Mon AlloCiné
Rashômon
note moyenne
4,0
1308 notes dont 144 critiques
34% (49 critiques)
38% (55 critiques)
16% (23 critiques)
6% (9 critiques)
5% (7 critiques)
1% (1 critique)
Votre avis sur Rashômon ?

144 critiques spectateurs

Flying_Dutch
Flying_Dutch

Suivre son activité 52 abonnés Lire ses 770 critiques

5,0
Publiée le 17/02/2012
Difficile de trouver les mots face à un chef d'oeuvre d'une telle puissance. Rashomon est de ces films qui mettent à mal le récit cinématographique pour le réinventer, le tout dans une action épique et passionnante. Non seulement, on est happé par l'histoire, mais on est surtout époustouflé par la mise en scène extraordinaire. Kurosawa a révolutionné le cinéma, et a inspiré une génération entière de cinéaste du monde entier, et Rashomon en est sûrement une des preuves les plus probantes. Plus qu'un film, un monument, des images rares et précieuses auxquelles on regarde comme les colonnes d'un immense temple sacré. Et évidemment, Toshiro Mifune est bluffant de démence.
real-disciple
real-disciple

Suivre son activité 44 abonnés Lire ses 1 022 critiques

4,0
Publiée le 18/12/2011
Un film purement sceptique où la vérité est sans cesse remise en cause par différentes versions. En effet chacun y va de sa version pour cacher quelque chose, que ça soit un sentiment de honte, de culpabilité ou de lâcheté. Le film est assez lent par moment mais Kurosawa aiguise son sens de la mise en scène pour qu'on reste captivé jusqu'à la fin. Le film est un exemple de narration construite et à influencé d'autres grands réalisateurs.
Lucahuete
Lucahuete

Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 136 critiques

3,5
Publiée le 13/08/2011
On met un peu de temps à se mettre dans l'ambiance japonaise mais après ce temps d'adaptation, c'est un régal ! Quelle originalité dans le scénario, quelles images !!
cinémanie
cinémanie

Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 1 137 critiques

4,0
Publiée le 12/06/2011
Voila certainement l'un des films qui a inspiré de tres nombreux scenaristes grace au coté multi-angle de son histoire : ou se trouve la verité parmi ces versions qui semblent a première vue toutes plausibles ? Kurosawa fait déjà étalage de son talent de cinéaste en réalisant cet sorte de huis clos dans une clairiere raconté par differents temoins qui donnent chacun leur version des faits.C'est assez lent et les dialogues sont réduits au minimum (impression parfois de théâtre filmé) mais l’intérêt réside principalement ,outre la réalisation maitrisé dans l’interprétation exceptionnelle d'un Mifune en transe (je n'oublie pas les autres acteurs dans l'ensemble a la hauteur) donnant par moment a cette oeuvre l'intensité d'une tragédie grecque.Le second duel plutot ridicule entre le bandit et le mari n'est pas un modele du genre mais la porté du scénario decrivant l’égoïsme et la lacheté des hommes est très fort ,par contre pas bien compris le lien avec le bébé découvert a la fin ??
oneosh89000
oneosh89000

Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 553 critiques

3,5
Publiée le 11/06/2011
Kurosawa atteint son heure de gloire en 1950 en créant la narration non linéaire, procédé qui révolutionnera le monde du cinéma. En effet, le directeur japonais ficelle son scénario selon quatre points de vue de personnages et non chronologique. Dans un contexte chaotique (la famine, la misère), "Rashomon" raconte l'histoire d'un crime vu sous quatre angles, un témoin, le meurtrier,la femme du défunt et le défunt lui même. Si de par sa construction narrative le film est une référence, le scénario tiré de deux nouvelles d'Akutagawa Ryunosuke, est d'un incroyable modernisme sur le plan de l'âme humaine symbolisé par chaque discours que tient tout protagoniste, caractère de flatterie mis en avant pour sa propre dignité.Par ailleurs, le réalisateur mêle curieusement le fantastique à cette histoire qui se finira sur une note d'espoir inattendue. En bref, avec ce long métrage , Kurosawa offre au spectateur pour la toute première fois dans le monde du cinéma, le champ libre à toute interprétation de son oeuvre , à lui de faire donc, la part des choses.
Labouene
Labouene

Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 169 critiques

5,0
Publiée le 10/05/2011
superbe mise en scène, je ne m'attendais pas à voir un film si "moderne". Mifune est hallucinant d'énergie et d'animalité.
ZOGAROK
ZOGAROK

Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 177 critiques

4,0
Publiée le 02/05/2011
4sur5 Pour sa richesse thématique et technique, pour son audace narrative, Rashômon est une sorte de Citizen Kane oriental. Lorsque la Mostra de Venise lui consacre son prix suprême en 1951, le réalisateur Akira Kurosawa n'est, selon la légende, pas même au courant d'avoir fait partie de la sélection. Cette consécration pour le cinéaste marque surtout un cap décisif pour le cinéma nippon (et asiatique de facto), l'ouvrant dès lors au reste du Monde. Mais Rashômon a surtout été une révolution formelle. A l'époque, le public a appris à admettre comme authentique d'un point de vue fictionnel ce qui lui est présenté à l'écran, sans y opposer de doute. En racontant une même histoire sous les différents points de vue de ses protagonistes, Kurosawa se saisit d'un procédé jusque-là inconnu, qui inspirera les plus grands noms du cinéma américain, découvrant un cinéma apte à tromper la réalité (et ''sa'' réalité-même), plutôt que la représenter simplement. Loin de là, l'intention de Kurosawa dans Rashômon est de la refléter. Dans le Kyoto médiéval, un bonze, un bûcheron et un passant se sont réfugiés dans les ruines d'un temple pour échapper à une pluie battante. Le moine et le bûcheron ont assistés à un procès accusant un célèbre bandit d'avoir violé une femme puis tué son conjoint samourai. Le premier dit avoir perdu sa foi ; l'autre, tout aussi commotionné, livre son compte-rendu au quidam. Le film enchaîne alors les témoignages des personnages impliqués, le violeur, la femme souillée puis le mort lui-même, dont l'esprit est invoqué par un chaman, s'exprimant face caméra, répondant ostensiblement aux interrogations que celle-ci leur lance. En posant le spectateur comme juge, Kurosawa évacue (voir interdit) toute sympathie envers les intervenants. Les versions de chacun sont illustrées par ce qu'il conviendrait de nommer aujourd'hui des ''flash-backs'', tous trompeurs, à un degré que le spectateur ignore, puisque chaque auteur se contredit. Il faudra attendre qu'un personnage extérieur aux événements (mais spectateur par omission) informe de ses observations pour que l'affaire tende à s'éclaircir. Pas de deus ex machina, l'intérêt que nourri Kurosawa pour son dispositif est ailleurs. En effet, les témoignages n'ont jamais servis quiconque à se disculper, chacun s'accusant du meurtre pour cacher une vérité plus laide. Il s'agissait pour le violeur, la femme ou le samourai assassiné d'exposer la chose de la façon la plus morale qui lui convenait, celle qui n'annihilait ni son honneur ni ses principes. En d'autres terme, celle qui briserait le moins leur égo : le narcissisme l'emporte sur toutes aspirations à la liberté. Au-delà des jeux d'ombres et lumières insinuant les mouvements internes de ces condamnés, c'est le regard intransigeant sur l'Homme qui interpelle dans l'oeuvre. Le cinéaste achève cependant son film sur une note d'espoir, permettant à l'un des témoins de la ''nature humaine'' [partant du principe qu'il en est une, ou que ce que nous imaginons cerner avec ce terme puisse effectivement se nommer ainsi] de briser le cercle vicieux qui s'est animé sous ses yeux. In fine, le pessimisme s'en trouve nuancé ; Kurosawa semble estimer que les erreurs des êtres veules, lâches et sournois, préférant le statut quo à toute forme de progrès, puissent être absouses par les gestes désintéressés d'individus crédules ou idéalistes. Sitôt qu'ils auront ouvert les yeux, sur les autres et de fait, sur eux-mêmes.
napo64
napo64

Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 185 critiques

3,0
Publiée le 18/04/2011
Un Kurosawa qui n'est pas parmi les plus grandes réussites du réalisateur, mais qui se laisse tout de même voir agréablement. Toujours très bien réalisé, avec des très beaux décors et costumes. On peut aussi apprécier l'intrigue complexe, et la vision très pessimiste de l'homme qui se dégage... Un beau film.
Quentin L.
Quentin L.

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 63 critiques

4,5
Publiée le 09/04/2011
Voici donc le film qui a fait connaître le cinéma japonais dans le monde entier, c'est d'ailleurs grâce à ce film que la catégorie " Oscar du meilleur film étranger " existe. Ici, Kurosawa nous emmène avec une mise en scène digne de ce nom dans une expérience magistrale du cinéma. Il nous montre ici la nature de l'homme, ces mensonges, on essaye de trouver la bonne solution, la réalité, mais on y comprend rien exactement comme la première phrase du film, Kurosawa montre le mensonge des humains mais aussi le mensonge des images , il utilise la notion de point de vue et le spectateur se demande qui dit vrai . Les plans sont d'une beauté rare malgré qu'il soit en noir et blanc ,la musique est belle mais ce qui m'a le plus marqué c'est la performance de Toshiro Mifune qui est exemplaire pour tout acteur. On peut penser que Kurosawa nous livre une morale à la fin du film, mais il laisse seulement au spectateur l'interprétation de la vision de l'homme, comme quoi l'homme est capable du meilleur comme du pire . Un chef d'oeuvre qui ne laisse pas indifférent.
devlin6994
devlin6994

Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 1 087 critiques

5,0
Publiée le 10/03/2011
Un film complexe et limpide à la fois. L'intrigue est digne d'un thriller, et pourtant on ne saura jamais qui a tué le samouraï, et peu importe. Ce film est une sublime réflexion sur le rapport des hommes à la vérité, à leur conscience. La réalisation de Kurosawa est irréprochable ; Toshiro Mifune était quant à lui l'acteur japonais le plus connu à l'étranger : probablement car il était simplement un des meilleurs acteurs au monde. Et ce film est probablement un des plus grands chefs-d'oeuvre du cinéma japonais et mondial.
Spike7
Spike7

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 163 critiques

5,0
Publiée le 02/03/2011
Dans Rashomon , film ayant redéfini le septième art , Kurosawa fait montre de son extraordinaire maîtrise du récit , de la réalisation et de la mise en scène . Le film présente un même évènement vu sous différents angles et nous fait nous interroger sur la réalité même des choses . Rashomon est un film profond , philosophique , qui dresse un portrait effroyable de pessimisme sur l'humanité , en dénonçant son égoïsme et sa malhonnêteté , avant une lueur d'espoir finale . Un Chef-d'oeuvre !
Parkko
Parkko

Suivre son activité 65 abonnés Lire ses 2 012 critiques

3,5
Publiée le 01/03/2011
J'ai bien aimé. Disons que j'aime bien le procédé de narration, je le trouve intéressant et Rashomon a le mérite de proposer quelque chose d'autre. J'aime cette idée de confrontation de points de vues sur un même évènement surtout que l'histoire est plutôt intéressante. En plus de ça c'est bien filmé, bref je suis vraiment satisfait du premier Kurosawa que je vois. Point négatif par contre, le jeu des acteurs. C'est peut être après que selon la culture on ressent le jeu d'acteur d'une façon différente mais j'ai trouvé ça plutôt surjoué dans Rashomon. Un bon film tout de même.
xstrem
xstrem

Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 236 critiques

5,0
Publiée le 19/02/2011
Kurosawa est un grand cinéaste et encore une fois il le demontre avec ce film. "Rashomon" est vraiment sublime sur tous les points, déjà la réalisation et le montage est excellent, chaque plan est un régale pour les yeux, l'intrigue est prenante, profonde et intéressante. Les personnages sont bien étudié, la bande son est trés bonne. Que demander de plus pour une oeuvre du 7ème art, aprés faut aimer le cinema japonnais c'est certain.
betty63
betty63

Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 412 critiques

4,5
Publiée le 27/01/2011
En fait, je pensais regarder l'histoire de Rashômon de Akutagawa, et il s'agit de sa nouvelle "Dans le fourré" qui a été retranscrite en version cinéma. J'aime cette idée qu'il n'y a pas qu'une vérité, mais que les choses n'existent que par l'importance qu'on leur donne. Il en va de même pour les hommes. Beau film mais l'hystérie de Masako m'a un peu gênée.
titusdu59
titusdu59

Suivre son activité 39 abonnés Lire ses 694 critiques

4,0
Publiée le 04/12/2010
"Rashomon" est le film qui a donné à Kurosawa une popularité mondiale. Et c'est pas sans raisons. Il est filmé de main de maître (cette scène avec la main de Machiko Kyô qui monte dans le dos de Toshirô Mifune, mmmmmmmmm!), superbement mis en musique, s'appuie sur un scénario adroit, plein de flash-backs qui s'emboîtent d'une manière remarquable, des dialogues profonds, et pour finir, un point de vue de l'âme humaine pertinent et pas si moralisateur qu'il aurait pu être. Voilà pour ce qui est bon, si ce n'est excellent. Mais malheureusement, le tout a un peu vieilli, notamment le jeu des comédiens (les rires et les pleurs) et la scène du combat. Mais le film n'est pas irregardable pour autant. Il est même très bon.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top