Mon AlloCiné
L'Amour à mort
note moyenne
3,4
95 notes dont 17 critiques
29% (5 critiques)
12% (2 critiques)
24% (4 critiques)
12% (2 critiques)
12% (2 critiques)
12% (2 critiques)
Votre avis sur L'Amour à mort ?

17 critiques spectateurs

GDR G.

Suivre son activité Lire ses 3 critiques

5,0
Publiée le 01/10/2012
Film génial, le réalisateur d'Hiroshima Mon Amour et de l'Année Dernière A Marienbad continue de nous surprendre et continuera. N'écoutez pas les autres commentaires rédigés par des beaufs. Si vous aimez Resnais, sachez qu'il n'a pas changé.
bsalvert

Suivre son activité 30 abonnés Lire ses 3 114 critiques

1,0
Publiée le 06/01/2011
D'un sujet intéressant au départ, la séparation par la mort de deux êtres qui s'aiment, le réalisateur a fait un film ennuyeux et pénible, n'ayons pas peur des mots. La musique n'arrange rien.
Anaxagore

Suivre son activité 84 abonnés Lire ses 214 critiques

4,0
Publiée le 12/02/2006
Avec «L'amour à mort», Resnais signe un film profond et intense. Il y met en scène deux couples aux prises avec les questions décisives du sens de la vie, de l'amour et de la mort. Confrontés directement à la réalité même de la mort, ils vont réagir très différemment eu égard à leurs convictions. Il est finalement plutôt rare que le cinéma aborde aussi frontalement, et avec profondeur, la réalité de la mort, de sa signification et de son éventuel au-delà, et cela seul mérite déjà d'être souligné. Mais l'intérêt du film ne s'arrête bien sûr pas là. Le réalisateur s'y essaye en effet à une fusion de la musique et du cinéma où c'est l'art des sons et non celui des images qui mène la danse. Le compositeur allemand Hans Werner Henze a composé un véritable écrin musical dans lequel sont insérées les diverses scènes constitutives du film. Chaque scène est séparée de la suivante par une plage de musique pure sensée prolonger la méditation initiée par les paroles. La musique étant de qualité, le résultat est beau, mais peut-être un peu raide car trop systématique. On peut en effet déplorer l'absence d'une véritable progression dramatique et une certaine uniformité dans la conception. À défaut d'être un chef-d'oeuvre, «L'amour à mort» n'en demeure pas moins un grand film, tant par sa forme que par son contenu.
Tupois Blagueur

Suivre son activité 40 abonnés Lire ses 1 165 critiques

1,5
Publiée le 31/08/2014
Je crois que c'est le premier film que j'ai vu de Resnais et ma première impression a été plutôt négative. Je sais que le cinéaste adore aborder ce genre de thème et le méli-mélo dramatique qui va avec. Mais personnellement ce n'est pas le genre de film qui m'attire. J'ai donc été assez déçu, d'autant que Resnais ne fait (absolument) aucun effort pour garder le spectateur avec lui, à la limite il s'en fout totalement tant qu'il arrive à faire passer ce qu'il veut dire. Mais même en étant attentif le message est chiant, les dialogues longs et en partie inutiles avec une métaphysique qui fait très snob, bref tout ce que je n'aime pas. Reste l'interprétation excellente du couple Fanny Ardant/André Dussollier (je ne parle pas des deux autres dont le jeu est trop rédhibitoire pour moi). Ce n'est pas du tout suffisant pour un cinéaste de cette envergure. Vraiment décevant.
Vladimosvok

Suivre son activité Lire ses 14 critiques

0,5
Publiée le 10/07/2006
Un film qui se veut profond, intelligent, intime, intense...Et qui nous donne qu'un indigeste cafouilli d'idées sur la mort et l'amour, une expérimentation encore ratée de Resnais (des phrases toutes faites, des dialogues au bord de l'indigence)...Car parler et réfléchir sur un éventuel au delà, c'est bien beau, c'est aussi juste et sensé, seulement lorsque l'on oublie que le cinéma doit aussi produire une oeuvre qui est censée, par devoir artistique, s'approcher de la perfection, on obtient "l'amour à mort" de Resnais. Car, quel est l'intéret (artistique et éventuellement philosophique) d'entrecouper toutes les scènes, voir meme des plans, par une neige sur un écran noir, ou même un simple écran noir ? Peut-être est-ce ainsi pour qu'on prenne le temps de réfléchir ? Affligeant. Mine de rien, ces "images" inutiles et identiques, mises bout à bout représentent environ entre 15 et 18 minutes d'un film déja peu profond... Et pourtant certains acteurs se donnent corps et âmes, rien à redire sur le jeu de Pierre Arditi, malheureusement beaucoup à redire sur celui d'André Dossolier (personnage caricatural d'un pasteur...). L'Amour à mort est réellement mauvais, tout y est lourd, plombé, sans âme, et sombre définitivement dans le ridicule...
DreamSquare

Suivre son activité Lire ses 11 critiques

0,5
Publiée le 25/05/2006
Aussi long et désagréable qu'une après midi dans la salle d'attente d'un dentiste. Du n'importe quoi intello mou entrecoupés par des plans inutiles de la neige qui tombe (certainement que l'on va venir me trouver un intérêt à ces plans toujours est-il qu'ils cassent sans cesse le rythme du récit déjà pas passionant... Franchement je me demande comment l'on peut qualifier ce genre de films de chef d'oeuvre alors qu'a côté de cela d'autres se cassent réelement le cul à faire du cinéma un art... Agaçant. Il en reste pas moins des thèmes abordés intéressants, le reste est bien vide...
jcc2004

Suivre son activité Lire ses 49 critiques

5,0
Publiée le 10/12/2008
Une réflexion d'une puissance inouie sur la mort,le couple et l'amour. Film brillant,déroutant au premier abord,mais d'une grande pureté,esthétiquement très réussi. Interprétation excellente des 4 acteurs,Ardant,Azéma,Dussollier et Arditi.Le plus beau film de Resnais,le moins accessible aussi sans doute.
thierrydoree

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 300 critiques

5,0
Publiée le 19/03/2008
Un des rares chefs-d'oeuvre du cinéma français.Bien des choses sont dites notamment par Fanny Ardant à son pasteur de mari : " je te pose une question et je t'interdis de me répondre en citant un verset de la bible". Il serait effectivement temps que les gens apprennent à penser par eux-mêmes.
parsifou

Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 52 critiques

5,0
Publiée le 04/08/2007
L'amour à mort est une oeuvre lunaire, obsédée et pleine d'intensité. La réalisation artistique est portée très haut avec de superbes jeux de lumières, de clait/obscur, les mouvements de caméras entraînent une luminosité chaque fois différentes. Certains plans inoubliables montrent les acteurs dans des moments d'émotion d'une intensité visuelle terrassante. La musique de Henze est l'écho de la sensiblité des personnages, leur perception d'un Monde absurde sans leur amour. L'univers a un côté désolé et abandonné, la vie semble gigotter comme un tétard dans une tasse à café, la croyance religieuse est omniprésente, le travail est un passe-temps sans intérêt vital. La seule chose qui fait vivre ce couple est l'amour physique et métaphysique qu'il se porte. Resnais montre un amour qui pousse aux limites du réel puisqu'il est capable de redonner la vie. C'est par la découverte de cet amour que Simon retrouve un second souffle vital. Le désir qui les réunie est leur condition d'existence, un pacte transcendantale. La religion est montrée sous deux images, l'une est sclérosée et dogmatique, l'autre est ouverte et humaniste. Il ne s'agit pas d'analyser cet amour comme une destruction mais comme une résurrection, un contrat d'existence, un lien vital qui ne peut être rompu sans la déchance de l'autre. La foi religieuse apparait comme une faiblesse puisqu'elle ne peut offrir un amour à mort dans sa vision dogmatique.L'amour ne peut être compris que pas celui qui le vit. L'amour n'est pas une croyance mais un savoir, c'est une conception en adéquation avec nous-même. C'est un existencialisme, une définition de nous-mêmes, dans cet amour même la fatalité est une espérance puisqu'elle permettra la réunion de l'inséparable.C'est cet amour qui a façonné leur goût de la vie et celui-là même qui façonnera le goût de leur mort.Resnais cherche à nous exposer une vision positive de l'amour qui permettrait une connaissance et une résurection de notre âme.
warren

Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 450 critiques

5,0
Publiée le 16/05/2004
Alain Resnais réalise un film fascinant sur des thèmes aussi puissants et évocateurs que la mort, l'amour ou la religion. Une oeuvre forte portée par un formidable quatuor d'acteurs.
Backpacker

Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 806 critiques

2,0
Publiée le 05/04/2014
L'amour, la mort, la résurrection... Sujets ô combien casse-gueule et ardus à aborder au cinéma. En dépit de l'excellente interprétation des talentueux Azéma/Arditi/Ardent/Dussollier, Alain Resnais s'y fourvoie clairement. En effet, le grand réalisateur ne cesse de multiplier les effets rédhibitoires à commencer par ce trop plein de dialogues "philosophiques" à n'en plus finir, mais aussi ces incessants plans de neige tombante sur fond nocturne, accompagnés par les sonorités froides d'un violon pour le moins désagréable! Au final, "L'amour à mort" ne s'avère guère avenant mais franchement longuet, ennuyeux et, avouons-le, plutôt prétentieux. Un échec dans l'immense carrière cinématographique de M. Resnais...
Daft Cold

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 68 critiques

3,0
Publiée le 15/12/2018
Si le fond est vraiment pertinent, la forme, elle, est problématique. Le film amène de bonnes réflexions sur l'amour, la mort et la religion, ainsi que la relation qu'on ces trois éléments entre eux. On sens que le propos est amené avec une reelle envie de transmettre un message, malheureusement, un acteur sur deux n'arrive pas du tout à nous partager tout ça. On retrouve un p Pierre Arditi ultra décevant, là où sa femme (dans le film) brille par son jeu. Un tel décalage empêche l'immersion. Si l'idée de montrer que la mort est toujours présente et peut surgir à tout moment par ces scène de chutes de neiges est une bonne idée à la base, au final c'est très vite ennuyant. Le point fort du film, c'est véritablement les pistes de réflexion qu'il amène, elles sont multiples et très pertinentes. A voir si le sujet vous intéresse !
chrischambers86

Suivre son activité 1033 abonnés Lire ses 10 061 critiques

3,0
Publiée le 12/06/2015
il ne s'agit pas vraiment d'une discussion mètaphysique sur la mort et encore moins d'un essai de rèponse! Le regrettè Alain Resnais traduit à travers ses personnages les questions que chacun se pose d'une manière à la fois violente et poètique! Sabine Azèma et Pierre Arditi s'aiment passionnèment dans "L'amour à mort". Mais après que le personnage de Arditi ait vècu une mort clinique, leur vie va se transformer! Tout ce qui n'est pas sincère et vrai semble dèrisoire pour Arditi! Leurs seuls amis restent un couple de pasteurs, mais aucun d'eux ne peut vraiment l'aider! Alors pour Elisabeth / Azèma et Simon / Arditi, l'amour selon Resnais sera t-il plus fort que la mort ? Avec ses 5 nominations au Cèsar (dont le meilleur rèalisateur), le film repartira bredouille! Tournage à Uzès (30), ville très belle mais très austère à cause de la duretè de l'univers qu'affronte Arditi et Azèma dans un hiver froid et âpre! Le pays, la nature, le paysage, les gens...tout ètè fermè pour les deux acteurs lors du tournage! Un signe annonciateur en somme...
max6m

Suivre son activité 50 abonnés Lire ses 177 critiques

3,0
Publiée le 13/11/2009
"L’amour à mort" est un film très intéressant, mais qui n’est pas à la hauteur de ses ambitions. Des thématiques profondes sont traitées avec une légèreté qui fait tâche face à la recherche formelle très pointue que mène Resnais. Les mots sont impuissants à atteindre le niveau de la mise en scène. Les acteurs sont incapables de soutenir le niveau des questions soulevées par le film. Sabine Azéma en tête, qui à part crier et pleurer, ne sait pas apporter la moindre profondeur à son personnage. Quant à Dussolier et Ardant, ils apparaissent comme tristement conformistes, et peinent à nous intéresser: rien de bien intelligent ou émouvant ne sortira de leur bouche, alors que le propos est en soit intelligent et émouvant! Un paradoxe qui parcourt tout le film. Seul Arditti s’en sort à peu près, mais il le doit à l’aspect fascinant de son personnage: cette recherche, quasi fantastique, des sensations et des sons vécus et entendus durant sa brève mort. Du point de vue de la mise en scène, Resnais s’essaie à un traitement très intéressant du son. La musique d’Henze ponctue les séquences filmées, au cours d’interludes composés de plans de neige sur fond noir, suggérant un absolu (peut-être la mort entrevue par Simon). Ces interludes sont comme une suspension des paroles que l’on vient d’entendre, ce qui créé une forme d’écho dilaté des mots et des images, que nous percevons alors par d’autres voies, celles des oreilles et de l’esprit. Cette spiritualité suggérée est en parfait accord avec le fond du film, qui soulève des questions aussi vastes que les rapports entre l’amour et la mort, le plaisir et la souffrance, l’instant et l’éternité. Le problème, c’est que le film est trop à l’image de ce systématisme d’opposition, qui en devient lassant. Les interludes peinent au bout d’un moment à nous fasciner davantage, d’autant que le procédé ne s’appuie pas sur une matière suffisamment riche (les dialogues). Mon avis, au final, est à l’image de ce film: partagé.
Flavien Poncet

Suivre son activité 141 abonnés Lire ses 1 072 critiques

4,0
Publiée le 23/02/2008
Comme pour «Je t’aime, je t’aime», Alain Resnais construit le titre de «L’amour à mort» (France, 1984) sur une même répétition. Il y a dans l’un comme dans l’autre, les turpitudes de l’amour et la tentation de la mort. Resnais, dans «Je t’aime, je t’aime», ciselait sa narration pour la recoller en mosaïque vertigineuse. Il s’agit d’un procédé très différent pour «L’amour à mort» mais le vertige du malaise conservé. Ce trouble est d’autant plus étouffant qu’il est présent dès la première séquence, où l’on voit Pierre Arditi suffoquer, agoniser avant que de mourir. La mort apparaît pour la première fois. Resnais, comme souvent dans son cinéma, base l’expérience de ses films sur des fabulations construites à partir du temps. Simon veut vivre sa seconde vie en faisant ce qu’il n’aurait pas pu faire s’il était mort, c’est donc déjà les «Ou bien» de «Smoking». D’autant plus que ce n’est pas le personnage d’Arditi qui revit, c’est son personnage décédé qui renaît. Resnais croirait-il à l’amour plus fort que la mort ? C’est sans compter l’attraction dangereuse et implacable de la mort sur les êtres du film. L’œuvre est hantée par la mort. La finitude des choses est nécessairement impliquée dans la cinétique cinématographique mais Resnais la rend formelle par ses cartons noirs ou enneigés. La neige de «L’amour à mort» n’a rien de semblable à celle de «Cœurs». Dans le film de 2007, il neige sur Paris, il neige sur les gens. La neige est protagoniste, elle est matérielle. Dans le film qui nous concerne, la neige est abstraite, elle incarne le tumulte de la vie sur le néant de la mort, sur le noir profond du carton. Autre que la mort, il y a l’amour dans ce film. Et cette terrible accointance qu’elle lit avec la mort en fait une émotion passionnelle. Cette passion est réfléchie, discutée, vécue et subie, tout cela dans des intervalles, dans des scénettes entrecoupées par ces cartons mystérieux. Fomenté dans la flamme des hommes, ce film de Resnais est de ses plus grands.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top