Mon AlloCiné
La Chevauchée des bannis
Bandes-annonces
Casting
Critiques spectateurs
Critiques presse
Photos
VOD
Blu-Ray, DVD
Musique
Secrets de tournage
Box Office
Récompenses
Films similaires
News
note moyenne
3,6
80 notes dont 24 critiques
13% (3 critiques)
46% (11 critiques)
33% (8 critiques)
8% (2 critiques)
0% (0 critique)
0% (0 critique)

24 critiques spectateurs

Caine78

Suivre son activité 650 abonnés Lire ses 6 570 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 27/06/2013

Trois étoiles un chouïa sévères dues principalement à un rythme assez lent, certes volontaire, mais ne permettant pas l'immersion totale nécessaire pour rendre le film passionnant. Difficile en revanche de ne pas être admiratif devant la superbe photographie et des décors exploités à la perfection, offrant au spectateur une impressionnante démonstration esthétique. Le film ne se limite (heureusement) pas à un simple exercice de style formel : rare de voir en effet un affrontement psychologique aussi intense, surtout lorsque ceux qui l'interprète sont Robert Ryan et Burl Ives, tous les deux particulièrement inspirés. De plus, André De Toth le construit très intelligemment et ne tombe jamais dans la caricature, prenant au contraire soin de (presque) toujours garder une part d'ambiguïté chez chacun. L'œuvre atteint même un niveau particulièrement élevé dans la dernière ligne droite, prenant toute la mesure de ce récit séduisant et même souvent troublant, auquel il manque toutefois un final en apothéose, bien que celui choisi reste très acceptable... Reste donc ce traitement pas assez « punchy », qui ne doit en rien éclipser les très grandes qualités de ce film resté bien trop longtemps invisible en France, et donc à découvrir.

soniadidierkmurgia

Suivre son activité 157 abonnés Lire ses 2 783 critiques

4,0Très bien
Publiée le 20/09/2012

L'entame du film avec sa musique lugubre nous montre immédiatement que nous ne serons pas dans un western classique. De Toth nous immerge sans détour au sein d'un conflit minant une petite communauté d'une vingtaine de personnes perdues dans la forêt enneigée. Il a choisi de ne pas céder au lyrisme habituel du genre et de révéler au spectateur ce que fut vraiment la vie des pionniers de l'Ouest. Cette dureté du propos préfigure l'arrivée de Peckinpah et de Leone qui feront de leurs films phares ("la horde sauvage" et "il était une fois dans l'Ouest") de véritables opéras décadents. Point de tout ça chez De Toth, qui puise ses références visuelles dans le film noir comme l'explique Bertrand Tavernier dans les bonus du DVD. Les hommes sont montrés tels qu'ils sont c'est-à-dire profondément individualistes mais immédiatement grégaires quand une force extérieure menace le groupe alors que les hommes de la communauté sont sur le point de s'entretuer. Concernant les déserteurs, De Toth montre bien la rusticité de ces migrants dont on sait qu'ils étaient pour beaucoup issus des rebus des différentes sociétés européennes. La difficulté du commandant à imposer sa loi est patente. Une loi dont Robert Ryan pressent très vite qu'elle sera bafouée dès que leur chef sera mort. Tout concourt à la véracité du récit et plus particulièrement les décors complètement dépouillés qui en disent très long sur la volonté de réalisme de De Toth. La présence de quatre femmes ne peut qu'accélérer la dégénérescence du groupe de pillards très bien mise en valeur dans la scène du bal improvisé où la bestialité est exposée dans toute sa brutalité. La tension monte à son paroxysme quand De Toth cesse le huis clos et envoie ses hommes sous la conduite de Ryan vers un passage inconnu où ils achèveront leur funeste voyage. De Toth a beau être moderne dans son propos il reste un moraliste convaincu et choisit d'épouser au final le happy end traditionnel hollywoodien. Mais il montre avec ce film sa stature d'auteur dans un système laissant pourtant peu de place à la créativité. Sa direction d'acteurs est remarquable, il exploite habilement la minéralité de Ryan et arrive à contenir la tendance de Burl Ives à se prendre pour Emil Jannings s’étant affublé pour la circonstance des sourcils du professeur Rath de "L'ange bleu". Un film révolutionnaire comme le prône Bertrand Tavernier.

Maitre Kurosawa

Suivre son activité 126 abonnés Lire ses 973 critiques

4,0Très bien
Publiée le 02/04/2016

On se demande dans les premières minutes quel est le but de ce western qui met en place un duel dont l'issue semble bien prévisible; mais alors que les coups de feu sont sur le point de détonner, sept bandits font irruption dans cette petite ville perdue au milieu de montagnes enneigées. Le film change alors d'objectif tout comme la focalisation du spectateur sur les personnages est modifiée : alors que Blaise Starrett (Robert Ryan) était d'abord présenté comme une figure terrorisante, il devient finalement le seul rempart à ces opposants inattendus, décrits pour la plupart comme des chiens sauvages que leur chef, Jack Bruhn, tente de contrôler afin d'éviter un massacre proche d'éclater à plusieurs reprises (la scène du bal, mise en scène par une caméra virevoltante, est sans cesse sur le point de dégénérer). Ce suspense du massacre à venir est renforcé par une idée d'écriture géniale, à savoir que Bruhn est mourant et qu'on devine aisément que ses hommes en profiteraient alors pour s’entretuer et que les survivants empocheraient la totalité du butin volé. Le huis-clos dure environ une heure, prend le temps de présenter les différentes personnages en faisant monter la tension avant la grande explication de la dernière demi-heure, une chevauchée mortelle dans le froid qui voit Starrett lutter seul face aux bandits prêts à le tuer dès qu’il les aura conduit à destination. « Day of the Outlaw » est doté d’un scénario remarquablement construit, mis en valeur par la réalisation d’André de Toth, qui fait parfaitement ressentir le caractère anxiogène de la situation. Un excellent film, qui aura inspiré « Les Huit salopards » de Tarantino.

Plume231

Suivre son activité 519 abonnés Lire ses 4 611 critiques

4,0Très bien
Publiée le 10/06/2011

Un village totalement isolé au milieu d'impressionnants et imposants paysages neigeux à faire passer celui d'"Une Poignée de dollars" pour l'Avenue des Champs-Elysées, une épure dans les décors que n'aurait pas renié un Dreyer, deux acteurs impériaux l'un face à l'autre Robert Ryan et Burl Ives, et un superbe noir et blanc pour filmer tout cela. Ca pête d'ambiguïté, les méchants ne sont jamais totalement méchants et les gentils jamais totalement gentils. Le huis-clos est intense, les scènes dans la neige le sont encore plus. C'est cruel, c'est intelligent, c'est noir, c'est très efficace. Je suis loin d'avoir tout vu du quatrième borgne, comme on surnommait André De Toth, mais je pense qu'il était à son sommet avec ce western remarquable.

gimliamideselfes

Suivre son activité 804 abonnés Lire ses 3 492 critiques

3,5Bien
Publiée le 15/12/2015

Film plutôt sympathique, mais j'étais un peu étonné de la tournure que prennent les événements et ceci à deux reprises (je ne savais rien sur le film, je n'avais même pas lu son résumé), disons que ce n'est forcément le genre de film où l'on sait immédiatement ce qui va arriver. Il possède un côté antispectaculaire franchement bienvenu. On a ici un vrai western psychologique, centré sur les personnages, voire même sur le mythe qui sous-tend le film. On a des vrais personnages qui remplissent chacun un rôle mythologique, des personnages "types" si j'ose dire, mais des personnages incarnés, des personnages qui existent, ce qui en fait un film totalement universel et cette histoire se passe dans les rocheuses, elle pourrait se passer n'importe où, n'importe quand, elle resterait vraie et juste (c'est ce qui fait sa force et la force du film). On a donc ces types qui débarquent en ville et qui n'ont qu'une envie, de jouir de la vie (alcool et femmes (quoi d'autre ?)), cependant ils sont menés par quelqu'un qui semble intègre, droit dans ses bottes et avant toute chose un homme de parole qui n'accepte pas les débordements. Homme qui va tenter par son autorité de réfréner les pulsions de ses gars. Et là c'est vraiment bien fait dans le film puisque qu'on comprend parfaitement pour ce type fait autorité, pourquoi les gens le suivent, mais on le voit aussi petit à petit perdre de sa capacité à contrôler ses hommes au fur et à mesure qu'ils ont envie de jouir des petits plaisirs de la vie. De plus la menace est double, entre le moment où il ne le contrôlera plus, mais aussi le moment où il risque de mourir, laissant la ville alors à ses hommes assoiffés de sexe et d'alcool. Bref c'est vraiment bien écrit. Il faut noter que la dernière partie du film se révèle elle aussi très surprenante dans son côté toujours antispectaculaire et la banalité du destin des personnages (pas au sens péjoratif). Je reste cependant un peu sur ma faim car les bandits lorsqu'ils débarquent au début interrompent quelque chose, quelque chose dont on reparle dans le film, mais qui finalement n'a pas d'échos dans la fin. Or je trouvais ça intéressant, cette vision opposée, l'un qui veut un monde libre sans barbelés et les autres qui au contraire veulent délimiter leur territoire, leur propriété. Il est évident que je suis contre les barbelés... Alors je comprends bien le côté les autochtones s'unissent contre l'envahisseur et mettent leurs différents de côté... Mais à la fin il faut quand même trancher entre deux modes de vie. Il faut également noter la présence de paysages assez beaux... et quelque part ces westerns "polaires" ça me parle peut-être plus en terme de décors que les westerns "chauds". J'aime sentir le froid, la rigueur de l'hiver... Donc c'est vraiment bien, mais il manquait sans doute un petit je ne sais quoi pour être encore mieux (ou alors c'est juste moi).

Raw Moon Show

Suivre son activité 71 abonnés Lire ses 801 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 29/06/2013

Dans une période où on s'enflamme un peu vite pour le pauvrissime Django, il est grand temps de re-découvrir Day of the outlaw. Un des plus grands westerns qu'il m'ait été donné de voir : Minimalisme de l'intrigue (le point de non retour), personnages puissants (ambiguité à son paroxysme), décors unique (jamais paysages enneigés n'ont si bien convenu à l'univers du western) et surtout la plus grande et belle idée pour un final de western jamais portée à l'écran (je ne dévoile rien)... Franchement, vous voulez du grand western, il est ici !

http://lesfilmsderamuntxo.blogspot.fr/2013/07/la-chevauchee-des-bannis-day-of-outlaw.html

Louis Morel

Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 850 critiques

4,0Très bien
Publiée le 12/04/2013

Un western de série B magistrale, tant au niveau du scénario que de l'interprétation.

yayo

Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 1 222 critiques

4,5Excellent
Publiée le 08/03/2013

Excellent western, très efficace et se déroulant dans un environnnement sous exploité par les classiques du genre.

Elric L.

Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 769 critiques

3,5Bien
Publiée le 06/02/2017

Le choix de tourner en noir et blanc ce très curieux western ne fait que renforcer la froideur de l'atmosphère dans tous les sens du terme. Si le scénario comporte quelques points forts (dont celui de poser le problème de l'adultère), je l'ai trouvé quand même un peu trop basique. Le film est également un peu trop court et aurait gagné à durer plus longtemps pour mieux approfondir les personnages sans parler d'une fin un peu rapide. J'avoue avoir largement préféré la Rivière de nos Amours, du même cinéaste. Sans être un très grand film du genre, la Chevauchée des Bannis reste un western tout à fait honorable.

traversay1

Suivre son activité 308 abonnés Lire ses 2 489 critiques

4,0Très bien
Publiée le 05/09/2016

Dernier western de de Toth et avant-dernier film de son auteur aux Etats-Unis. Un western dont le héros se prénomme Blaise ne peut être mauvais, non ?. Sérieusement, La chevauchée des bannis peut être considéré comme l'un des 20 meilleurs westerns jamais tournés. Bien sûr, il y le décor, la neige et la boue d'un village isolé du Wyoming. Et puis le huis-clos, la tension entre les hors-la-loi et la petite communauté qui est elle-même divisée. Robert Ryan y joue un personnage qui est tout sauf monolithique. Et le chef des bandits a aussi ses failles. Ces deux-là sont là pour canaliser la violence qui ne demande qu'à éclater. La scène de bal improvisé est incroyable, elle ressemble à un viol. Quant à la chevauchée dans la neige, elle est dantesque. Un western séminal, qui transgresse quelque peu les lois du genre, comme une sorte de chaînon manquant entre Johnny Guitar et la Horde sauvage. Mais sans flamboyance, tout en latence. Le genre de films où même les chevaux ont un vrai talent d'acteurs !

jean-paul K.

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 223 critiques

3,5Bien
Publiée le 30/06/2016

Très bon western avec de superbes images, un noir et blanc intense, et une bonne idée de scénario. Seul petit bémol, je trouve la fin un peu bâclée et beaucoup trop rapide eu égard le reste du film.

cylon86

Suivre son activité 387 abonnés Lire ses 4 105 critiques

4,0Très bien
Publiée le 16/06/2016

L'ambiance n'est déjà pas au beau fixe entre les habitants de ce petit village du Wyoming perdu dans la montagne enneigée quand une horde de bandits y débarque. Forcément, la tension monte d'autant que les bandits s'installent pour que leur chef, ancien militaire, puisse faire soigner une grave blessure tandis que ses hommes de main sont prêts à tout pour mettre la main sur des femmes et de l'alcool. Dans ce contexte, Blaise Starret, la tête brûlée du village qui refuse qu'une terre soit entourée de barbelés, semble être le seul capable de s'opposer aux brigands... Western anti-spectaculaire préférant les longues discussions en intérieur plutôt que de nombreuses fusillades, "La Chevauchée des bannis" se redécouvre aujourd'hui sous un jour nouveau alors que l'on sent bien que Quentin Tarantino s'est inspiré de ce film pour ses "Huit Salopards". Dans ce film du trop sous-estimé André De Toth, on se retrouve dans un western enneigé qui a de l'allure où personne n'est tout blanc ou tout noir. Bien qu'étant le personnage principal du film, Starret apparaît parfois comme un salaud, à l'image du capitaine Jack Bruhn, bandit avec ses états d'âmes. Difficile de distinguer le bon du mauvais dans ce film complexe à la psychologie fouillée où les personnages comptent plus que l'action. Avec un sens de la mise en scène saisissant plus proche du film noir que du western, De Toth orchestre un habile manège de tension et de relations humaines où tout est passionnant et rien n'est à jeter, surtout pas la composition nuancée de Robert Ryan et son face à face avec Burl Ives.

this is my movies

Suivre son activité 128 abonnés Lire ses 2 492 critiques

4,5Excellent
Publiée le 14/03/2016

Ce qui est bien avec Q. Tarantino, c'est que certains historiens du cinéma peuvent remettre en lumière les films dont le recycleur de génie s'inspire et surtout, ces films attirent une certaine frange de ses fans qui ne connaissent pas toujours toutes les influences de ce dernier. C'est ainsi que ce western enneigé de A. De Toth est réapparu et à sa vision, il est indéniable que QT s'en est largement inspiré pour son "Hateful Eight". Noir et blanc magnifique, ambiance unique, acteurs composant des personnages ni tout à fait bon ni tout à fait mauvais et surtout, un scénario qui débute comme un western classique accumulant les clichés (tout en ayant des dialogues bien au-dessus de la moyenne avec ce fabuleux monologue de R. Ryan face à une assistance de notables) et puis d'un coup, ça change et on passe à autre chose. De Toth était déjà un vieux roublard et son savoir-faire est évident et fait de chaque cadre une réussite majeure, tout comme son découpage acéré lui permet de signer quelques grandes scènes. Les acteurs sont magnifiques, dans des rôles ambigus donc si ce n'est certains 2nds rôles nantis de gueules pas possibles qui s'en donnent à coeur joie. Un western atypique, qui tient plus du film noir que du western pur et dur, une réussite majeure du genre toutefois qui devrait ravire les amoureux du genre. D'autres critiques sur

http://thisismymovies.over-blog.com/

MemoryCard64

Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 375 critiques

2,5Moyen
Publiée le 15/01/2016

Je ne suis pas un grand fan de western, je n'en ai vu que quelques uns qui ne m'ont pas emballé, malgré des qualités cinématographiques évidentes. Je me suis penché sur La Chevauchée des bannis car je n'ai jamais eu l'occasion de voir un "western de neige". L'ambiance proposée avait l'air totalement différente des autres productions, je me suis donc laissé tenter. Au départ, j'avais quelques réserves concernant les décors. L'intrigue se déroule dans un petit village et ne semblait pas vouloir en sortir. Il y avait bien quelques plans bien cadrés sur une montagne, mais dans l'ensemble le réalisateur donnait l'impression de passer à côté du potentiel de son œuvre. Heureusement, ce n'est pas le cas. La deuxième partie prend place dans une forêt, donnant l'occasion à l'artiste de créer des visuels épatants. J'apprécie beaucoup l'organisation des arbres dans chaque image, elle permet de faire ressortir l'immense étendue des paysages (d'ailleurs, l'effet aurait peut-être été encore plus marqué avec de la couleur). Il faut avouer que dans son ensemble le film est bien réalisé. Il suffit de voir la scène de danse pour s'en convaincre. Elle est composée de plusieurs plans très longs qui se focalisent sur des danseurs en train de virevolter autour de la caméra, en suivant un trajet circulaire. Lorsque qu'un couple s'arrête, un autre prend immédiatement le relai, ce qui donne à la séquence une véritable frénésie. André de Toth (que je ne connaissais pas du tout) est clairement quelqu'un qui sait manier une caméra. Et ça m'ennuie beaucoup de constater que le reste est bancal. Au début de l'histoire, on introduit une rivalité entre les fermiers ainsi qu'une histoire d'amour interdite. Finalement, aucune des deux apportera quelque chose par la suite. Lorsque le film dévoile que le chef des bandits, qui empêche ses hommes de mettre le village à feu et à sang, va succomber à sa blessure par balle, une attente est crée. Mais là aussi cet élément reste assez secondaire et ne développe pas une tension suffisamment convaincante. Par conséquent, le récit n'a aucun relief et se révèle même prévisible (la jeune femme qui tombe amoureuse du bandit au grand cœur, c'est vu et revu). La musique est également inégale. Si au début ses ronflements joyeux sont plutôt sympathiques, son envolée épique (qui nous est resservie trois fois) ne trouve pas sa place dans l’œuvre et contraste fortement avec le manque d'action. La Chevauchée des bannis est donc une déception. La réalisation exemplaire n'arrive pas à tirer vers le haut cette histoire planplan faisant intervenir des acteurs sans conviction. Néanmoins, le long-métrage n'est pas désagréable et ne laisse pas l'ennui s'installer.

JimBo Lebowski

Suivre son activité 178 abonnés Lire ses 731 critiques

3,5Bien
Publiée le 11/01/2016

Un western posé avec de vrais personnages, du caractère, du charisme dans celui de Starrett (Robert Ryan), le scénario met peut être son temps pour se déployer mais l’arrivée des bandits dans l’auberge donne une atmosphère de tension plus que palpable, tout repose un peu la dessus et c’est tant mieux, comment canaliser l’ordre et l’autorité pour éviter que les flingues crachent du plomb. J’ai aimé le fait que les individus ne représentent ni le bien ni le mal de manière prononcé, chacun a ses propres intérêts et ses ambivalences, le présumé héros ne se démarque pas nécessairement et laisse de la place (malgré lui) aux envahisseurs assoiffés d’alcool et de sexe (la scène de danse entre le personnage de Burl Ives et Tina Louise est sans doute une des meilleures). La dernière partie s’avère assez imprévisible et remarquablement filmée, les paysages magnifiques, les chevaux qui s’enfoncent dans la neige, le souffle glacial, le crépuscule qui tombe, on est vraiment dedans. A la limite un poil court comme film par rapport à ce qu’il ambitionne au niveau de sa narration et de ses enjeux mais assurément une oeuvre qui tient en haleine.

Les meilleurs films de tous les temps
Back to Top