Notez des films
Mon AlloCiné
    Le Feu Follet
    note moyenne
    4,1
    286 notes dont 45 critiques
    répartition des 45 critiques par note
    13 critiques
    12 critiques
    13 critiques
    3 critiques
    2 critiques
    2 critiques
    Votre avis sur Le Feu Follet ?

    45 critiques spectateurs

    Alfred
    Alfred

    Suivre son activité Lire ses 44 critiques

    4,5
    Publiée le 10 décembre 2019
    Voilà un "vieux" film qui n'a pas vieilli. Forcément, il parle de la douleur de quitter la jeunesse. Et ça, ça ne vieillit pas. On peut râler qu'il se passe chef les "oisifs", mais, eux aussi ont le droit d'exister :) Et puis, ce genre de problèmes, on les sent moins quand on doit trimer pour survivre... Quoiqu'il en soit, le jeu des acteurs, la lumière et le fond du problème sont très bien rendus. Le cadrage des scènes a un peu vieilli. Le son aussi. Certaines scènes sont un peu figées. Mais, la douleur de quitter la jeunesse, les concessions que ça sous entend, tout cela est bien rendu et reste d'actualité.
    janus72
    janus72

    Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 220 critiques

    4,5
    Publiée le 26 novembre 2019
    Un grand film prégnant, éclaboussé du talent de M. Ronet, inoubliable. Le prototype même du film que l'on oubliera jamais. Juste Poignant.
    In Ciné Veritas
    In Ciné Veritas

    Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 653 critiques

    4,5
    Publiée le 5 novembre 2019
    Dans Le feu follet, Louis Malle respecte les genres. Ainsi, l'intuition sera féminine alors que l'entêtement sera masculin. Le réalisateur français adapte ici le roman éponyme de Pierre Drieu La Rochelle et engage Maurice Ronet pour incarner le personnage principal, Alain Leroy. Critique complète sur incineveritasblog.wordpress.com/festivals/la-rochelle/2019-2/
    Nixxon
    Nixxon

    Suivre son activité Lire ses 5 critiques

    5,0
    Publiée le 3 novembre 2018
    Fresque monumentale, un film que l'on ne peut oublier ou difficilement. Il retrace les dernières heures de Alain Leroy, un ancien mondain devenu alcoolique qui sort d'une cure et qui fait une dernière virée sur Paris. Une leçon de vie pour certains, il donne le bourdon a certains moment. Il est d'une simplicité rare et d'une poésie totale. Une oeuvre parfaite dont le genre est aujourd'hui disparu ainsi qu'une ardeur que seul Maurice Ronet peut transmettre avec profondeur.
    Julien P.
    Julien P.

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 30 critiques

    5,0
    Publiée le 9 mars 2018
    Ce film est une merveille ! D'abord il y a la beauté de Paris, un Paris encore intact, glorieux... on n'en voit aujourd'hui que des restes : le Luxembourg, les façades et les portes des immeubles, le Rouquet, Lipp... Dans la scène au Flore, on voit en arrière plan le soleil sur le trottoir du boulevard Saint Germain, comme dans la poussière... c'est sublime... Et puis la jeunesse qui passe... Les acteurs, les dialogues, le rythme, l'image sont impeccables : Paris, le charme et la jeunesse... voilà tout ce que dit ce film.
    Simplicissimus
    Simplicissimus

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 124 critiques

    4,0
    Publiée le 28 décembre 2017
    Jean Pierre Melville était le grand auteur tragique du cinéma français; Maurice Ronet en était le grand acteur tragique. Il excellait dans ces rôles de séducteur fripé,fatigué, comme dans ce "Feu Follet" de Louis Malle,adaptation du roman de Drieu la rochelle,qui raconte la dérive parisienne des dernières 24 heures d'un alcoolique essayant,au travers de ses rencontres,de trouver des raisons de se raccrocher à la vie. Maurice Ronet,par son charisme,était l'interprète idéal pour porter les fêlures de ce dandy désabusé,genre de rôle qu'il a souvent tenu au cinéma. Dans le film Malle ,il est bouleversant et donne envie d'être sauvé...
    weihnachtsmann
    weihnachtsmann

    Suivre son activité 75 abonnés Lire ses 3 116 critiques

    3,5
    Publiée le 15 septembre 2016
    Louis Malle flmer l'errance, l'ennui et le mal-être avec la musique lancinante de Satie et les longs plans sur le vide de son existence: les objets inanimés, l'écriture qui est une noire transposition de son esprit: raturée et barrée. "Je voulais que tu m'aides à mourir" dit-il à son ami. "Je ne peux pas toucher les gens" répète-t'il tout du long. Il a en fait une trop haute idée de la vie. C'est comme si il n'en faisait pas partie. Balade mélancolique et désespérée dans Paris sous forme d'adieu à la vie façon "Cléo de 5 à 7" avec cette fin inéluctable.
    Edouard des Carpates
    Edouard des Carpates

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 8 critiques

    4,0
    Publiée le 26 mai 2016
    Quel film ! Quel film ! Dès les premières images le ton est donné : l'esthétique dominera. On ne tombe pas dans l'onanisme intellectuel mais le Beau guide chaque choix de plan de Louis Malle. N'est-ce pas là peut-être la spécificité de son cinéma ? Ne pas troubler, faire du beau. Or c'est peut-être ici un de ses chefs-d’œuvre. Pour ceux qui ont lu le roman de Pierre Drieu la Rochelle, vous remarquerez la grande fidélité, jusqu'au dialogue, tout en gardant une grande liberté artistique et de ton. C'est une vraie bonne adaptation, on ne tombe pas dans le calque. Seul bémol : pourquoi l'addiction n'est-elle pas la même que dans le roman ? Puritanisme de l'époque ? Je ne me le suis pas expliqué ! Et l'alcool ne va pas si bien que cela aux mondanités dans lesquelles évolue Alain. Une mention spéciale, si je peux me permettre, à Maurice Ronet qui campe là un rôle qui semble l'habiter, sous ses faux airs d'Alain Delon. A voir !
    Cécile HARISTOY
    Cécile HARISTOY

    Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 110 critiques

    3,0
    Publiée le 23 avril 2017
    Misère, c'est pas gai ! Je ne connaissais pas le sujet du livre de Drieu La Rochelle dont est tiré le film. Alors voilà, pour faire court : c'est l'histoire d'un dépressif désœuvré, ex-alcoolique, qui erre dans Paris avant de se suicider. Pas franchement réjouissant... Et le long-métrage de Louis Malle est fidèle au roman éponyme ! Dans le rôle du dépressif traînant son désœuvrement, Maurice Ronet. L'acteur ténébreux, à l'affiche 5 ans plus tôt d' "Ascenseur pour l'échafaud" (déjà Louis Malle), puis magnétique en 1960 dans "Plein Soleil" de René Clément au côté de Delon, se fond de façon quasi mimétique dans la peau du héros. Cynique désabusé profondément inapte au bonheur, impuissant à refaire surface après sa cure de désintoxication dans la clinique versaillaise du docteur La Barbinais, Alain Leroy, dégoûté de tout, fatigué de vivre, annonce ses intentions suicidaires en inscrivant la date du 23 juillet sur le miroir de sa chambre. Avant ce geste fatidique, on le voit trimbaler son mal-être dans les rues de Paris et refaire une dernière fois le tour de ses connaissances, ses amis, ses ex dans une sorte d'itinéraire final désespéré. Du point de vue esthétique, la photographie noir et blanc de la capitale dans laquelle le héros malheureux traîne son désespoir sublime l'œuvre, jusqu'à la quintessence de la scène au "Café de Flore" sur la "Gnossienne n°1" de Satie. Drame à l'atmosphère crépusculaire sorti en 1963, "Le Feu Follet" me laisse une impression bizarre, mitigée, entre mélancolie et pessimisme, à laquelle j'étais finalement soulagée d'échapper avant d'être, comme Alain Leroy, aspirée dans ses filets.
    makermor
    makermor

    Suivre son activité Lire ses 4 critiques

    5,0
    Publiée le 24 janvier 2016
    Attention chef-d'oeuvre ! Maurice Ronet est bouleversant. La mise en scène de Louis Malle accompagné de la musique d'Eric Satie font de ce film une œuvre remarquable. À voir !
    fabrice d.
    fabrice d.

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 559 critiques

    3,0
    Publiée le 8 janvier 2016
    C'est un film difficile à regarder car c'est presque un huis clos avec le personnage central. Cet acteur Maurice Ronet est vraiment un bon acteur, dommage qu'il ne soit pas plus connu. Son histoire c'est celle d'un bourgeois désabusé qui n'a surement jamais connu la misère ou même le besoin de travailler mais qui est complètement désabusé, désœuvré, et mal dans sa peau. Tellement mal qu'il boit. Enfin il buvait car après une cure de 4 mois il semble guérit mais n'ose pas sortir de son 'hôpital'. Il est malade de l'intérieur. On va le suivre dans les derniers jours de sa vie parmi les belles et bonnes gens du Paris des années 50. Il revoit ses amis et anciennes amies. Il ne les envie pas, bien au contraire il les rejettent pour mieux justifier son geste. Pour moi ce n'est pas le meilleur film de Louis Malle car ce n'est pas très rythmé, c'est presque du théatre.
    Bertie Quincampoix
    Bertie Quincampoix

    Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 1 040 critiques

    4,0
    Publiée le 4 décembre 2015
    Louis Malle adapte Drieu La Rochelle et nous offre une œuvre d'une noirceur absolue, dans laquelle on suit les dernières heures d'un homme – inspiré de l'écrivain dadaïste Jacques Rigaut – qui a décidé de mettre fin à ses jours. Ancienne personnalité mondaine, devenu alcoolique puis profondément dépressif, le personnage est magistralement incarné par un Maurice Ronet qui semble faire corps avec cet homme rongé par le désespoir. Magnifié par la musique de Erik Satie, ce film, qui prend aux tripes, est aussi une réflexion sur le refus de la vieillesse et la vacuité d'un univers où prime le paraître, critique en creux de la société de consommation des années 60. Sombre et habité.
    Cthulhu Mantis
    Cthulhu Mantis

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 81 critiques

    4,0
    Publiée le 5 janvier 2016
    Ma première rencontre cinématographique de Louis Malle avec un de ces films les plus noirs, pessimiste et désespérant de sa filmographie. On est quand même désemparer par ce film surtout d'une adaptation du roman de Drieu La Rochelle qui toute sa vie finalement n'a penser qu'au suicide. Il y'a aussi des acteurs qui pendant toutes leurs vie et leurs carrières ont attendus pour avoir ce fameux rôle qui les habitent, rêvent d'incarner et de rester dans les mémoires de tous. C'est le meilleur film de Maurice Ronet, qui ressemblait sans doute beaucoup à son personnage. Ce qui m'a marqué chez Ronet, c'est sa détresse, sa solitude même quand il est dans un dîner mondain,dans les bars avec de la compagnie ou en promenade seul ou avec un ami, c'est sa solitude qui est marquante. Le visage de Maurice Ronet en gros plan ou on lit son mal de vivre est aussi frappant que sa résignation à vivre. On aurait presque envie de le prendre dans nos bras et qu'il ne meurt pas. Il y' a aussi de très bons dialogues "tu fais l'apologie de l'ombre parce que le soleil te blesse les yeux". "Le mal est au cœur de ma volonté". et puis il y'a sans doute celle-ci qui colle et que je trouve fantastique dans le film. " Je me tue parce que vous ne m'avez pas aimé, parce que je ne vous ai pas aimés... Je laisserai sur vous une tâche indélébile. Je sais qu'on vit mieux mort que vivant dans la mémoire de ses amis. Vous ne pensiez pas à moi, eh bien, vous ne m'oublierez jamais.". C'est vraiment un hymne au désespoir sur la vie d'un homme qui est fatigué et résigné de vivre alors que sa jeunesse d'antan s'est évanoui. Je n'en revient pas qu'un film autour de la mort m'a atteint de partout. En fin de compte celui qui pourrait le mieux en parler de toute l'anatomie de ce long-métrage c'était Louis Malle...hélas cela fait déjà 20 ans qu'il a disparus.
    CineRepertoire.free.fr
    CineRepertoire.free.fr

    Suivre son activité 85 abonnés Lire ses 1 287 critiques

    4,0
    Publiée le 2 août 2015
    En adaptant le roman éponyme de Drieu La Rochelle (1931), Louis Malle change quelques éléments : l'alcool remplace la drogue en matière d'addiction ; l'actualité des années 1960 affleure ici et là. Mais l'essence du roman est bien transposée : dépression latente, de plus en plus accablante, misanthropie et solitude mélancoliques, sables mouvants d'une réalité médiocre qui engloutit peu à peu tout espoir, tableau sans concession d'une inaptitude à vivre avec soi-même, avec les autres... Le portrait du personnage principal, bourgeois intello plus ou moins oisif, est certes peu aimable, mais il touche profondément par sa noirceur. La composition de Maurice Ronet est mémorable. Louis Malle tourne autour de lui, de son personnage qui titube deux heures durant au bord de l'abîme, avec un mélange de respect trop littéraire (voix off, dialogues très écrits) et de stylisation inspirée. Pour la poétique des gestes et des sons, il se souvient manifestement de son expérience aux côtés de Robert Bresson (dont il fut l'assistant sur le tournage d'Un condamné à mort s'est échappé, 1956). La mise en scène est précise et fluide. Les gros plans sont oppressants. Le noir et blanc fait superbement suinter la tristesse poisseuse du récit. Et les Gymnopédies d'Erik Satie finissent par achever la bête. Lentement. Doucement. Fatalement.
    Eselce
    Eselce

    Suivre son activité 67 abonnés Lire ses 4 067 critiques

    1,0
    Publiée le 20 octobre 2014
    Un homme dépressif et déprimant résume le film en quelques phrases sympathiques : "Ca ne vous ennuie de pas de ne pas avoir beaucoup d'argent ? Moi, ça m'ennuie." "Je tiens à vous dire, Monsieur, que pas plus que vous, je ne trouve drôle de se coucher sur une tombe. Quand il est si facile de l'ouvrir et de se coucher dedans." Voici ce que j'ai retenu du film et de son personnage principal.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top