DanielOceanAndCo  

Membre depuis 4830 jours | Dernière activité : 17/02/2018

  • 1398 notes & favoris
  • 760 critiques
  • 287 suivis
  • 283 abonnés
Suivre son activité
Toutes ses critiques
  • Ses critiques de films
  • Ses critiques de séries
  •    
  •    
  •    
  •    
Black Panther

Critique de Black Panther

   2 - Pas terrible
En sortant de "Creed", je m'étais interrogé sur le talent de Ryan Coogler : est-il un bon réalisateur puisqu'il a réussi à recréer l'univers "Rocky" dans toute sa beauferie ou un mauvais puisque le film ne m'avait pas plu (et si son "Fruitvale Station" est bon, c'est surtout grâce à l'histoire vraie qu'à son traitement de celle-ci)?? Aujourd'hui, après de plus que dithyrambiques critiques qui le place comme le meilleur film de super-héros de tous les temps (en attendant le prochain), sort "Black Panther", premier des trois épisodes 2018 du Marvel Cinematic Universe et pour moi de me retrouver dans le scepticisme le plus total. Parce que franchement, sa présentation dans "Captain America : Civil War" m'avait beaucoup plu avec son charisme, son style de combat et sa personnalité et je n'ai absolument pas retrouvé ça dans le film de Ryan Coogler, d'autant plus que Chadwick Boseman a du mal à porter le film à lui tout seul. Au-delà même de la caractérisation un peu vaine de son protagoniste, "Black Panther" est surtout un film prévisible puisqu'il suit un chemin balisé de A à Z avec des personnages fades qui croisent le chemin de T'Challa, pourtant campés par des acteurs de renoms comme Forest Whitaker, Daniel Kaluuya (autrement meilleur dans "Get Out") ou Lupita Nyong'o et j'inclus même dans la liste le méchant Erik "Killmonger" Stevens, qui certes voit Michael B. Jordan livrer une prestation imposante, mais plus on révèle son histoire, moins il devient intéressant avec tous les clichés dont il est affublé, quant à Martin Freeman et Andy Serkis, si Bilbon s'en sort honorablement, Gollum en fait des caisses. Quant à l'intrigue politique, tu sens qu'ils ont voulu faire un truc profond à la "Game of Thrones" avec les alliances et/ou oppositions entre tribus du Wakanda mais pour moi, ça ne fonctionne jamais vraiment, encore une fois la faute à un scénario qui ne va jamais en profondeur et d'un point de vue visuel, au-delà de la photographie aseptisée inhérente au MCU, il y a ces scènes d'action pas toujours lisible (celle du casino de Busan) voire ridicule quand la bataille finale essaye de te faire un truc digne du "Seigneur des Anneaux" sauf qu'ils n'y arrivent tout simplement pas. Côté qualités, j'ai aimé le petit préambule animé, le contexte africain Spoiler : notamment le fait pour le Wakanda de cacher ses richesses au monde entier pour éviter de se faire piller et bien sûr, les Dora Milaje qui rappellent un peu les Amazones de DC mais peu importe, elles sont badass et j'ai hâte de les revoir. Bref, "Black Panther", le meilleur film de super-héros de tous les temps avant le prochain Marvel, ne m'a même pas déçu puisque je n'en attendais rien mais c'est vrai que contrairement à "Spider-Man : Homecoming" ou "Thor : Ragnarok", je ne l'ai même pas trouvé divertissant, et contrairement au "Soldat de l'Hiver", le côté politique n'est pas correctement exploité!!
Le 15h17 pour Paris

Critique de Le 15h17 pour Paris

   1 - Très mauvais
Depuis trois films, Clint Eastwood nous fait une petite obsession sur le héros américain moderne et pour moi, c'est le drame vu que d'après mon point de vue, "American Sniper" était tellement plus subtil qu'un simple portrait glorifiant le sniper Chris Kyle et "Sully" était, bien qu'imparfait, autrement plus sympathique que ce "15h17 pour Paris", train express pour la bêtise cinématographique. Premier truc qui m'insupporte et que j'appelle le syndrome "Cinquante nuances de Grey", c'est quand tes personnages parlent de choses qui n'ont aucun sens sauf quand on connait la suite des événements (la scène avec le prof incarné par Steve Urkle), de plus, connaître l'issue a tué tout enjeu dramaturgique ce qui fait que toute la partie "tourisme européen" ne se contente d'exposer longuement les trois protagonistes sans forcément se faire ennuyeux mais sans se faire passionnant non plus. Mais le pire, que ce soit dans les dialogues, l'interprétation et l'exécution, c'est tout le flash-back de la jeunesse et la rencontre des héros, je n'avais vu pareille ineptie dans la carrière de maître Eastwood. Bon, à part l'aspect messianique de Spencer Stone dont la destinée était de se retrouver face au terroriste, l'attaque du Thalys s'est montrée efficace et intense émotionnellement parlant et a sauvé un peu les meubles. Bref, cette critique vaut évidemment pour le film en lui-même et non pour l'acte de bravoure de ces trois amis que je trouve admirable, juste que la manière dont tout cela est raconté n'est juste pas intelligemment fait!!
Marvel's Daredevil

Critique de Marvel's Daredevil - Saison 2

   5 - Chef d'oeuvre
J'ai accordé un solide 5 étoles à la première saison pour sa tonalité très proche du "Batman Begins" de Nolan et ses personnages parfaitement écrits, je donne la même note à la deuxième saison même si je l'ai trouvé un chouïa moins bonne que la précédente, faut dire aussi que l'aspect ouvertement fantastique de certains épisodes m'a fait tiquer, d'autant plus que j'avais adoré la saison 1 justement pour son côté réaliste. Mais bon, d'un autre côté, le retour des personnages principaux et l'évolution de leurs relations sont extrêmement bien gérés, d'autant plus que Vincent D'Onofrio (pour une apparition seulement), Deborah Ann Woll et Elden Henson sont excellents, mais pour moi, le meilleur est encore une fois Charlie Cox dans le rôle-titre, je suis en admiration complète devant sa performance et je le dis comme je le pense : je surkiffe son personnage et à cela s'ajoute ce qui a compensé la baisse de qualité dans l'histoire en elle-même, à savoir l'arrivée d'Elektra portée par une sculpturale Elodie Young et surtout du Punisher, formidablement interprété par Jon Bernthal et qui est le pendant en plus sombre de Daredevil (si, si c'est possible). Cette seconde saison permet aussi de commencer à parler de La Main, qui aura sans doute un grand rôle à jouer au sein des séries Marvel de Netflix à l'avenir. De plus, d'un pur point de vue technique, cette saison est à la hauteur de la première niveau montage, mise en scène, chorégraphie des combats et esthétisation de la violence. Bref, la saison deux de "Daredevil" reste à un niveau très élevé et même si elle m'a un peu moins plu que la première, ces cinq étoiles correspondent sans problème à mon sentiment la concernant!!
Casper

Critique de Casper

   2 - Pas terrible
Bon, j'étais déjà pas particulièrement fan étant jeune mais en le revoyant récemment, "Casper" est définitivement un film qui me laisse sceptique et la raison est maintenant évidente : le manque d'enjeu dramatique m'a clairement empêché de rentrer dans le film de Brad Silberling de plein pied sachant que j'apprécie souvent les films destinés aux enfants. Parce qu'en une heure quarante, j'ai l'impression que le réalisateur aborde plein de thèmes (lSpoiler : e deuil, le harcèlement scolaire, la maladie, les déménagements répétitifs) pour finalement ne rester qu'à la surface, de ce fait, malgré le fait que je me suis jamais ennuyé, "Casper" est assez pauvre en péripéties où tout le cheminement psychologique des personnages est trop rapide. Après, tout n'est pas à jeter, malgré la simplicité de la relation père/fille, Bill Pullman et Christina Ricci sont assez bons pour la rendre intéressante, l'humour véhiculé par Eric Idle des Monty Python est souvent très drôle et les trio d'oncles de Casper est plutôt savoureux. Bref, un film qui vaut davantage pour ses personnages que pour son histoire ma foi assez faible!!
The Cloverfield Paradox

Critique de The Cloverfield Paradox

   3 - Pas mal
Sorti à la surprise générale par Netflix lors du Superbowl 2018, "The Cloverfield Paradox" est donc le troisième épisode de l'anthologie initiée et produite par J.J. Abrams et Matt Reeves en 2008 et donc, le premier à ne pas connaître les joies d'une sortie en salles. Après le film catastrophe en mode found-footage du premier film et le huis-clos anxiogène du second, le film de Julius Onah est un film d'horreur qui se déroule dans une station spatiale donc, il ne se passe rien d'original dans un genre où "Alien, le 8e passager" et "Sunshine" ont fait des étincelles mais force est de constater que les personnages étaient suffisamment attachants et bien interprétés (Daniel Bruhl, zhang Ziyi, Chris O'Dowd la caution comique du film, David Oyelowo entre autres quand même!!) et que surtout, la mise en scène et le montage sont rudement efficaces et savent mettre en valeur les moments de tension et puis bon, si l'arc narratif personnel de la protagoniste est assez bateau, Gugu Mbatha-Raw apporte beaucoup d'émotions à son personnage. Bref, "The Cloverfield Paradox" est un moment très sympathique, qui ne révolutionne pas son genre mais qui développe l'univers "Cloverfield" d'une manière définitivement intéressante, la suite au prochain épisode!!
L'Inconnu de Las Vegas

Critique de L'Inconnu de Las Vegas

   1 - Très mauvais
"Ocean's Eleven" de Steven Soderbergh est l'un de mes films préférés donc, découvrir l'oeuvre originale plus de quinze après la sortie de son remake n'a pas plaidé en sa faveur. Faut dire aussi que si l'on n'est pas ébloui par le casting composé du Rat Pack à savoir Sammy Davis, Jr., Frank Sinatra, Dean Martin ou Peter Lawford, "L'Inconnu de Las Vegas" montre très rapidement ses limites : comprenez bien que l'élément déclencheur du film intervient au bout de cinquante minutes et que le premier obstacle arrive au bout d'une heure trente cinq (ce qui est tout simplement impensable pour un film commercial de nos jours), le début du film présente donc longuement les personnages avec des scènes qui n'ont aucun enjeu dramatique avec les acteurs qui se contentent de prendre la pose et des personnages qui s'indiffèrent de tout (Spoiler : la mort de l'un des onze et qui est l'une des très rares péripéties à avoir un impact sur l'histoire et les personnages font comme si de rien n'était) et franchement, malgré l'étiquette "comédie", je n'ai jamais ri et même l'ironie finale était moyenne. Bref, en gros, à voir si vous êtes fan absolu des crooners du Rat Pack!!
Jet Lag

Critique de Jet Lag

   2 - Pas terrible
Après l'excellent "Starbuck", j'avais forcément envie de découvrir les futurs films de Ken Scott et je dois admettre qu'avec "Jet Lag", c'est la déception qui prime. Commençons d'ailleurs par la grande qualité du film : Vince Vaughn, Dave Franco et Tom Wilkinson, ce trio est suffisamment talentueux et sympathique pour solliciter mon intérêt sur une heure et demie pour suivre leurs aventures. A part ça, j'ai trouvé que l'humour ne fonctionnait que très rarement malgré des gags assez vulgaires dont je suis en général très friand et le message sur l'entreprise moderne est tellement convenu que le cinéaste canadien ne fait qu'enfoncer des portes ouvertes durant tout le film. Bref, vraiment dommage que Scott ne retrouve pas son inspiration dans la comédie et dans l'aspect humain comme il nous l'avait montré avec "Starbuck", même s'il faut reconnaître que "Jet Lag" est loin d'être une purge!!
Le Fugitif

Critique de Le Fugitif

   3 - Pas mal
Un homme qui cherche à se blanchir du meurtre de son épouse, un marshall prêt à beaucoup de choses pour le remettre derrière les barreaux, "Le Fugitif" manque d'originalité dans le déroulement de son intrigue puisqu'il suit à la lettre le chemin qui lui est tracé mais la mise en scène d'Andrew Davis et le montage carré rendent ce film très efficace, surtout qu'il est porté entre autres par les performances très convaincantes de Tommy Lee Jones et Harrison Ford - dont la confrontation à l'écran fonctionne parfaitement dans leurs trop rares scènes en commun - qui font qu'au final, le film remplit son contrat malgré un final ma foi assez faible. Bref, c'est évident que "Le Fugitif" n'est pas un chef d'oeuvre de classe mondiale mais le drame que vit le personnage d'Harrison Ford est assez fort pour créer de l'empathie pour lui et c'est là l'essentiel!!
Over the top Bras de fer

Critique de Over the top Bras de fer

   0.5 - Nul
Menahem Golan!! Oui, je pourrais me contenter de ce nom pour expliquer pourquoi "Over the top - le bras de fer" est une nullité sans nom mais je vais faire un effort pour développer un peu. Ecrit par Stallone qui signe un scénario calqué sur ses "Rocky" - enfin les pires, c'est à dire les III, IV et V - où il remplace la boxe par un concours de bras de fer entremêlé avec une histoire de drame familial avec la relation père-fils qui apprennent à se connaître parmi les plus stupides que j'ai jamais vu (celle de "Rocky V" était peut être la pire). Quant à la mise en scène de Golan et la musique de Giorgio Moroder, il n'y a pas grand chose à dire à part qu'elles manquent cruellement de personnalité et que les acteurs font le minimum syndical dans un film où de toutes façons, il n'y a rien à jouer avec en plus des dialogues d'une lourdeur absolue. Bref, malgré ce sentiment de nostalgie plus par rapport à l'époque que pour le film lui-même, il n'y a rien à sauver dans "Over the top"!!
Ghost

Critique de Ghost

   1 - Très mauvais
Eh bien ma foi, après avoir vu ce film un paquet de fois quand j'étais gosse, ça faisait très longtemps que je n'avais pas revu "Ghost" et mon avis n'a pas changé d'un iota : c'est niais au possible avec cette romance en carton entre Patrick Swayze et Demi Moore avec des dialogues souvent atroces, bref, ce n'était peut être pas une bonne idée de confier la mise en scène de ce film à Jerry Zucker (un des Z des ZAZ) qui ambitionnait probablement de redonner au mélo ses lettres de noblesses et la pseudo-érotisation de la scène de la poterie me fait gentiment rire tellement cette scène rate le coche, en même temps, avec Bruce Joel Rubin au scénario, fallait pas s'attendre à de la subtilité. En fait, la seule raison qui m'a toujours empêché de considérer ce film comme l'équivalent de "Twilight" version fantôme, c'est son humour porté par Whoopi Goldberg (Oscar du meilleur second rôle féminin quand même) et les situations dans lesquelles le gentil Sam l'embourbe. Bref, une histoire d'amour contrariée tellement nunuche que les rares qualités sont ensevelies sous une tonne de guimauve!!
Précédente Suivante
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • ...
  • 332