Mon AlloCiné
    Comanche Station
    note moyenne
    3,2
    55 notes dont 20 critiques
    5% (1 critique)
    25% (5 critiques)
    45% (9 critiques)
    20% (4 critiques)
    0% (0 critique)
    5% (1 critique)
    Votre avis sur Comanche Station ?

    20 critiques spectateurs

    TTNOUGAT
    TTNOUGAT

    Suivre son activité 172 abonnés Lire ses 1 476 critiques

    5,0
    Ce court western au scénario linéaire est une véritable épure. Sans doute un des meilleurs exemples de cinéma dépouillé. Tout est dans la beauté des lieux d'action et dans le personnage granitique que joue Randolph Scott. Nancy Gates, pour une fois en vedette principale, apporte aussi beaucoup de sobriété. Seul le méchant par la force des choses en fait et en dit un peu trop. Les deux compagnons de Ben Lane, mal dans leurs peaux, créent un malaise qui s'ajoute aux dangers du retour. Aussi la magnifique mise en scène totalement ''westerniène'' s'oppose au climat pesant qui ne cessera jamais, même après la séquence finale. Boetticher est un grand réalisateur, c'est dommage qu'il n'en ait pas eu conscience et qu'il ait gâché sa fin de vie à tenter de réaliser un projet fou au lieu de nous donner encore à ''voir ''quelques autres chef-d'oeuvres.
    Yannickcinéphile
    Yannickcinéphile

    Suivre son activité 215 abonnés Lire ses 1 413 critiques

    3,0
    Petit western sobre et efficace, difficile cependant de le voir comme un film mémorable par quelque aspect que ce soit, même si on sent qu’on n’est pas seulement dans la série B du genre. En effet Boetticher n’est pas qu’un faiseur, même s’il aura du mal à s’extraire vers les sommets. L’introduction du film en est la preuve, avec un choix audacieux, présenter les choses sans dialogue. Sa mise en scène est épurée, privilégiant les plans statiques, choix idéal pour les décors, l’ambiance, mais clairement plus discutable dans l’action qui peine à séduire. Le final est en ce sens assez décevant. Les décors sont très bons, avec des décors superbes servis par une photographie qui a belle allure, et par une bande son classique mais soignée, qui permet à ce Comanche Station de séduire l’œil de l’amateur du genre. Le casting est relativement décevant. Nancy Gates tire son épingle du jeu, mais pour le reste les acteurs sont fades, et heureusement que l’écriture des personnages permet d’avoir un peu de relief. Scott est un acteur qui ne manque pas de charisme, mais son rôle plutôt réaliste et pas très héroïque ne lui permet pas de le mettre vraiment en valeur, et son jeu n’est pas assez subtil pour vraiment valoriser ce héros. Il est entouré de seconds rôles du même acabit, et, malgré l’écriture appliquée des rôles, il aurait été clairement bienvenu d’avoir peut-être une dimension moins manichéenne. Le scénario souffre dans sa première partie de longueur, et d’une narration vraiment chaotique. Beaucoup d’évènements se succèdent à la fin en très peu de temps, alors même que la première partie manque de rythme, et cela donne une impression curieuse et pas très enthousiasmante. L’histoire en elle-même est classique, malgré un point de départ original, et rappellera énormément d’autres westerns offrant, de la sorte, des confrontations au sein d’un petit groupe, avec, au milieu, la plupart du temps, une femme. Pour ma part Comanche Station est surtout séduisant au titre que c’est à n’en pas douté un western séducteur par son classicisme formel. C’est la légende du western hollywoodien dans tous ses détails, sa musique, ses paysages, son technicolor superbe. Après ce n’est quand même pas décapant sur le fond, et on peut regretter qu’un acteur plus profond, plus réaliste, peut-être moins « carte postale » que Randolph Scott ici, ne se soit pas emparé du rôle. 3.
    Freaks101
    Freaks101

    Suivre son activité 104 abonnés Lire ses 601 critiques

    4,0
    Excellent western, avec une mise en scène dont la concision est exemplaire, voir pour cela la magnifique scène d’ouverture où l’on comprend tout quasiment sans dialogues. Radolph Scott incarne le héros chevaleresque par excellence, celui dont rêvait l’Amérique pour se forger une mythologie. Personnage juste et droit qui porte en lui un lourd secret. Une petite merveille dans le genre.
    ElAurens
    ElAurens

    Suivre son activité 39 abonnés Lire ses 585 critiques

    2,5
    Comanche Station est un western très classique, qui manque totalement d'originalité à tous les niveaux. Un scénario vu et revu, seule la fin apporte quelque chose un peu étonnant, une mise en scène classique. Un film réservé à un public amateur du genre.
    Wagnar
    Wagnar

    Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 35 critiques

    3,5
    La recherche d'une prisonnière capturée par les Indiens est presque un genre cinématographique en soi, auquel John Ford a donné son plus beau fleuron avec la Prisonnière du Désert. Il a aussi inspiré à Budd Boetticher, spécialiste des westerns du second rayon (Sept hommes à abattre, l'Homme de l'Arizona) ce beau film concis, qui propose avec le cow-boy incarné par Randolph Scott un superbe personnage chevaleresque. La sobriété de Boetticher, qui tire le meilleur parti des superbes paysages, refuse tout sentimentalisme, laissant au maximum les émotions dans un non-dit qui les rend d'autant plus poignantes. Comanche Station constitue également à la fois l'avant-dernier rôle de Randolph Scott (le dernier sera dans le magnifique Coups de feu dans la Sierra) ainsi que sa toute dernière collaboration avec Boetticher.
    overlook2
    overlook2

    Suivre son activité 11 abonnés

    2,0
    Le simplisme poussif du récit comme la rigidité du jeu des comédiens font de « Comanche station » un western qui manque cruellement de nuance, alors qu’il se veut « psychologique » (on est loin de « L’Appât » qui, sur un sujet similaire, voltigeait autrement). Reste le talent de paysagiste de Bud Boetticher, qui manie avec grâce le scope et inscrit toujours avec justesse ses personnages dans leur environnement. Cela ne sauve malheureusement pas le film de sa pesanteur assommante ; ni le spectateur de l’ennui.
    bobmorane63
    bobmorane63

    Suivre son activité 63 abonnés Lire ses 855 critiques

    4,0
    Un bon Western, certe court par la durée (1 heure 15), mais qui contient un scénario malin de la plume de Burt Kennedy ajouté d'une mise en scène languisante de Budd Boetticher dont les images vieillissent bien !! Un chasseur de primes fait un troc avec les Comanches contre une femme dont le prix de sauvetage vaut 5000 dollars. Sur la route aprés une attaque d'Indiens, le héros sera aidé par trois hors-la-loi et la prime fait cogiter les esprits et plus l'histoire avance, plus on apprend les bonnes et les mauvaises choses des hommes. Pourquoi le héros risque t'il de mettre en péril sa vie contre une rançon? La somme sera t'elle partagé? Je suis un bon gars malchanceux et veut m'en sortir, dois je partir? Tuerons nous le bon héros pour devenir riches? Un simple coup de main peut devenir un complot. A part les attaques des Indiens, 5 acteurs complètent les 3 /4 du film dans des décors somptueux, Randolph Scott et les autres comédiens sont trés bons. Saluons aussi la musique qui accompagne ce long métrage qui est superbe. Un classique méconnu qui mérite attention.
    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 761 abonnés Lire ses 4 985 critiques

    3,0
    On nous annonçait un chef d'oeuvre, une œuvre magistrale... De ce point de vue, j'avoue être resté sur ma faim concernant ce « Comanche Station » très classique à bien des égards, notamment vis-à-vis du scénario. En effet, l'évolution de ce dernier est prévisible, si bien que le résultat n'est pas toujours passionnant. Cela dit, cette ultime collaboration Budd Boetticher - Randolph Scott n'est pas sans intérêt pour autant. Les personnages s'avèrent notamment plus subtils qu'au premier abord, notamment celui de Dobie, second rôle a priori sans intérêt dont le réalisateur fait un beau personnage tragique. De plus, l'auteur de « Sept hommes à abattre » s'y connaît en mise en scène, et nous gratifie de plusieurs très beaux plans, sans oublier une exploitation des décors nettement au-dessus de la moyenne. Enfin, alors que le film avait manqué de surprises jusque-là, ce dernier nous en offre une belle à travers une fin émouvante et réussie. Le classique espéré n'est donc pas là, mais « Comanche Station » n'en reste pas moins un western aussi solide que fréquentable, à condition de ne pas en attendre trop.
    this is my movies
    this is my movies

    Suivre son activité 158 abonnés Lire ses 1 939 critiques

    4,5
    (...) Si le scénario en soit n'est pas très original et reprend beaucoup de thèmes tirés des précédentes collaborations entre Boetticher et Scott mais aussi de "L'appât" d'Anthony Mann, il demeure tout de même un modèle de caractérisation et de une véritable leçon de narration. Comme le film est très court, on ne s'ennuie pas et il réserve son lot de fusillades mais il y a aussi et surtout une vraie recherche au niveau de la profondeur psychologique chez la plupart des personnages. Ainsi, le héros s'avère bien tourmenté, superbement rendu par Scott, comme toujours dans le rôle du gentil mais avec une présence, un charisme et une prestance peu commune. En face, les 3 outlaws sont campés par des inconnus à mon niveau mais chacun se révèle bien campé et surtout très bien écrit quand le rôle féminin est assez dur, très intense et si parfois le personnage de Nancy Gates donne l'impression de subir les événements, elle est loin d'être inactive et se révèle aussi farouche qu'émotive. Le scénario multipliera les rebondissements (parfois même plusieurs au sein d'une même scène), avec des développements inattendus par instants et qui iront toujours dans le sens de nous faire découvrir les personnages, leurs doutes, leurs rêves, leur passé aussi. Sans oublier le rebondissement final, pour le coup vraiment bien vu et qui sera bien émouvant.(...) La mise en scène de Boetticher est simple, sans artifice et évolue en terrain connu, proposant de nombreux paysages extérieurs saisissants. Il se laisse parfois aller à de longs plan-séquence horizontaux d'une virtuosité rare, surtout quand on sait avec quelle économie de moyens il a réalisé son film. Les scènes d'action sont également assez dynamiques et son découpage est d'une fluidité exemplaire. Sa façon de filmer les paysages est typique du genre et il exploite au mieux l'horizon de ses paysages escarpés et il a le bon goût de se concentrer sur l'essentiel. A l'époque, il est déjà un vieux routier du genre et sa mise en scène atteint alors un maximum d'épure, débarrassé de tout effet de style. Un modèle du genre. La critique complète à lire içi
    babidi
    babidi

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 3 critiques

    3,5
    un western réalise par boetticher avec un scenario de kurt kennedy et un premier role rempli par randolph scott voila tout est dit un très bon dernier volet toujours a la hauteur des grands western de boetticher
    loulou451
    loulou451

    Suivre son activité 59 abonnés Lire ses 1 346 critiques

    3,0
    Un bon petit western joliment ficelé par un maître du genre. Pour ce Comanche Station, Budd Boetticher retrouve son acteur fétiche, Randolph Scott... et trouve ses repères. Certes, le scénario n'a rien de très original et ne réserve que bien peu de surprises, mais on peut au moins saluer la cohérence de l'ensemble.
    Agnes L.
    Agnes L.

    Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 67 critiques

    2,5
    Le scénario est assez pauvre dans les dialogues et les actions. De longues minutes, on assiste à du remplissage avec les paysages que le groupe traverse. Le bon cowboy opposé au mauvais cowboy est assez caricatural. Bref, un western assez classique avec des indiens qui attaquent les blancs et retiennent des femmes captives. Même si l'ensemble est cohérent, le film se traîne.
    ronny1
    ronny1

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 114 critiques

    4,0
    Avant dernier long métrage pour le cinéma (le dernier : A TIME FOR DYING sera aussi décevant qu’ambitieux) et dernier film de la société indépendante Ranown (contraction du nom de leur fondateur : Randolph Scott et Harry Joe Brow) ainsi que de la collaboration entre Scott, Kennedy et Boetticher. COMANCHE STATION se présente donc comme l’aboutissement du cycle qu’ils avaient construit en commun. Il présente une histoire quelque peu similaire à RIDE LONESOME (La chevauchée de la vengeance) sorti un an plus tôt, mais sur un thème différent. Ici pas de vengeance, mais une quête qui se poursuit au delà du mot fin, le héros n’ayant toujours pas retrouvé son épouse enlevée. Randolph Scott est aussi monolithique que dans la mouture précédente et encore un peu plus énigmatique. Il suit un tracé linéaire qui mène à une fin des plus logique même si elle peut surprendre. Ce côté très symbolique du personnage, loin de tomber dans l’abstrait, lui donne une consistance certaine. Malheureusement le reste du casting n’est simplement pas à la hauteur. Si Nancy Gates (dont ce sera la dernière apparition au cinéma, avant de basculer à la TV) est une séduisante et convaincante épouse (même si ce n’est pas Gail Russell, Maureen O’Sullivan ou Karen Steele), le méchant (Claude Akins) et ses deux ados attardés sont par contre assez médiocres, si bien que l’inquiétude ne monte jamais en intensité, la seule scène véritablement stressante étant la traversée du cirque montagneux et l’attaque indienne qui va avec. Servi par une remarquable pellicule de Charles Laughton Jr. et des scores de Mischa Bakaleinikoff et de stock musique signée en partie par le grand Max Steiner, Heinz Roemheld (les films précédents), George Dunning, ce casting déséquilibré fait que malgré toutes les qualités du film il reste inférieur à RIDE LONESOME.
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 562 abonnés Lire ses 4 143 critiques

    2,0
    Comme il le prouvera à nouveau quand il passera lui-même derrière la caméra, le schéma des films de Burt Kennedy (ici il en est juste le scénariste !!!) c'est deux premiers tiers peu intéressants et trop lents, et ensuite un dernier tiers nettement plus soutenu avant un final réussi et inattendu. Malgré les défauts du film, Randolph Scott, toujours aussi expressif qu'un bloc de pierre ce qui n'empêche pas le talent, arrive à donner de la consistance à son personnage et son duo avec Nancy Gates marche plutôt bien. La mise en scène de Budd Boetticher donne quelques beaux plans d'ensemble.
    Antoine L
    Antoine L

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 69 critiques

    0,5
    Quand on pense aux indiens d’Amérique, appelés aussi amérindiens, on pense souvent aux apaches, tribus autochtones qui coexistaient avec les civilisés au Far-West. Et bien qu’elle était la plus importante, d’autres grandes tribus occupaient les montagnes, dont les comanches. On s’en fout mais ça explique le titre et son contexte. Ainsi, un cow-boy ultra viril et ténébreux décide de partir reprendre aux comanches une jeune femme blanche qu’ils auraient enlevé, dans l’espoir qu’un jour l’une d’elles soient sa femme. Chose assez simple : avec juste des couvertures et un fusil, l’échange fut accepté. Mais ils ne seront pas son seul problème. En effet, à peine arrivé à une auberge, un ancien de ses « amis » lui tomba dessus, en pleine fusillade contre les indiens avec deux hommes à lui. Et avec une prime de 5 000 $ pour la fille, morte ou vivante, on en perd la raison. C’est à peine croyable. Les westerns sont rarement connus pour leur scénario particulièrement développé, mais là on ne peut qu’être admiratif devant tant de foutage de gueule : il sauve la fille des indiens et des bandits. Ça a dû être affreusement long et pénible pour réussir à inventer une si grandiose histoire. Alors du coup, ne pas avoir envisager de retournement de situation ni autre forme de rebondissement est excusable, les pauvres devaient être fatigués. C’est probablement le travail des acteurs d’ailleurs, puisque tous semblent exténués en permanence et font d’innombrables pauses et ne chevauchent gère plus d’une heure par jour, laissant le temps au spectateur de se reposer de tant d’éléments scénaristique (cinq personnages pour une mission). Mais à la fin, il n’en reste que deux ! Et quel suspense pour en connaître l’aboutissement ! En tout cas, la potiche remplie son rôle à merveille : elle sourit, est belle et ferme sa gueule. Que demander de plus ? Un minimum de considération pour nous serait en tout cas un bon début. Retrouvez toutes mes critiques sur mon site : http://antoinelepage.free.fr/
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top