Tokyo-ga
  • Séances
  • Bandes-annonces
  • Casting
  • Critiques
    • Critiques Presse
    • Critiques Spectateurs
  • Photos
  • DVD, VOD
  • Musique
  • Le saviez-vous ?
Note moyenne :   3,3 pour 19 notes dont 5 critiques  | 
  • 1 critique     20%
  • 1 critique     20%
  • 2 critiques     40%
  • 0 critique     0%
  • 1 critique     20%
  • 0 critique     0%

5 critiques spectateurs

Trier par 
Les plus récentes
  • Critiques les plus utiles
  • Les membres ayant fait le plus de critiques
  • Membres ayant le plus d'abonnés
axelstefor

30 abonnés | Lire ses 212 critiques |

   3 - Pas mal

Wenders s'amuse. Parfois à nos dépends mais jamais dans l’esbroufe. Ambitieux, conceptuel, lyrique, un peu boursouflé, mais unique.

electro-sledge

0 abonné | Lire sa critique |

   5 - Chef d'oeuvre

Très beau documentaire, avec l'apparition de Chris Marker dans le bar "La jetée" et l'émouvante rencontre avec Yuharu Atsuta, directeur de la photo du cinéaste Ozu. Que demander de plus ?! Du grand Wenders !


brunocinoche

15 abonnés | Lire ses 521 critiques |

   4 - Très bien

Un documentaire hors norme qui nous plonge dans un premier temps dans un Japon insoupçonnable et rend un vibrant hommage au maitre Ozu dans la 2ème partie.

Flav43

115 abonnés | Lire ses 1074 critiques |

   1 - Très mauvais

Hommage. Quand un cinéaste cinéphile part sur les voies de son idole, en l’occurrence Wim Wenders vient constater ce que Tokyo est sans Ozu. Hommage. Voyage à Tokyo, parcours aléatoire, caméra en guise de mémoire, «Tokyo-ga» (Allemagne, 1984) diverge comme un journal intime. Expérimentation de la caméra d’Ozu, témoignage de l’acteur d’Ozu, de Chisu Ryu, pèlerinage jusqu’à la tombe d’Ozu et triste constat débordant de mélancolie sur Tokyo sans l’œil d’Ozu. Hommage donc. Mais Wenders pousse la quête d’Ozu sur le constat de l’américanisation du Japon. Ces scènes hébergent la perte misérable et absurde d’une culture et d’une digression contingente. La fabrique des plats japonais en cire semble résonner creux au sein du «journal filmé» et de l’hommage à Ozu. «Tokyo-ga», mémoire de Wenders dans son pèlerinage, amplifie la mélancolie et pervertit le message du cinéma ozuien. Contraste entre le maître qui sourd de la vie sa véracité difficile et l’élève qui en pervertit l’interprétation. Hommage ? Herzog et Marker, dans leur brève apparition sont des pistes bis qui ouvre le film vers un ravin d’illogique. Que font-ils là ? Wenders ne nous répondra pas.Wenders, tentant par «Toko-ga» d’exprimer son adoration pour Ozu quitte à le décalquer, ne réussit qu’à sauvegarder les barreaux de sa structure, délaissant l’accalmie essentielle par une tristesse impertinente. Hommage à Ozu ? La mise en rapport de l’altération du nouveau Japon avec le Tokyo d’Ozu est bien trop accablée pour croire à un hommage. Dommage.

Misoramengasuki

28 abonnés | Lire ses 501 critiques |

   3 - Pas mal

Un film de vacances signé Wenders, est-ce déjà un film de Wenders, ou encore un film de vacances ? Un peu des deux, et c’est probablement la limite de Tokyo-ga. Non pas que le propos soit dénué d’intérêt. Parti sur les traces du Tôkyô filmé par Ozu, Wenders cherche à montrer que la civilisation industrielle et médiatique a détruit les rapports humains et qu’aux images "vraies" se sont substitués les images creuses, le toc et le bruit. La thèse est intéressante, et Wenders sait la défendre. Il y a des séquences instructives ou amusantes dans son film (l’atelier de préparation de plats en cire, par exemple). Les interviews des personnes ayant travaillé avec Ozu sont passionnantes, moins en raison de ce qu’elles disent que de l’immense respect et de l’émotion qu’on sent à l’évocation du maître. Mais la vision de Tôkyô qu’a Wenders ne dépasse malheureusement pas celle du touriste moyen restant une semaine dans la capitale japonaise : les néons, la foule, le "bizarre"... Vu la démarche du film, c’est gênant. Car Wenders, soit disant en quête du Tôkyô d’Ozu, se borne à aller dans des endroits où il n’a aucune chance de le trouver. Or, des petits quartiers à l’atmosphère villageoise, où tout le monde se connaît, et qui sont les vrais héritiers de la ville que filmait Ozu, il y en a à Tôkyô, et énormément (je le sais, j’y ai vécu). C’est d’ailleurs là que vivent les gens, bien plus que dans la jungle urbaine de Shinjuku ou Harajuku. Mais Wenders ne va pas y poser sa caméra. Autre gêne : la bande son. Peut-être était-ce différent en 1983, mais Tôkyô est aujourd’hui (si l’on excepte les salles de pachinko...) une ville bien moins bruyante que les capitales occidentales, surtout en raison du faible nombre de voitures. Or Tokyo-ga est envahi par une musique et des bruitages vraiment agressifs, qui modifient considérablement la vision qu’on se forge de la ville. Au final, le film reste intéressant, mais son message, très subjectif, doit être pris avec précautions.

Donnez votre avis sur ce film

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Playlists
6 vidéos
LA SHORT PAUSE #21 - 5 courts métrages à déguster
5 vidéos
LA SHORT PAUSE #20 - 5 courts métrages à déguster
6 vidéos
LA SHORT PAUSE #19 - 5 courts métrages à déguster
Toutes les playlists
Tous les meilleurs films au ciné