Mon AlloCiné
37°2 le matin
note moyenne
3,2
1962 notes dont 134 critiques
37% (49 critiques)
28% (37 critiques)
11% (15 critiques)
13% (17 critiques)
4% (6 critiques)
7% (10 critiques)
Votre avis sur 37°2 le matin ?

134 critiques spectateurs

chrischambers86

Suivre son activité 1035 abonnés Lire ses 10 061 critiques

5,0
Publiée le 17/10/2012
L'hymne à la passion d'une gènèration perdue dans un film mythique des 80's faites de sensualitè et d'èmotions, de folie et d'euphorie! Comment ne pas vibrer devant la passion charnelle et tumultueuse de Zorg et Betty interprètè puissamment par Jean-Hugues Anglade et Bèatrice Dalle, actrice d'instinct, à la beautè farouche! Le couple qu'elle forme avec Anglade et leur histoire d'amour sont aussi exemplaires que dèsespèrès. C'est tout de suite un film culte. "37°2 le matin" peut d'ailleurs se voir dans sa version courte de 115 minutes (sortie en 1986) ou dans sa version intègrale de 178 minutes (sortie en 1991). Jean-Jacques Beineix avait rèussi à rèsoudre les problèmes liès au vieillissement de la pellicule en cinq ans, et rèintègra de nombreuses sèquences comiques ou tragiques ècartèes lors du montage initial! il rètablit ainsi des scènes importantes qui èclairent les zones d'ombre des hèros, comme ce kidnapping tendre que commet Betty! Beineix introduit aussi des personnages secondaires qui avaient ètè supprimès comme Simon de la Brosse en vigile un peu fou! Drôle et plus douloureux dans son intègralitè, ce film où plus de 3,5 millions de personnes le verront en salles en 86 (il restera plus d'un an à l'affiche) mèrite d'être revisitè ou dècouvert parce que l'on se rend vite compte que c'est un des plus beaux films de l'histoire du cinèma! Une oeuvre admirable, le plus beau film d'amour de tous les temps, l'hymne le plus magnifique à l'amour fou et l'un des sommets du cinèma français! Ainsi commence "37°2" où un couple fait l'amour que la camèra cadre, paisible, comme un paysage de gènèrique! Elle, une inconnue (Betty / Dalle), et lui (Zorg / Anglade) font partie de cette gènèration d'acteurs new-look pour qui les gestes de l'amour ne sont qu'une expression dramatique parmi d'autres! Elle a vingt ans, lui trente! On les suit durant 3h entre les superbes bungalows roses-bleus de la plage de Gruissan dans l'Aude et les pianos nickel chrome du petit bourg de Marvejols situè en Lozère! On fait ègalement un petit dètour par la règion parisienne pour une dègustation très spèciale à la pizzeria d'Eddie! Mais aussi par Narbonne pour une fuite dèsespèrèe sur les toits d'un magasin de jouets! Malheureusement Betty court après quelque chose qui n'existe pas! Derrière un amour fou qu'il vit au jour le jour, jusqu'au point de non retour dans cet hôpital psychiatrique! Quand on revoit "37°2" dans sa version longue, on a droit à un plaisir visuel exceptionnel, le nec plus ultra du cinèma! Que ce soit le livre et les mots prècieux de Philippe Djian, les dècors d'un esthètisme très mode cristallisant les 80's, la musique fabuleuse et ancrèe dans son èpoque de Gabriel Yared, les seconds rôles tels que Gèrard Darmon en bon copain, la trop rare Consuelo De Haviland, Clèmentine Cèlariè en nymphomane de service, Jacques Mathou en èpicier albinos, le saxo d'Andrè Julien dit "le vieux Georges", Vincent Lindon en jeune flic fêlè...mais aussi Dominique Pinon en dealer, Jean Pierre Bisson en vieux policier dèlirant, le vendeur d'olives avec la fameuse tèquila rapido ou le regrettè Simon de la Brosse, (des acteurs supprimès lors du premier montage), tout est parfait! Mais surtout, il y a ce couple inoubliable entre dèrive et folie qui nous ramène dans une saison bleue et sèche de l'ètè 86! Dalle, la bombe rèvèlation, et Anglade, qu'on avait dit qu'il ètait restè un peu dans l'ombre! A tort, car sa façon de penser, sa volontè de ne pas vouloir s'insèrer, d'être un peu loser d'une certaine façon, en tout cas par rapport à sa profession! C'est un ècrivain qui ne veut pas se reconnaître en tant qu'ècrivain! Quelqu'un qui vit excentrè, avec un look de marginal! C'est un très beau personnage, vraiment, notamment toutes les scènes où il pleure que ce soit au bord d'une plage ou dans la salle d'attente d'un hôpital! Que dire d'autre sur "37°2" si ce n'est merci à Beineix qui a sans soute une solide santè de cinèaste, car il a tournè d'autres films après ça, et qu'on aime ou non son emphase toujours un peu marquèe d'ingènue fraîcheur, on doit bien reconnaître son aptitude à s'emparer de sujets forts, et à en faire du spectacle! Assurèment l'un de mes films de chevet parce qu'à chaque visionnage, on n'est comme habitè par l'histoire...
L'homme le plus classe du monde

Suivre son activité 214 abonnés Lire ses 449 critiques

4,5
Publiée le 05/06/2015
Je ne m'attendais pas à voir un aussi bon film avec 37°2 le matin. 37°2, c'est le genre de film qui vous rend heureux. Beineix filme le bonheur et la liberté et le filme bien. On aurait presque envie de prendre la place de Jean-Hugues Anglade pour aller vivre sa vie. Vivre dans des baraques trop cools, tremper des tartines de pain frais dans un bol de café sur la terrasse d'une bicoque en bord de mère, prendre des cuites avec Gerard Darmon et bien sur besogner la belle Beatrice Dalle. Le film ne sombre jamais dans la niaiserie. Même quand Jean-Hugues Anglade poursuit Beatrice Dalle en petite tenue dans la rue, dans une scène que l'on a l'impression d'avoir déjà vu cent fois, on ne peut s’empêcher de trouver ça beau. Et en plus de ce couple merveilleux, la réalisation est de qualité. A la fois stylisé et discrète. Bref, quand je vois un clip de Desirless ou d'indochine, je me dis que les années 80 étaient un époque vraiment pourrie. Mais quand je vois, 37°2 le matin, je me dis qu'être jeune en 1985, n'était peut-être pas si mal que ça...
RENGER

Suivre son activité 313 abonnés Lire ses 5 433 critiques

4,0
Publiée le 07/03/2008
Troisième long-métrage pour Jean-Jacques Beineix, qui obtient en 1986 la consécration en adaptant le roman de Philippe Djian : 37°2 Le Matin. Œuvre devenue culte au fil des années, elle fut nominée à l'Oscar du Meilleur Film Etranger, à la fois pour l’interprétation sensationnelle des acteurs, mais pour sa mise en scène et son histoire à la fois marquante, frappante et si envoutante. On part à la rencontre de Zorg et Betty, qui entretiennent une relation amoureuse avec ses hauts et ses bas, une relation tendue et virulente, une passion charnelle qui les réunies quoi qu’ils fassent, bien qu’ils sont tous deux très différents l’un de l’autre. Une corrélation bien plus que fusionnelle à la fois étrange mais vraie, entre passion et désespoir, on suit la descente aux enfers de ce duo de charme, deux acteurs impressionnants, Jean-Hugues Anglade & Béatrice Dalle (qui obtient ici son premier rôle au cinéma et devient par la suite le nouveau sex-symbol du cinéma français, grâce au succès international du film). On retrouve par ailleurs, d’autres acteurs autour d’eux, notamment Gérard Darmon, Clémentine Célarié, Vincent Lindon & Dominique Pinon.
Estonius

Suivre son activité 190 abonnés Lire ses 3 018 critiques

5,0
Publiée le 29/06/2016
Envoûtant et merveilleux ! Ce sont les deux mots qui me viennent à l'esprit pour résumer ce chef d'œuvre. Le sujet est difficile mais le réalisateur s'en sort avec brio, le jeu des acteurs est fabuleux : Anglade en travesti, c'est quand même quelque chose, quand à Béatrice Dalle est parfaite (à tout point de vue et tant pour ceux qui font semblant de ne pas aimer le sexe). Bien que le film ne soit pas érotique dans son fond, l'érotisme y est bien présent, le sexe n'étant ni diabolisé, ni sacralisé mais banalisé, naturel, vivant, omniprésent.  Il y a beaucoup d'humour, des personnages et des situations farfelues (Ah, Clémentine Célarié !) et un traitement des couleurs génial. Bref un chef d'œuvre qui nous permet de vivre trois heures de cinéma sans voir le temps passer
xavderouen

Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 106 critiques

5,0
Publiée le 04/09/2010
Mon film culte ! Des souvenirs personnels ! Une histoire d'amour incroyablement belle et triste. Tiré du roman de Djan (à lire), Beineix nous dévoile une actrice inconnu et la met dans sa lumière comme elle le mérite. Betty c'est Béatrice Dalle. Béatrice Dalle c'est Betty. ET une musique... une musique qui vous emporte dans des frissons et des larmes légères. Merci M. Gabriel Yared. un chef-d'œuvre !
Lilibreizh

Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 310 critiques

1,0
Publiée le 05/01/2014
Oh la la ! Je me demande comment j'ai fait pour visionner ce film jusqu'à la fin... Je ne suis pas pudibonde, mais, à mon avis, si l'on veut créer un scénario musclé, il n'est pas nécessaire de "recourir" systématiquement à des scènes souvent bien plus qu'osées... Béatrice Dalle, toute bonne actrice qu'elle puisse être, n'est pas du tout mise en valeur. Le scénario est d'une grande incohérence. J'ai mis une étoile pour Jean-Hugues Anglade... Dans un registre similaire - avec un des personnages principaux qui sombre dans la démence - j'ai de très loin préféré "L'été meurtrier"...
Océane André

Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 23 critiques

5,0
Publiée le 17/04/2012
Un film français comme on en fait plus. Une authenticité et un jeu d'acteurs époustouflants. Une histoire passionnée, dévorante, destructrice mais en même temps tellement belle, tellement parfaite... Une relation charnelle mais amoureuse, on ne peut qu'être touché et transporté par ce film juste merveilleux. Un scénario solide adapté du livre éponyme de Philippe Djian. Dés les premières minutes, on se sent emportés par la tornade Betty Blue, et apaisés et charmés par le charisme de Zorg. Comment ne pas rire, comment ne pas pleurer, comment ne pas vouloir leur ressembler? Un duo d'acteur et de personnages surprenants, mais parfaitement menés. Bien entendu, on attend pas de ce film des scènes à couper le souffle, des effets spéciaux magnifiques, mais le jeu d'acteur se charge de nous bouleversé, de nous faire rendre au Nord, puis au Sud en passant par des émotions surprenantes. Un couple mythique, une Béatrice Dalle dans son premier rôle totalement ... Wahou. Un animal sauvage, une âme bafouée, un esprit torturé, un visage sublime, et tant d'autres choses à la fois ! Un film culte, à retenir, à acheter, à voir, revoir, revoir revoir et revoir.
Eselce

Suivre son activité 53 abonnés Lire ses 3 984 critiques

0,5
Publiée le 06/02/2015
Je n'ai pas du tout accroché. Aucune scène ne m'a plu. Ce film est réellement d'une autre époque, d'une autre génération. Je n'ai pas trouvé de moments vraiment drôles ni intense. Très peu d'émotions, beaucoup d'ennuis. Les personnages semblent s'aimer mais très vite, on se rend compte que Betty est folle et a des pulsions de folie. Tout le long du film, les personnages déambulent, se baladent nus, font des choses insignifiantes. Il n'y a pas de scénario, si ce n'est l'intimité et la vie d'un couple des années 80 qui réussit à se débrouiller en n'ayant rien que quelques relations. Cela ne donne pas du tout envie. En réalité, seul le passage de la pizza qui retourne en cuisine, est repréparée, remaquillée m'a plu. Autrement, aucun intérêt si on n'a pas vécu une fin de jeunesse dans ces années-là.
dralnar

Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 125 critiques

0,5
Publiée le 22/07/2009
C'est l'histoire d'un gars et d'une fille qui se rencontrent, baisent et restent ensemble pour le meilleur et pour le pire, cherchant accesoirement un endroit où ils pourraient etre heureux. Sur un scénario dénué de tout interet, de toute originalité et qui n'est pas sans rappeler une oeuvre de Godard (Pierrot le fou), les personnages y sont insignifiants, trés mal interprétés. On ne resent aucun attachement pour l'un ou l'autre, si bien que qu'on se fout qu'ils meurent où qu'ils vivent. N'est pas Godard qui veut, et le réalisateur Beineix, plus porté sur l'aspect charnel que psychologique du couple, aurait peut-etre du faire carriere dans le porno. On retiendra de ce film des scènes de sexe aussi inutile que le film lui-meme. Preferez voir Pierrot le Fou de Godard ou encore Sailor et Lula de Lynch comme Road Movie au scénario identique.
vadorbane93

Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 556 critiques

0,5
Publiée le 17/04/2009
Affligeant . Totalement surévalué , transformé grâce à la nudité de dalle et aux scènes de c.. en film culte , il dispose pourtant d'une histoire d'une banalité consternante en rapport de son succès. La question que l'on se pose après le visionnage de ce film ? pourquoi ? Pourquoi ce film a t'il eu droit à tant de louanges et pas un autre ? Il n'a strictement rien de plus qu'un vulgaire film érotique qui à fait la gloire de M6 . Une pur étron
chrbret

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 61 critiques

0,5
Publiée le 02/03/2009
Un film au scénario très plat,très ennuyeux,très triste,rempli de temps morts ! De nombreuses scènes vides et inutiles !...
Nagix Stumpy

Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 327 critiques

4,0
Publiée le 28/08/2015
37°2 le matin est un film générationnel. De la génération de mes parents. Cependant, on rit, on admire les prestations communes de Jean-Hugues (c'est quoi ce prénom?!) Anglade (Zorg) et Béatrice Dalle (Betty), on s'excite des situations (sexe, soirée entre amis, oserais-je dire enterrement, ah bah ça y est je l'ai dis), bref, on passe un bon moment. Beneix réussi le pari de faire un film quasi culte avec une actrice à l'époque quasi inconnue, le tout teinté d'une poésie mélancolique où le sens de la vie s'abime violemment dans la folie. Bravo à lui. Notons au passage la sublime musique du film, simple et attachante, à l'image du film. 37°2 le matin est à voir absolument !
ferdinand75

Suivre son activité 57 abonnés Lire ses 2 660 critiques

5,0
Publiée le 23/07/2009
Un des grands films français de l'époque moderne. Une mise en scène forte, des images à couper le souffle , un jeu d'acteurs exceptionnel. Béatrice Dalle y joue son plus beau, mais unique grand rôle. Les acteurs de second rôles sont "énormes" , comme à la grande époque du cinéma français. Le scénario est superbe, original adapté d'un très beau livre de Djian. Une incroyable réussite, tant il est difficile et rare de réussir l'adaptation d' un chef d'oeuvre littéraire. On peut comparer avec le désastre de " Bleu comme l'enfer " de Boisset pourtant adapté d'un livre du même auteur , supérieur même à 37,2. Le sujet est atypique , à la fois underground et intemporel. La preuve que Beinex est un maître , qui malheureusement n'a pas toujours su trouver le rythme juste et surtout le public. Un film à voir et à revoir, on ne s'en lasse pas . Il n'a pas vieillit du tout.
Yannickcinéphile

Suivre son activité 189 abonnés Lire ses 4 005 critiques

3,5
Publiée le 30/05/2016
Bon, ben je me suis attaqué à un film fleuve, 37.2 le matin dans sa version longue ! Franchement, bien que perfectible, Beineix s’en sort vraiment bien pour parvenir à faire passer un film aussi long, sans spectacle ! Perfectible en effet, car, malgré ce qu’on peut dire l’histoire est inégale. L’émergence de la relation entre Dalle et Anglade est finalement trop ellipsée, alors qu’à mon sens c’est vraiment le point focal qui peut ensuite justifier leur passion fusionnelle. Et dans un film de 3 heures il aurait peut-être été plus judicieux de prendre un peu plus de temps. Je crois que la première partie du film est trop faible sur le plan de l’histoire. Par la suite malgré quelques baisses de rythme et quelques séquences un peu inutiles (si on peut faire une version courte avec presque une heure de moins c’est qu’il y a quand même un peu de surcharge), le métrage sait surprendre et ne manque pas de saveur. Il y a du relief, de l’émotion, de la sensualité, pour un film fort, qui reste accrocheur. La longueur du film donne plus de relief à la mélancolie de la fin. Le casting est emmené par le duo Dalle-Anglade épaulé d’une grosse galerie d’acteurs. Dalle est quand même pas mal excessive lors de certaines scènes. Même si son personnage veut cela, les sautes d’humeur paraissent trop artificielles. Malgré tout elle se débrouille bien dans l’ensemble, face à un Jean-Hugues Anglade très solide. Pour ma part c’est plutôt les seconds rôles qui m’ont moins convaincus. Beaucoup de personnages, pas toujours très utiles, et parfois pas très bien campés (je pense par exemple à Dominique Pinon). En fait à quelques moments le film semble s’orienter vers une teinte burlesque, décalée, pas franchement pertinents. Formellement en revanche peu de choses à dire. Porté par une bande son aussi variée que séduisante, 37.2 le matin bénéficie d’une très belle photographie, de décors nombreux et toujours judicieusement choisis, tandis que Beineix signe une mise en scène de très belle facture. Le métrage saura vraiment séduire, surtout dans sa première partie et dans sa partie lozérienne. Il en ressort une ambiance séduisante, même si étrangement, malgré ses arguments indéniables, le film ne respire pas autant que prévu. Peut-être aurait-il davantage fallu saisir cette perspective atmosphérique, la sueur pour ressentir le poids du soleil, le vent, les sons d’ambiance en fait. A noter que le film propose pas mal de scènes de nudité, donc c’est à savoir. Franchement 37.2 le matin est un film très long, sans doute trop, mais qui ne manque pas d’arguments. Il y a des lacunes assez regrettables, et, à vrai dire, il est certain qu’en plus de 3 heures c’est difficile de ne pas mettre des scènes un peu vaines, de ne pas avoir des acteurs en-dessous sur un casting pléthorique… J’hésite entre le 3.5 et le 4, mais, pour la réserve que j’ai émise en plus sur l’ambiance, je pencherai pour la première solution.
buddy-holly

Suivre son activité 78 abonnés Lire ses 740 critiques

5,0
Publiée le 08/04/2011
Un pur chef-d'oeuvre,un monument du cinéma,un film culte.Un drame bouleversant et sublime de Jean-Jacques Beineix.Une histoire belle,touchante,bouleversante,sublime qui vous emporte avec elle,une mise en scène méticuleusement magistrale,Béatrice Dalle est extraordinaire de ce role,Jean-Hugues Anglade est parfait,la musique est sublime et fait sortir quelques petites larmes et la photographie est superbe.De loin,le meilleur film de Jean-Jacques Beineix.Une leçon de cinéma,chapeau Beineix !
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top