Mon AlloCiné
    La Route semée d'étoiles
    note moyenne
    3,0
    19 notes dont 7 critiques
    14% (1 critique)
    43% (3 critiques)
    14% (1 critique)
    14% (1 critique)
    0% (0 critique)
    14% (1 critique)
    Votre avis sur La Route semée d'étoiles ?

    7 critiques spectateurs

    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 1470 abonnés Lire ses 8 622 critiques

    4,0
    L'une des grandes rèussites de Leo McCarey et l’un des films prèfèrès de mon père! D'abord au service d'excellents comiques, ce metteur en scène d'exception rèalisa quelques films inoubliables dont cette propagande religieuse au titre magnifique! Pour ce film, McCarey fut couvert d'Oscars (5 au total) dont celui du meilleur film et du meilleur rèalisateur! En ecclèsiastique de choc, Bing Crosby trouve en Père Chuck O'Malley son rôle le plus cèlèbre en empochant le très convoitè Oscar du meilleur acteur! Dans les seconds rôles, Barry Fitzgerald est vraiment irrèsistible en prête bougon et extraverti qui voit d'un mauvais oeil les changements de ce prête des temps modernes! Une prestation justement rècompensèe par l'Oscar du meilleur second rôle! Fait rare, Fitzgerald a obtenu pour cette prestation une double nomination, comme meilleur second rôle et comme supporting actor, un cas unique dans l'histoire des Oscars! Un classique intemporel de McCarey avec cerise sur le gâteau, l'inoubliable chanson "Swingin' on a star" (oscarisèe ègalement) qu'on se lasse pas de fredonner puisqu'elle est chantèe par l'une des plus populaires vedettes de la chanson amèricaine, le type même du crooner! D'ailleurs pour la petite anecdote, le tandem Bruce Willis-Danny Aiello se sont inspirès de "Swingin' on a star" pour un casse de haut vol dans le cultissime "Hudson Hawk". C'est donc un McCarey à dèguster sans modèration dont la bontè atteint ici des sommets, et ce grâce à Crosby et Fitzgerald...
    Espace-Critique.fr
    Espace-Critique.fr

    Suivre son activité 40 abonnés Lire ses 15 critiques

    3,0
    Un bon gros feel-good movie à l’américaine. Ça date des années 40 mais ça se laisse encore bien regarder, à condition d’aimer le genre. Avec la voix de crooner de Bing Crosby en prime. Le personnage du vieux prêtre reste le plus touchant et sa relation avec O’Malley est de loin la partie la mieux écrite du film et ce qui le sauve de la mièvrerie. Le reste, en termes de crédibilité et de caractérisation des personnages, est plutôt du niveau de Sister Act ou Esprits rebelles. Dommage que toutes ces intrigues secondaires prennent autant de place et cassent un peu le rythme (même si ça n’empêche pas de verser sa petite larme à la fin, avec une version en chair et en os de « Mama Coco »).
    vadorbane93
    vadorbane93

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 557 critiques

    4,0
    Un bon film de mac carey inférieur toutefois à cette sacrée vérité ou bien sur son chef d'oeuvre, elle et lui
    loulou451
    loulou451

    Suivre son activité 59 abonnés Lire ses 1 346 critiques

    4,0
    Oscar du meilleur film au sortir de la guerre, "la Route semée d'étoiles" propose certes un très bon spectacle, mais ne reste pas dans les mémoires comme un chef-d'œuvre inoubliable. Bing Crosby est certes parfait dans le rôle d'un jeune prêtre avant-gardiste, mais d'autres avant lui n'ont-ils pas été meilleurs. Reste un bon film signé Leo McCarey avec scénario astucieux au parfum de cinéma italien. Un bon divertissement. Sans plus.
    DILETTANTE@LIVE.CA
    DILETTANTE@LIVE.CA

    Suivre son activité Lire sa critique

    5,0
    GÉNÉRAL : spoiler: Cheminement entre deux êtres qui ont un but commun, le bien, mais dont les stratégies sont opposées, ce qui sera la cause de plusieurs conflits. NOTES POSITIVES : spoiler: Film accessible par l’humour, la musique, la sensibilité et la vulgarisation efficace de la problématique. NOTES NÉGATIVES : spoiler: Sans objet. PISTES DE RÉFLEXION : spoiler: Réussite d’un projet entre générations. Valorisation des relations humaines. Tableau intéressant, nous présentant d’abord un cheminement difficile dans les relations intergénérationnelles, qui fera naître ensuite une amitié née de ces conflits. Encadrement positif que peut apporter la religion dans un cadre non extrémiste. Force individuelle qui dépasse les cadres religieux et communautaires proposés dans le film. Influence et rayonnement d’un individu fort sur une collectivité en difficulté. La force de caractère du jeune prêtre lui permet de rayonner malgré un cadre qui se veut restreint. Aujourd’hui, ce concept de l’influence du prêtre aussi directe dans la société apparaît beaucoup moins accepté, car les générations actuelles semblent réclamer plus d’autonomie.
    kubrick94
    kubrick94

    Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 5 critiques

    0,5
    going my way c'est un film dont je connais le titre depuis que je m’intéresse au cinéma mais dont je n'avais encore jamais osé franchir le pas ... c'est chose faite et assurément c'est le film le plus détestable que j'ai jamais vu . avant de continuer ,il faut préciser que le film traite de 2 prêtres issu de deux générations différentes ( le vieux conservateur et le jeune moderniste ) et donc de leur confrontation et nombreux désaccords mais aussi de leur rapprochement au fil du récit ,si la recette est bien connue ,elle est souvent efficace . or cette fois nous avons affaire à deux longues heures de vides ou deux prêtres extrêmement mal écris font insulte à leur religion : le premier , le conservateur barry fitzgerald est un vieillard qui ne pense qu'a une chose : quémander de l'argent à droite et à gauche et ne fait strictement rien pour aider les gens , il refuse d'aider une jeune fille sans abris parce que celle ci à le culot de vouloir faire quelque chose de sa vie et non pas faire le ménage , il juge sévèrement un flic parce que celui ci ne va pas à la messe ( oh mon dieu ) , et surtout il se mêle de la vie d'un jeune couple qui vient de se former à la demande d'une vieille commère en mode : il faut faire quelque chose !!! le deuxième , l'immense vedette bing crosby ,qui s'il était peut être un grand jazzman était un piètre comédien ,est le prêtre moderniste mais pas trop quand même c'est a dire qu'il est cool parce qu'il porte une veste de base ball mais à coté de ça il compose une musique sentimentale soporifique et critique avec dédain les autres styles musicaux ... c'est pas très charlie tout ça . sa seule bonne action est d'avoir transformé une bande de jeune "loubard" irrécupérable en agneaux bon pour la messe ... grâce au pouvoir de la musique ... en une après midi pour résumer c'est le genre de personnage censé être extrêmement sage et que tout le monde respecte et admire ... sans que l'on comprenne pourquoi vu ce que l'on voit à l’écran quand à son interprétation ,et bien ce n'en est pas une , car si barry fitzgerald avait des semblants d'émotions à faire passé ( personnellement je trouve que c'est un échec ) , bing crosby lui n'en a aucune ,il se contente d’être devant la caméra et d'écouter les autres parler , le tout avec son charisme d’huître et son air supérieur le film n'est qu'une succession d’auto masturbation catholique qui dégouline de bons sentiments puants et de sourire mièvreux ( notamment l'ex de bing crosby ,la chanteuse d'opéra , on ne peut pas trouver sourire plus faux cul ) et on approche du degré zéro de la réalisation le film à remporter tout les oscars possible et imaginable ( alors que la même année sortaient les excellents film noir "laura" de preminger et "assurance sur la mort" de billy wilder ) ,on peut facilement imaginer que le distributeur du film a investit tout son argent dans la campagne promotionnelle à coup de hastag "unOscarpourBingCrosby" bref le genre de film parfait pour une soirée ciné chez la famille fillon mais dont je n'en trouve aucune qualité que ce soit en tant que produit fini ou même dans sa démarche
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 562 abonnés Lire ses 4 143 critiques

    2,0
    Il était à se demander si les membres de l'Académie des Oscars n'avait pas fumé la moquette avant de faire remporter à ce film niant-niant et en conséquence heureusement facilement oubliable l'Oscar du meilleur film et l'Oscar du meilleur réalisateur alors que dans les mêmes catégories et la même année était nommé LE méga chef d'oeuvre absolu du film noir : "Assurance sur la mort" de Billy Wilder. Le film en lui-même est certes pas tout le temps désagréable à regarder mais il est parfois un peu long et je suis hélàs obligé de reconnaître que je me suis parfois carrement ennuyer (c'est désagréable d'écrire cela sur un film de Leo McCarey mais franchement j'ai souvent décroché !). La mièvrerie qui ponctue souvent l'ensemble et la conventionnalité la plus totale du scénario n'arrangent absolument rien à l'affaire. Quand à l'interprétation elle se tient mais pas à ce point extraordinaire donc il était aussi exagéré de decerner l'Oscar du meilleur acteur à Bing Crosby pour ce rôle. Le seul qui soit vraiment excellent dans ce film est le très émouvant Barry Fitzgerald à qui ont doit les seules scènes intéressantes du film. Donc à voir juste pour la belle interprétation de Barry Fitzgerald et aussi pour voir comment l'Académie des Oscars peut être parfois complètement à côté de la plaque.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top