Mon AlloCiné
La Femme des sables
note moyenne
4,1
175 notes dont 32 critiques
50% (16 critiques)
25% (8 critiques)
16% (5 critiques)
6% (2 critiques)
3% (1 critique)
0% (0 critique)
Votre avis sur La Femme des sables ?

32 critiques spectateurs

Attila de Blois
Attila de Blois

Suivre son activité 111 abonnés Lire ses 2 852 critiques

4,0
Publiée le 05/05/2016
"La femme des sables" est une oeuvre atypique, à la fois originale pour l'époque tout s'inscrivant dans ce renouveau du cinéma japonais, plus iconoclaste, libre et audacieux. Son réalisateur et ses scénaristes partent d'un concept loufoque et tissent, à partir de celui-ci, une intrigue aux accents de thriller qui flirte même avec le genre horrifique avec sa musique angoissante et ses passages oppressants. L'ambiance qui s'installe est palpable et donne une bonne partie de sa saveur à ce huis clos. On pourrait la qualifier d'hypnotisante, d'envoûtante et rend ce long métrage japonais passionnant même si l'on ne comprend pas toutes les subtilités de l'histoire et ses aspects symboliques. Intelligemment mis en scène, le film soulève beaucoup d'interrogations et peut générer de nombreuses interprétations mais nulle doute que l'Homme est au centre de celles-ci. Une curiosité cinématographique qui prend aux tripes.
Vinyleapolis
Vinyleapolis

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 89 critiques

5,0
Publiée le 24/08/2011
Magnifique, Superbe... Tout les superlatifs sont bons
Plume231
Plume231

Suivre son activité 533 abonnés Lire ses 4 608 critiques

4,0
Publiée le 20/02/2013
La seule chose dont on peut être certain avec ce film, c'est qu'après l'avoir vu on n'a pas envie de poser un seul orteil sur une plage et qu'on préfère définitivement prendre ses prochaines vacances à la campagne ou à la montagne. Maintenant si les grandes lignes de cette oeuvre, visuellement superbe et imaginative, qui n'a pas la moindre once de convention sont compréhensibles, le fond peut faire l'objet d'un milliard d'interprétations. Déjà rien que le cataloguer dans un genre est une gageure, drame de la survie ???, thriller ???, conte ??? critique sociale ??? ; à vous de choisir. En tous les cas, une oeuvre envoûtante, surtout dans la dernière heure et demie, d'une poésie brutale voir même primaire aussi riche et inspirée dans la forme que dans le fond.
tomPSGcinema
tomPSGcinema

Suivre son activité 114 abonnés Lire ses 3 010 critiques

3,5
Publiée le 09/01/2013
Film particulièrement étrange que cette "Femme des sables". L’histoire est celle d’un entomologiste qui se retrouve prisonnier, mais en compagnie d’une jeune veuve, d’une hutte se trouvant au fond d’une fosse dans la dune. La mise en scène est vraiment de qualités (certains plans sont assez novateur), la photographie est très envoûtante et les deux comédiens principaux que sont Eiji Okada et Kyoto Kishida interprètent leur personnage avec beaucoup d’émotions. Hiroshi Teshigahara réalise une œuvre assez forte et surprenante et elle mériterait d’être découverte par un large public.
Anaxagore
Anaxagore

Suivre son activité 84 abonnés Lire ses 214 critiques

5,0
Publiée le 30/10/2008
Film-phare de la «nouvelle vague» japonaise, «La femme des sables» (1964) de Teshigahara constitue l'un des trois fruits merveilleux de la collaboration de trois créateurs, à l'avant-garde de leur art propre, Teshigahara bien sûr, le compositeur Takemitsu et le romancier Kôbô Abe. Un entomologiste accepte l'hospitalité d'une femme mystérieuse sans se douter qu'il tombe de la sorte dans un piège, se retrouvant emprisonné, à la manière d'un insecte observé par ses pairs, dans un trou perpétuellement menacé d'ensablement. Vaste parabole, située à la lisière entre le réalisme et le fantastique, le film, volontairement équivoque, alimente une méditation dense et plurithématique sur l'enfermement, sur la part animale de la nature humaine, sur l'instinct de survie, sur les conditions minimales d'une civilisation ... Mais c'est surtout la mise en forme de ce contenu qui est parfaite! La photographie de Segawa est en effet une splendeur; la musique de Takemitsu est digne des plus hautes collaborations entre un cinéaste et un compositeur (et elles sont hélas très rares!); et la mise en scène de Teshigahara enfin, qui assume de manière avouée l'héritage de Resnais, est d'une créativité qui suscite une nouvelle fois la nostalgie de ce paradis perdu de l'art cinématographique que furent les années 60. Bien des séquences mériteraient d'être évoquées! Celle, saisissante, où l'homme, fuyant son trou, se retrouve traqué comme une bête dans la nuit ou encore, cette autre, fantastique, où l'homme et la femme, réduits à l'état d'insectes, sont contraints de se donner publiquement l'un à l'autre sous le regard de masques grimaçants ... Un chef-d'oeuvre, ni plus ni moins!
Marc H
Marc H

Suivre son activité 43 abonnés Lire ses 696 critiques

5,0
Publiée le 05/01/2008
un chef d'oeuvre de subtilité visuelle, un scénario excellent, un casting haut de gamme, une atmosphère envoutante...génial, pas d'autres mots.
overlook2
overlook2

Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 163 critiques

5,0
Publiée le 19/09/2016
Le film de Teshigahara a conservé intact son incroyable pouvoir de fascination, tant au niveau de la forme (un poème visuel, véritablement envoûtement) que du fond, qui lui est indissociable - une fable métaphysique sur l'existence humaine et sur la quête de liberté. Une liberté que l'homme cherche désespérément dans le monde extérieur, résolument opaque, alors que ce n'est qu'en lui-même qu'il peut y accéder, en acceptant l'absurdité de ce monde qui l'emprisonne dans ses désirs et ses peurs. Peut-être la meilleure adaptation (imaginaire) que l'on puisse faire au "Mythe de Sisyphe" d'Albert Camus. Un film qui touche à l'essence même du cinéma et à son incroyable puissance suggestive.
traversay1
traversay1

Suivre son activité 422 abonnés Lire ses 2 968 critiques

4,0
Publiée le 04/08/2016
Cette histoire de prisonnier d'une maison de sable est particulièrement originale et le traitement ne l'est pas moins. Difficile à rattacher au genre fantastique, quoique. Plus proche d'une forme onirique et perverse, pile poil entre Masumura et Oshima. Noir et blanc extraordinaire. Dialogues réduits à leur simple expression mais la mise en scène est prodigieuse. Surprenants rapports entre l'homme et la femme ensablés, qui ne correspondent jamais à ce que l'on attend. Les 2 h 30 passent comme une lettre à la poste en dépit d'un léger essoufflement à mi-distance. Indispensable pour les amateurs de cinéma japonais
betty63
betty63

Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 412 critiques

4,0
Publiée le 09/10/2012
J'aurais voulu mettre "excellent" mais j'ai détesté la musique. L'histoire, d'après le livre de Abe Kôbô, nous ramène à notre condition d'humain qui doit apprendre à coopérer avec ce qu'il ne peut ni maîtriser ni fuir. Ou parce que, après réfléxion, on ne veut plus ni lutter contre, ni fuir, mais juste accepter. Volontairement. C'est un très beau film qui fait réfléchir ; c'est une belle leçon de vie.
devlin6994
devlin6994

Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 1 087 critiques

3,5
Publiée le 11/03/2012
Film exigeant à aborder la tête reposée, ce qui n'était malheureusement pas mon cas, "La Femme des sables" nous interroge notamment sur ce qui pousse un homme à continuer de vivre lorsqu'on le prive de sa liberté. Bien évidemment riche en métaphores, le film entreprend ni plus ni moins de nous faire réfléchir sur la signification de la vie dans la société contemporaine. Soyons francs : à moins que vous soyez fans de Kafka, vous êtes autorisés à trouver ça un peu longuet et rébarbatif. Le film est beaucoup plus intéressant sur un plan purement cinématographique, avec son ambiance oppressante nous faisant presque ressentir le vent et le sable sur notre fauteuil. Cauchemardesque et sensuel, le film touche à la pure grâce dans ses gros plans : sur la peau, sur le sable, sur les insectes... des images magnifiques. Les plans plus larges, pouvant évoquer Antonioni, sont également magnifiquement composés. Seulement voilà, 2h20, c'est long pour un film d'avant-garde...
Belane
Belane

Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 21 critiques

4,0
Publiée le 01/02/2012
Plus qu'une simple histoire c'est surtout un questionnement existentielle , un questionnement sur la condition humain. A travers l'histoire de cette homme prisonnier des sables, Teshigahara se pose la question de la liberté de l'homme , de son pouvoir de décision , la question sur la vie , notre vie à nous à travers cette homme se résument elles aussi à ramasser du sable indéfiniment et sans but véritable. En gros sommes nous tous voué à une vie enfermé dans des carcans. Et en même temps est ce qu'il ne faut pas profiter de ce que l'on a , de ce que la vie nous donne. Enfin c'est ce que j'ai compris , ce film est difficile à comprendre sur le fond car il pose tellement de question . De plus l'aspect contemplatif et lent du fil renforce cela , il y a une véritable maîtrise du réalisateur au point de vu esthétique , les plans sur le sable en font un personnage vivant et tout simplement magnifique! Les 2 acteurs principaux sont bon et la musique joue un rôle important et je trouve donne un coté angoissant. Ce film est vraiment superbe car nous renvoies à nous même quelques part enfin c'est ce que j'ai ressenti !
Joe Morrissey
Joe Morrissey

Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 6 critiques

5,0
Publiée le 05/01/2012
On sort de ce film comme on sortirait de sables mouvants.
RedHotPingouin
RedHotPingouin

Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 219 critiques

4,0
Publiée le 09/10/2011
Mon premier film japonais (je crois) est c'est plutôt un bon départ ! Film qui interroge sur la quête de la personnalité. Très intriguant et très beau dans son esthétique à la fois. Le sable est un personnage à part entière de l'histoire tellement qu'il est travaillé. Une bonne histoire mais qui souffre comme souvent dans ce genre de film, des petites choses incompréhensibles ou un peu longue ...
stillpop
stillpop

Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 1 443 critiques

3,0
Publiée le 07/09/2011
L'histoire d'une femme au fin fond du trou. C'est l'un des rares livres « noble » que j'ai lu après le lycée en dehors de Houellebecq, et le souvenir est encore très prégnant. C'est d'ailleurs là que le bât blesse. C'est une construction à base de voix off avec des digressions sur la nature humaine et sa condition. C'est profondément triste et sombre, autant qu'angoissant, cette histoire d'hommes confrontés à l'inexorable avancée du sable. Tout le livre pouvait être pris au deuxième degré du temps et son emprise sur la vie, et c'est là qu'était son intérêt. Hélas, le film ne peut à ce point se dédoubler, la voix off étant pour une fois non utilisée (la seule fois où elle était indispensable ?) et on se retrouve avec un film dont les images et les péripéties prennent le pas sur l'existentialisme. Evidemment on peut faire le travail nous même, mais la place du village, l'effacement de la femme, le découpage et peut-être la durée du film (dans le sens trop court) ne permettent pas à mon sens de développer l'angoisse. L'image par son essence montre trop l'absurde de la situation et déconnecte d'une certaine manière le tragique. Attention, je parle bien là de la comparaison avec le livre. En tant que tel, à part le format 4/3, le film tient très bien la route, musique contemporaine, images noir et blanc soignées, jeu et choix des acteurs sans erreur, rythme trop lent mais sans baisse notable. Seulement, aussi bien la fin que le cheminement ne me semblent pas à la hauteur du propos littéraire.
benoitparis
benoitparis

Suivre son activité 48 abonnés Lire ses 1 271 critiques

3,5
Publiée le 30/06/2011
Du cinéma très avant-gardiste et expérimental. L’histoire est une sorte de fable absurde (avec du Kafka et du Beckett ou même le mythe de Sysiphe), existentielle, et politique sur des positions gauchisantes (le thème de l’aliénation est le plus clairement développé). Le film a les limites du genre, avec une fiction un peu trop systématique, une allégorie un peu trop appuyée, qui assèchent la profondeur poétique. C’est esthétiquement passionnant, et très japonais dans sa manière de créer de l’abstraction dans la représentation même de la réalité matérielle (très beaux plans très rapprochés de corps humains, de bans de sables, d’éléments liquides… tous d‘une étonnante sensualité). Un film intéressant, mais dans la mouvance de la nouvelle vague japonaise il y a plus abouti dans la recherche formelle ou narrative.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top