Mon AlloCiné
    A Brighter Summer Day
    note moyenne
    3,6
    35 notes dont 4 critiques
    25% (1 critique)
    50% (2 critiques)
    25% (1 critique)
    0% (0 critique)
    0% (0 critique)
    0% (0 critique)
    Votre avis sur A Brighter Summer Day ?

    4 critiques spectateurs

     Kurosawa
    Kurosawa

    Suivre son activité 215 abonnés Lire ses 354 critiques

    3,5
    Publiée le 21 mars 2019
    Film-fleuve de près de quatre heures racontant l'histoire d'un adolescent dans le Taiwan des années 1960, "A brighter summer day" impressionne par une indéniable maîtrise formelle qui peut aussi être considérée comme une limite. Composée majoritairement de plans fixes et de légers panoramiques, la mise en scène d'Edward Yang frappe par son calme; son économie de mouvements de caméra et son abondance de plans d'ensemble créent une sensation hypnotique et permettent au spectateur de se concentrer sur la manière dont les personnages circulent dans le cadre. La maîtrise formelle n'est pas ici à entendre au sens de contrôle absolu sur les personnages mais elle se met, au contraire, au service de ces derniers en s’effaçant presque au profit de leur histoire et nous rend totalement disponibles – libres – à l'expérience proposée. Il est entendu que cette liberté est la conséquence d'une mise en scène absolument cohérente, c'est-à-dire que l'on n'assistera à aucune variation majeure de rythme, que tout est filmé à égalité. Que Yang capte les premiers instants d'émois amoureux lors d'une nuit chaude près d'un terrain de tennis ou l'attaque d'une bande criminelle à coups de sabre, il déploie une même mise en scène descriptive et sensorielle. Que tout soit sur un même plan sur la durée de 3h45 peut alors tout à fait expliquer le sentiment de lassitude qui point par instants – le film n'est pas toujours captivant, notamment lors de moments anecdotiques qui demeurent nombreux –. quand bien même l'ensemble est écrit avec minutie, mêlant de manière ambitieuse des moments dérisoires et apaisés à d'autres décisifs et hyper violents, connectant parfois avec plus d'approximation la sphère intime d'un groupe d'amis et d'une famille et la pression d'un pouvoir militaire sur les potentiels dissidents (l'interrogatoire subit par le père de Xiao dans la dernière partie n'est d'ailleurs pas très clair). "A brighter summer day", en dépit de quelques longueurs, reste un très beau film, puissamment politique et émouvant dans son rapport à une jeunesse sacrifiée, coupée du monde adulte.
    François D.
    François D.

    Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 9 mars 2019
    Un chef d'oeuvre. A Brighter Summer Day donne à voir une jeunesse, au début des années 1960, qui cherche à se construire une identité dans l'ile de Taiwan qui abrite la nouvelle république de Chine. Tout y est dans cette grande fresque romanesque proche de la réalité historique vécue par le réalisateur Edward Yang: de la sensibilité, de l'humour, des scènes cultes : la chanson d'Elvis Presley "are you lonesome to night" (d'où est tirée le titre du film") interprétée magnifiquement par un adolescent à la voix encore féminine. C'est aussi de l'action, violente, avec des bandes rivales qui s'affrontent à la manière de West Side Story (avec beaucoup plus de victimes...) Un grand film dans sa version intégrale, non censurée. L'ile se construit dans les années 60 et les chinois en provenance du continent subissent des interrogatoires très musclés, soupçonnés d'infiltrations communistes. Cette version 2018 comporte une heure de plus que la version 1991. Même les non cinéphiles sont tenus en haleine jusqu'au bout.
    Spectatrice2
    Spectatrice2

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 7 critiques

    4,0
    Publiée le 17 août 2018
    A voir sans retenue si on a 4 heures libres ! Chronique d'un quartier où les clans sévissent. L'imagination en alerte nécessaire au spectateur pour suivre l'histoire permet, malgré la longueur ressentie à la fin de la deuxième heure, de ne pas décrocher. Tant mieux, car alors le film bascule dans une accélération d'événements inattendus, jusqu'à la "chute", à laquelle on ne s'attendait pas. Une grande leçon de cinéma ! Un film qui colle à la peau, le lendemain.
    Loïck G.
    Loïck G.

    Suivre son activité 103 abonnés Lire ses 302 critiques

    4,5
    Publiée le 13 août 2018
    12 ans que la famille de Si’r a quitté Shangaï pour Taïwan, mais le cordon n’est toujours pas coupé . D’ailleurs, ils ne sont pas considérés comme des citoyens à part entière, il faut quémander, supplier pour une bonne école et la titularisation d’un poste. Ce que s’épuise à faire le père dont la rectitude et la morale n’arrivent plus à combler les vides d’une éducation qui lui échappe. Bien qu’en dehors des bandes qui s’affrontent dans la rue, son fils Si’r est la source de beaucoup d’ennuis. Une situation familiale que le réalisateur étale sans complaisance, mais avec insistance dans un film aux multiples facettes. Familiale et amoureuse, mais aussi musicale et militante dans cette perspective de repousser en rêve comme en image le voisin communiste chinois… L’arrière décor d’une histoire qui n’en finit pas de s’écrire entre Pékin et Tokyo quand la jeunesse rêve d’Elvis Presley. C’est magnifiquement écrit par un cinéaste totalement investi . Pour en savoir plus : lheuredelasortie.com
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top