Mon AlloCiné
    Les Barbouzes
    note moyenne
    3,8
    1435 notes dont 114 critiques
    11% (13 critiques)
    33% (38 critiques)
    36% (41 critiques)
    11% (13 critiques)
    7% (8 critiques)
    1% (1 critique)
    Votre avis sur Les Barbouzes ?

    114 critiques spectateurs

    Black-Night
    Black-Night

    Suivre son activité 113 abonnés Lire ses 52 critiques

    3,5
    Les Barbouzes est un bon film. Comment en évoquant et en parlant de ce film, ne pas faire illusion au chef d'œuvre qu'est Les Tontons Flingueurs du même réalisateur sortie un an plus tôt. Il en est bien difficile d'y faire abstraction car souvent comparé, et qu'il y fait lui-même au final quelques allusions avec quelques clins d’œil. Bien qu'il faille quand même se concentrer sur ce dernier, je dirais juste que l'autre film est indétrônable et qu'il est bien meilleur sur tous les points, que ce soit au niveau de la mise en place de l'histoire, du comique, du jeu des acteurs, des dialogues et de la musique. Revenons donc sur le dit film en question. Un peu déçu au final bien que l'ayant apprécié tout de même et trouvé bon dans son ensemble pour ces nombreuses qualités, reconnaissons-le, mais aussi certaines faiblesses et défauts. Ici l'histoire est un peu moins importante, moins intéressante, elle n'est que prétexte à servir les nombreuses situations délirantes, comiques surtout misent en place dans la seconde partie du métrage. Le film est malheureusement ponctué de temps morts parfois, une mise en place un brin longuette avec surtout une introduction un peu déconcertante et ne donnant pas vraiment envie. Une fois le film lancé, on reprend un peu le schéma de celui d'avant et cela fonctionne, pas aussi fort mais très bien quand même. Une ambiance noire mais joviale nous est servi pour cette comédie parodique d'espionnage qui ira volontairement et drôlement dans l'exagération où l'on aura donc une ambiance très particulière pour ce métrage. L'on reconnaîtra la patte du réalisateur Georges Lautner, dans son style, dans sa bonne réalisation avec encore souvent des plans en contre bas et des gros plans, typique dans sa technique qui fonctionnent toujours bien apportant souvent le sourire et le rire. Le burlesque dans ce film, est bien mis en valeur, les situations cocasses et comiques aussi et apportent le rire mais pas autant qu'on l'aurait souhaité, plus de sourires hélas. Les dialogues d'Audiard restent encore de sacrés morceaux cependant et j'en citerais deux qui m'ont énormément plu pour celui-là avec une phrase prononcé par Francis Blanche "On le tue tout de suite, ou on boit un café d'abord" et une autre par Lino Ventura "Un barbu, c'est un barbu mais trois barbus, c'est des Barbouzes" vraiment excellents. Souvent la mise en place des situations comiques se fera en présence de la musique, qui ici est sympathique, de bonne facture, intéressante et bien correspondante au genre. J'en viens et termine maintenant avec son célèbre et talentueux casting avec une troupe géniale composé de Lino Ventura excellent, Bernard Blier excellent, mon préféré qui m'apporte toujours beaucoup de rires, l'excellent Francis Blanche, le bon Charles Millot, l'épatante Mireille Darc. En clair, en dessous du cultissime Les Tontons Flingueurs, mais un bon moment en perspective où les acteurs s'en donnent à cœur joie pour notre plus grand plaisir subjugué par une bonne réalisation, où le noir et blanc magnifie les images et correspond à l'ambiance ainsi que de bonnes situations comiques présentes. A voir. Ma note : 7/10 !
    Yannickcinéphile
    Yannickcinéphile

    Suivre son activité 215 abonnés Lire ses 1 413 critiques

    4,0
    Les Barbouzes est sans doute un des meilleurs films de Lautner. Si la dernière partie part en cacahuètes, un peu quand même, et si l’humour est parfois redondant, l’ensemble est tout de même décapant, et pour son époque, doté d’un style original. Le casting est très convaincant. Le quatuor Ventura-Blanche-Blier-Millot est réellement complémentaire, et les acteurs jouent avec jubilation leurs personnages respectifs. Entouré de seconds rôles attrayants (le très jolie Mireille Darc, un peu en retrait quand même ici, Jess Hahn, l’Américain de service…), ils nous offrent une lutte des services d’espionnage très fendarde. Portant le film, surtout dans la dernière partie qui accuse un essoufflement certain, ils méritent le détour. Le film s’appuie sur un scénario très parodique, déjanté et souvent absurde. L’humour est dans cette veine, et le résultat est singulier. En tout cas, ça file vite, c’est volontiers débile mais pour la bonne cause de l’humour, c’est excessif et très caricatural, mais c’est un moment potache très amusant. La meilleure partie reste celle du château, car il est vrai que le film peine à se renouveler dans sa dernière partie, accusant à la fois une baisse de régime, mais aussi un manque de pistes réelles pour avancer, vu que le scénario reste assez minimaliste. Après, ce n’est pas catastrophique, mais c’est certain qu’après les moments mémorables de la première heure, la dernière demi-heure laisse un goût plus mitigé. Visuellement c’est bien. Bel usage des décors du château, avec ses passages secrets, ses armures, ses douves, bref, il est utilisé à bon escient pour les gags. Il y a des séquences référencées, comme celle du train, et globalement Les Barbouzes témoigne d’un vrai soin formel, ce qui chez Lautner est loin d’être fréquent. A noter que le style, la mise en scène, rappelle pas mal le film le plus connu du réalisateur : Les Tontons flingueurs. Pour moi, Les Barbouzes est un film très amusant, qui redore le blason d’un Lautner que j’ai trop souvent connu bien peu inspiré. Ici c’est de la comédie populaire décalé et foldingue qui vaut le détour, et rappellera le talent de ses acteurs par la même occasion. 4
    Estonius
    Estonius

    Suivre son activité 221 abonnés Lire ses 1 025 critiques

    4,0
    Il s'agit d'une parodie loufoque des films d'espionnage. C'est d'abord un film d'acteurs. Si Lino Venture est fidèle à lui-même, Françis Blanche en fait de trop, et Bernard Blier est absolument parfait. Quant à Mireille Darc... putain, qu'elle était mignonne ! La mise en scène volontairement loufoque est très efficace
    dougray
    dougray

    Suivre son activité 103 abonnés Lire ses 1 619 critiques

    2,5
    En espérant faire un film dans la lignée de leur immortel chef-d’œuvre, l’équipe des "Tontons flingueurs" s’est gentiment plantée. Sans aller jusqu’à parler de naufrage, il faut bien admettre que le film adopte un ton outrageusement burlesque qui n’a pas résisté aux ravages du temps. Pourtant, on ne peut rien reprocher au casting qui réunit quelques grands noms de l’époque : Lino Ventura en baroudeur classe et bagarreur, Bernard Blier en faux curé magnifique, Francis Blanche en espion russe hystérique, la jeune Mireille Darc toute mignonne dans un de ses premiers rôles sans oublier Noël Roquevert en colonel français. Quant aux dialogues signés du grand Michel Audiard, ils sont certes moins brillants qu’à l’accoutumée mais toujours bons à prendre ("La vérité n'est jamais bonne à dire, sinon tout le monde la dirait !", "La retraite, faut la prendre jeune ! - Faut surtout la prendre vivant ! C'est pas dans les moyens de tout le monde"…). Le problème vient plutôt du scénario plus que léger qui se résume essentiellement à une succession de coups tordus et de fusillades dans les règles entre espions ennemis. Georges Lautner a certes toujours dit qu’il avait réalisé ce film avec son équipe pour se faire plaisir mais était-ce une raison pour faire l’économie d’une intrigue digne de ce nom et d’une mise en scène travaillée (on ne compte plus les longueurs et les séquences répétitives) ? Et que dire de l’intervention plus que limite des agents asiatiques ? Reste que certaines scènes valent le détour ne serait-ce qu’en raison de leur 2nd degré, épatants pour l’époque (la jeune veuve qui ne semblent ne rien voir de ce qui se trame autour d’elle, l’Américain qui passe régulièrement à travers la fenêtre…). Et puis, un film avec Lino Ventura a toujours un intérêt.
    Akamaru
    Akamaru

    Suivre son activité 548 abonnés Lire ses 4 294 critiques

    3,0
    Bien entendu,beaucoup ont cru voir dans "les Barbouzes" une sorte de suite aux cultissimes "Tontons flingueurs".Même réalisateur:Georges Lautner.Même dialoguiste:Michel Audiard.Mêmes acteurs:Lino Ventura,Bernard Blier,Francis Blanche.Et même utilisation du noir et blanc.Seulement,ici,on se situe dans la parodie complète des films d'espionnage.Tous les clichés du genre sont volontairement inclus pour en faire une utilisation burlesque.Il n'y a pas d'histoire,ou si peu.Lautner s'est surtout amusé à reconstituer sa bande de potes,dans une mission trépidante,où les gueules de Ventura,Blier et Blanche,jonglent avec les mots d'esprit truculents d'Audiard.Ce n'est que du plaisir,et tant pis si la vraisemblance est bafouée,ou si un coup de vieux se fait sentir,notamment dans la vision de Lautner,farouchement franchouillarde.Les décors sont jetés en pâture à ces drôles d'espions,qui se cognent,se poursuivent,s'épient et se disputent aussi le coeur de la jolie Amaranthe,veuve faussement éplorée,détenant des secrets d'armements.La beauté douce et éclatante de Mireille Darc saute aux yeux.On rit de bon coeur avec ces acteurs d'un autre temps.On savoure chaque gag,surtout les plus visuels,comme le running gag de l'Américain jeté par la fenêtre.Ca rend tout nostalgique.
    _domimi_
    _domimi_

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 257 critiques

    3,5
    On prend les même et on recommence. Même cause même conséquence donc. Les Tontons sont toujours au poil (de barbe) et malgré quelques moments savoureux on ne peut s'empêcher de trouver quelques longueurs et des dialogues moins percutant que dans les Tontons Flingueurs (comparaison oblige...).
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 1470 abonnés Lire ses 8 623 critiques

    4,0
    Beau succès public pour ce classique de la comèdie policière à la française où Georges Lautner signe un an après les mythiques "Tontons flingueurs" une parodie excessive et souvent savoureuse des films d'espionnage! ils sont quatre (Lino Ventura, Francis Blanche, Bernard Blier et Andre Weber), quatre barbouzes qui doivent rècupèrer de prècieux brevets industriels dètenus par Mireille Darc, la veuve d'un marchand d'armes oriental! Avec cerise sur le gâteau, les brillants dialogues de Michel Audiard "Les ordres sont les suivants : on courtise, on sèduit, on enlève et en cas d'urgence...on èpouse !". Et pour la petite anecdote, la sèquence dètaillant les techniques de l'embaumeur (interprètè par Robert Dalban) fût coupèe au montage pour être finalement mise (et recyclèe) dans "Ne nous fâchons pas", toujours signè Lautner! Barbouzement drôle, le film se situe dans les meilleures rèussites du rèalisateur français...
    Julien D
    Julien D

    Suivre son activité 356 abonnés Lire ses 3 097 critiques

    3,5
    Réuni à peine un an après le succès des Tontons flingueurs, toute l’équipe réunissant, derrière la caméra, Georges Lautner et Michel Audiard, et, à l’écran, Lino Ventura, Bernard Blier et Francis Blanche, est à nouveau rassemblée mettre au point une parodie non plus de film de gangster mais d’espionnage. Si Les barbouzes est si loin d’avoir pu obtenir le statut d’œuvre culte de son prédécesseur, c’est parce que les répliques n’en ont pas le mordant et que les gags ne sont pas aussi percutants alors que les acteurs semblent, eux, bien s’amuser. Peut-être donc est-ce la faute des auteurs si cette farce bon enfant n’est pas restée dans les classiques du genre, et pourtant l’humour grotesque est parfaitement distrayant. Cette bonne comédie franchouillarde reste donc en cela un bon moment de détente et de déconnade indémodable.
    Max Rss
    Max Rss

    Suivre son activité 62 abonnés Lire ses 965 critiques

    3,5
    Grand bordel au Château de Vigny. Quatre espions (un Français, un Suisse, un Allemand et un Soviétique) et des Chinois planqués dans les passages secrets du château tentent de s’approprier les brevets rédigés par un trafiquant d’armes qui vient de mourir. Après le succès commercial (pour ne pas dire triomphe) commercial inattendu des « Tontons Flingueurs », Lautner, Audiard, Ventura, Blier et Blanche remettent ça moins d’un an après pour cette fois ci nous offrir une comédie parodique des films d’espionnage. Le fruit de cette deuxième collaboration s’appelle « Les Barbouzes » suite officieuse des Tontons. Et à mon goût, cette comédie populaire et franchouillarde comme il se doit est clairement un ton au dessus de son prédécesseur. Cette fois-ci, la mayonnaise prend comme il faut: les dialogues de Michel Audiard sont aux petits oignons et sont percutants avec des répliques bien senties: c’est le sort des familles désunies de se rencontrer aux enterrements ! Permettez moi l’expression, les acteurs envoient du lourd: Ventura égal à lui-même en brute de décoffrage, Bernard Blier excellent en faux révèrent et Francis Blanche hilarant en agent soviétique. Avec au milieu de ce foutoir, une Mireille Darc beaucoup plus maline qu’il n’y paraît. Certes, on nage en pleine cinoche populaire à la française des années 60 avec des gags gros comme un éléphant dans un couloir ou des bastons de dinosaures (notamment celle entre Lino Ventura et Jess Hann). Mais on s’en branle ! C’est l’pied. Seule ombre (de taille) au tableau: un fin qui tire en longueur.
    reymi586
    reymi586

    Suivre son activité 141 abonnés Lire ses 2 102 critiques

    5,0
    On prend les mêmes on recommence! Après le grand classique Les tontons flingueurs est sorti cette comédie un peu moins connus, mais qui n'en est pas moins excellents. Les répliques sont toujours aussi fortes et les acteurs toujours aussi bons, pleins de charismes.
    tuco-ramirez
    tuco-ramirez

    Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 618 critiques

    3,5
    Par Vincent Avenel : « On prend les mêmes et on recommence ? Un an après les mythiques Tontons flingueurs, le couple Lautner/Audiard rameute la fine équipe Ventura/Blanche/Blier pour une nouvelle farce entre polar et espionnage. Mais cette fois-ci, on ne dynamite plus, on ne disperse plus, on ne ventile plus : on politise ! Son Excellence Bénar Shah, riche dignitaire libanais et accessoirement marchand d’armes, a pour hobby de collectionner les brevets des armes modernes les plus meurtrières (pour, avec un certain bon sens, épargner à ses bons clients la possibilité de se faire péter les uns les autres avec des produits trop efficaces). Trouvant une mort vraisemblablement enviable dans les bras d’une demoiselle à l’affection négociable, le brave homme laisse à son épouse Amaranthe le soin de se débrouiller avec la succession. La belle pouvant être tentée de vendre au plus offrant, l’agent de renseignement (pardon, le barbouze) Francis Lagneau est chargé de convaincre la veuve éplorée de vendre les précieux brevets à la France. Mais c’est compter sans l’URSS, la Suisse et l’Allemagne, qui dépêchent également leurs top agents. Lautner rameute avec Les Barbouzes la fine équipe des Tontons flingueurs, selon une recette éprouvée. On tient souvent Les Barbouzes pour le parent pauvre, le remake officieux et moins efficace du précédent film. C’est oublier que, du polar, l’intrigue s’est ici recentrée sur l’espionnage. Et qui dit espionnage, dit James Bond. Ainsi, pendant que le classieux, élégant et toujours séducteur Sean Connery, agent de Sa Majesté, court le monde et tombe les beautés sculpturales, les barbouzes du vieux continent mettent des micros dans les arrosoirs, des bombes dans des chasses d’eau, déciment des Chinois avec des flingues qui font « pfut », et séduisent une Mireille Darc qui, un casque blond vissé sur le crâne, tient assez peu de l’Ursula Andress ou de la Claudine Auger. Serait-on donc en présence de la première comédie gaulliste ? Un film où l’on met l’Américain à la flotte ou par la fenêtre, et où l’on ignore, avec dédaigneux « pfut », l’Anglais pourrait le laisser penser. Non au film d’espionnage atlantiste ! Que l’on tue, manipule, mente, recoure aux plus vils expédients – soit. Mais-dans-le-style-con-ti-nen-tal ! L’entente cordiale ambiance café du commerce qui règne entre les quatre barbouzes évoque volontiers une réunion de vieux caciques continentaux, attachés par les crocs aux anciennes voies, alors que le monde change à la vitesse d’un espion américain payant «cash». Une fois leur union sacrée constituée, le couple Lautner/Audiard lâche un nouveau chien : l’argent. Évidemment, ces vieilles nations suprêmement arrogantes sont sans le sou. Résultat : au lieu de conclure des accords commerciaux, « on courtise, on enlève et au besoin – on épouse ! » Ce qui peut paraître contradictoire au Suisse Eusebio Cafarelli, dont la couverture est celle d’un ecclésiastique, et à notre Francis Lagneau national, dont on sait qu’il est tout à fait marié. Mais le devoir d’abord. Les Barbouzes vont dès ce moment verser dans la gauloiserie raciste la plus éhontée : l’Allemand fait des bonds de papillon en lançant avec un accent outré « che zuis gomme Werther ! », le Russe couine des chants traditionnels slaves au piano… Mais évidemment, c’est le Français qui remporte la mise en manipulant, mentant, menaçant à mots à peine couverts… En faisant, sous couvert d’une comédie populaire, le portrait du beauf bon teint et d’une vision continentale archaïque du monde, Lautner se rit autant de son auditoire que celui-ci de ses personnages. Mettez donc au coq gaulois le bec dans le crottin, il ne s’en redressera que plus fier, la crête dressée et l’excrément sur le bec. Les Barbouzes, ce sont avant tout les barbons, les ancêtres agrippés à leurs habitudes et à leurs fiertés archaïques. La France gaullienne, farouchement contre-atlantiste, la France à l’ancienne se trouve donc brocardée dans la satire de Lautner et Audiard, ce qui n’est pas sans évoquer la provocation sage et domestiquée des OSS 117 de Jean Dujardin. Mais là où ces comédies populaires restent bien sages et ne font guère plus qu’égratigner la fierté nationale, Audiard et Lautner auront eu le nez plus creux, quant à saisir l’air du temps. Après tout, on n’était qu’à un an de Mai 1968… » Bref un bis répétita plein de charme mais qui est loin d’avoir l’ampleur, l’écriture et le scénario des 3tontons flingueurs »… Un moment de plaisir tout de même tout-un-cinema.blogspot.fr
    TheBar
    TheBar

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 171 critiques

    2,5
    Voilà une bonne comédie française, cela ne vaut pas un De Funès (style le Tatoué par exemple), mais on peut quand même rire de temps en temps.
    Karussell
    Karussell

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 249 critiques

    1,0
    En dépit de la double signature Lautner-Audiard et d’une équipe d’acteurs dont la réputation n’est plus à faire, force est de constater qu’à aucun moment les promesses affichées ne sont tenues. L’accumulation de gags faciles, éprouvés et répétitifs, tourne rapidement à la blague de potache la plus lourde qui soit, à la comédie tout juste sympathique et rapidement soûlante. Si les interprètes donnent l’impression de s’amuser, le spectateur finit par s’ennuyer ferme devant ce qui aurait pu être un « Tontons bis » mais qui au mieux peut prétendre au titre de farce à oublier.
    Don Keyser
    Don Keyser

    Suivre son activité 34 abonnés Lire ses 1 472 critiques

    3,5
    Doté d'un scénario intéressant, "Les Barbouzes" marque surtout le spectateur par son casting alléchant. En effet, l'histoire emmène un lot personnages haut en couleurs et bien incarnés par de très bons acteurs. Par ailleurs, la réalisation est intéressante. Ainsi, le film est divertissant et plutôt captivant dans son ensemble.
    Critik D
    Critik D

    Suivre son activité 99 abonnés Lire ses 282 critiques

    4,0
    On reconnait tout de suite la signature de Georges Lautner, son ambiance si particulière est vite mise en place. L'humour de Michel Audiard également. Des bruitages dont je suis toujours fan (surtout les coups de pistolet) et un casting presque habituel est plaisant : Lino Ventura, Francis Blanche, Mireille Darc, Robert Dalban,... Que dire de plus, du grand cinéma français, une comédie digne de celle pouvant être faite en ce temps, la réalisation en noir et blanc donne toujours plus de charme, d'ambiance et de profondeur aux films. Rien a dire de plus, j'ai adoré, j'ai passé un bon moment et je suis toujours aussi fan du duo Lautner/Ventura.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top