Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Mon nom est Personne
note moyenne
3,9
6727 notes dont 337 critiques
41% (139 critiques)
35% (119 critiques)
13% (45 critiques)
7% (24 critiques)
2% (7 critiques)
1% (3 critiques)
Votre avis sur Mon nom est Personne ?

337 critiques spectateurs

chrischambers86
chrischambers86

Suivre son activité 1032 abonnés Lire ses 10 094 critiques

4,0
Publiée le 31/07/2011
Rèalisè par Tonino Valerii, (ancien assistant de Sergio Leone), "Mon nom est Personne" est un pur divertissement particulièrement rèussi, rèalisè avec un grand savoir-faire! Ce western culte est profondèment marquè par la patte de Leone (qui rèalisa le dèbut du film, la bataille et le duel final) mais à l'opposè de ce que fait habituellement le cinèaste! L'inoubliable Terence Hill (c'est peut-être son meilleur rôle), c'est un peu "Trinita" qui se trouve face à l'immense Henry Fonda qui incarne ici une figure mythologique du vieil Ouest fatiguè! Un peu comme si Leone voulait faire de "Mon nom est Personne" un point final, un tèlescopage des mythologies westerniennes hollywoodiennes et le dernier avatar du western spaghetti! Ce petit chef d'oeuvre, en même temps qu'un adieu du genre, est donc le constat d'un dèrapage vers la pitrerie! Une parodie de duel final entre Fonda et Hill (duel d'anthologie où la mort n'est ? ou pas ? au rendez vous! On ne dèvoilera pas au spectateur l'effet de surprise dans ce duel de foire) montre que la bouffonnerie a succèdè au tragique, le comique à l'èpique! La bande sonore d'Ennio Morricone est quant-à-elle mythique...
landofshit0
landofshit0

Suivre son activité 136 abonnés Lire ses 1 743 critiques

3,5
Publiée le 11/06/2013
Le ton parodique du film lui apporte une fort sympathie. Sans être un grand western mon nom est personne possède d’indéniable qualités,ne serai-ce que pour la confrontation Fonda, hill. Qui représentent deux époques et deux façons de faire du western,une idole et un jeu loup. Morricone apporte encore un e fois une B.O collant parfaitement aux images et surtout qui apporte un ton débonnaire au film et aux personnages.
Chris46
Chris46

Suivre son activité 231 abonnés Lire ses 946 critiques

3,5
Publiée le 31/08/2016
" Mon nom est personne " sympathique western de tonino valerii . L'histoire se déroule à l'époque du far west . Jack Beauregard ( Henry Fonda ) une légende de l'ouest décide de mettre un terme à sa carrière de pistolero et envisage de s'embarquer pour l'Europe . Mais un jeune admirateur , affirmant s'appeller Personne ( Terrence Hill ) , ne l'entend pas de cette oreille . Il veut faire entrer beauregard dans l'histoire en l'emmenant à combattre la horde de bandits nommer " la horde sauvage " ... " Mon nom est personne " est un sympathique western de tonino valerii un ancien assistant de Sergio Leone . On retrouve dailleurs la patte de Sergio leonne sur ce western qui a réalisé quelques scènes . Ce western bien qu'il se rapproche d'un western de leonne est tout de même assez différent des westerns traditionnels car il contient un ton comique très sympathique d'ailleurs . L'histoire est très sympa celui d'un jeune admirateur d'une légende de l'ouest qui veut faire entré ce dernier encore plus dans la légende alors qu'il n'a qu'une seule envie c'est de prendre sa retraite . Bien décider à faire de lui une légende absolu il va se confronter à son idole et sa va faire des étincelles ce qui va donner lieu à quelques moments irrésistibles ( le coup des chapeaux ) . Le film contient également tout les ingrédients d'un western classique comme une bonne dose d'actionspoiler: ( le combat final face à la horde sauvage ... ) , une bonne reconstitution de l'époque du far west grâce à de bons décors et costumes , de beau paysages assez depaysant . Le tout sublimer par une bonne bo signé Ennio Morriconne . Le film est porter par un très bon duo d'acteurs à savoir Terrence Hill et Henry Fonda . Terrence Hill est très bon dans le rôle de personne ce personnage un peu aventurier et casse cou un brin facétieux qui est déteminé à faire rentrer une légende de l'ouest encore plus dans la légende . le personnage de terrence Hill est un cow boy un peu facétieux adepte des bêtises et des calembours ce qui va donner lieu à des scènes cocasses ( la séquence du bar avec le coup des claques ..) . Henry Fonda est excellent et charismatique dans le rôle de cette legende de l'ouest nommer Jack Beauregard qui n'a qu'une envie prendre sa retraite mais qui va être confronté à un jeune admirateur incarner par Terrence Hill qui veut le faire affronter une horde de bandit pour le faire rentrer dans l'histoire alors que ce dernier a envie de prendre sa retraite . Le duo Terrence Hill / Henry Fonda fonctionne très bien et fait des étincelles pour notre plus grand plaisir nous régalant de quelques scènes irrésistibles . " Mon nom est personne " un classique à voir ou à revoir qui connu un beau succès lors de sa sortie en salle ( 4,7 millions d'entrées ) .
Mad Gump 10
Mad Gump 10

Suivre son activité 106 abonnés Lire ses 716 critiques

3,0
Publiée le 25/01/2015
J'avoue que j'ai regardé Mon nom est Personne sans savoir autre chose du film que le fait que ce soit un western. J'ai été plutôt surpris du ton parodique du film ( d'autant plus qu'il y a Henry Fonda ). Niveau réalisation, c'est du Leone ( enfin du Valerii, mais c'est quasiment pareil, car Leone a produit le film et en a réalisé quelques scènes ), chaque plan est bien travaillé, l'ouest et ses paysages mythiques sont bien reconstitués, sans oublier les costumes qui sont très réalistes. Quelques moments peuvent prêter à sourire, mais le film est entravé par sa lenteur. Le scénario n'avance pas et certaines scènes sont...WTF c'est tout ( les plans accélérés pour faire croire que le mec dégaine plus vite que son ombre ). Les acteurs ne sont pourtant pas mauvais ( Terrence Hill, très enfantin, colle bien à son personnage, et Henry Fonda impose sa présence, comme toujours ), et la musique de Morricone n'est pas horrible, bien qu'un peu lassante. Bref un film assez lent, d'un style parodique qu'il faut aimer ( perso ça ne m'a pas trop plu ). Pour les amateurs du genre.
Sinefil44
Sinefil44

Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 985 critiques

4,0
Publiée le 24/09/2012
Un honnête western distrayant avec l'inénarrable Terence Hill, dans le rôle du cowboy toujours aussi sûr de lui. Henry Fonda, acteur de légende, comme le cowboy du film, joue là un de ses derniers westerns et marque le film de son empreinte. La scène dans le bar, au milieu du film, entre Terence Hill et les duellistes potentiels, est particulièrement croustillante.
JamesDomb
JamesDomb

Suivre son activité 47 abonnés Lire ses 1 060 critiques

5,0
Publiée le 30/11/2005
Le chant du cygne, l'oraison funèbre ou le chant mortuaire du western spaghetti. Mon nom est Personne est ce qu'on pourrait qualifier un enterrement de première classe de tout un genre. Sergio Leone est un peu sidéré de voir le genre qu'il a inventé, etre parodié par Terence Hill dans Trinita. Il décide alors de riposter en confrontant un de "ses" personnages incarné par Henry Fonda avec un personnage du renouveau du western italien incarné par Terence Hill. Fonda représente le western traditionnel, la sagesse qui annonce la fin du genre. Un homme de l'ouest qui sent que les temps sont en train de changer et décide de le quitter pour ne pas y laisser sa peau. Hill représente celui qui a grandi en l'admirant ainsi que les temps qui changent. Ce film est une symbolique de deux heures sur le western spaghetti qui touche à sa fin où les claques remplacent les revolvers. Il ne s'agit pas d'une résistance du western "old school" mais une conclusion, une sortie exemplaire avec la tete haute. L'ancien passe le flambeau au plus jeune et la lettre de fin de Beauregard à Personne n'en est que plus symbolique. Les mythes sont dépassés et devenus obsolètes, à l'image de Jack Beauregard chaussant ses lunettes pour accomplir son dernier exploit digne de l'admiration que lui porte...Personne. Une page du cinéma se tourne, comme les pages tournées littéralement durant l'affrontement final contre La Horde Sauvage. Une confrontation de deux conceptions semblables et du meme genre de film. Leone veut apporter sa contribution à ce tournant du western spaghetti. Il s'agit d'une synthèse des westerns. Meme la magnifique partition de Morricone semble etre une synthèse de toutes ses précédentes compositions. Des dialogues et répliques sublimes et inoubliables font de cette confrontation générationnelle, un monument du western qui tire sa révérence. La réalisation de Tonino Valerii atteint un lyrisme, une émotion et une grandeur uniques au genre. Chef d'oeuvre, oeuvre testamentaire.
Danny Wilde
Danny Wilde

Suivre son activité 34 abonnés Lire ses 503 critiques

4,5
Publiée le 10/02/2016
Ce western a été conçu sur une idée de Sergio Leone qui s'est inspiré d'un fait divers réel (à partir de 1895, les journaux du Wyoming relatent les méfaits de la "horde sauvage", une bande de 150 bandits qui sèment la terreur dans la région). Leone écrit le scénario, produit le film et en confie la réalisation à Tonino Valerii qui fut son assistant sur Et pour quelques $ de plus, et qui n'a pas oublié les leçons de son mentor, en faisant en sorte que son film soit un hommage au maître du western spaghetti. Même s'il marche bien sur ses traces, on y retrouve le style indiscutable de Leone, le film porte sa signature, et certains critiques n'hésitent pas à le considérer (peut-être à tort car le travail de Valerii est quand même là) comme un de ses films. Il est vrai qu'il s'est pas mal investi dedans, au point qu'il n'oublie pas d'insérer ses références cinématographiques, notamment celles à Sam Peckinpah, dont le nom figure sur la tombe d'un cimetière indien et aussi avec la horde sauvage... Sans compter qu'il a supervisé de près le tournage en Espagne et aux Etats-Unis, et qu'il a dirigé la seconde équipe afin d'en accélérer les délais. Les scènes que Leone a dirigées sont celles des urinoirs publics et du concours de verres et de gifles dans le saloon où Terence Hill s'amuse comme un petit fou, cette dernière étant une longue scène, très drôle qui nécessita une semaine de tournage. Ces séquences accentuent le caractère parodique voulu pour le film qui marque avant tout la confrontation de 2 styles et de 2 types d'acteurs : le jeune traine-savate joué par Terence Hill, vedette de la série des Trinita, westerns humoristiques d'un niveau inférieur mais plaisant, et le vieux routier Henry Fonda, immense star du western hollywoodien (ayant gardé un bon souvenir de Il était une fois dans l'Ouest). Les 2 acteurs se rencontrent de façon amusante en se provoquant ou en s'admirant dans une ambiance assez gaguesque au détour de dialogues typiques de Leone ("Qui es-tu ? Moi ? Personne ! Alors deviens d'abord quelqu'un !"). Fonda traverse le décor avec un mélange de sympathie et de malice, tandis que Hill force un peu le ton, comme il se doit dans un western italien. Là-dessus, Ennio Morricone compose des morceaux qui restent dans la mémoire comme cette charge de la horde sauvage sur l'air de "la chevauchée des Walkyries". On retrouve donc les codes leoniens, avec un peu de lenteur travaillée (la scène du début chez le barbier) et des répliques humoristiques, mais l'aspect un peu trop comique par endroits peut déranger certains puristes. Mon nom est Personne est un western italien réussi parce qu'il y a l'ombre de Sergio Leone derrière, sans vouloir minimiser le travail de Tonino Valerii, c'est un hommage parodique qui en même temps sonne le glas du western en Italie, 1973 marquant l'essoufflement du genre.
Stephenballade
Stephenballade

Suivre son activité 163 abonnés Lire ses 1 156 critiques

4,5
Publiée le 13/08/2017
"Mon nom est Personne" est un des derniers westerns spaghettis de l’histoire du cinéma sinon le dernier, du moins qualitativement parlant. La première séquence met tout de suite le spectateur dans le bain avec l’arrivée de trois hommes dans une petite bourgade perdue au milieu des collines arides, auréolés de panaches de poussière soulevés par leurs montures. Bien qu’Ennio Morricone signe une musique encore une fois inoubliable, pas une note de sa partition vient accompagner cette première scène, laissant ainsi s’exprimer le claquement des sabots s’entremêlant avec le caquetage des poules. Une cloche retentit aussi, comme si l’heure avait sonné, laquelle se tait pour laisser libre cours à un entêtant tic-tac, comme si le compte à rebours avait commencé. Chers lecteurs et chères lectrices, "Mon nom est Personne" ressemble à s’y méprendre à du Sergio Leone pur et dur. Sauf que non ! L’idée est de lui, partant du scénario original écrit par ses soins, mais la réalisation a été confiée à Tonino Valerii, son ancien assistant. Cela dit, Leone a tout de même dirigé quelques scènes, dont celle d’ouverture. Et effectivement, c’est du Sergio Leone tout craché. Hormis la petite parenthèse accordée sur Jack Beauregard au poste de télécommunications, pas un seul mot n’est prononcé. La plus grande importance a été donnée aux gros plans sur les faciès et aux bruitagesspoiler: , tels que la traite d’une vache avec la projection du lait tiré dans un seau métallique, le frottement de la brosse sur le pelage du cheval, ou encore les poils de barbe qui cèdent sous le fil du rasoir coupe-chou. Du grand art pour cette scène on ne peut plus sérieuse. Une scène qui ne laisse en rien présager de ce qui va suivre. Car pour quiconque qui ne connait pas ce film, il est impossible de savoir qu’il va avoir affaire à un personnage loufoque. La transition est d’ailleurs bien trouvée. spoiler: "Tu crois qu’il y a au monde plus rapide que lui ? […] Personne". C’est magnifique. Et c’est tout naturellement que nous basculons sur un jeune gars que Jack Beauregard va croiser sur sa route. Et déjà le formidable contraste opère entre les deux personnages : d’un côté nous avons un vieux briscard du Grand Ouest, de l’autre nous avons un jeune homme au tempérament impétueux, fervent admirateur du pistolero le plus célèbre de l’Ouestspoiler: , modèle de justice et craint de tous pour sa rapidité à dégainer et sa précision au tir. Ceci a pour avantage d’amener du fun et un humour franchement bienvenu, aussi étonnant que cela puisse paraître. Et s’il est le bienvenu, c’est parce qu’il a été très bien intégré. Cela a été rendu possible par l’intermédiaire du rôle-titre interprété par un Terence Hill plus en forme que jamais. Ce dernier laisse libre cours à ses pitreries pour prêter à son personnage toute une panoplie de traits de caractèrespoiler: : insouciance, arrogance, invincibilité (une part d'inconscience ?), et fatalement crâneur. Certains de ces traits ne sont que des fausses apparences, et je vous laisse le soin de les découvrir. Car en fait, Personne est quelqu’un doué de raison, d’une grande intelligence, de justice et de valeurs, qui plus est futé comme un renard. Ainsi il sait que "le meilleur moyen d’allonger la vie, c’est d’essayer de ne pas la raccourcir". Une réplique culte selon moi, parfaitement dans le contexte. Oui, il y en a quelques-unes, même si les regards ou les attitudes valent souvent plus que les dialogues. Le public aura même droit à une réplique à caractère biblique spoiler: : "Bienheureux celui qui partage avec son prochain le poids de la vie". Cependant rien à voir avec la religion. La seule religion du Grand Ouest est le colt. Mais cette réplique vient ponctuer une des nombreuses scènes qui prêtent à sourire. Parmi elles, certaines restent gravées à jamais dans la mémoire des cinéphiles. Ainsi le spectateur recevra en pleine face une énorme satisfaction avec une tarte à la crème, et se régalera devant des scènes telles que celle du bar spoiler: où il faut casser les verres fraîchement vidés de leur contenu (on notera que Personne se sert du bras de son voisin pour y poser son cache-poussière), et aura le plaisir d’assister à une kyrielle de scènes cultes parmi lesquelles celle qui se joue dans les toilettes de la gare (d’une longueur de près de 3’30), ou l’histoire du petit oiseau pour laquelle Terence Hill s’octroie un immense talent de conteur. En somme, vous aurez durablement la banane en regardant ce film. En prenant en compte tout cela, "Mon nom est Personne" pourrait être promu au rang des chefs-d’œuvre. Eh bien ça aurait pu être le cas, s’il n’y avait pas LE point faible du film. Je m’explique : la scène de l’affrontement avec la Horde sauvage (un hommage à l’œuvre de Sam Peckinpah, dont le nom figure sur une tombe alors qu’il n’est pas encore mort ??? euuuh son décès n’interviendra qu’en décembre 1984…) est spectaculaire, et fort bien mise en images, avec un parallèle aux livres d’Histoire par l’intermédiaire d’iconographies. Cette scène a d’ailleurs été dirigée par Sergio Leone mais ce qui m’étonne de lui, c’est la sortie… vous ne la trouvez pas un peu facile ? spoiler: Dans tous les westerns, les chevaux lancés au triple galop sont plus rapides que les trains… Quoiqu’il en soit, "Mon nom est personne" respire la nostalgie du Grand Ouest, en témoigne le laïus de fin. Une époque où tout était possible se meurt, emportant avec elle les vieux de son temps qui ont du mal à se sentir à leur place, comme Jack Beauregard bien entendu, ou comme ce vieil alcoolique notoire qui semble à l’ouest, mais qui n’a perdu pour autant le nord. Au contraire, il a toute sa tête, et est on ne peut plus sympathique. "Mon nom est Personne" est donc un grand western qui a su marier le western spaghetti dans ses lettres de noblesse avec la franche comédie. La preuve en est que tous ceux qui l’ont vu s’en souviennent.
Larbi I.
Larbi I.

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 19 critiques

5,0
Publiée le 22/01/2016
Mon nom est personne  (MNEP) est, à mon sens, le meilleur western spaghetti  car il regroupe tout ce que je recherche dans ce style de cinéma, à savoir : des étendues vastes et désertiques, des gros plans, une bande originale d'Ennio Moricone et surtout des personnages ultra charismatiques. Et quand nous confions les rôles principaux à des interprètes du talent d'Henry Fonda et de Terence Hill nous sommes pas loin de personnages cultes. Entre Jack Beauregard, vieux mentor qui veut simplement tirer sa révérence (et de quelle manière !) et Personne, jeune casse-cou sans identité propre, d'une légèreté à toute épreuve,les répliques et scènes cultes s'enchaînent dans ces 2h de western qui ne se prend pas du tout au sérieux. Un scénario très bien construit, guère surpris quand on sait que c'est, en partie,  l'oeuvre de Sergio Leone. La scène du saloon est la plus drôle que j'ai vu au cinéma et est bien représentative de son personnage principal et de ce petit bijou du cinéma Italo-Américain.
videoman29
videoman29

Suivre son activité 64 abonnés Lire ses 1 250 critiques

4,5
Publiée le 15/11/2014
« Mon nom est Personne » se tient en marge des habituelles productions de l'époque. Il est le résultat d'un savant mélange entre western spaghetti et franche comédie. Ce mariage de genres peut paraître surprenant voire improbable mais le résultat vaut largement le détour. Il faut dire que la distribution y est pour beaucoup, la collaboration entre le pétillant Terence Hill et le ténébreux Henry Fonda fonctionne à merveille à l'écran. Les deux acteurs, si différents en apparence, semblent s'entendre à merveille et leur complicité est évidente. La « touche » Sergio Leone est également bien reconnaissable alors que, paradoxalement, il semble n'avoir que peu travaillé sur le film qui est plutôt crédité à Tonino Valerii. Quelques scènes sont totalement cultes, certaines très drôles et d'autres beaucoup plus graves et profondes. Elles placent cette œuvre atypique au niveau des plus grands classiques à découvrir ou redécouvrir de toute urgence. Et puis il y a la musique d'Ennio Morricone, inimitable, incontournable... « Chairdepoulesque » !
ElAurens
ElAurens

Suivre son activité 38 abonnés Lire ses 585 critiques

3,5
Publiée le 14/06/2011
Musiques d'Ennio Morricone reconnaissables entre mille (le thème principal est génial), excellents dialogues comme " Le seul moyen d'allonger la vie, c'est d'essayer de ne pas la raccourcir ", pas de doute c'est bien du Sergio Leone. Sur les sept films que j'ai vu de ce maitre incontestable du septième art, c'est pour l'instant celui qui m'a le moins plu. Mais ce film est très bon et très plaisant à voir, mais il est loin de ses plus grandes œuvres. La confrontation entre Terrence Hill et le grand Henry Fonda et très bonne. Les meilleures scènes du film sont avec Terrence Hill (qui joue clairement ici le plus grand rôle de sa carrière), la scène du saloon ou il doit boire et ensuite tirer dans le verre est très drôle, celles ou il se bat également, ou celle ou il détourne l'attention du conducteur d'un train aussi. Bref cette parodie de western est réussie, on rigole pas mal, mais Leone reste meilleur avec des films plus sérieux.
JoeyTai
JoeyTai

Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 312 critiques

5,0
Publiée le 21/04/2007
Très bonne idée que d'opposer un personnage célèbre, craint et respecté, à un jeune blanc-bec irrespecteux mais attachant. Terence Hill en fait peut-être un peu trop dans le registre comique, mais il met en lumière Jack Beauregard, légende vieillissante bien décidée à quitter la scène. La transmission des valeurs, la recherche d'un modèle, sinon d'un père, l'ambition d'inscrire son nom dans l'histoire sont les thèmes majeurs de cette oeuvre. Morricone, à la musique, fait une fois encore des prouesses (ce qui est pour ainsi dire la norme chez lui !). Grand western.
Pierre-Louis P
Pierre-Louis P

Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 20 critiques

5,0
Publiée le 15/05/2011
Ce western se voulait parodique ? Ah bon, faudra m'expliquer pourquoi car j'y vois le meilleur western de tous les temps.
fandecaoch
fandecaoch

Suivre son activité 418 abonnés Lire ses 2 229 critiques

5,0
Publiée le 25/05/2013
Mon nom est Personne : Un western qui ma bien plus et qui ma agréablement surprit. Car, c’est un western assez original et différente malgré qui oublier pas tout la splendeur des westerns (les magnifiques décors, les duels, l’action…). Mais ce qui a de différent dans ce western, c’est sont coté humoristique très prononcé qui est très plaisant et agréable, en tout cas, j’ai bien rigolé. Car les situations sont souvent très marrante, voir jouissif. Le personnage (et l’acteur) principale (celui qui s’appelé personne) en est pour quelque chose. Car ce personnage est vraiment très réussit et souvent très drôle. Vraiment, il a un sacré charisme (l’acteur) et une tête de l’emploi car vraiment, c’est amusant de le voir faire ces conneries. Ce qui donne au film est note d’humour très appréciable et des scènes qui pour moi culte (scène du bar avec le jeu du verre…). Mais ce qui a de bien, c’est que on n’oublie pas les fondamentaux des westerns classiques. C'est-à-dire une ambiance unique et maitrisé (western) avec de magnifiques paysages. Accompagné par une réalisation tout simplement excellente et une mise en scène aux petits oignons. Vraiment, a l’époque ils savent filmer (même si il y a deux, très accélération de l’image qui est de mauvais gout mais ça faut pas critiquer, ils font avec l’époque e les moyen du bord) : mais ça gâche en rien cette magnifique réalisation signé Tonino Valerii et l’unique Sergio Leone. Donc ensuite, niveau scénario, on regarde surtout ce film pour son coté humoriste et son personnage, avec quand même pas mal d’action et de duel vraiment énorme (et bien filmé). Donc ça se laisse suivre et les personnages sont extra, mais le scénario est sympa mais prend tout son sens que vers la fin du film (donc un peu tard) mais sinon, on passe un excellent moment et on ne s’ennuie pas une seul seconde. De plus, comme je disais, les acteurs sont tous très convaincant et marrant à voir, surtout Terence Hill et Henry Fonda qui forme un super duo. Et pour finir, pour tout bon westerns qui se respect : les musiques sont génial et culte. Voila, un western qui mélange le coté classique et le coté comique et vraiment, ça marche à merveille.
lucas b.
lucas b.

Suivre son activité 43 abonnés Lire ses 164 critiques

4,0
Publiée le 29/09/2013
"Et nous voici seul face à face, non te voici seul contre ... 150. Moi qui suit un très grand fan de Sergio Leone, j'ai eu vraiment très peur qu'il allait me décevoir avec Mon nom est Personne qui, après avoir vue la bande-annonce je m'attendais a un humour grossier et été déçut d'entendre une musique (Wagner) qui n'a toujours été pour moi que la musique du film Apocalypse Now ... Et j'ai vraiment été con de croire que le 2ème génie du cinéma allait me décevoir, avec la bande-annonce je suis passé a coté de plusieurs choses très impotentes comme : La mise en scène de Sergio Leone, le scénario de Sergio Leone, les répliques cultes de Sergio Leone, les grandes morales de Sergio Leone mais aussi les acteur magistraux engagé par Sergio Leone (Terence Hill Henry Fonda). Bref ce film est un régale cinématographique, il ce rapproche même du chef-d'oeuvre, et pour revenir a la fameuse musique du passage de la horde sauvage, elle est tous simplement sublime (et encore bravo a Ennio Moriccone) malgré le passage de la musique de Wagner qui ce marie vraiment très bien avec l'ensemble de ce thème virtuose. On a la encore un petit bijoux cinématographique du maître Sergio Leone et si vous ne l'avez pas vue vous saurez ce qu'il vous reste a faire... Aller je vous laisse et longue vie aux westerns !
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top