Notez des films
Mon AlloCiné
    Les Dix commandements
    note moyenne
    3,9
    5043 notes dont 165 critiques
    répartition des 165 critiques par note
    76 critiques
    49 critiques
    24 critiques
    8 critiques
    4 critiques
    4 critiques
    Votre avis sur Les Dix commandements ?

    165 critiques spectateurs

    fandecaoch
    fandecaoch

    Suivre son activité 546 abonnés Lire ses 2 233 critiques

    5,0
    Publiée le 29 mars 2016
    Les Dix commandements : Un péplum des plus majestueux et incroyable pour l’époque. Bon, j’ai vu la version restauré qui est passé à la tv qui est d’ailleurs très bien refait, bravo pour le boulot. Mais sans ça, c’est un grand classique du 7eme art, qui est réussit sur tous les formes. Et je suis encore subjugué et étonné de ne ressentir aucune nuance de lassitude et d’ennui en regardant ce film qui dure quand même 3 heurs 40, ce n’est pas rien mais je suis admiratif car des fois, on regarde des films 1 heurs 30 et on dirait que ça dure plus longtemps alors que la, c’est l’inverse. C’est parce que, c’est intéressant et prenant a suive. On est conquit par l’histoire, les décors, les personnages, dialogues… et ça du début jusqu'à la fin. On le film nous retrace l’histoire de Moise de son enfance, à l’exode et franchement, c’est très fidèle, ils pouvaient avec cette longueur, tout est détaillé, bien résumé, cela retrace parfaitement et sans détournement ou prise d’opinion l’histoire et toute l’époque qui représente. De ce point du vue la, c’est encore une fois une grande réussit, l’ambiance est excellente, très typique des anciens films avec une réalisation du feu de Dieu qui malgré que on voit les incrustations, c’était très bien fait pour l’époque, le cadre et la mise en scène est simple, visuel, ça c’est du vrai cinéma pour moi, sans en voulant faire de trop et pourtant, le coté épique y est. Les musiques qui accompagnent les images sont superbes aussi. Et pour finir, parlons d’un gros point fort du film, son casting : Charlton Heston (Ben Hur), Yul Brynner, Edward G. Robinson… Et ils sont tous crédibles et convaincants, ça c’est des acteurs. Donc voila, a voir car ça vaut le détour, pour ceux qui veulent apprendre et connaitre ce qui c'est passé pendant l’Exode ou ceux qui veulent être admiratif dans du vrai cinéma, car oui, comme un tableau, ce film est de l’art : un classique.
    Chris46
    Chris46

    Suivre son activité 287 abonnés Lire ses 978 critiques

    4,0
    Publiée le 8 septembre 2014
    " les 10 commandements " très grand classique du 7e art . Ce film raconte l'histoire de Moïse . L'histoire se déroule en Égypte a l'époque des pharaons . Les égyptiens ont réduis le peuple hébreux en esclavage et se servent d'eux pour construire leurs édifices . Des prophètes annonce aux pharaon qu'un libérateur naîtra bientôt et libérera le peuple hébreux . Le pharaon décide alors de tuer tout les nouveaux né hébreux . Une femme réussit a sauver son nouveau née en le cachant dans un panier et en le faisant dériver sur le nile . Il est trouver par la fille du pharaon qui décide de le garder et de le nommer Moïse. Bien des années plus tard Moïse est devenu l'un des princes d'Egypte et l'un des futur successeurs au trône d'Egypte . Mais Moïse va découvrir ses véritables origine . Commence alors pour lui une quête pour libérer son peuple hébreux esclave des égyptiens ... " les 10 commandements " de Cécile b . De mille est un véritable monument du 7e art qu'on ne présente plus . Le film est une reconstitution tout simplement grandiose de la vie de Moïse . Charlton heston est tout simplement époustouflant dans le rôle de Moïse . On suit avec passion son évolution tout au long du film de prince d'Egypte au libérateur tant attendu qui va tenter de libérer son peuple hébreux de l'esclavage égyptien . Yul brynner est également exceptionnelle dans le rôle du pharaon ramses qui ne voudra en aucun cas libérer le peuple hébreux . Leur face a face est magistral . L'histoire est vraiment passionnante a suivre de bout en bout . Le film dure près de 4 heures et je n'ai pas ressentit d'ennuis . J'ai vraiment été pris dans l'histoire de la première a la dernière minute . Les 4 heures passe comme une lettre a la poste. On suit avec passion l'histoire de moise ce prince d'égypte qui va tenter de libérer son peuple . La mise en scène de Cécile b . De mille est magistral. Il nous offre un spectacle tout simplement grandiose avec des milliers de figurants jouant les esclaves hébreux , des décors tout simplement grandiose , des costumes splendide , des paysages égyptiens tout simplement magnifique et dépaysant , des effets spéciaux époustouflant pour l'époque qui même aujourd'hui ne sont pas trop désuet et encore assez impressionnant nottament lors de la séquence de la mer rouge . Ce film est une superbe fresque de 4 heures . Certains plans sont vraiment magnifique et grandiose . Certaines séquences sont vraiment anthologique et graver a jamais dans la mémoire collective et dans l'histoire du 7e art . On pense bien évidemment a la scène spectaculaire de l'ouverture de la mer rouge par moise pour tenter de faire passer le peuple hébreux poursuivit par les troupe de ramses . Même 50 ans après cette scène est toujour aussi impressionnante . Ce film est un péplum grandiose et un film d'aventure vraiment épique . La musique est également magistral et accompagne chaque scène magistralement . Un monument du 7e art qui a marqué a jamais l'histoire du cinema .
    Julien D
    Julien D

    Suivre son activité 565 abonnés Lire ses 3 461 critiques

    5,0
    Publiée le 20 avril 2012
    A la fois le plus majestueux des films religieux et l’un des plus grands péplums (avec BEN-HUR incarné par le même Charlton Heston), ce vaste projet qu’entrepris Cecil B. DeMille un quart de siècle après sa première adaptation de l’ancien Testament reste une œuvre magistrale dans l’histoire du 7ème art. Des décors colossaux, des figurants par milliers, un casting prestigieux (le face à face entre Heston et Yul Brynner est mémorable !) mais aussi des effets spéciaux qui firent date donnent sa force à ce récit biblique jonché, sur sa longue durée, de scènes inoubliables. Il n’en fallait pas moins pour donner une telle reconnaissance internationale à une œuvre qui, aussi spectaculaire soit-elle, est littéralement issue de la culture judéo-chrétienne.
    Fan2contes
    Fan2contes

    Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 461 critiques

    5,0
    Publiée le 19 janvier 2013
    Certainement mon film préféré!!!!!!!!! Il est juste grandiose!!!!!! Tous les acteurs jouent merveilleusement bien ( mentions spéciales pour Charlton Heston, Yul Brynner et Anne Baxter). C'est un film d'une très grande beauté, qui n'a pas pris une ride. Il a dû coûter la peau des fesses. Mais ça en valait la peine. Je l'ai vu je ne sais combien de fois. Mais je ne m'en lasse pas. Je suis même capable de regarder les deux parties en une fois. Les vieux péplums m'ont toujours plus. Je les trouve incroyablement beaux, et remplis de charme. Celui-là est le meilleur qu'il m'a été donné de voir. Une vraie merveille à voir, surtout s'il on est croyant.
    Zorrine
    Zorrine

    Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 228 critiques

    5,0
    Publiée le 19 septembre 2015
    Alors là, mon film préféré, et de loin!!!!!! Ce film est juste une merveilleux. C'est le bijou des péplums. Il est bien meilleur qu' Exodus ( qui m'a déçue, mais j'y reviendrais un jour), ou " Le prince d'Egypte" ( que je ne trouve pas "mauvais" mais moyen dans l'adaptation). Les acteurs sont juste parfaits!!! L'histoire est fidèle à la bible, Moïse est attachant!!!!! Le film est bluffant visuellement!!!! C'est une merveilleuse ode à la liberté!!!!! Un grand chef d'œuvre, à voir d'urgence, si vous ne l'avez toujours pas vu!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! 99999999999999999999/20 ( au moins!) :
    Malevolent Reviews
    Malevolent Reviews

    Suivre son activité 462 abonnés Lire ses 3 205 critiques

    5,0
    Publiée le 18 novembre 2013
    Le chef-d'œuvre de Cecil B. DeMille ne veut pas vieillir. Ses 3h30 passent agréablement, le film étant magnifiquement rythmé, mis en scène et interprété que l'on n'a à redire. Le réalisateur sépare son œuvre en plusieurs segments qui s'enchainent à merveille sans lassitude aucune. Les acteurs sont tout bonnement excellents, de Charlton Heston, littéralement habitué par son personnage aux multiples facettes, aux sublimes Anne Baxter et Debra Paget, en passant par l'imposant Yul Brynner, parfait en être vil et intéressé... Les effets spéciaux sont encore tenaces et tiennent la route dans des scènes mémorables comme la transformation du bâton en serpent, la séparation de la mer en deux ou encore l'écriture des tables par « le doigt de Dieu ». Ajoutez à cela des décors quasi-inégalés et une musique bouleversante et vous obtenez ce que je qualifie de vrai chef-d'œuvre du 7ème Art. Les effets spéciaux sont encore tenaces et tiennent la route dans des scènes mémorables comme la transformation du bâton en serpent, la séparation de la mer en deux ou encore l'écriture des tables par « le doigt de Dieu ». Ajoutez à cela des décors quasi-inégalés et une musique bouleversante et vous obtenez ce que je qualifie de vrai chef-d'œuvre du 7ème Art.
    Benjamin A
    Benjamin A

    Suivre son activité 401 abonnés Lire ses 1 901 critiques

    4,5
    Publiée le 13 décembre 2014
    Alors que sa riche carrière couronnée de plusieurs succès commence à prendre fin, Cecil B. DeMille signe comme dernier film achevé une nouvelle version de l'histoire des 10 commandements qu'il avait déjà adaptée en 1923. Il met en scène la libération des Hébreux, qui étaient alors esclaves en Égypte, orchestré par Moïse. Alors, autant le dire tout de suite, si j'apprécie les longues fresques de l'âge d'or hollywoodien, j'avais tout de même peur de l'excès de symbolisme et lourdeur dû à la religion, ce qui m'avait déjà dérangé dans la première version de DeMille ou dans un film comme "Ben Hur" version Wyler. Ici ce n'est pas le cas, loin de là même car si la religion est présente, elle n'est ni accentué, ni lourde et les propos de DeMille tournent plus autour de la liberté. Ce n'est pas vraiment un remake du film qu'il a réalisé en 1923 mais plutôt une nouvelle adaptation des écrits bibliques où il se concentre uniquement sur la vie et le destin de Moïse (alors que ça n'occupait qu'un tiers de son film de 1923), de la façon dont il est élevé comme un prince alors qu'il était juste destiné à se faire tuer à sa naissance, jusqu'à l'exode. Pour ce, plusieurs passages sont réécrits car non présent dans la Bible, notamment ceux tournant autour des relations entre Moïse, Néfertari et Ramsès II et plus généralement les événements avant l'exode. Et quelle claque ! Partant d'un scénario fort intéressant et très bien écrit, que ce soit au niveau des personnages, dialogues, relations entre eux et déroulement de l'histoire, Cecil B. DeMille livre une fresque aussi passionnante que grandiose. Son sens de la démesure n'a guère d'égal et il le maîtrise à merveille, exploitant de fort belle manière les nombreux décors et figurants (plus de 20 000, sans compter les 10 000 animaux), il a le sens du détail et livre une reconstitution à la fois gigantesque et minutieuse (surtout les intérieurs) que sa caméra met parfaitement en valeur, comme en témoignent de nombreuses scènes, que ce soit dans les palais, dans le désert ou bien évidemment toute la dernière partie du film et il donne un souffle épique à l'oeuvre. Toute la réussite du film de DeMille tient au fait qu'il ne néglige jamais le fond pour la forme. Il prend le temps de bien développer les personnages et notamment le trio Moïse, Néfertari et Ramsès, mettre en avant les ambitions, hésitations et faiblesses des uns et des autres et oppose un Ramsès qui ne rêve que du trône et du pouvoir qui va avec face à Moïse qui lui se préoccupe d'autres choses. Puis peu à peu, après avoir étudié les relations, il met en place l'exode de Moïse après la découverte de ses origines puis sa quête à savoir libérer le peuple hébreu de l'esclavage. L'ensemble est totalement maîtrisé par DeMille qui, à travers un montage intelligent, découpe son récit de manière fluide et, tout en braquant sa caméra sur Moïse, il donne de l'importance à tous les personnages sans en oublier. Le récit est riche et on n'a pas le temps de s'ennuyer, de plus DeMille alterne bien entre scène intimiste et spectaculaire. Il prend un parti pris parfois théâtral dans les dialogues et jeu d'acteur mais ici aussi il fait preuve de maîtrise et les envolées shakespeariennes de Moïse sont savoureuses. Visuellement, le film bénéficie d'un magnifique et flamboyant technicolor, de plus la partition musicale est parfaite et devant la caméra, les acteurs sont impeccables. Charlton Heston est charismatique à souhait en leader de foule et son charisme a peu d’égal. Et sinon, la distribution pharaonique est à la hauteur de son talent, que ce soit Yul Brynner, Vincent Price, Anne Baxter ou encore Edward G. Robinson. Du très grand spectacle à la hauteur de sa réputation et Cecil B. DeMille livre un film aussi abouti sur le fond que sur la forme, à la fois épique, grandiose, intimiste et passionnant. Du très grand cinéma.
    Jahro
    Jahro

    Suivre son activité 34 abonnés Lire ses 684 critiques

    2,0
    Publiée le 9 mars 2015
    Si c’est un certain Lindsey qui a créé l’ampoule, Cecil B. De Mille a lui rendu ses lettres de créance à l’adjectif « ampoulé ». Une bobine de quatre heures, jalonnée d’un intro emphatique et d’un entracte bienvenu, des envolées lyriques légères comme un lot d’enclumes, une réécriture poussive de la Bible qui s’affranchit de toute symbolique, on n’a pas l’habitude de devoir goûter à tant de guimauve auto-satisfaite – le temps d’un seul film, serait-on tenté d’ajouter ; mais après tout celui-ci dure comme deux. Face aux effets spéciaux ringards et envahissants, les acteurs se divisent : devant, les héros la jouent théâtral pour garder la tête froide et hors de cette mer de paillettes doucereuses ; derrière, les figurants, agglutinés par centaines, tentent de faire bonne figure pendant les quelques instants de trêve que s’accorde le tournage sinon majoritairement studio. Soyons juste, les premières minutes conservent un certain charme, historique et aventureux. Mais le déclin vient précisément de sa destination : non, Charlton Heston en prophète, ce n’est pas ça. De bel éphèbe courageux et charismatique, l’acteur vire à l’inerte, hanté, bourru et pathétique. Après une heure ou deux, on assiste estomaqués à la naissance d’un peuple, puisque c’est là, auprès de ce vieil ours halluciné que chacun choisit de rester. Nous, c’est surtout là qu’on commence à penser partir.
    Max Rss
    Max Rss

    Suivre son activité 79 abonnés Lire ses 1 571 critiques

    3,0
    Publiée le 24 juillet 2015
    Sorti en 1956, « Les Dix Commandements » est sans aucun doute le film le plus titanesque que le vieil Hollywood ait un jour produit. 7 mois de tournage, plus de dix mille figurants et plus de cent mille accessoires ont été nécessaires pour que le film voit le jour. Et le tout pour treize millions de dollars, un budget colossal pour l'époque. Autrement dit, Cécil B. DeMille avait vraiment intérêt à ne pas rater son coup. « Les Dix Commandements » ou l'histoire de Moïse, fils d'esclaves hébreux, sauvé des eaux du Nil qui va être adopté par la fille du pharaon Séthi Ier. Ainsi, Moïse est en passe de devenir le prochain roi d'Egypte jusqu'à ce qu'il découvre qu'il est Hébreux et décide de libérer son peuple du joug de la servitude. Il est vrai qu'au premier abord, le film a de quoi effrayer, d'abord à cause de sa durée (3h35, ça peut-être très dur à encaisser pour qui n'est pas préparé), le thème abordé, quand on n'y croit pas (ce qui est mon cas) peut rapidement taper sur le système et surtout on peut avoir la peur de regarder un film prosélyte. Finalement, ces craintes sont assez dissipées, car DeMille a compris justement qu'il ne fallait pas bourrer le crâne du spectateur avec toutes ces histoires à caractère religieux. Il a compris qu'il fallait évoquer la vie de Moïse d'une manière quasi Shakespearienne et spectaculaire pour ne pas perdre son public en cours de route. Le spectacle lui, est au rendez-vous. Bien que méga kitsch, les effets spéciaux dégagent encore un certain charme, ce qui fait que les scènes qui y ont recours sont assez bluffantes : la transformations des glaives et bâtons en serpents ou l'ouverture de la Mer Rouge. Cependant, le film comprend aussi des défauts : si la première partie où les enjeux se mettent en place (notamment ceux entre Moïse et Ramsès II) est passionnante, la deuxième, commençant au moment où Moïse devient le messager d'un dieu que l'on ne connaît pas et qui est chargé par celui-ci de mener son peuple vers la « Terre promise » a tendance à tirer en longueur (notamment les 20 dernières minutes) et se montre finalement assez manichéenne et réductrice dans son développement, la libération du peuple se fait quasiment en un claquement de doigts, c'est dommage. « Les Dix Commandements », c'est un face à face entre deux personnages, donc entre deux acteurs : Charlton Heston et Yul Brynner donnant tous deux de leur personne et rivalisant de charisme. Heston se permettant même de remporter le duel et ce n'est pas rien, tant Brynner avait à l'écran une présence bestiale. « Les Dix Commandements », malgré ses défauts, ses moments creux reste tout de même une étape obligatoire pour toute personne s'intéressant de près ou de loin au cinéma.
    titicaca120
    titicaca120

    Suivre son activité 220 abonnés Lire ses 2 179 critiques

    5,0
    Publiée le 6 octobre 2007
    le plus grand peplum de l'histoire du cinéma. le chef d'oeuvre absolu souvent imité jamais égalé. là des scénes cultes il y en a tout le long du film. un casting phénoménal , tout est magistral même 50 ans plus tard.
    João J.
    João J.

    Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 199 critiques

    2,0
    Publiée le 7 octobre 2014
    Revue frelaté post maccarthyste, ce film est un prétexte à l'imposition du modèle judéo-américain se manifestant par le Destinée manifeste, si j'ose dire. La super production quant à elle est impressionnante et ravi les yeux et les acteurs jouent à fond. D'ailleurs comme dans le prochain Exodus de Ridley Scott, tous les protagonistes principaux sont blanc alors que l'action se déroule en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Dans le genre, préférez Ben Hur.
    fredoric1001
    fredoric1001

    Suivre son activité Lire ses 3 critiques

    5,0
    Publiée le 31 mars 2016
    En comparaison du cinéma actuel et de tout ce à quoi nous sommes habitué en 2016, l'on serai tenté de sous-noter ce film pour de mauvaises raisons, longueur, effets visuels... mais....simplement un mot : 1955 !!! Ce film mérite amplement son statut de monument, dans tout les sens du terme. Ce film nous présente un point de vu biblique de ces évènements, inutile dès lors de critiquer ce film pour des incohérences historiques, c'est un film religieux avant d'être un film historique, du moins à mon sens. Dès lors que l'on est capable d'accepter ce postula, force est de constater que Cecil B. DeMille nous propose un film qu'il à voulut à la hauteur du récit. Certes certaines incrustation peuvent faire sourire, sans être mal faite, en 2016, mais en parallèle de ces quelques effets vieillot, j'ai personnellement été scotché par les scènes de "foules" ! En 1955, je ne pense pas que le copié/collé numérique existait, et voir ces centaines, ces milliers de figurants en costumes, qui plus est d'excellente qualités, ni trop "propre", ni trop "sale", tous clairement habité par leur rôle. L'on ressens partout cette volonté de perfection, dans les plus petits détails jusqu'aux dialogues intentionnellement "puissants", au sens biblique. A l'heure de la sur-utilisation des images de synthèses et de la course à la rentabilité au détriment de la démarche artistique, le film et le réalisateur s'assument dans leur démarche, et cela donne à ce film, comme aux autres péplums et classiques de cette époque, un cachet d'authenticité, une âme...
    NicoMyers
    NicoMyers

    Suivre son activité 42 abonnés Lire ses 302 critiques

    1,0
    Publiée le 20 décembre 2008
    Dernier film de Cecil B. DeMille, Les Dix Commandements est resté un classique dans l’histoire du cinéma. Néanmoins, sont rang n’est peut-être pas mérité : la mise en scène est très académique et statique (malgré la beauté de certaines images) et les costumes et les effets spéciaux font aujourd’hui sourire, malgré la grandeur de la superproduction.Le film est divisé en deux parties symétriques. Dans la première, Moïse enfant est abandonné par sa mère pauvre, et est recueilli par une princesse Egyptienne ; dans la seconde, il est abandonné par sa famille royale, et est recueilli par des bergers. L’histoire des Saintes Ecriture est donc plutôt bien scénarisée, mais comme je l’ai déjà dit, Les Dix Commandements souffre d’être trop longuet, trop classique, trop théâtral ; il donne bien souvent l’impression d’être un cours de catéchisme. Maintenant, il serait injuste d’oublier des scènes comme celle d’introduction, ou celle présentant le travail des esclaves, de la marche de Moïse dans le désert ou du buisson ardant (celle de la mer séparée en deux m’ayant plutôt déçue). Mais ça ne suffit pas à le sauver, il est tout de même trop plat, bien loin derrière Spartacus par exemple. Ma note : 7/10
    Hotinhere
    Hotinhere

    Suivre son activité 57 abonnés Lire ses 1 805 critiques

    4,5
    Publiée le 21 janvier 2014
    Une super production épique, extravagante et splendide, au récit dense, aux couleurs somptueuses et à l’interprétation magistrale (Charlton Heston prodigieux dans le rôle de Moise).
    cylon86
    cylon86

    Suivre son activité 913 abonnés Lire ses 4 430 critiques

    4,0
    Publiée le 6 décembre 2014
    Cecil B. DeMille avait déjà réalisé une version de ces "Dix Commandements" en 1923 mais il s'attaque de nouveau à l'histoire 33 ans plus tard pour réaliser son dernier film avec les moyens (impressionnants) de l'époque. Filmé en Technicolor dans des décors somptueux où des milliers de figurants évoluent, le film nous évoque la vie de Moïse et la lourde tâche qui lui a été confiée pendant plus de 3h30. Encore aujourd'hui, le spectacle est saisissant. Si l'aspect religieux est parfois un peu balourd, c'est toujours le divertissement qui prime et le réalisateur sait offrir au spectateur ce qu'il veut. Filmé avec une véritable maîtrise, truffé de scènes inoubliables (la scène de la Mer Rouge qui s'ouvre, grandiose), "Les Dix Commandements" est de ces grandes fresques que l'on faisait à une époque où il fallait faire sans numérique pour fournir un vrai spectacle visuel au public. Tout a beau n'être qu'illusion, elle n'en est pas moins palpable et authentique et on ne peut qu'admirer le travail fourni sur l'ensemble. Spectacle total dans toute sa démesure, l'ensemble ne serait pas aussi brillant s'il n'était pas porté par un casting en or. Si l'on retiendra surtout Charlton Heston, Yul Brynner, Anne Baxter, Edward G. Robinson et Vincent Price ne sont pas en reste.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top