Mon AlloCiné
    Captive State
    Captive State
    Date de sortie 3 avril 2019 (1h 49min)
    Avec Ashton Sanders, John Goodman, Vera Farmiga plus
    Genres Science fiction, Thriller
    Nationalité américain
    Bande-annonce Ce film en VOD
    Presse
    2,8 21 critiques
    Spectateurs
    2,2 802 notes dont 137 critiques
    noter :
    0.5
    1
    1.5
    2
    2.5
    3
    3.5
    4
    4.5
    5
    Envie de voir

    Synopsis et détails

    Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs
    Les extraterrestres ont envahi la Terre. Occupée, la ville de Chicago se divise entre les collaborateurs qui ont juré allégeance à l'envahisseur et les rebelles qui les combattent dans la clandestinité depuis dix ans.
    Distributeur Metropolitan FilmExport
    Voir les infos techniques
    Année de production 2019
    Date de sortie DVD 03/08/2019
    Date de sortie Blu-ray 03/08/2019
    Date de sortie VOD 02/08/2019
    Type de film Long-métrage
    Secrets de tournage 8 anecdotes
    Budget -
    Langues Anglais
    Format production -
    Couleur Couleur
    Format audio -
    Format de projection -
    N° de Visa 150634

    Regarder ce film

    En VOD
    Cinemasalademande
    à partir de (5.99 €)
    à partir de (5.99 €)
    Voir toutes les offres VOD
    Service proposé par
    En DVD BLU-RAY
    neuf à partir de 14.99 €
    neuf à partir de 16.19 €
    Voir toutes les offres DVD BLU-RAY
    Captive State Bande-annonce VF 2:31
    Captive State Bande-annonce VF
    515 891 vues
    Teaser Captive State VO 1:33

    Acteurs et actrices

    Ashton Sanders
    Rôle : Gabriel Drummond
    John Goodman
    Rôle : Mulligan
    Vera Farmiga
    Rôle : Jane Doe
    Jonathan Majors
    Rôle : Rafe Drummond
    Casting complet et équipe technique

    Critiques Presse

    • GQ
    • CinemaTeaser
    • Le Figaro
    • Le Monde
    • Le Nouvel Observateur
    • Le Parisien
    • Mad Movies
    • Dernières Nouvelles d'Alsace
    • Le Journal du Dimanche
    • Les Fiches du Cinéma
    • Libération
    • CNews
    • Critikat.com
    • Ecran Large
    • L'Ecran Fantastique
    • Le Dauphiné Libéré
    • Ouest France
    • Positif
    • Télé Loisirs
    • Première
    • Télérama

    Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

    21 articles de presse

    Critiques spectateurs

    Jérôme C
    Critique positive la plus utile

    par Jérôme C, le 04/04/2019

    5,0Chef-d'oeuvre
    Sombre et intelligent, ajouter une bonne dose de sf avec une bonne pincée d house of card. Vous obtiendrez un des ...
    Lire la suite
    dominique P.
    Critique négative la plus utile

    par dominique P., le 03/04/2019

    0,5Nul
    Quelle immense déception ! J'ai détesté ce film. Je pensais voir un film agréable, clair et net, rythmé, ...
    Lire la suite
    Toutes les critiques spectateurs
    4% (5 critiques)
    15% (21 critiques)
    23% (31 critiques)
    23% (32 critiques)
    23% (32 critiques)
    12% (16 critiques)
    Votre avis sur Captive State ?
    137 Critiques Spectateurs

    Photos

    31 Photos

    Secrets de tournage

    Rupert Wyatt aux commandes

    Aux commandes de Captive State, nous retrouvons le Britannique Rupert Wyatt, à qui l'on doit le blockbuster La Planète des singes : les origines, mais aussi le méconnu thriller The Gambler emmené par un Mark Wahlberg méconnaissable. Le réalisateur a écrit le scénario de ce thriller d'action avec sa compagne, Erica Beeney. Il explique : "Je voulais créer un univers complet, une réalité cohérente. L’histoire se déroule plusieurs... Lire plus

    Ashton Sanders ?

    Le personnage principal de Captive State est joué par un certain Ashton Sanders, qui s'est fait remarquer via l'oscarisé Moonlight dans la peau du protagoniste principal lorsqu'il est adolescent. Le jeune comédien né en Californie incarnait aussi un jeune que Denzel Washington prend sous son aile dans le récent Equalizer 2.

    Inspirations prestigieuses

    Pour son scénario original, Rupert Wyatt s’est inspiré des travaux de deux célèbres cinéastes européens : le Français Jean-Pierre Melville et l’Italien Gillo Pontecorvo. Il déclare : "Jean-Pierre Melville est l’un de mes cinéastes préférés. Il a été membre de la Résistance française pendant la Seconde Guerre mondiale et pendant toute sa carrière, il a voulu raconter des histoires de contestation et de lutte contre une puissance occupante. L’Armée... Lire plus
    8 Secrets de tournage

    Dernières news

    3 extraits de Captive State, par le réalisateur de La Planètes des Singes : les origines
    NEWS - Vu sur le web
    mercredi 3 avril 2019
    Le film de science-fiction Captive State sort en salles aujourd'hui. Découvrez des extraits du long-métrage de Rupert Wyatt.
    Sorties cinéma : Shazam!, Captive State, Le Parc des merveilles... Les films de la semaine
    NEWS - Sorties Ciné
    lundi 1 avril 2019
    Anecdotes de tournage, notes d'intention, informations cinéphiles : chaque semaine, découvrez les coulisses des sorties cinéma.
    13 news sur ce film
    Films recommandés
    Traîné sur le bitume
    Traîné sur le bitume
    Destroyer
    Destroyer
    Replicas
    Replicas
    Jessica Forever
    Jessica Forever

    Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

    Voir plus de films similaires

    Commentaires

    • christophe l.
      A défaut de savoir écrire apprenez à lire. Mes arguments sont clairement exposés dans mes posts cqfd...Libre à vous de ne pas les partager.
    • shield
      Bien résumé moi qui est aimé ce film pour à peu près tout ça à la fois. Le genre de film ovni (oui je sais la boutade est facile) que j'aime bien car ça sort des sentiers battus.
    • Ezhirel
      Eh ben, je vous ai vexé à ce point ? Quelle arrogance ! C'en est presque comique.Pardonnez-moi de n'avoir pas fait d'études littéraires, mais mes connaissances en la matière sont suffisantes pour savoir que lorsque l'on se rabat sur un sophisme aussi bas-de-plafond que la critique de l'orthographe ou de la syntaxe de son interlocuteur, c'est que l'on n'a pas grand chose à rétorquer. Vous avez dû être bien déçu de n'avoir pu relever aucune faute d'orthographe haha.J'ajoute que la phrase n'était pas jolie, mais l'exécution des thèmes, dans le sens de réalisation, est peut-être ampoulée, mais n'en est pas moins compréhensible. Si quelqu'un fait preuve d'inanité ici, je doute que ce soit moi. Vos arguments, je les cherche encore.
    • christophe l.
      Tartiner des posts dans un français ampoulé est tout le contraire de la subtilité...Considérer que La guerre des mondes de Spielberg est subtil et complexe suffit à résumer l'inanité de votre commentaire. On ne dit pas exécuter des thèmes mais je pense que votre français laborieux en dit suffisamment long.Et je n'ai jamais mis sur le même plan Independence day et le film de Spielberg pas plus que je n'ai mis le génial L'armée des 12 singes au même niveau que Captive State mais bon...
    • Ezhirel
      Le film La Guerre des Mondes de Spielberg n'a pas spécialement été apprécié du grand public (cf sa note, bien basse pour un film du genre), alors qu'il a été encensé par la presse spécialisée.Qui plus est, il est infiniment plus subtil et complexe que Captive State, alors qu'ils jouent sur les mêmes thèmes (l'occupation pour Captive State, l'occupation et la Shoah pour la Guerre des Mondes), mais là où ils diffèrent, c'est sur l'exécution de ces thèmes.Dans la Guerre des Mondes, l'aspect SF / Invasion est utilisée à très bon escient, on est vraiment dans le cas d'un film qui utilise les codes du genre pour faire passer un message en filigrane qui fait écho à des horreurs bien réelles, à travers les yeux d'une famille lambda (ce qui renforce le sentiment de projection). Là où dans Captive State, que ce soit dans l'aspect SF, l'écriture des persos, ou dans le thème (on verra rien de cette fameuse occupation), absolument tout est survolé.S'arrêter aux effets spéciaux pour critiquer La Guerre des Mondes, c'est être passé à côté du film. Je crois que Spielberg s'y connaît un tout petit mieux en cinéma que Rupert Wyatt vu les filmographies des deux bonhommes. Puis bon, comparer La Guerre des Mondes, qui est un petit bijou d'invasion Alien, avec l'immense nanar Independence Day, fallait oser quand même.
    • Ezhirel
      Captive State est un mauvais film sur l'occupation. L'aspect SF ne sert pratiquement à rien et n'est qu'un mauvais prétexte pour se différencier des films habituels sur l'occupation, puisque l'entièreté des protagonistes et des antagonistes de cette histoire, sont humains. On nous fait vaguement miroiter le fait que les aliens contrôlent le monde pour s'accaparer les ressources de la Terre, mais au-delà d'une phrase ou deux lâchées dans le film, on n'en verra jamais rien. La SF n'est à aucun moment utilisée à sa juste valeur, voire même justifiée.De manière générale, le film est totalement bâclé. Les personnages n'ont aucune profondeur, l'interêt de certaines scènes laisse pantois, le découpage est erratique.Tout l'intérêt du film repose sur un espèce de twist final convenu et sans âme, qui n'a peu d'intérêt puisque les personnages sont mal écrits.2,5/5
    • James Ford
      Une énorme Déception...Malgré un trés bon cast (spécialement John Goodman), voir des acteur de qualité dans des second rôles fait vraiment plaisir : Alan Ruck, James Ransone, Ben Daniels.Le tout reste trop léger pour qu'on s'accroche au film. A commencer par le perssonage d'Ashton Sanders, plus irritant qu'autre chose. Et une narration somme toute polie.Une sortent de Colony (la série tv, qui était elle aussi inspiré par V), mais en beaucoup moins réussi. Car on ne s'attache pas au perso, les intrigue on a peine le temps de se développer que pouf...Fin du film.Malgré une réa est quelque bonne idée qui parcourt le film, ca ne fait pas tout. Dommage décidément ce réalisateur n'arrive pas a refaire l'excellente surprise qu'il nous avait offert a l'époque avec le reboot de la Planète Des Singes.2/5
    • Aurélien F.
      j'ai rarement autant eu l'impression de voir juste les rushs du film tellement il manque de tout... manque de développement de personnages, manque de développement de l'univers et de cette société sous occupation, manque de scènes, manque de tout en fait il n'y a plus grand chose au final pour capter notre attention
    • defleppard
      Ambiance fin du monde.....très à la mode cinématographique en ce moment...dans la bonne moyenne de ce type de film.....3 étoiles....!!!!
    • Alex K
      original au départ mais vraiment confus a l'arrivée , mai sil y a de bonne idée .. peu etre une suite avec plus d'ambition et de budget serait bienvenue 3/5
    • Pascal I
      Plutôt réussi. Loin des habituels films sur les Aliens, ici est à l'image les attitudes face à l'occupation avec tous les errements des humains. D'ailleurs, les extraterrestres (peu présents) auraient aussi bien pu être remplacés par n'importe quel autre occupant. Film précis et détaillés (prend son temps) et loin des film SF action. 3/5 !!!
    • black B.
      D'accord avec ton analyse, moins avec ta critique final. Ce que tu dis dans l'ensemble est juste, je pense, mais en conclure que le film malgré tout ses atouts, est d'un incroyable ennui, je trouve ca un peu fort est pas forcément en accord avec le reste de ton analyse.La réalisation n'est clairement pas parfaite, mais les bons points que tu cites permettent en bonne partie d'évacuer le mauvais, et m'ont permis de rester accroché au film malgré tout.. Pour faire simple le fond est au dessus de la moyenne et la forme est en dessous, l'équilibre des deux en donne un film assez sympa à regarder, sans oublier que des films qui tentent de nouvelles chose et d'autant plus dans la SF sont rare. Je trouve que ça a le mérite d'être salué.. Mais au final je vois que tu la noté 3.5, ce qui est au dessus de mon 3 ! J'ai vraiment du mal a relier ta conclusion et ton système de notation xD
    • black B.
      Un mélange des deux xD Perso je te conseille de le regarder et de te faire ton propre avis, il a ses défauts mais il n'est pas si mal que ça, et même plutôt agréable a regarder.. A mon avis il mérite objectivement plus de 2.3... A toi de voir
    • christophe l.
      Le beauf moyen aficionado des films de SF n'a pas grand chose à voir avec le lecteur des grands auteurs du genre. Il lui faut une pléthore d'effets spéciaux, du sang et de la cervelle qui giclent avec un scénario réduit à sa plus simple expression. Les nombreux films du genre qui sont sortis ces 30 derniers années lui donnaient entière satisfaction. Alors quand un film emprunte le chemin de la subtilité et ne focalise pas sur les effets spéciaux et l'hémoglobine il est complètement paumé et crie à la trahison!A ce compte là l'armé des douze singes serait considéré comme une daube par ces décérébrés qui en revanche mettront au pinacle Independence day ou La guerre des monde avec Tom Cruise... Cqfd
    • fc b
      énième variation d'invasion de la terre par des extraterrestres (d'ailleurs à peine visibles) et d'une résistance qui s'organise. un récit sinueux où l'on attend longtemps que quelque chose se passe enfin. de plus beaucoup trop de détails échappent à la compréhension du spectateur, jusqu'au final qui nous laisse trop en suspend! en plus du personnage trop peu exploité de V. Farmiga, d'un sentiment d'inachevé, ce film de SF ne parvient pas à passionner.
    • happykollapse
      Un peu trop fouillis avec trop de personnages, une musique qui en fait des tonnes alors que ce n'est pas toujours justifié, a part ça c'est une bonne surprise.Un univers dense et bien travaillé, une superbe ambiance poisseuse, ce n'est pas toujours passionnant mais c'est un polar-politico SF assez classieux qui se prend au sérieux pour une fois. Et ne mâche pas le travail au spectateur.Et ça fait du bien.3.5/5
    • batiaz
      Comme beaucoup l'ont remarqué, ce film semble être inspiré de la série...Colony. Un principe d'invasion alien identique, des personnages très ressemblants (les résistants sont presque clonés entre les deux production), et il y a cette même envie d'en découdre, en vain se dit-on, face à un monde orwellien dans lequel les riches sont devenus encore plus riches car collabos des aliens, face au peuple devenu de la matière d'endoctrinement sous couvert de production et d'exploitation. Toutefois, Rupert Wyatt a réussi à rendre l'intrigue plus intéressante qu'il n'y paraît et c'est appréciable, il y a ajouté un niveau de lecture complémentaire au moment ou il le faut. Passons aux défauts: Le premier est de suivre l'histoire au travers du jeune Gabriel, un personnage que l'on nous fait croire important mais qui ne l'est pas tant que ça en réalité, ou alors pour les scénaristes. Ces derniers semblent aussi vouloir installer un suspense constant appuyé par une musique artificiellement stressante mais ça donne un effet contre productif. Le réalisateur semble s'attarder sur plein de détails pour nous impliquer dans les évènements, mais il néglige de détailler les personnages eux-mêmes, ce qui donne parfois une impression de fouillis et de manque de maîtrise et nous empêche de nous accrocher aux évènements. Il s'agit tout de même d'un bon film, et un bon film de science fiction ce qui est de plus en plus rare, avec une trame intéressante et un final surprenant pour ceux ne se sont pas douté avant. Toutefois cet univers mériterait d'être approfondi, avec une potentielle suite. Porté par de très bon acteurs comme John Goodman, une Vera Farmigia totalement sous-exploitée, et l'excellent pote de Ferris Bueller (celui qui prend la Ferrari de son père) Alan Ruck.
    • Henri M
      Effectivement Cloverfield 1 n'est pas du tout un pétard mouillé;
    • Henri M
      Non c'est pas ça du tout ,il n'y a absolument pas de jeune qui sauve le monde . On est plus près de Jean Pierre Melville...
    • Henri M
      Le film de SF est devenu ces dernières années une denrée tellement courante après des décennies de disette - en particulier du fait de Netflix, qui porte le genre avec une conviction étonnante, sans pour autant faire des étincelles ! - que la sortie de ce Captive State, réalisé par un quasi-inconnu et avec une distribution quasi-anonyme (en dehors du toujours impeccable John Goodman, ici dans un contre-emploi original…) ne suscite pas forcément beaucoup d'intérêt.Nous nous trouvons par contre devant une tentative audacieuse de mener le genre sur des terrains plus originaux : un peu comme pour District 9, nous voilà quelques années après l'arrivée d'extra-terrestres… sauf qu'ici nous avons été colonisés et réduits à un esclavage soft par ces étranges créatures, décidées à exploiter sans vergogne toutes les ressources de la Terre, et ce avec la complicité des gouvernants humains. On voit donc rapidement se dessiner une intéressante parabole politique, quasiment d'extrême-gauche : car cette planète qui court à sa perte, sous l'égide de dirigeants sans états d'âme quant à la paupérisation croissante de 99% de la population mondiale, et qui utilisent l'illusion démocratique pour anesthésier toute volonté de résistance (illusion démocratique qui s'efface vite en cas de coup dur derrière la répression policière et militaire…), cela nous dit forcément quelque chose en 2019, non ?Pour rendre ce pamphlet politique plus digeste, surtout aux USA, on a imaginé suivre dans Captive State une résurgence de la résistance contre l'envahisseur et contre les forces de collaboration, issue des quartiers populaires de Chicago et incarnée par un leader afro-américain légendaire... Un sujet qui pourrait facilement renvoyer aux gamineries de Star Wars ou de Divergente, mais qui heureusement intègre non sans lucidité son statut de terroriste, utilisé par le pouvoir ennemi, et évite donc les clichés romantiques hollywoodiens du genre. Rupert Wyatt décline ici des situations somme toute déjà vues maintes fois dans les films traitant, par exemple, de la Résistance contre les Nazis : réseau clandestin, communication périlleuse, noyautage réciproque des organisations, trahisons, torture, sacrifice pour la cause, etc. Comme nous sommes à l'âge du twist, le scénario intègre donc, en cerise sur le gâteau, une manipulation - que l'on peut quand même deviner avec un peu d'attention - dont les tenants et aboutissants ne seront révélés que dans les toutes dernières images du film, et qui permet de clore ce film fondamentalement très sombre sur une note légèrement positive.Bref, un programme qui tranche par son intelligence sur le tout-venant, rehaussé en plus par de belles idées visuelles quant à l'apparence des envahisseurs, que l'on peut presque qualifier de jamais vues… mais qui ne débouche malheureusement pas sur le GRAND FILM renouvelant le genre que nous attendons tous… Et la faute de cet échec - indiscutable - en revient directement à la mise en scène, qui échoue du premier au dernier plan à rendre le moins du monde compréhensible ce à quoi nous assistons : trop de personnages que Wyatt ne sait pas faire exister, trop de situations complexes que le choix - certes compréhensible vu le sujet - d'un filmage façon caméra embarquée en zone de guerre - rend illisibles, un rythme général terriblement mal géré, conduisant à un sentiment de platitude harassante... Et un décrochage progressif du spectateur qui finit par s'ennuyer ferme devant ce qui aurait dû être un thriller stimulant et subtil.Captive State s'avère donc une terrible déception par rapport aux espoirs que son sujet avait fait naître. Il est pourtant difficile de ne pas recommander à chacun d'aller quand même le voir : si le divertissement n'est pas au rendez-vous, il reste une ambition politique totalement inhabituelle qui peut justifier d'investir 2 heures de son temps devant ce film.
    Voir les commentaires
    Back to Top