Mon AlloCiné
Rashômon
note moyenne
4,0
1307 notes dont 144 critiques
34% (49 critiques)
38% (55 critiques)
16% (23 critiques)
6% (9 critiques)
5% (7 critiques)
1% (1 critique)
Votre avis sur Rashômon ?

144 critiques spectateurs

Attila de Blois
Attila de Blois

Suivre son activité 111 abonnés Lire ses 2 852 critiques

3,5
Publiée le 13/12/2013
Akira Kurosawa signe une nouvelle fois un bon film avec ce "Rashômon" dont la principale subtilité vient de sa structure narrative. Il en découle un certain suspens (Où se trouve la vérité?) et un portrait de l'Homme peut optimiste. Rien à redire du côté des interprétations (Toshiro Mifune au top!) et de la mise en scène. On repprochera toutefois à "Rashômon" son caractère froid et distant, véritable handicap pour ce genre de film.
batdar91
batdar91

Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 185 critiques

5,0
Publiée le 24/10/2013
Un très grand film . Le jeu d'acteur est un peu théâtrale mais completement justifier grâce à la fin où tout est éclairci avc une grande intelligence . Le jeu d'acteur est bon , les plans bien travaillé , un scénario simple et efficace qu'on déguste comme un gateau . Bravo Akira
Desman
Desman

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 259 critiques

3,0
Publiée le 20/10/2013
Pas le meilleur Kurosawa de mon point de vue. La mise en scène et la photographie sont nickel. Le scénario est assez simple dans sa construction. Certaines scènes ne sont pas raccord (problème de montage ?). L'histoire repose beaucoup sur la question de l'honneur, très importante dans la culture japonaise, et n'étant pas spécialiste de cette dernière je pense être passé à coté de certaines subtilités. Les personnages eux-mêmes n'étant pas d'accord sur ce qui est honorable ou pas il est difficile de s'y retrouver. Bref pas le plus abordable des Kurosawa pour un occidental.
CeeSnipes
CeeSnipes

Suivre son activité 162 abonnés Lire ses 1 699 critiques

4,5
Publiée le 02/10/2013
En 1950, c’est vers le Japon qu’il fallait se tourner pour voir une innovation cinématographique. En effet, avec Rashômon, Akira Kurosawa démocratisait l’utilisation des multiples points de vue. Contant l’histoire d’un meurtre crapuleux agrémenté d’un viol présumé, Rashômon a le bon goût d’être court. Si pour nous autres Occidentaux, le rythme peut sembler particulièrement lent, le film prend son temps pour enchaîner les histoires, il en profite pour manipuler son spectateur, qui perd pied avec la vérité au fur et à mesure que les révélations arrivent. Akira Kurosawa distille son message à petites doses, un message profondément provocant qui remet encore en cause l’Homme, plus de 63 ans après sa sortie. En effet, le film soulève des points encore très justes aujourd’hui. Et la grande force de Kurosawa, c’est d’avoir réussi à vulgariser cela, sans jamais le prendre à la légère. Le film est réellement compliqué, il faut vraiment s’accrocher, mais avec un peu d’attention, le message est limpide. Les acteurs sont excellents, Minoru Chiaki et Machiko Kyô bien sûr, mais surtout l’immense Toshiro Mifune, encore fabuleusement génial et exubérant. Rashômon est une expérience indispensable pour tout cinéphile, tant le film est réussi et important pour l’Histoire du cinéma. On pourra cependant regretter l’omniprésence du score de Fumio Hayazaka, sympathique quand même.
TTNOUGAT
TTNOUGAT

Suivre son activité 160 abonnés Lire ses 2 424 critiques

4,0
Publiée le 01/09/2013
A la première vision, sans aucune préparation intellectuelle, c’est un film un peu confus, nous ne sommes pas habitué à voir des mensonges en image, il faut donc se contenter du jeu extraverti des acteurs, de la virtuosité de la mise en scène et de l’ambiance exotique si différente de la notre d’autant que l’action se passe au douzième siècle de notre ère. En le revoyant le point de vue de Kurosawa se clarifie et on comprend bien mieux ce qui’il veut nous communiquer: la difficulté, voire l’impossibilité appréhender la vérité qui multiforme appartient à chacun...Les mensonges ici n’existent pas (omettre n’est pas mentir et le médium ne compte pas, sinon par l’esprit). Il s'agit donc d'un film superbe dans lequel Toshiro Mifune se livre sans retenu et Machoko Kyo nous donne des femmes japonaises une vision très insolite. Rashomon est donc une oeuvre maîtresse pour comprendre son auteur mais tout en étant admiratif, je préfère certains autres de ses films car des scènes comme le combat de Tajomaru contre Takehiro, vu deux fois différemment, ne correspondent pas à ce que j’attends du grand cinéma..
yoyo114
yoyo114

Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 480 critiques

2,5
Publiée le 20/06/2013
Ca y est, j'ai vu un kurosawa ! Je dois dire que malgré une certaine beauté dans la mise en scène, et un scénario à tiroirs assez fin, je n'ai vraiment pas trouvé ça transcendant. Ce qui gâche vraiment le film, c'est le cabotinage assez épuisant de tous les acteurs, excepté peut-être le mari. Il y a un vrai souffle dans la mise en scène, c'est certain, mais le film reste assez froid. Difficile de rentrer dedans.
Ilphrin
Ilphrin

Suivre son activité Lire ses 111 critiques

4,0
Publiée le 13/03/2013
Quatre pour encourager le p'tit jeune. Je plaisante évidemment, quatre parce qu'il a vraiment quelque chose de spécial, cela dit je me suis passablement emm... par moment. Les acteurs surjouent (Un trait de l'époque, de la culture ou des deux?), certains plans sont interminables et les criaillements sont un peu chiant à la longue. Par contre bien des films actuels avec des techniques impeccable n'arrivent pas à faire passer le quart de ce qui passe dans ce film.
Benoit G.
Benoit G.

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 2 critiques

3,0
Publiée le 19/01/2013
Le procédé du même fait raconté de 4 façons différentes par 4 témoins différents a été souvent réutilisé depuis, donc il fait un peu déjà vu et mécanique pour un regard actuel. Mais la variété des sentiments éprouvés par les protagonistes du flash back donne à réfléchir.
ygor parizel
ygor parizel

Suivre son activité 71 abonnés Lire ses 2 499 critiques

4,0
Publiée le 23/11/2012
Un des plus célèbres film japonais de l'Histoire. La mise en scène relève du génie tant les plans et surtout les travellings sont brillants. Le scénario est construit de manière astucieuse par contre je trouve que par moments dans les flash-back, les gesticulations des personnages sont trop poussives. Pas le meilleur film de samouraïs de Kurosawa.
Khris T
Khris T

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 37 critiques

4,0
Publiée le 30/10/2012
très bon kurosawa, avec des plans magnifiques, une vraie réflexion sur la nature humaine et un toshiro mifune bien jeune mais déjà charismatique.
sword-man
sword-man

Suivre son activité 41 abonnés Lire ses 1 015 critiques

5,0
Publiée le 28/07/2012
"Rashômon" n'est pas un digimon contrairement à ce que son nom laisse penser, ça signife "la porte du die Rasho" et c'est un chef 'oeuvre du septième art réalisé par Akira Kurosawa en 1950 et c'est avec ce film que débuta sa carrière internationale tant celui-ci est bien. Le principe du scénario est d'une efficacité sans faille. On suit quatre points de vue sur un fait, la narration se situe dans trois lieux uniquement raconté par quatre personnes différentes ou la réalité se déforme selon le point de vue. C'est du pur cinéma: déformé la réalité pour la remodeler à sa façon. Trois lieux pour sept acteurs c'est peu, mais ça suffit largement pour suivre un grand scénario ou une certaine facette, mauvaise bien entendu, de l'être humain est mise en avant, mais finit sur une lueur optimiste. Grand scénario mis en images par une grande virtuosité. Et je conclus pour toucher un mot sur Toshirô Mifune, captivant, effrayant, parfait. Une belle performance pour un grand acteur naturellement imposant à l'écran.
Marc Chalard
Marc Chalard

Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 30 critiques

4,5
Publiée le 14/06/2012
Le film qui m’a fait découvrir ce grand monsieur du cinéma qu’est Akira Kurosawa et qui m’a donné envie de voir ses autres créations. Au moment où j’écris cette critique, j’ai vu 4 autres de ces films, toujours avec grand plaisir, mais je vais ici vous parler de cette fameuse première expérience avec Kurosawa (et Mifune). Et alors, quelle expérience ! A travers une nature d’une grande beauté, magnifiant une histoire déjà intense et passionnante, bien qu’inspectant les mensonges et les faux-semblants, chaque plan y est grandiose et magnifique. Je ne saurai dire à quel point j’ai adoré ce film, d’une construction formidable, et ne me donnant qu’une envie : poursuivre la découverte des œuvres de ce metteur en scène incroyable. Voyons voir si je peux parler de cette première expérience le mieux possible : Ce film nous montre un procès, avec le témoignage des protagonistes de l’histoire qui vont raconter chacun à leur tour leur version de cette histoire. Chaque version évidemment est au crédit de celui qui la raconte, et tend surtout à le (ou la) conforter dans son estime de soi, en occultant le côté de l’histoire qui ne le met pas dans la meilleure position. A travers ces différentes versions d’une seule et même histoire, Kurosawa nous montre à quel point l’homme est capable de bassesse et de lâcheté, allant jusqu’à se mentir à lui-même. On voit et revoit au court du film pratiquement toujours la même scène, mais filmée ou racontée de manière différente, de sorte qu’une tension s’installe assez rapidement pour ne plus jamais disparaître. Oui, cette tension dure au fur et à mesure de ces témoignages, jusqu’au au moment du fin mot de l'histoire, et surtout le vrai et unique, raconté par un passant qui va contredire toutes les versions précédentes. C’est, en plus d’un récit extrêmement bien construit et passionnant, une réflexion sur la pensée humaine. Capable de déformer sa propre vérité et mémoire, même au-delà de la mort, prouvant l’incapacité humaine à voir les choses en face, et de se confronter à la vérité. Cette première expérience dans le monde de ce génie fut donc exceptionnelle et mémorable. J’y ai découvert un réalisateur que je ne suis pas prêt d’oublier et qui ne me lassera pas de sitôt, preuve en est avec les films que j'ai vu de lui (pour l'instant 5 en tout), et que j'ai tous beaucoup apprécié.
Arthur Debussy
Arthur Debussy

Suivre son activité 66 abonnés Lire ses 592 critiques

5,0
Publiée le 13/05/2012
Avec «Rashômon» j'ai découvert le cinéma comme Art, la richesse de la culture japonaise, le génie d'Akira Kurosawa, et le charisme de Toshiro Mifune. Tout ça rien qu'en un film. Comment trouver des mots pour décrire un tel chef d'oeuvre cinématographique?? Virtuosité de la caméra, profondeur du scénario et des personnages, richesse de la photographie, interprètes réellement inoubliables, mise en scène d'une modernité incroyable... Et encore «Rashômon» vaut bien plus que la somme de ses qualités. Une telle sensualité s'en dégage! L'esthétique du film est exceptionnelle : la séquence où l'on suit le bûcheron tient du miracle. Celle de l'interrogatoire de Mifune au temple également. Et ainsi de suite pendant tout le long métrage. Akira Kurosawa est tout simplement en état de grâce, tout comme Mifune, et l'on peut voir dans «Rashômon» un brillant condensé de leur fructueuse collaboration. Questionnement sur la nature humaine (imparfaite bien sûr), «Rashômon» est aussi l'illustration du profond humanisme de Kurosawa : l'Homme est au centre de ses préoccupations, avec ses défauts et ses qualités. En cela on retrouve, comme dans le reste de son oeuvre, l'influence notable de Dostoievski et Shakespeare : le regard de Kurosawa sur l'humanité est lucide, tantôt tragique tantôt baigné d'espoir. Bref, impossible de passer à côté de ce chef-d'oeuvre, ne serait-ce que pour sa valeur historique, qui a permis à l'Occident de découvrir qu'il n'était pas seul sur terre et qu'il existait à l'autre bout du monde des artistes géniaux et sans équivalent. [4/4] http://artetpoiesis.blogspot.com/
cinono1
cinono1

Suivre son activité 73 abonnés Lire ses 1 370 critiques

3,0
Publiée le 22/04/2012
La vérité nécessite d'avoir un regard objectif sur les évenements au lieu d'un regard accomodant avec soi-même. Tel semble être la morale du conte de Kurosawa. Les film dit "innovants" pour une époque ne sont pas forcément ceux qui vieillissent le mieux. Magré la mise en scène maitrisé de Kurosawa, le film finit par apparaitre redondant et les personnages se révelent peu attachants. Une démonstration un peu trop froide.
Kill-Jay
Kill-Jay

Suivre son activité 42 abonnés Lire ses 928 critiques

2,5
Publiée le 18/04/2012
"Rashomon" est un film asiatique datant de 1950 réalisé par l'un des réalisateurs japonais les plus réputés de l'histoire du cinéma, Akira Kurosawa. Cette œuvre marque la renommée mondiale du réalisateur notamment grâce à sa réalisation minutieuse et surtout grâce à son scénario et son écriture innovante qui inspirera par la suite bon nombre de jeunes réalisateurs et parmi les plus connus les réalisateurs symbolisant la Nouvelle Vague française. "Rashomon" possède sans aucun doute un univers très profond avec le récit d'un crime dans son plus simple élément, mais complètement différent selon les témoins qui le raconte. Si le côté narratif et innovant du film mérite amplement d'être applaudi et bien plus encore, il y a malgré tout un certain manque d'intérêt à l'action malgré la profondeur de l’œuvre, le film peut ennuyer, ne pas captiver, presque endormir malgré qu'il soit relativement court. Nous serions dans ce cas uniquement réveillé par les pleurs et les cris plus qu'irritants de Machiko Kyô qui est insupportable et qui surjoue à la moindre prise au contraire de Toshirô Mifune qui s'avère plutôt convaincant. Le cinéma asiatique est particulier et ce film en est l'incarnation, on aime ou on aime pas. Pour ma part je ne suis pas extrêmement fan mais chacun son opinion..
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top