van Ackerman, le petit roquet, pourrait faire penser au célèbre MacCarthy qui n'a pas hésité à employer la force contre les prétendus communistes, souvent avec mépris de la dignité humaine et se reposant sur des accusations infondées. Le casting est impeccable. Fonda a toujours autant de classe (même si il est le sujet de l'intrigue, on le verra relativement peu), Don Murray est très convaincant dans son rôle de sénateur prêt à découvrir la vérité mais qui sera vite rattrapé par une réalité peu flatteuse et utilisée par ses adversaires. La construction autour de ce personnage a d'ailleurs quelque chose d'oppressant. Charles Laughton est également admirable dans ce qui est son dernier rôle au cinéma, campant un personnage ambigu et intéressant. Le film se révèle très fin et évite de venir critiquer la politique américaine avec des gros sabots, tout est nuancé et j'admire la façon avec laquelle évoluent les relations entre politiciens, bien loin des relations conflictuelles qu'on pourrait s'imaginer. Grâce à une mise en scène délectable et un fond plutôt riche, Tempête à Washington régale et séduit, en tout cas j'ai hâte de découvrir d'autres oeuvres du cinéaste, un très bon film!
    cylon86
    cylon86

    Suivre son activité 478 abonnés Lire ses 2 991 critiques

    4,0
    Publiée le 9 octobre 2012
    Alors que trois ans plus tôt il décortiquait le système judiciaire dans ''Autopsie d'un meurtre'', Preminger décortique ici le système politique américain avec ce film dont l'intrigue à tiroirs ne cesse de se renouveler pour nous offrir de passionnants rebondissements. Tout part du simple fait que le Président a nominé Secrétaire d'État un homme qui ne fait pas l'unanimité et dont l'intégrité va être remise en question. D'une salle d'audience à une salle du Sénat en passant par le foyer même des hommes politiques, aucun endroit ni aucune personne ne sont épargnés. Une simple opposition fait ressurgir le passé, la vie privée et peut mener jusqu'au chantage et à la mort. Le film décrit tout ça avec brio, filmé avec force par Preminger qui ne laisse jamais l'ennui se pointer même lors d'incessants débats où ce n'est pas la vérité qui compte mais l'objectif à atteindre. Cynique peut-être mais surtout désespérément lucide, cette ''tempête'' est portée avec talent par une pléiade d'acteurs mais le plus mémorable est sans aucun doute Charles Laughton, irrésistible dans son dernier rôle : celui d'un vieux sénateur bougon et tenace.
    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 788 abonnés Lire ses 5 000 critiques

    4,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Un très bon film. Il est étonnant de voir à quel point Otto Preminger s'est impliqué dans son projet, montrant avec beaucoup d'honnêteté, d'intelligence et de talent les dessous d'une certaine politique américaine, pouvant prendre une décision capitale sur un coup de dés, ou en réduisant à néant des gens capables de gêner. Mais tout ceci est fait de manière toujours élégante et appliqué, soutenu de plus par des acteurs tout à fait épatants, à l'image de Henry Fonda, Franchot Tone et bien sur Charles Laughton. Vraiment intéréssant.
    rayonvert
    rayonvert

    Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 253 critiques

    5,0
    Publiée le 6 novembre 2008
    Film passionnant. On se retrouve au coeur de la vie politique américaine et tout devient limpide. On décrypte les rouages, les enjeux, les réseaux d'influence, c'est fascinant. Les acteurs sont tous incroyables. Magnifique film.
    gimliamideselfes
    gimliamideselfes

    Suivre son activité 922 abonnés Lire ses 2 632 critiques

    4,0
    Publiée le 26 octobre 2015
    Ah Preminger, du vrai, du bon cinéma ! Et ce n'était pas du tout ce que j'attendais. Je pensais que tout le film allait être une sorte de film de procès où Henry Fonda allait devoir montrer qu'il n'était pas un communiste. Et c'est ça dans la première partie et puis ça part vers autre chose. Alors le début est juste jubilatoire, les plans sur Laughton qui bouffe complètement chaque plan de part sa verve et son physique imposant. Petit-à-petit on sent que ça dévie, on se rend compte que Fonda, bien que droit dans ses bottes ne l'est pas forcément tant que ça non plus, que le bien et le mal se mélangent pour finalement n'être qu'un immonde capharnaüm où les intérêts de chacun apparaissent au grand jour. Tout est intéressé, il n'y a ni bien, ni mal... Pour faire quelque chose d'a priori bien il faut faire le mal à côté car le bien ne se fait pas tout seul. Quelque part ça m'a rappelé Lincoln de Spielberg, peut-être même que ça va me le faire le réévaluer. Le "bon" choix en démocratie ne se fait pas tout seul, il faut tremper les mains dans le cambouis, se salir, aller contre ce que pensent les autres, mentir, etc. Bref c'est un film assez passionnant, peut-être pas le meilleur Preminger, mais bon quand on est en face d'un film avec ce casting, ce sujet, ce traitement du sujet, ce côté réellement foisonnant, tellement qu'il peut perdre parfois un peu son spectateur et surtout une telle précision dans la mise en scène... Ben on a du grand cinéma. Rien de plus. Rien de moins.
    mac guffin
    mac guffin

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 73 critiques

    4,0
    Publiée le 13 octobre 2012
    Un film moderne, tant il aurait peu être réalisé à notre époque, à l'image de Primary Colors ou Les marches du pouvoir. Comme dans beaucoup de ses films, Preminger jongle entre un nombre conséquent de personnages, accordant à tous la même objectivité et la même sensibilité dans le regard. Sa maîtrise technique est impressionnante, lorsqu'il promène sa caméra dans les couloirs tortueux du Sénat ou dans les vastes appartements de ces notables. La qualité des dialogues et de l'interprétation fait le reste. S'il décrit une partie du système politique américain, il est difficile de parler de film politique, ou même d'une satire, tant le scénario repose avant tout sur des ressorts dramatiques et psychologiques. Cependant, l'on ressent bien certains enjeux de la vie politique américaine, les imbrications entre carrière et vie personnelle, le poids du cynisme et de l'arrivisme. et cela passe d'autant mieux que l'humour est présent tout au long du film. Une oeuvre dont le principal mérite est de nous passionner de bout en bout sur un sujet aussi austère.
    Angela Ki La
    Angela Ki La

    Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 587 critiques

    3,0
    Publiée le 15 mai 2014
    Ce film est encensé par tous ceux qui veulent nous conseiller un modèle de fiction sur les manœuvres politiques. Mais pourquoi celui-là plus qu’un autre ? Moi je suis indécis. Pas que se soit mauvais, mais pas vraiment extraordinaire, vu les bonnes choses que j’ai entendu. Il y a les bagarres oratoires dans un hémicycle, mais on a la même chose à l’assemblée nationale. Je m’attendais surtout à voir beaucoup plus Henry Fonda, mais il disparaît bien vite, au profit d’un méli-mélo politique fiction. Charles Laughton nous fait l’antipathique de service, un autre type de « méchant », sans me convaincre vraiment. Tous les défauts du système sont condensés sur ce seul personnage, et l’auteur s’intéresse moins aux défauts du système qu’aux faiblesses des personnages. En 2014, on peut trouver ça long et répétitif. A chaque scène un traveling avant sur un personnage qui entame un dialogue, ensuite c’est du ping-pong verbal à foison, quelques panoramiques descriptifs, pour ne montrer que des parlementaires dans une grande salle, un prétoire. Un sérieux et une austérité de cathédrale. Un peu long, assez long, voire ennuyeux et chiant. A ne pas conseiller à la génération internet, le film fait un peu daté.
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 573 abonnés Lire ses 4 143 critiques

    3,0
    Publiée le 9 juin 2014
    Les arcanes de la politique américaine sous l’œil du réalisateur d'"Autopsie d'un meurtre", ça donne "Tempête à Washington" qui sans aucun manichéisme présente une galerie de personnages faisant partie des hautes sphères du Pouvoir, en particulier celui du Sénat, joué par un casting royal. Henry Fonda, que l'on voit au final peu et uniquement dans la première partie, l'air affable mais loin d'être dénué d'ambiguïté en choix controversé pour un poste de secrétaire d'état, Walter Pidgeon en chef de la majorité au sénat respectueux, Franchot Tone en président cacochyme, Lew Ayres en vice-président (à une époque où on pouvait encore croiser un vice-président dans un vol civil !!!) aussi enchanté dans l'idée de passer au grade suprême qu'un coureur du Tour de France de courir sans dopage, on peut ajouter aussi Peter Lawford, Burgess Meredith, Don Murray, la présence féminine de charme qu'est la sublime Gene Tierney... Ça donne franchement envie... Mais celui qui domine incontestablement le film, c'est le monstrueusement charismatique Charles Laughton magistral en vieux sénateur rusé et aguerri, dans ce qui est malheureusement son tout dernier tour de piste. Les mouvements de caméra souples et élégants très caractéristiques d'Otto Preminger font acte de présence et le tournage en extérieurs à Washington, D.C. ajoute une grosse dose d'authenticité. Niveau histoire, coups tordus, chantage, révélation d'un passé qui aurait dû rester secret (par exemple une liaison homosexuelle à une époque où l'homosexualité était encore considérée comme une tare !!!), fantôme du maccarthysme, voici le lot des plus de deux heures d'un film, auquel on peut juste reprocher quelques petites longueurs, qui est autant un drame humain qu'un drame politique, s'achevant sur un final ironique.
    tomPSGcinema
    tomPSGcinema

    Suivre son activité 132 abonnés Lire ses 2 430 critiques

    2,5
    Publiée le 8 avril 2011
    Il faut être tout à fait honnête, si on ne s'intéresse pas à la politique ( comme c'est mon cas ), il sera quand même difficile d'apprécier cette oeuvre à sa juste valeur. L'intrigue est vraiment fait pour les passionnés de politique, et en ce qui me concerne elle ne m'a guère passionner. Mais bon, Otto Preminger à clairement réussi son film d'un point de vue technique et il est arriver à maîtrisé avec talent son impressionnant casting, composé notamment d'Henry Fonda, de Charles Laughton, de Walter Pidgeon ou encore de la ravissante Gene Tierney qui n'avait pas tourné de film depuis quelques années. Pour mon cas personnel, il ne s'agit donc pas une oeuvre marquante, mais nombre de personnes devraient à coup sûr y trouver leur comptes.
    In Ciné Veritas
    In Ciné Veritas

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 7 critiques

    3,5
    Publiée le 15 décembre 2018
    Dans Tempête sur Washington, Henry Fonda incarne le personnage central qui n’est pas pour autant le protagoniste principal. A l’écran, les spectateurs auront plus loisirs à voir apparaître d’autres acteurs excellemment dirigés que sont Franchot Tone, Lew Ayres, Charles Laughton (à l’accent sudiste), etc. De son adaptation au cinéma d’un livre d’Allen Drury, Otto Preminger déploie un film discursif sur les jeux de pouvoir, manipulations et autres coups bas qui ont cours dans la sphère sénatoriale américaine. Critique complète sur incineveritasblog.wordpress.com
    JR Les Iffs
    JR Les Iffs

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 226 critiques

    4,0
    Publiée le 25 janvier 2016
    Très bon film politique d'Otto Preminger. Très bien réalisé, récit parfaitement mené, avec ce qu'il faut de suspens et de coup de théâtre. Très bon acteurs (Laughton). Un scénario solide, des dialogues percutants, une mise en scène irréprochable. Aucun ennui bien que le film dure 2h20. La fin est très réussie. Un film politique comme on n'en fait plus...
    Frédéric P
    Frédéric P

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 4 critiques

    3,0
    Publiée le 27 avril 2018
    Film en noir et blanc de 1962 montrant les coulisses du Sénat américain. Henry Fonda est pressenti pour devenir Secrétaire d’État mais l’approbation du Sénat n’est pas gagnée en raison des rancœurs personnelles du sénateur de la Caroline du sud. La commission d’enquête entend Henry Fonda dans une audition contradictoire. Les rapports avec les communistes sont au cœur des débats. Partisan de la détente avec les communistes, il est soupçonné de déloyauté envers les États-Unis. Un témoin affirme qu’il a été communiste dans sa jeunesse. Il y a un chantage téléphonique contre le président de la commission d’enquête dont une aventure homosexuelle du temps de la guerre se rappelle à lui. La sonnerie de téléphone engendre de l’angoisse. L’innocence des enfants des sénateurs contraste avec les combinaisons politiciennes. Preminger réalise de nombreux plan-séquences avec des mouvements de caméras virtuoses jouant magistralement avec la lumière. Le caractère religieux des États-Unis est montré à travers l’ouverture de séance et la mention « In God we trust » bien visible. On apprend aussi de nombreux éléments de la constitution américaine : vérifications de quorum, approbation de nomination par appel nominal, présidence du Sénat par le Vice-président des États-unis amené à voter s’il le désire en cas d’égalité, droit à parler infiniment sans être interrompu en séance publique, remplacement du président par le vice-président deux ans avant l’assassinat de Kennedy...
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top