Mon AlloCiné
    Nous avons gagné ce soir
    note moyenne
    4,0
    147 notes dont 31 critiques
    26% (8 critiques)
    58% (18 critiques)
    10% (3 critiques)
    3% (1 critique)
    3% (1 critique)
    0% (0 critique)
    Votre avis sur Nous avons gagné ce soir ?

    31 critiques spectateurs

    sssb
    sssb

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 28 critiques

    4,5
    Publiée le 4 juin 2010
    un grand film qui montre que la fierté peut parfois(et si!)vaincre sur l'argent.les usa sont montrés sous son meilleur jour avec stoke thompson mais sous son pire jour avec un public assoifé de violence et aimant le catch...le combat de boxe est magnifiquement filmé(on s'y croirait)et est integralement difusé(une bonne demi heure).une petite touche d'humour aussi avec un spectateur qui ne fait que manger pendant le match de boxe(hot-dogs,glaces etcetc)
    BLOT
    BLOT

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 3 critiques

    5,0
    Publiée le 8 avril 2014
    Un film court, mais dense avec un Robert Ryan au sommet de son art. Une mise en scène dynamique de Robert Wise. La scène de combat est fabuleusement bien filmée même quand on n'aime pas trop la boxe. Les seconds rôles sont efficaces. Indéniablement c'est un très grand film noir.
    Yetcha
    Yetcha

    Suivre son activité 118 abonnés Lire ses 2 045 critiques

    5,0
    Publiée le 28 janvier 2016
    Robert Wise... Robert Wise... Robert Wise... Ai-je vraiment besoin de le présenter? La splendeur des Amberson, Le récupérateur de cadavres, Le jour où la Terre s'arrêta, La maison sur la colline, West side story, La maison du diable, La mélodie du bonheur, La canonnière du Yang-Tsé, Le mystère Andromède, L'odyssée du Hindenburg, Star Trek le film... Un truc de fou quoi!!! Et je n'ai pas tout mis. Bref, ici on a encore droit à un grand grand film. La volonté d'un homme face à la malhonnêteté, un homme qui reste droit et debout quoi qu'il en coûte. La boxe sert ici à la fois de décor mais aussi de métaphore. Une oeuvre superbe, qui garde toute sa force.
    ALEX0147
    ALEX0147

    Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 27 critiques

    5,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Un tres grand film ou la technique égale celle de films tels que Citizen Kane ou La Soif du Mal. La caméra est d'une fluidité déconcertante, on glisse litteralment sur tout ces personnages. La lumiere, ou plutot l'ombre est remarquable comme sur Le Baiser du Tueur. Les décors sont superbes pour un film a si petit budget, on n'est englober par ce film. L'omniprésence de l'horloge confere une véracité au film, ici pas d'ellipse, de retour en arriere, ect... Le theme lui meme, la redemption d'un petit boxeur confronté a un systeme ou il doit briser les regles est une metaphore de la vie. Un classique du film noir et du film de sport!
    BlindTheseus
    BlindTheseus

    Suivre son activité 85 abonnés Lire ses 2 564 critiques

    2,5
    Publiée le 26 août 2009
    un plutôt bon film encore visible et contenant d'autre part de bons arguments contre la répression et le matraquage aveugle avec le succès de ces champions provenant d'un milieu moins aisé; et refletant en effet parfois, tel les mots de l'entraîneur de Bill, ces pâles visions dissimulant ce que la réalité est vraiment.
    fritzlang1971
    fritzlang1971

    Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 422 critiques

    4,5
    Publiée le 7 juin 2011
    Stoker Thompson, 34 ans, est un boxeur au bout du rouleau. Lors d'un combat, au 3ème round, son soigneur et son coach lui font clairement comprendre qu'il doit se coucher car le match à été arrangé. Il en décide autrement, se révolte et écrase son adversaire. Sa rebellion provoque la colère de la mafia qui décide de l'attendre à la sortie des vestiaires... Un très beau film de boxe, court, bien réalisé où l'on découvre aussi bien les coulisses (la préparation des boxeurs) que le combat. Bon film.
    Estonius
    Estonius

    Suivre son activité 224 abonnés Lire ses 1 030 critiques

    4,0
    Publiée le 13 décembre 2014
    Si le scénario est minimaliste, le traitement est prodigieux, ce film de 72 minutes est en temps réel à la minute près. Une contrainte folle proche de l'exercice de style, mais réussi car grâce à un montage très nerveux, on n'en a conscience (et encore !) que quand apparaissent des pendules à l'écran. C'est très noir, sans concession et assez briseur de rêves mais passionnant.
    soniadidierkmurgia
    soniadidierkmurgia

    Suivre son activité 202 abonnés Lire ses 2 108 critiques

    4,5
    Publiée le 4 septembre 2015
    « Nous avons gagné ce soir » est le dernier film de Robert Wise pour la RKO au sein de laquelle il avait débuté en tant que coursier parce que son père y était comptable, avant d’y entamer un parcours de monteur reconnu, ayant participé à « Citizen Kane » (1940) et à « La splendeur des Amberson » (1942) d’Orson Welles. C’est en remplacement de Gunther von Fritsch qu’il débute son métier de réalisateur avec « La malédiction des hommes-chats » en 1943. Il subira immédiatement l’influence stylistique du génial producteur Val Lewton. Aujourd’hui , comme Richard Fleischer, Jacques Tourneur ou Mark Robson, Wise n’est pas reconnu comme un maître d’Hollywood au contraire des grands anciens, Billy Wilder, Otto Preminger, Richard Siodmak ou Fritz Lang, auréolés dès leur arrivée à Hollywood de leur statut de réalisateurs européens. Sa carrière a pourtant été jalonnée de très grands succès comme « Le jour où la terre s’arrêta » (1951), « West side story » (1961), « La maison du diable » (1963), « La mélodie du bonheur » (1965) ou « La canonnière du Yang-Tse » (1966). Sans doute un trop grand éclectisme pourtant très apprécié des studios ne lui a pas permis d’imprimer une marque de fabrique indélébile dans l’inconscient de la critique et du spectateur. Le temps faisant son effet et l’apport du support DVD contribuant à diffuser l’ensemble de leur œuvre, Wise et ses trois confrères voient progressivement et fort justement leur travail réévalué. « Nous avons gagné ce soir » est un petit bijou de film noir réaliste sur le milieu populaire de la boxe. A juste titre Wise était très fier de son travail sur ce film qui est un des premiers où l’histoire se déroule en « temps réel ». Ecrit par un journaliste sportif reconverti scénariste (Art Cohn), « Nous avons gagné ce soir » est certes un film sur la boxe mais sans doute un des rares parmi les plus connus à fixer son point de vue sur sa pratique la plus populaire, celle des meetings régionaux sillonnés par des forçats du métier obligés de multiplier les combats pour faire bouillir la marmite. Que ce soit « Le champion » de King Vidor (1931), « Gentleman Jim » de Raoul Walsh (1942), « Champion » de Mark Robson (1949), « Rocky » de John G. Avildsen (1977) , « Racing bull » de Martin Scorsese (1980), « Ali » de Michael Mann (2000) ou même « Marque par la haine » du même Robert Wise (1956), tous s’inspiraient de la vie de champions du monde dans leur catégorie (James J. Corbett, Rocky Grazziano, Jack La Motta, Mohammed Ali). C’est donc le changement de trajectoire d’un homme sur une soirée, le temps d’un combat de l’échauffement à sa conclusion, qui nous est proposé de la manière la plus réaliste qui soit. Âgé de 36 ans, Wise fait montre de toute sa technicité pour ne rien laisser échapper du moindre détail de ce qui constitue l’environnement d’un combat qui se déroule sur fond de paris truqués comme la règle l’impose dans ce sport, depuis toujours gangréné par le milieu. Bill « Stoker » Thompson (Robert Ryan) est un boxeur sur le retour arrivé à la croisée des chemins, sa jeune femme (Audrey Totter) ne supportant plus leur vie de bohème et les coups portés à son époux, de moins en moins armé pour les rendre. Il ne le sait pas encore mais cette soirée sera celle où son destin va se basculer à cause de ses managers véreux qui parient sur ses défaites sans l’associer à leurs gains frauduleux. Sa femme refusant de venir le voir se faire « démolir », préfère dissiper son angoisse en se promenant en ville. Très subtilement, Wise distille un montage alterné oscillant entre l’espoir de « Stoker » de voir sa femme le rejoindre dans la salle et l’angoisse de cette dernière qui tente vainement de tuer le temps. Autour de cette tension dramatique ajoutée à celle du combat, Wise place sa caméra sur tous les protagonistes de ces soirées enfumées où les pulsions animales enfouies se libèrent au rythme des uppercuts, comme cette femme qui à l’entrée jure qu’elle vient à contrecœur pour ensuite mieux haranguer le boxeur titubant, lui intimant la fureur aux lèvres de se relever. Tourné presque exclusivement en studio, le film superbement photographié en noir et blanc par Milton R. Krasner peut facilement se ranger dans la lignée des meilleurs films noirs dont il reprend certains codes esthétiques mais aussi le parfum tragique du parcours de son héros. Il faut enfin saluer la performance tout en sobriété de Robert Ryan ancien champion de boxe universitaire. Si un film peut contribuer à faire gravir à Robert Wise une marche de l’escalier qui mène au panthéon des grands réalisateurs américains, c’est bien « Nous avons gagné ce soir ».
    loulou451
    loulou451

    Suivre son activité 59 abonnés Lire ses 1 346 critiques

    4,0
    Publiée le 11 mai 2014
    Un film d'une simplicité déconcertante, et cependant certainement l'un des meilleurs films de bowe jamais tournés. Ici, l'ancien monteur Robert Wise fait preuve de tout son talent pour ne garder que l'essentiel, s'attachant à la psychologie de son héros (Robert Ryan dans un de ses plus grands rôles), à son combat presque métaphysique, et à sa lutte pour l'humanité. A travers son combat, Jim Thompson livre sa plus grande bataille : celle de son humanité, de sa dignité, de son humilité dans la victoire comme dans la défaite. Ici, on est loin des grands moments de gloire de trop nombreux films de boxe, on reste dans l'humain, dans la tragédie et la lutte, dans l'adversité. A travers cette parabole, Wise signe une œuvre forte et touchante.
    this is my movies
    this is my movies

    Suivre son activité 161 abonnés Lire ses 1 944 critiques

    4,5
    Publiée le 1 avril 2015
    (...) Le film de Wise se révèle également intéressant car il décrit surtout l'effervescence d'une ville au contact de ce genre de divertissement, une nuit de combats qui verra défiler une quinzaine de boxeurs et c'est surtout la dure vie de ces combattants qui semble le passionner. Le scénario d'Art Cohn fait en effet une longue pause dans la salle où se prépare les boxeurs, véritable lieu de vie dans lequel ces hommes se prennent à rêver d'un destin glorieux, où les espoirs les plus fous se rencontrent face à la dure réalité des combats. Les vétérans côtoient des débutants et font partager leurs expériences tandis que les soigneurs préparent les mains de ces guerriers du ring qui vont devoir s'affronter pour une paye de misère devant une foule très excitée à la fois par la vue du sang mais aussi par l'appât du gain. Le film n'est d'ailleurs pas très tendre avec les spectateurs et brosse toute une galerie de portraits plus ou moins savoureux : on retrouve donc ceux qui hurlent "A mort", le spectateur qui se goinfre tout au long des combats, la femme qui accompagne son mari à contre-cœur, ce même mari qui rejoue tous les coups du combat, l'aveugle qui vient écouter les combats décrits par son accompagnateur, la petite amie du gangster qui s'amuse à faire des paris ou bien encore cette autre femme véritablement passionnée par le combat et qui exige du sang ! A cette occasion, le film noir touche à la satire sociale et atteint une autre dimension. C'est à la fois drôle et grave et on ne peut rester insensible. Le combat lui aussi se devait d'être en temps réel et les rounds vont défiler. On est ainsi surpris par l'intensité de ce dernier: les coups pleuvent, les corps souffrent, les visages sont marqués et il demeure incertain jusqu'au bout. La mise en scène de Wise se révèle à cette occasion véritablement brillante et reste encore à ce jour un véritable exemple en la matière. C'est ainsi que le très cinéphile Martin Scorsese avouera avoir pompé le style de Wise pour faire les séquences de combat dans son "Raging Bull". La virtuosité de Wise s'exprimera aussi dans le final, avec des cadres bien construit, un jeu d'ombres et de lumières somptueux et un final d'une puissance dramatique rare. La critique complète sur
    Gimli4ever
    Gimli4ever

    Suivre son activité 1 abonné

    5,0
    Publiée le 14 février 2018
    C’est le dernier combat de Stoker Thompson, boxeur vieillissant en qui personne ou presque ne croit plus. C’est le moment de vérité, celui où tout va se jouer - sauf que comme dans toute vraie tragédie, tout est bien sûr déjà joué. Et c'est bien sûr le caractère du protagoniste, inflexible et emprunt de noblesse, qui précipite la défaite. Mais cette dernière est aussi une victoire, une porte de sortie. Car ce très grand film noir est en fait l’histoire d’une reconstruction, ambiguë et désespérée, où l'espoir pointe dans les ténèbres.
    lilybelle91
    lilybelle91

    Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 842 critiques

    3,5
    Publiée le 29 octobre 2012
    Alors que le scénario est minimaliste, Robert Wise, dilate le temps et met en scène avec une grande prouesse, grâce notamment au montage (Il fut le monteur de Orson Welles) cet excellent thriller noir, avec pour toile de fond un match de boxe truqué ! Un classique remarquable...
    TonyCamonte
    TonyCamonte

    Suivre son activité Lire ses 5 critiques

    5,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Robert Ryan est incroyablement bon dans ce film extraordinaire un chef d'oeuvre
    BMWC
    BMWC

    Suivre son activité 51 abonnés Lire ses 635 critiques

    5,0
    Publiée le 15 février 2013
    Avec rigueur et efficacité (forcément : c'est du Robert Wise), "Nous avons gagné ce soir" est un extraordinaire film noir et un monumental film de boxe, marqué par une métaphore claire du rêve américain illusoire qui se fracasse contre la corruption. Le tout porté par un Robert Ryan dans son plus beau rôle.
    QuelquesFilms.com
    QuelquesFilms.com

    Suivre son activité 83 abonnés Lire ses 987 critiques

    4,5
    Publiée le 3 octobre 2013
    C'est d'abord un superbe film sur la boxe, les rêves et les désespoirs des boxeurs de l'ombre, le monde des parieurs... C'est aussi un excellent film noir, qui magnifie les thématiques de l'échec et de la dignité, reliées à une histoire d'amour. Dans la bouche de la femme de Bill, la dernière phrase, "nous avons gagné ce soir", sonne d'abord comme la victoire de l'épouse, un peu égoïste, un peu cruelle aussi, mais qui pourra désormais garder son mari auprès d'elle, sans craindre pour sa vie. Victoire de l'homme également, du boxeur, qui a sauvé son honneur. Mais victoire amère. C'est enfin une oeuvre magnifiquement réalisée et photographiée. L'unité de temps (la durée du film équivaut à la durée de l'action) et le montage rapide créent une intensité vraiment captivante. Quant à Robert Ryan, qui fut lui-même boxeur dans le passé, il est parfait.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top