Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Une belle fille comme moi
note moyenne
3,7
180 notes dont 27 critiques
15% (4 critiques)
41% (11 critiques)
15% (4 critiques)
19% (5 critiques)
11% (3 critiques)
0% (0 critique)
Votre avis sur Une belle fille comme moi ?

27 critiques spectateurs

azibaza
azibaza

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 74 critiques

5,0
Publiée le 19/09/2007
On rit davantage en regardant ce film que face à maints films "comiques". Si B Lafont a obtenu un César d'honneur récemment, c'est parce que les César n'existaient pas en 1972 et qu'elle n'a pas pu, à ce moment là, recevoir la statuette qu'elle aurait amplement méritée. Elle est époustouflante. Les "quatre hommes" sont excellents avec peut-être une mention spéciale au regretté Charles Denner. A Dussollier est assez transparent mais c'est sans doute ainsi que Truffaut a du lui demander de jouer. Voilà un acteur qui s'est bonifié, même physiquement, en vieillissant. Pour l'anecdote, on se régale de découvrir Ouvrard (!) en vieux gardien de prison. Attention, ce n'est la nostalgie qui nous pousse a encenser ce film. Au contraire même, Truffaut a su donner un rythme et écrire des dialogues d'une totale modernité. A redécouvrir d'urgence. Pisse froid s'abstenir.
Estonius
Estonius

Suivre son activité 209 abonnés Lire ses 3 164 critiques

5,0
Publiée le 18/05/2015
Une excellente comédie teintée d'humour noir et illuminée par la présence magique de Bernadette Laffont dans le rôle d'une manipulatrice gouailleuse. C'est complètement déjanté, immoral à souhait, le film ne manque pas d'épingler au passage les sociologues, leurs façon de tout expliquer et leurs langages abscons, mais ne cherchons pas trop de message, ce film n'a pas d'autres prétentions que de nous faire passer un excellent moment. Certaines scènes sont inoubliables spoiler: comme le suicide de Denner ou Marchand qui fait l'amour en spoiler: se passant des disques de bruitages de Formule 1 ou encore ou le final, chef d'oeuvre d'humour noir avec la chanson "J'atendrai", chanté par Rina Ketty. . On notera aussi la présence d'Ouvrard en gardien de prison. Ce film est un petit bijou.
Ti Nou
Ti Nou

Suivre son activité 85 abonnés Lire ses 2 410 critiques

5,0
Publiée le 18/12/2011
Ce film de Truffaut est peu connu et pourtant il est excellent. Bernadette Lafont, dans un numéro de séduction brillant, y insuffle une formidable énergie et son rôle ambigu est passionnant. De plus, le second degré ne manque pas.
mazou31
mazou31

Suivre son activité 34 abonnés Lire ses 870 critiques

4,0
Publiée le 01/09/2013
Un film d’humour noir qui a très bien vieilli. François Truffaut, avec son brio habituel, réalise une comédie truculente en s’appuyant sur une pléthore d’acteurs de qualité (Charles Denner superbe en catho refoulé) et surtout sur une Bernadette Lafont sous amphétamines. Ce film reste un régal où l’on ne s’ennuie pas une minute. Comme a dit un cinéaste dont j’ai perdu le nom : « Truffaut met en scène la vulgarité avec élégance… ».
gastonlebrave
gastonlebrave

Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 20 critiques

5,0
Publiée le 16/12/2008
La gouaille de Bernadette Lafont, le jeu impressionnant de Denner, Brasseur, Léotard et Dussolier débutant en naïf aveuglé et berné malgré les mises en garde de l'entourage: un casting de très haut niveau au service d'une histoire rondement mené.
Maitre Kurosawa
Maitre Kurosawa

Suivre son activité 204 abonnés Lire ses 1 293 critiques

1,5
Publiée le 14/04/2017
On peine à croire que c'est bien François Truffaut qui ait été aux commandes de cet aimable navet, lequel met lourdement en scène le trajet d'une manipulatrice vulgaire interprétée par une Bernadette Lafont que l'on préfère filmée par Rivette dans "Out 1" plutôt que la voir jouer les allumeuses prévisibles dans ce film ni fait ni à faire, quoiqu'en partie "sauvé" par un dernier quart d'heure acceptable, gentiment cruel et qui a au moins le mérite d'être écrit. Parce que pendant près d'une heure, on suit un empilage de caricatures lourdingues : le mécano sale et obsédé sexuel, le chanteur qui passe plus de temps avec les filles dans sa loge que sur scène, l'avocat véreux et opportuniste, et enfin le coup de grâce avec le catho dératiseur qui repousse les limites de la débilité. Les acteurs habituellement talentueux qui sont ici à l'oeuvre sont logiquement incapables de sublimer des personnages chargés comme des mules, dont il n'y a pas grand chose à extraire. Soulagé de ne subir qu'une heure et quart de situations gênantes, inintéressantes et souvent hystériques, on tâchera de vite oublier ce film raté ne contenant aucune thématique chère à Truffaut.
pierrre s.
pierrre s.

Suivre son activité 39 abonnés Lire ses 2 388 critiques

3,0
Publiée le 16/07/2018
Avec ce portrait de femme haut en couleur, François Truffaut signait là une comédie noire assez légère. L’ennui c'est que le trait manque souvent de finesse et qu'on tombe parfois dans une caricature grossière.
Akamaru
Akamaru

Suivre son activité 527 abonnés Lire ses 4 333 critiques

2,5
Publiée le 29/07/2013
François Truffaut n'était pas,loin s'en faut,un spécialiste de la comédie. Cela ne veut pas dire que ça ne l'intéressait pas,ou qu'il n'en possédait pas certaines aptitudes. Exemple avec "Une belle fille comme moi"(1972),farce burlesque passée inaperçue(car non promue)entre deux de ses chefs d'œuvres. Truffaut y témoigne une fois de plus de son amour des femmes et du verbe,sans porter de jugement. Bernadette Lafont,épatante de drôlerie physique avec ses formes avantageuses,et sa gouaille rieuse,y joue une femme emprisonnée pour le meurtre de son amant. Sauf qu'au fil de son récit à un journaliste venue l'interviewer,la vérité se révèle plus complexe et tend vers l'étude de mœurs. Camille est en effet une nymphomane,qui ne peut se retenir de coucher avec les hommes qui lui viennent en aide,et ils sont nombreux! Philippe Léotard,Guy Marchand,Claude Brasseur,Charles Denner(fabuleux en dandy dératiseur)et André Dussolier tombent dans ses filets. Si le rythme est un peu forcé,voire décousu,Truffaut s'amuse et amuse le spectateur,sans ambitions déplaçées.
Philippe L
Philippe L

Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 125 critiques

4,0
Publiée le 21/04/2008
detente assuré avec ce film moins grave que les autres truffaut casting de choc,le tout bien realisé
Teresa L.
Teresa L.

Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 148 critiques

1,0
Publiée le 03/05/2013
Sans être pisse-froid, je trouve ce film insupportable. Lafont en fait des tonnes, jusqu'à devenir insupportable, Dussollier est neuneu, la vulgarité est de mise. Seul Denner impressionne avec son rôle impossible mais tenu de main de maître. Pas doué pour la comédie, Truffaut semble se moquer de son public (c'est rare chez lui), ou ne pas maîtriser son sujet. Faute grave.
QuelquesFilms.com
QuelquesFilms.com

Suivre son activité 81 abonnés Lire ses 1 246 critiques

2,0
Publiée le 15/09/2013
Comédie abracadabrante, un peu folle, un peu lourdaude aussi, avec des personnages assez caricaturaux et des acteurs qui en font des tonnes. Bref, un film surprenant (et mineur) dans la filmo de Truffaut, habitué à plus de réalisme et de subtilité. Le registre de la farce n'est pas trop son truc et ça se voit. Pourtant, le cinéaste défendait ce film comme étant "peut-être le plus maîtrisé, cohérent et complémentaire des autres" (Cinématographe n° 15, octobre-novembre 1975) : cohérent dans le sens où Truffaut met en scène une nouvelle figure de femme forte et une nouvelle figure d'homme timide et naïf ; complémentaire dans le sens où il traite avec dérision le romantisme qui imprégnait jusque-là nombre de ses oeuvres. Soit.
AMCHI
AMCHI

Suivre son activité 193 abonnés Lire ses 5 598 critiques

4,0
Publiée le 16/02/2007
Une belle fille comme moi est une sympathique comédie agréablement interprétée et d'un ton joyeux et gentillement moqueur. Bernadette Laffont apporte sa sensualité à la coquine héroïne que nous ne parvenons pas à détester malgré ses nombreux défauts, elle a le don de faire tourner la tête de tout les mâles qu'elle croise (souvent pour leur malheur, ah la chair est bien faible) et même ce pauvre et sympathique sociologue (joué par André Dusollier dans ses débuts) qui étudie son cas en prison dont l'innocente naïveté lui sera fatale. La fin est injuste mais le film est bon.
Denis F
Denis F

Suivre son activité Lire sa critique

4,0
Publiée le 29/04/2019
Un film méconnu et mésestimé, notamment par les contempteurs de François Truffaut, qui sont passés a côté de la plaque par esthétisme ou par snobisme intellectuel. Une belle fille comme moi est une comédie noire et loufoque que l’on peut rapprocher d’autres films de la fin des années 60 et 70 (The Party, les Producteurs, le Viager). Une fillette innocente (ou presque) va se révéler rapidement une nymphomane amorale, manipulatrice et arriviste. Elle va user et abuser une galerie de mâles stupides ou méchants, dotés de personnalités très différentes mais tous accros au sexe et sous son charme. Tous excellents, dans l’ordre : Philippe Leotard, Guy Marchand, Claude Brasseur, Charles Denner (avec une mention spéciale) et pour finir, un débutant en 1972, André Dussollier Le trait volontairement forcé et la grossièreté font partie de l’exercice, mais ne nuisent pas à la satire. Le dénouement est particulièrement hilarant. A noter qu’un film américain des années 2000, «Belle mais dangereuse » avec Liv Tyler dans le rôle de la garce fatale et Michael Douglas, reprend une thème voisin 7avec moins de brio et un synopsis un peu différent. François Truffaut ne considérait pas du tout ce film comme mineur dans sa cinématographie. C’est bien notre avis.
Ricco92
Ricco92

Suivre son activité 55 abonnés Lire ses 1 133 critiques

4,0
Publiée le 25/09/2018
S’il existe bien un film à part dans la carrière de François Truffaut, c’est bien Une belle fille comme moi. En effet, même si on trouve régulièrement des éléments humoristiques dans les différents films du cinéaste, ce dernier n’est pas un habitué des comédies farfelues, ce qui est le cas d’Une belle fille comme moi. Ainsi, le film est constamment traité sur le ton comique et n’hésite pas à rendre les actions volontairement peu crédiblesspoiler: (l’accident de Clovis) voire totalement irréalistespoiler: (Camille enfant qui s’envole). Truffaut semble avoir fait le film pour s’amuser. Il joue avec la structure cinématographique en construisant son film avec des flashbacks rentrant régulièrement en contradiction avec les propos de Camillespoiler: (ils rétablissent la vérité sur les récits mensongers de son héroïne même s’ils sont montrés de façon fantaisiste) et en jouant sur le sonspoiler: (Arthur qui regarde la route vide en tournant la tête comme si des voitures passaient alors que la bande son est constituée des bruits de courses automobiles que Sam Golden passe quand il fait l’amour et qui sont logiquement inaudibles par Arthur vu l’endroit où il se trouve). Cela ne l’empêche cependant pas d’évoquer sur un ton comique l’intégrité des vrais cinéastes avec la séquence où un enfant refuse de montrer le film qu’il a tourné et qui sert à innocenter Camille tant que celui-ci n’est pas totalement monté. Truffaut s’amuse et ses différents acteurs en font de même : Bernadette Lafont qui se voit offert un véritable show pour elle pour ses retrouvailles avec Truffaut 15 ans après Les Mistons, Claude Brasseur, Charles Denner, Guy Marchand, André Dussolier (dans son premier véritable rôle au cinéma) ou encore Philippe Léotard. Ainsi, même s’il est vraisemblablement une des œuvres les plus mineures du cinéaste, Une belle fille comme moi reste un film distrayant qui est à voir comme un moment de récréation dans la carrière de François Truffaut qui signera un de ses films les plus personnels l’année suivante : La Nuit américaine.
christophe M.
christophe M.

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 453 critiques

4,5
Publiée le 14/07/2018
un excellent témoignage de l insouciance des années 70 avec une Bernadette Laffont sublime de petulance
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top