Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Le Goût de la cerise
note moyenne
3,7
321 notes dont 52 critiques
25% (13 critiques)
21% (11 critiques)
13% (7 critiques)
17% (9 critiques)
12% (6 critiques)
12% (6 critiques)
Votre avis sur Le Goût de la cerise ?

52 critiques spectateurs

RENGER
RENGER

Suivre son activité 321 abonnés Lire ses 5 434 critiques

2,5
Publiée le 01/01/2008
Voilà comment en très peu de mots, nous pourrions décrire ce film si particulier : Le Goût de la cerise (1997) est un road movie dans la banlieue de Téhéran, où un homme, à bord de son Land Rover, part à la recherche d’une personne pouvant lui rendre un important service. Pas le genre de service que l’on peut facilement demander à son voisin ou à l’épicier du coin, non, là le sujet est grave, c’est du sérieux, d’ailleurs le film est plus un drame sociologique qu’une comédie. Il pourrait être aussi un très bon somnifère, car entre nous, dans ce film, il ne se passe pas grand-chose, beaucoup de plans fixes, longs et sans paroles. Mais serait là, voire le mauvais côté des choses, car en fin de compte, on assiste ici à un film très réfléchi, que nous, occidentaux, ne sommes pas tous obligés de comprendre à 100%, tant le film est sinueux. Une œuvre complexe, belle et contemplative, une œuvre qui a tout de même bien mérité sa Palme d’Or lors du 49ème Festival de Cannes en 1996 !
chrischambers86
chrischambers86

Suivre son activité 1390 abonnés Lire ses 10 097 critiques

3,0
Publiée le 31/08/2014
Palme d'or ex aequo avec "L'anguille", ce film inclassable de l'iranien Abbas Kiarostami reste en mèmoire pour la limpiditè de son histoire : un homme dans la force de l'âge qui veut se suicider recherche dans Tèhèran celui qui acceptera de l'enterrer! il a dècidè de se libèrer de sa vie mais pour quelle raison ? L'homme ne veut pas en parler car on ne peut pas comprendre une tel geste! On peut le compatir, le comprendre mais pas ressentir sa douleur! Le Coran dit pourtant : « Vous ne vous tuerez pas vous-même. » C'est possible de jeter de la terre sur quelqu'un ?! S'il ètait vivant, il se lèverait pour riposter! Mais l'homme sur qui le jeune soldat, le gardien, le prêcheur ou le vieillard à la mûre jetteront de la terre ne sera plus vivant, sinon il ne serait pas dans ce trou...Vous me comprenez ? 20 pelletèes de terre...Juste 20...Chacune vaut 10 000 tomans! Sur les routes caillouteuses iraniennes entre gravats et poussière, Kiarostami sonde la fragilitè de la vie dans une oeuvre qui èchappe à la gratuitè! Dans le rôle de M. Badii, Homayoun Ershadi est remarquable et s'est totalement impliquè dans ce rôle difficile en donnant bien le ton à son personnage! Ici, les paysages iraniens sont aussi nus, aussi secs, aussi insaisissables que le hèros! Quant à la pirouette finale, elle risque d'en dèconcerter plus d'un(e)...
Terence B.
Terence B.

Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 153 critiques

5,0
Publiée le 26/04/2012
On ne peut le nier, Le Gout de la Cerise se veut être un réel chef d'oeuvre, dans la mesure où nous l'acceptons comme tel. Bien plus qu'un "road-movie" (?), il est une invitation à la réflexion sur la propriété de notre vie. Kiarostami s'amuse avec son film et le spectateur bave devant une telle maîtrise. Du très beau cinéma ! Plus de critiques sur http://tournezcoupez.skyrock.com
Maitre Kurosawa
Maitre Kurosawa

Suivre son activité 196 abonnés Lire ses 1 271 critiques

4,0
Publiée le 15/11/2016
Un homme au volant de sa voiture, fenêtres ouvertes, s'arrête quand il croise des hommes seuls au bord de la route. Pourquoi ? Le film mettra un peu de temps avant que le conducteur n'énonce la raison de ses multiples arrêts, finalement donnée dans une périphrase habile qui dit la difficulté d'avouer le suicide dans une société iranienne qui le refuse. Cet aveu est bien le seul du film, car aucune explication de cette volonté d'en finir ne sera apportée, de même que M. Badii (Homayoun Ershadi impressionnant de par son impassibilité) ne dira jamais pourquoi il a nécessairement besoin de quelqu'un pour l'aider à mourir, pour l'enterrer alors qu'il sera endormi dans son trou. Kiarostami rejette ces éventuelles précisions pour réaliser un film d'une simplicité désarmante, construit selon un système d'écriture et de mise en scène très clair puisque les actions du personnage principal se résument à un schéma unique (rouler, s'arrêter et expliquer), avec une caméra souvent fixe, axée sur M. Badii et toujours laissant entrevoir le décor. Ainsi, Kiarostami signe un film sur la fin du monde dans le sens où il relate le possible dernier jour d'un homme sur Terre, un trajet vers la mort qui aurait pu être moins bavard mais qui se voit sublimé par quelques plans métaphoriques - la scène de la cimenterie en est pourvue - qui suggèrent le vertige d'une mort imminente alors que le soleil commence à se coucher et fait apparaître une lumière inquiétante, presque apocalyptique. "Le Goût de la cerise" est un très beau film qui tient à ne jamais dérégler son imparable dispositif mais qui garde également une dimension mystérieuse et déroutante, incarnée en partie dans les ultimes minutes qui décident finalement de ne pas aller au bout du programme scénaristique mais qui, sans révéler leur contenu, optent pour une tonalité plus optimiste et intriguent par un abandon fictionnel en ne donnant aucune réponse sur ce décalage. Un film à système formellement abouti et en fin de compte déconcertant.
Dreamcatcher M.
Dreamcatcher M.

Suivre son activité 1 abonné Lire sa critique

5,0
Publiée le 22/05/2011
Un doux et profond voyage duquel on ne ressort que forcément transformé , le goût de la cerise sonne comme une mélopé impromptue au milieu du fracas parfois grossié et amorphe des grosses productions hollywoodiennes ; au départ curieux , puis sceptique (je l'était c'est indéniable) , on est ensuite apostrophé par la simplicité exagérément efficace avec laquelle le réalisateur dérobe sous nos pieds le voile obscure et souvent tenace de notre ignorance des choses vraies , sans fausses modesties , sans prétention aucune , ni même désir de convaincre ... tel une statue immuable le film résonne comme une invitation a la redécouverte des réalités les plus simple , dont l'évidence s'efface trop souvent , un millier de fois dilluée par nos certitudes et convictions.
ferdinand75
ferdinand75

Suivre son activité 65 abonnés Lire ses 2 686 critiques

2,5
Publiée le 13/09/2009
Un film fort , intellectuel bien écrit. C'est du cinéma de réflexion comme on en fait plus beaucoup en occident. Des personnages se croisent , un chauffeur de taxi veut mourir , il ne trouve plus de sens à sa vie. Il rencontre d'autres personnages . C'est un peu sur le côté "futile" de la vie, quel sens y donner, pourquoi vivre ? Qu'est-ce que vaut la vie..Et puis il se raccroche à quelques petits détails, quelques souvenirs, quelques bons moments.. Un ancien gôut de cerise qu'il adorait , alors continuons, allons jusqu'au bout de ce long voyage au bout de la nuit. Très lent , mais très fort.;
Hotinhere
Hotinhere

Suivre son activité 43 abonnés Lire ses 1 549 critiques

3,0
Publiée le 22/04/2014
Un homme envisage de suicider (sans qu’on apprenne jamais pourquoi) et erre en voiture dans les faubourgs poussiéreux de Téhéran à la recherche de celui qui acceptera de l’enterrer. Un film minimaliste mais puissant, doté d’une grande portée philosophique. Palme d’or en 1997.
Mephiless s.
Mephiless s.

Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 697 critiques

2,5
Publiée le 19/09/2015
Le goût de la cerise est un film très réfléchi mais hélas il ne se passe pas grand chose... On alterne entre les champs/contre-champs et des plans fixes. Les dialogues sont très bien écrits mais il est vraiment dur de ne pas s'ennuyer devant ce film
Arthur Debussy
Arthur Debussy

Suivre son activité 70 abonnés Lire ses 593 critiques

4,0
Publiée le 16/05/2012
«Le Goût De La Cerise» m'a réconcilié avec le cinéma de Kiarostami, en espérant que ça dure (j'avais été bien échaudé par «Où Est La Maison De Mon Ami?»). Ici il y a matière à réflexion et c'est plutôt subtilement amené, enfin quelque chose à se mettre sous la dent! Bon j'avoue que j'ai du lutter contre le sommeil pour arriver au terme du film, mais après y avoir réfléchi il me semble que c'est justement parce que Kiarostami laisse les clés au spectateur, se « contentant » de provoquer l'intellect et donc limitant les effets d'accroche voyants que son oeuvre est difficile d'accès. Abbas Kiarostami parce qu'il laisse entrevoir les choses sans les expliquer complètement fait appel à l'attention du spectateur, à son imagination, à sa propre mémoire comme à ses propres expériences. Il disait réaliser des « demi-films » : pour le meilleur et pour le pire je suis entièrement d'accord. Et quand on qualifie son cinéma de « miroir », je partage là aussi cet avis : au fond il ne juge pas ses personnages et ne cherche pas à orienter notre jugement, mais à faire résonner leur histoire avec la nôtre. Donc si à première vue ce film paraît dépouillé voir... vide, en fait Kiarostami nous laisse la liberté et la possibilité de creuser plus profondémment dans son oeuvre et en nous, un peu comme s'il nous tendait une pelle et nous montrait par où commencer à chercher. J'ai donc été agréablement surpris par l'intelligence de ce long métrage, mais aussi par l'audace de certaines allusions (sur l'homosexualité ou le suicide, sujets tabous en Iran) et de certaines séquences (sur un plan plus formel). Après je pense qu'il faut être un véritable admirateur de Kiarostami pour apprécier pleinement ce film (pour ma part je ne suis guère attiré par son esthétique, ne trouvant que peu de beauté dans ses plans), mais il est incontestable qu'il dispose de qualités remarquables. Une Palme d'Or méritée pour un film particulier et jusqu'au-boutiste. A voir! [3/4] http://artetpoiesis.blogspot.fr/
remonn
remonn

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 45 critiques

5,0
Publiée le 07/08/2011
A l'exception du dernier 1/4H, manifestement bâclé et brouillon (mais correct), ce film reste un très bon thriller psycho, extrêmement prenant. Action (aucune) se situe dans un endroit lunaire, au carrefour de toutes les cultures, de toutes les identités. Soit un peu de cailloux, de poussière, une tire, des acteurs. L'action est humaine, intense, limite du concevable. Pour rappel, 'le salaire de la peur' (un film nitro, ni trop peu) n'est rien d'autre que : des cailloux, un camion, et des flacons remplis de flotte. Et tout cela devient culte et intemporel. Mais c'est juste à titre de démonstration, car aucune comparaison n'est jamais possible entre films.
betty63
betty63

Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 414 critiques

4,0
Publiée le 29/05/2011
J'ai d'abord aimé ce film parce qu'il m'a interpellée ; dès le départ il dérange, on se sent mal à l'aise : c'est qui ce type qui pose mille questions ? Il dirige la conversation, qui ressemble à un interrogatoire, tout en conduisant retenant son passager en vase clos. Et c'est ça que j'attends du cinéma : qu'il nous transporte ailleurs, pas seulement visuellement mais émotionnellement. Il débute lentement, puis on perçoit un frémissement de vie chez cet homme désabusé qui va peut être bouleverser le cours des choses. L'histoire est très intéressante, déroulant doucement son intrigue. La mise en scène est très réussie également. Chapeau bas !
gimliamideselfes
gimliamideselfes

Suivre son activité 871 abonnés Lire ses 3 688 critiques

4,0
Publiée le 11/08/2010
Kiarostami livre une oeuvre aussi intelligente et belle qu'elle est lente. Les paysages sont magnifiques, les relations humaines sont vraiment pures, il y a quelque chose dans ce film de fondamentalement bon. La mise en scène est vraiment très bonne, et cette utilisation de la voix off alors qu'on voit la scène (faut voir le film pour comprendre) ça donne un aspect assez étrange au film. Par contre je dois avoué que j'ai trouvé ça un peu long et la fin je ne l'ai guère comprise (mais comme souvent avec Kiarostami)
the_littlele_bowsky
the_littlele_bowsky

Suivre son activité 38 abonnés Lire ses 82 critiques

4,0
Publiée le 15/08/2008
on a du mal à comprendre ce personnages dont on ne sait absolument rien,(famille,métier...) et qui demande à plusieurs personnes qui croisent son chemin ,chemin qui d'ailleurs ne le mène on ne sait où car la fin est vraiment étrange mais en même temps surprenante et déroutante. un bon film avec certaines longueurs comme de longues scènes de voiture silencieuses, mais cela donne une certaine ambiance au film. un très bon film mais qui n'est pas assez marquant je trouve pour mériter une palme d'or
Martin d.
Martin d.

Suivre son activité 64 abonnés Lire ses 21 critiques

4,5
Publiée le 04/11/2014
Le plus marquant dans le film est que le réalisateur a envisagé une voiture en marche dans le paysage désertique iranien comme lieu principal du film qui se déroule à quelques exceptions près en huis-clos. Ce choix radical permet d’intensifier la confrontation entre le personnage principal et ses trois principaux interlocuteurs (un soldat, un séminariste et un employé de musée). L’agrément de l’un de ces trois personnages est indispensable au personnage principal pour accomplir son dessein, c’est-à-dire s’ôter la vie, il doit pour cela les convaincre de la nécessité de ce suicide. L’argumentation se produit sans que jamais les véritables raisons soient mentionnées, les trois interlocuteurs se doivent de croire que ces raisons justifient le désir de mort du personnage principal sans pour autant y avoir accès. Visuellement, certains plans sont très puissants comme l’ombre du personnage principal qui apparaît sur la terre déversée par les pelleteuses, comme une préfiguration de sa mort désirée, mais jamais définitivement recouverte.
cinono1
cinono1

Suivre son activité 82 abonnés Lire ses 1 379 critiques

2,5
Publiée le 04/08/2014
Pas gai la palme d'Or 1997. le film cumule les défauts...un gars qui tourne en rond dans sa voiture, en plus la situation est improbable...Pourquoi demander de l'aide au premier venu quand on veut en finir ? pour démontrer les joies de l'existence ? quel lourdeur dans le dispositif, on croirait une histoire écrite par un élève de 6°. Pourtant, Pourtant, une vraie tension dramatique s'installe confortés par ces longs plans fixes en champs-contre-champs, par cet acteur assez bouleversant, et les dialogues sont soignées. Ce n'est pas rendre service au cinéma en général, et d'auteur en particulier, d'attribuer de telles distinctions à des films aussi anodins.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top