Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Voyage à Tokyo
note moyenne
4,3
408 notes dont 54 critiques
50% (27 critiques)
24% (13 critiques)
17% (9 critiques)
4% (2 critiques)
0% (0 critique)
6% (3 critiques)
Votre avis sur Voyage à Tokyo ?

54 critiques spectateurs

Sionsono2
Sionsono2

Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 754 critiques

3,0
Publiée le 03/08/2012
Un voyage que je pensais captivant et finalement j'ai été très déçu. Le rythme est vraiment lent, certains acteurs (comme le grand-père) parlent comme s'ils venaient de commencer leur métier, l'histoire est certes poétique mais manque d'accroche. Un voyage (en tout cas pour moi) c'était des paysages magnifiques une découverte de la ville. Au lieu de ceci, je me suis ennuyé et impossible de regarder les deux heures du film. Mais il y a quand même quelques bonnes scènes et les discussions sur la famille sont vraies et assez intrigantes. Je ne sais pas comment noter un film qui a eu 8.3 sur IMDB!
tjutiebd
tjutiebd

Suivre son activité Lire ses 39 critiques

0,5
Publiée le 03/07/2006
vraiment j'ai été déçue par ce film je me suis ennuyée.
nekourouh
nekourouh

Suivre son activité 48 abonnés Lire ses 689 critiques

5,0
Publiée le 01/05/2011
Sincère et magnifique, un chef d'oeuvre captivant et étonnant.
Cinéphiles 44
Cinéphiles 44

Suivre son activité 155 abonnés Lire ses 2 559 critiques

4,5
Publiée le 05/05/2018
Réalisé en 1953, « Voyage à Tokyo » de Yasujirô Ozu, réalisateur de « Bonjour » et « Le Goût du Saké » qui viendront plus tard, ressort cette année 2018 dans une copie restaurée. Elu cinquième plus grand film de l'histoire du cinéma par la revue britannique Sight and Sound en 2002, Voyage à Tokyo est une chronique familiale qui suit la visite d’un couple de personnes âgées auprès de leurs enfants à Tokyo. D’abord reçus avec les estimes que nous devons à nos aînés, le couple est rapidement un fardeau pour les enfants préoccupés par les dépenses que génère cette visite. Ils les envoient alors dans la ville balnéaire d’Atami puis chez leur belle fille, qui a pourtant perdu son mari à la guerre. Entre humour et mélodrame, le cinéaste dresse le portrait du Japon d’après-guerre avec ses bouleversants culturels, notamment au sein des foyers familiaux. Les enfants apparaissent ici comme cruel face à l’égard qu’ils portent à des parents pourtant bienveillants et avec toujours cette idée de ne pas être intrusifs. Voici un film à la photographie nette et aux plans fixes immersifs qui doit surtout son style grâce aux dialogues brillamment écrits. D'autres critiques sur notre page Facebook : Cinéphiles 44 et notre site cinephiles44.com
soniadidierkmurgia
soniadidierkmurgia

Suivre son activité 192 abonnés Lire ses 3 129 critiques

5,0
Publiée le 17/03/2018
"Voyage à Tokyo" est le film qui a fait connaitre tardivement Yasujiro Ozu en France où il sortit en 1978 alors que le film datait de 1953. Aujourd'hui Ozu est solidement installé dans le trio de tête des réalisateurs japonais reconnus dans le monde entier en compagnie d'Akira Kurosawa et de Kenji Mizoguchi. Moins épique que Kurosawa et moins mystique que Mizoguchi, Ozu est par essence un cinéaste de l'intime qui dans la deuxième partie de sa carrière observe les mutations sociologiques du Japon de l'Après-guerre à travers les rapports au sein de la cellule familiale, axe central de l'organisation sociale du pays. Pas d'action et encore moins de rebondissements à attendre à la vision d'un film de Yasujiro Ozu. "Voyage à Tokyo" considéré par beaucoup comme son chef d'œuvre illustre parfaitement ce tropisme. Un couple de retraités habitant la petite ville côtière d'Onomichi décide de rendre visite à ses enfants habitant Tokyo et Osaka. Ozu reprend ici avec quelques variantes la même trame de départ que pour "Le fils unique". Mais il entend cette fois élargir son propos par-delà la simple relation entre une mère et son fils. Dans la grande ville demeurent leur fils aîné pédiatre (So Yamamura), leur fille (Haruko Sugimura) qui tient un salon de coiffure ainsi que leur belle-fille (Setsuko Hara), veuve du fils cadet mort à la guerre. Encore une fois Ozu constate avec un certain désenchantement la distension des rapports entre parents et enfants qui semble irrémédiablement s'opérer une fois que "les oisillons se sont envolés du nid". Reste bien sûr l'éternelle déférence qui colore les rapports sociaux au Japon. Cette attitude propre aux civilisations orientales ne laisse donc rien paraitre en surface mais après une si longue absence, les parents sentent très vite que leur visite loin d'être préparée dans la bonne humeur et la félicité semble plutôt incommoder Koichi (le fils) et Shige (la fille). La proposition d'un court séjour récréatif dans une station balnéaire à la mode dans les environs de Tokyo ressemble fort à une éviction qui ne veut pas dire son nom. Seule Noriko (la belle-fille) restée célibataire depuis son veuvage, prodigue au couple de retraités un peu désorientés la chaleur qu'ils ne trouvent pas chez leurs propres enfants. Un vide affectif profond chez Noriko peut sans doute expliquer ce décalage durement ressenti par Tomi la mère dont l'attitude laisse à penser qu'elle vit ce voyage comme son dernier. Il ne faut pas attendre d'Ozu qu'il livre des clefs mélodramatiques toutes faites comme le ferait un Douglas Sirk. Choisissant une voie narrative sans aspérités auxquelles se raccrocher, Ozu laisse la possibilité à chacun de ressentir selon son expérience personnelle la chronique familiale qu'il nous livre avec une infinie délicatesse et souvent une poésie émouvante. Ozu introduit en fin de métrage un évènement dramatique dont il avait laissé deviner la survenue par quelques indices mais rien ne viendra bouleverser l'ordre des choses. Toujours entouré de la même troupe d'acteurs, Ozu développe un cinéma qui « réussit à rendre visibles et sonores le temps et la pensée ». "Voyage à Tokyo" illustre à merveille cette réflexion formulée par le philosophe Gilles Deleuze (Cinéma 2: L'image-temps). On remarquera la figure virginale de Setsuko Hara qui occupe chez Ozu la même place qu'Hideko Takamine chez Mikio Naruse.
idagnidif
idagnidif

Suivre son activité Lire ses 30 critiques

4,0
Publiée le 04/09/2017
Film d’une sensiblité forte,humain et philosophique. Il traite de la relation entre parents d’un certain àge et de leurs propres enfants lors d’une visite inopinée à ces derniers .L’accueil fait aux parents laissait à désirer et c’est l’épouse d’un défunt fils qui sauve la face en se comportant admirablement avec eux. Film exquis.
Attigus R. Rosh
Attigus R. Rosh

Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 1 631 critiques

3,5
Publiée le 02/07/2017
Voyage à Tokyo est un film très beau, sur la vieillesse et la mort. La réalisation est très bien, colle parfaitement au rythme de vie des personnages principaux : leur ennui (au point que par moment, le film est un peu ennuyeux) et leur circonspection à l'égard de la vitesse à laquelle vive leurs enfants. Il y a quelque chose de shakespearien dans la relation des personnages entre eux. Les acteurs jouent bien leur rôle. Beau film
Thibault F.
Thibault F.

Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 819 critiques

3,0
Publiée le 18/06/2017
Voyage à Tokyo est une ode au voyage et à la découverte d'une culture mystique dont le mystère et l'inconnu fascine encore aujourd'hui. Je ne connaissais guère Yasujirô Ozu. Maintenant, j'ai l'impression que c'est un intime à ma famille. Voyage à Tokyo a une force incroyable de rendre le spectateur curieux de connaitre la société japonaise des années 50. Sous le prisme du documentaire et du réalisme, ce film évoque les évolutions de la société à travers la modernité et la perte progressive d'une identité et d'une coutume générationnelle. Je suis étonné d'avoir été autant happé par le propos du film qui s'avère être dans le registre du classicisme : on suit les rapports d'une famille entre anciens/jeunes à travers une succession de scènes qui évoquent les tâches quotidiennes (de la visite de Tokyo jusqu'aux pratiques ménagères). C'est un formidable support historique qui permet de mieux comprendre les mœurs de la société japonaise tiraillé entre ouverture et repli sur soi. Au niveau de son casting, je tiens à signaler la présence impériale de Chishu Ryu - qui dispose d'un regard bienveillant - parole du sage qui semble s'adresser au spectateur qui regarde dans l'intimité de sa famille. Une oeuvre expérimentale, une découverte des sens et de la quête de soi, qui dispose d'une résonance particulière dans l'univers cinématographique. Malgré tout, je ne peux lui accorder davantage : ce n'est pas un divertissement - c'est un document unique qui se mérite d'être connu. Belle découverte.
Benjamin A
Benjamin A

Suivre son activité 314 abonnés Lire ses 1 899 critiques

4,5
Publiée le 20/05/2017
Si je connais peu le cinéma d'Ozu, Voyage à Tokyo ne représentant que ma troisième expérience, un élément m'a marqué à chacune de ces visions, à savoir la façon dont il filme et capte la vie le plus naturellement et simplement possible, sans esbroufe mais toujours avec une grande justesse. Ici, c'est autour des relations qu'un couple de retraités vivant d'une une petite ville du Japon va avoir avec leurs fils, chacun vivant à Osaka ou à Tokyo. Voyage à Tokyo accentue cette justesse et sobriété et la façon dont on va se retrouver immergé au cœur du récit et des protagonistes, suivre ce couple vieillissant découvrir la vie de leurs enfants qui ne vont leur accorder que trop peu de temps, que ce soit à cause du travail ou tout simplement de la personnalité. La force de l'oeuvre d'Ozu se trouve surtout dans l'impression que l'on peut avoir de partager les sentiments et la vie des protagonistes, d'être à leurs côtés et de nous faire passer par tout un éventail de sentiments, sans avoir recours à des effets dramatiques superficiels ou à un quelconque excès. Tant dans les thématiques abordées que les personnages, Voyage à Tokyo représente un bijou d'écriture, d'une grande justesse et intelligence. Tout en captant la particularité, les conventions et la culture de son cadre, il met en avant les liens familiaux dans cette société de plus en plus moderne et la façon dont on y accorde de moins en moins d'importance. Il donne de la force à ces propos, à l'image du comportement des petits-enfants ou de la fille préférant demander à sa belle-sœur de faire visiter la ville aux deux retraités. Il montre l'individualisme de cette société mais aussi la solitude qui va se dégager de personnages qui semblent perdus, et c'est donc tout simplement la vie qu'il met en scène. Une vie où l'on va voir ceux qui nous ont été les plus proches s'éloigner, une vie où l'alcool, la guerre, la mort, la vieillesse et autres maux ont été présent et marquent à jamais. Ozu fait ressortir toute l'émotion des personnages et enjeux, mais toujours avec délicatesse, calme et intelligence, usant des non-dits, regards et autres gestes. L'oeuvre dégage une puissance qui ne fait que s'accentuer au fur et à mesure que l'on avance dans le récit, ainsi qu'un profond humanisme. La construction du récit est aussi simple que remarquable et juste, mettant en avant la triste réalité tandis que ses cadres et plans sont toujours adéquats à l'émotion et richesse qui en ressort, participant pleinement à l'immersion. Devant la caméra, les acteurs se fondent dans leur personnage, mention pour le couple de retraités interprété par Chishū Ryū et Chieko Higashiyama. Avec Voyage à Tokyo, Ozu nous immerge dans une chronique familiale avec finesse, intelligence et surtout émotion, dans une vie qui voit le temps passer à grande vitesse mais sans pour autant cicatriser les blessures.
Mephiless s.
Mephiless s.

Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 697 critiques

4,0
Publiée le 12/10/2015
Le film aurait gagné à être plus rythmé, il est un peu monotone parfois et penche même dans l'ennuyeux à certains moments. Mais je comprends mieux la réputation de ce film après l'avoir vu; c'est une oeuvre très touchante et intelligente qui parle avec brio de la famille et du deuil. Certains moments sont très intimistes et la variation entre le champ et le contre-champ est très bien géré. La photographie est d'ailleurs très belle. Par ailleurs, la fin est touchante et parfaitement réalisée
weihnachtsmann
weihnachtsmann

Suivre son activité 64 abonnés Lire ses 2 858 critiques

4,5
Publiée le 28/09/2015
La vie d'une famille. C'est simple, c'est juste et c'est terriblement émouvant. Superbe musique qui retranscrit à merveille les émotions et dont Delerue est le digne héritier en France. Ozu sait s'attarder sur les moments essentiels et parfois se taire. Juste filmer l'inaction. Très expressif.
Attila de Blois
Attila de Blois

Suivre son activité 117 abonnés Lire ses 2 857 critiques

3,0
Publiée le 28/08/2015
Largement considéré comme un classique du cinéma, "Voyage à Tokyo" est aussi le film qui a fait connaitre Ozu et son oeuvre en occident. On y retrouve le style personnel du cinéaste japonais avec, entres autres, ses fameux plans fixes à hauteur de tatami. Ozu reprend une nouvelle fois des thèmes qui lui sont chers à savoir la famille et plus précisément la fin du système familial traditionnel nippon. Cette problématique s'exprime aussi par les différentes dualités existantes à son époque: rural/urbain, modernité/tradition, incompréhension entre chaque génération,... Il faut donc vraiment aimer le style d'Ozu pour apprécier ce "Voyage à Tokyo" et être sensible à aux ambiances qu'il met en place dans ses films. Ce n'est malheureusement pas mon cas. Son cinéma ne me touche pas et ne me captive pas totalement. Les lenteurs se transforment parfois en longueurs et l'intrigue, plutôt inégale, n'est pas toujours intéressante. Une ouevre surcoté pour ma part mais la réflexion dégagée mérite une attention.
Pierre V.
Pierre V.

Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 15 critiques

5,0
Publiée le 28/02/2015
Un couple âgé rend visite à ses enfants...mais ceux-ci sont très occupés, et le séjour ne se passe pas idéalement...c'est un film d'Ozu de 1953...considéré comme un chef d'oeuvre, et ça me va...jamais compris comment certains cinéastes, comme Ozu, arrivent à faire oublier totalement que leurs personnages sont des acteurs, et là, c'est frappant. Quasiment que des plans fixes, filmés assez bas, des scènes qui prennent leur temps, un réalisme étonnant, un paquet de sujets de société abordés mine de rien, avec finesse...Ozu ne reproche rien à personne, il explique simplement pourquoi la société japonaise, au sortir de la guerre, a changé radicalement. La caméra sert alors d'oeil à une neutralité bienveillante. C'est un mélo, un vrai, il y a aussi des scènes assez cocasses...Un film complet, quoi, comme un plat de riz.
vinetodelveccio
vinetodelveccio

Suivre son activité 32 abonnés Lire ses 798 critiques

4,0
Publiée le 05/12/2014
Un film subtil, délicat et bouleversant qui dresse un portrait universel des relations familiales. Ozu nous offre une chronique acide sur la disparition des notions de respect et d'humilité dans le Japon des années 50. Avec beaucoup de finesse et d'ironie, parfois avec humour, il raconte une histoire banale qui vient toucher au cœur et qui est servie par une mise en scène très cadrée, très précise, en caméra fixe à travers des plans tableaux absolument superbes. Les acteurs, dans la retenue au début, font évoluer avec délice leurs interprétations et délivrent une prestation d'ensemble très convaincante. A peine pourra-t-on regretter l'absence de péripéties dans la narration, mais le tout est une vraie splendeur, très touchante.
CrazyMox
CrazyMox

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 166 critiques

4,5
Publiée le 13/11/2014
Encore un grand Ozu. On reconnait tout de suite la marque de fabrique de ce grand réalisateur Japonais par la puissance de l'implicite. Les dialogues sont d'une simplicité absolument inouïe, de même pour le scénario.. Pourtant on assiste à un chef d'oeuvre. Tout est dans l'expression des visages, les intonations, le regard... Le film monte en puissance au fur et à mesure que l'on comprend la psychologie des personnages. Puis on est touché par l'émotion la plus pure avec un dénouement qui nous prend par les tripes.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top