ffred    

Membre depuis 4984 jours | Dernière activité : 19/10/2017

  • 1518 notes & favoris
  • 873 critiques
  • 71 suivis
  • 247 abonnés
Suivre son activité
Toutes ses critiques
  • Ses critiques de films
  • Ses critiques de séries
  •    
  •    
  •    
  •    
Detroit

Critique de Detroit

   3.5 - Bien
Il y a toujours eu quelques choses qui me gênait dans les films de Kathryn Bigelow. Mais je n’ai jamais su exactement quoi. Je n’arrive jamais à adhérer totalement. Malgré tous les Oscar de Démineurs et la belle maitrise de Zero Dark Thirty. Même constat ici : belle technique, mise en scène plutôt puissante, direction d’acteurs très solide (Will Poulter et John Boyega s’en sortent très bien, tout le reste du casting aussi). Mais le scénario, inspiré de faits réels, est par contre parfois un peu flottant, il a quelques creux et l’ensemble est un poil trop long. Paradoxalement, je trouve que cela manque d’épaisseur et d’émotion. C’est malgré tout terrible et assez prenant. Un état de l’Amérique à travers un fait historique qui nous montre que, malheureusement, rien n’a vraiment changé. Un film édifiant à plus d’un titre mais pas la claque que j’attendais. A voir malgré tout.
Chronic

Critique de Chronic

   4.5 - Excellent
J'avais détesté Despues de Lucia le précédent film de Michel Franco. Mais Les filles d'Avril, sorti récemment, était une agréable surprise, une belle petite claque. J'ai donc tenté ce Chronic (prix du scéanrio à Cannes en 2015). Celui-ci est tout aussi dérangeant dans un autre genre. La mise en scène est aussi minimaliste et sèche que pour ses autres films. L'écriture aussi. C'est très lent mais on ne s'ennuie pas une seule seconde. On ne peut éprouver que de l'empathie pour tous les personnages. Et on arrive par comprendre les réactions de chacun. Tim Roth, comme l'ensemble du casting, est formidable. Et ce qui ne gâche rien, la photo est superbe. Chronic est donc un pur bijou de tact, de sensibilité et de tendresse comme on en voit rarement. Aussi dur que bouleversant. Un choc.
L'Atelier

Critique de L'Atelier

   4.5 - Excellent
Lanrent Cantet n’a jamais fait de films anodins (je n’ai pas vu Foxfire). Portraits de groupes ou individuels toujours en phase avec leur époque ou l’actualité. L’atelier qu’il nous propose aujourd’hui est aussi intéressant que passionnant. Un instantané de la société française à travers le portrait de quelques jeunes provinciaux à la dérive et d’une parisienne intello. Ecrit en collaboration avec Robin Campillo (120 battements par minute, Eastern boys), l’ensemble est réalisé et écrit de façon aussi sobre que convaincante et brasse quelques thèmes très actuels. On s’attache d’emblée aux personnages, et sans forcément être d’accord avec chacun, on peut les comprendre. Marina Foïs est formidable dans le rôle de l’écrivaine animatrice du groupe. Un nouveau très beau rôle après sa magnifique prestation dans Irréprochable, même si elle est moins dans la performance ici. Face à elle, Matthieu Lucci, dont c’est le premier film, est une vraie et belle révélation. Entre mystère et arrogance, il est parfait pour le rôle, éclipsant tous les autres jeunes acteurs (repérés par casting sauvage, mais leurs rôles sont peu développés). Sans jugement ni pathos, mais avec un certain suspens et une belle émotion, voilà un film intelligent aussi sombre que lumineux dont on ne ressort pas indemne. L’un des meilleurs de Laurent Cantet et l’un des meilleurs films français de l’année.
Numéro Une

Critique de Numéro Une

   4 - Très bien
Il y a bien longtemps que Tonie Marshall ne nous avait pas offert un bon film. On peut même dire que Vénus Beauté (Institut) est son seul (très) bon film (elle est l’unique femme, pour l’instant, à avoir remporté le César de la meilleure réalisation pour ce même film). Elle nous offre aujourd’hui un véritable thriller, aussi politique qu'économique et industriel, sur les coulisses du pouvoir et du CAC 40. La mise en scène est classique mais simple et élégante. Le scénario est bien écrit. Elle a rencontré plusieurs femmes chefs d’entreprises et a été conseillée par une journaliste spécialisée. J’ai trouvé le tout très crédible et très édifiant. Une espèce de violence feutrée, sans pathos, sans défaitisme et sans féminisme appuyé. Il faut dire aussi qu’il y a Emmanuel Devos dans le rôle titre. Une fois de plus elle est formidable. C’est un pléonasme de dire cela depuis un moment déjà. Elle est parfaitement entourée par Richard Berry, Benjamin Biolay, John Lynch (The Fall), Suzanne Clément ou le maintenant très rare Sami Frey. Au final, un film prenant et plutôt passionnant, pour un sujet rarement traité au cinéma. C’est très efficace et on passe très bon moment.
Qu'est-il arrivé à Baby Jane ?

Critique de Qu'est-il arrivé à Baby Jane ?

   5 - Chef d'oeuvre
Dans l'optique de voir la série Feud, j'ai revu ce film qui n'a pris une ride. C'est toujours aussi flippant et terrible. Bette Davis et Joan Crawford sont géniales. Pour connaitre toute l'histoire de sa genèse et sa fabrication et faut absolument voir cette série qui retrace la rivalité entre les deux actrices. Un classique !
The Handmaid’s Tale : la servante écarlate

Critique de The Handmaid’s Tale : la servante écarlate

   5 - Chef d'oeuvre
On me l'avait fortement conseillé et je n'ai pas regretté. C'est fort, dur, terrible et particulièrement effrayant (et plausible ?). Mise en scène (Emmy 2017 de la meilleure série dramatique) et photo parfaites, interprétation au top (Elizabeth Moss meilleure actrice, Ann Dowd meilleur second rôle). Impatient de voir la suite !
Le Sens de la fête

Critique de Le Sens de la fête

   2 - Pas terrible
Nouveau film du tandem Toledano/Nakache. Samba était déjà un peu moins bien qu’Intouchables. Ça baisse encore d’un bon cran ici. Si c’est toujours un plaisir de voir Jean-Pierre Bacri, qui contrairement à ce que j’ai pu entendre fait toujours du Bacri, cette comédie n’a rien de transcendant. Je n’ai jamais vraiment ri, souri souvent certes, mais cela reste bien léger. C’est hyper prévisible et le tout est bien paresseux. On ne peut pas dire que le duo se soit foulé, que ce soit sur la mise en scène ou le scénario. Ça manque de tout : de punch, d’ironie, de décalage et bien sûr d’un humeur décapant qui fait cruellement défaut. Reste donc les acteurs. Outre Bacri, Jean-Paul Rouve est assez savoureux. Tout comme la grande Hélène Vincent. Gilles Lellouche fait aussi un bon numéro. Avec également pêle-mêle Kévin Azaïs, Judith Chemla, Vincent Macaigne, Benjamin Lavernhe, Antoine Chappey ou Suzanne Clément (décidément partout en ce moment, après Espèces menacées elle est aussi dans Numéro une). Bref, ils ne sauvent malheureusement rien, ce Sens de la fête est aussi vite oublié qu’il a été vu...
Happy End

Critique de Happy End

   4.5 - Excellent
C’est peu dire que j’avais détesté Amour. Mais il faudrait peut être que je le revois. Je ne partais donc pas très confiant pour ce Happy End (reparti bredouille de Cannes cette année). Mais une bande-annonce intrigante et un casting quatre étoiles ont eu raison de moi. Pour être honnête, j’y allais surtout pour en dire du mal. Et voilà, j’ai beaucoup aimé. En sortant de la salle, on se dit que le film est vide. Fascinant mais vide. Quelques moments dans la vie d’une famille bourgeoise de province où l’on ne comprends pas les motivations des personnages et où l’on éprouve aucune empathie pour eux. Mais le film fait son travail de sape après. Il est beaucoup plus profond qu’il n’y paraît. Il est même plein de questions et de propos essentiels sur la famille, l’amour, la vieillesse, la mort. C’est sec et froid, mais aussi émouvant et poignant, parfois dérangeant et sous un calme apparent, c’est bouillonnant, oscillant entre drame, humour et une certaine perversité latente. La mise en scène peut paraître empesée mais elle est à la limite de la virtuosité sans jamais en faire trop. Tout comme le scénario, parfaitement écrit, même si les dialogues peuvent paraître lourds. L’interprétation suit le mouvement. Elle peut sembler tout aussi guindée. Mais colle parfaitement à l’ensemble. On retrouve Trintignant et Huppert, père et fille tout comme dans Amour (dont ce film pourrait être une vraie suite), impeccables. Mathieu Kassovitz et Toby Jones sont également très biens alors que Franz Rogowski et la jeune Fantine Harduin sont de belles révélations. Contre toute attente, aussi plein que vide, ce nouveau Haneke m’a finalement fasciné. Puissant, perturbant et glaçant. Un grand moment.
Téhéran Tabou

Critique de Téhéran Tabou

   4.5 - Excellent
Une fois n’est pas coutume, c’est la bande-annonce qui m’a donné envie de voir ce film. Et pour une fois aussi, elle tient toute ses promesses. J’ai trouvé le tout très réussi, que ce soit sur la forme ou sur le fond (on pense beaucoup au tout aussi formidable Valse avec Bachir). Le procédé employé, la rotoscopie, donne à l’animation un réalisme saisissant. Techniquement, c’est donc superbe. On connaît les conditions de vie des iraniens aujourd’hui, mais ce Téhéran Tabou nous offre une nouvelle perspective aussi troublante qu’intéressante. On s'attache immédiatement à tous les personnages, même s’ils ne sont pas des anges, on finit très facilement par les comprendre. L’histoire est forte et édifiante (les autorités iraniennes ne vont pas apprécier). On en ressort assez perturbé et encore plus compatissant envers le peuple iranien (mais je n’irai toujours pas là-bas pour autant). C’est dur et poignant, mais aussi drôle et émouvant. C’est une très belle surprise. Je le conseille.
Blade Runner 2049

Critique de Blade Runner 2049

   4 - Très bien
Je n’attendais pas grand-chose de ce Blade Runner 2049. Faire une suite, trente cinq ans après, d’un des films cultes de la SF (et sans doute l’un des meilleurs), semblait pour beaucoup s’apparenter plus à du blasphème et/ou à de l’inconscience qu’à un pari fou. Surtout qu’aux manettes on retrouve le québécois Denis Villeneuve, qui, malgré un relativement bon moment, ne m’avait pas pleinement convaincu avec son Premier contact l’an passé. Contre toute attente, j’ai beaucoup aimé. Sans parler de chef d’oeuvre et sans attendre les sommets du premier opus, on est là devant un des meilleurs films de SF de ces dernières années. La mise en scène est solide, parfois virtuose, jamais plombante. Techniquement, c’est superbe. C'est même époustouflant. L’univers du film de Ridley Scott est respecté. Si d’aucuns trouvent le scénario trop faible (co-écrit par le scénariste d'origine), j’ai pour ma part bien apprécié le récit. Un bon suspens, des rebondissements, une certaine émotion. Même si l'action est plutôt lente. Et surtout une ambiance sombre et lourde qui colle parfaitement. S’il faut trouver des défauts, j’en vois peu. L’ensemble est peut être un peu trop long et aurait gagné en densité avec trente, voir quarante-cinq minutes de moins. Avec peut être aussi une petit erreur de casting. Ryan Golsing a beau joué une machine plus humaine qu’un humain, il reste un peu trop monolithique et au final peu convainquant. Mais on retrouve avec plaisir Harrison Ford (même si le rôle, paradoxalement, ne serre pas à grand-chose), Robin Wright, Jared Leto et Hiam Abbass. En résumé, un très bon divertissement qui nous fait passer un bon moment. Même s'il faut s'en détacher, il faut mieux tout de même avec vu le Blade Runner d’origine pour apprécier pleinement celui-ci. Finalement, une bonne surprise...
Précédente Suivante
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • ...
  • 276