Akamaru  

Membre depuis 4173 jours | Dernière activité : 23/12/2015

  • 1013 notes & favoris
  • 866 critiques
  • 40 suivis
  • 502 abonnés
Suivre son activité
Toutes ses critiques
  • Ses critiques de films
  • Ses critiques de séries
  •    
  •    
  •    
  •    
Hunger Games - La Révolte : Partie 1

Critique de Hunger Games - La Révolte : Partie 1

   3 - Pas mal
Le fer de lance des sagas young adult a cédé à son tour à la mode des derniers épisodes découpés en deux pour des raisons bassement mercantiles. On voit direct ce qui cloche ici. Le manque de matière du roman dystopique de Suzanne Collins pour le faire. En résulte un film de 2h05 qui ne raconte pas grand chose de plus que son sujet de départ. Il s'agit toujours pour Katniss Everdeen d'être la meneuse de la révolte contre un Capitole tout-puissant et tout-cruel. Exit les survivals des arènes dopées à la télé-réalité. Ici,tout se passe ou presque au QG du district 13. Hormis l'absence gênante de grande scène spectaculaire,j'exècre particulièrement le rôle pleurnichard de traître de Josh Hutcherson. En l'état,il est impossible qu'une fille indépendante et fière comme Katniss puisse tomber amoureuse d'un naze pareil. Je ne sais pas si le public féminin pense la même chose. On sera par contre d'accord sur le fait que Jennifer Lawrence y est toujours aussi fabuleuse. Son intensité de jeu n'a d'égale que sa volonté de montrer une femme forte,certes mue par ses sentiments.mais surtout par sa détermination et sa malice à toute épreuve. Ce troisième Hunger Games raconte bien la lutte contre l'oppression,et garde sa caution auteuriste. Il ne manque donc plus qu'un final bien plus percutant pour parachever la saga.
Un Homme très recherché

Critique de Un Homme très recherché

   2.5 - Moyen
Adapté d'un roman de John Le Carré,"Un homme très recherché" fait donc inévitablement penser à "La Taupe",sorti deux ans auparavant. De l'espionnage plus réaliste et rigide,qui se passe plus dans les bureaux et les couloirs que sur le terrain. Une intrigue légèrement embrouillée,dont tous les protagonistes tirent les ficelles(ou sont les pions au choix). Ce scénario date de 2008 et reste remarquablement moderne en 2014,pour raconter la lutte anti-terrorisme,les méthodes de filature,les agences qui se chevauchent et le parti-pris d'innocence relayé aux oubliettes pour les islamistes. Anton Corbijn conserve son style de clippeur,dans des belles teintes automnales et un cadre solide. La ville d'Hambourg,cosmopolite,est le théâtre de cette paranoïa ambiante,de cette surveillance accrue. Le film vaut principalement pour Philip Seymour Hoffman. Dans son quasi-dernier rôle,il était magistral en agent revenu de tout,presque suicidaire. La mélancolie qui s'en dégage est assez troublante. Autour de lui,une excellente Rachel McAdams,une terrifiante Robin Wright et un glaçant Willem Dafoe. Les regrets portent sur les longueurs,les choix discutables des éléments à privilégier et un manque d'investissement émotionnel.
L'Homme qu'on aimait trop

Critique de L'Homme qu'on aimait trop

   1.5 - Mauvais
Nouveau ratage pour André Techiné,qui n'a plus son inspiration d'antan pour rendre vivant des faits-divers troublants comme celui-ci. La disparition d'Agnes Le Roux,jeune femme héritière d'une chaîne de casinos,et la suspicion durant 30 ans de son amant,Maurice Agnelet. Qu'il est difficile d'avoir de la sympathie pour "L'homme qu'on aimait trop". Guillaume Canet est insupportable,et se ridiculise avec son grimace du procès. Adèle Haehnel assure,mais c'est son personnage de folle amoureuse dangereuse qui pose problème. Enfin,Catherine Deneuve est trop en retrait et ne peut exprimer les contradictions de cette femme d'affaires coriace. Techiné se contente d'illustrer platement,ne prend le parti de rien. Tout ça sent le moisi,le cinéma en vase clos.
Barbecue

Critique de Barbecue

   1.5 - Mauvais
Une comédie chorale bobo à la Française. Je crois que présenté comme ça,ça suffit à faire fuir un public peut être attiré par une affiche garnie en acteurs populaires. Seulement,mis ensemble,aucune alchimie ne se créé. Ce qui aurait tout de même été le minimum pour crédibiliser cette bande d'amis de 30 ans se retrouvant pour un weekend agité. "Barbecue" ne s'adresse qu'à une seule catégorie de population,n'est jamais vraiment drôle,et peut même faire grincer des dents par sa psychologie dérangeante. Lambert Wilson surnage,les autres se fourvoient dans leur ego,guère aidés par la réalisation d'Eric Lavaine,qui signe son quatrième navet en cinq films(seul "Incognito" est regardable).
The Newsroom (2012)

Critique de The Newsroom (2012)

   3.5 - Bien
Comme toujours avec Aaron Sorkin,il y aura ceux qui détesteront,et deux qui adoreront. Pourquoi une telle position sur l'un des plus scénaristes de la télévision américaine? Parce qu'il va au bout de ses idées,qu'elles soient politiques ou sentimentales. Sa marque de fabrique,c'est incontestablement la profusion de dialogues à la fois spirituels et futiles qui rendent ses personnages certes bavard,mais irrémédiablement . Ceci étant dit,"The Newsroom" est un drama de qualité,qui suit une équipe d'un journal télévisé,avec tous leurs travers et leurs histoires communes. À leur tête,un présentateur idéaliste,vaguement républicain,qui prend son métier pour une mission d'éducation des foules. Jeff Daniels,remarquable avec une belle sobriété,fait de son Will McAvoy un monstre d'égoïsme mais aussi un être de convictions,un être fédérateur. Les personnages de Mac,Charlie et de la présidente d'ACN(Jane Fonda en personne)sont toujours étonnants,et à vrai assez drôle. L'actualité proche est mise ici en abime. Bien sur,Sorkin est probablement trop optimiste,et nous noie parfois sous les informations. Mais quand on ne décroche d'un épisode à un autre,c'est quand même bon signe,non?
La Planète des singes : l'affrontement

Critique de La Planète des singes : l'affrontement

   2 - Pas terrible
C'est moi où cette suite d'un reboot déjà dispensable ne se distingue que par son vide abyssal? "La planète des singes-l'affrontement" n'est,certes,pas plus idiot qu'un blockbuster mode mais cet épisode fait clairement office de remplissage. Les humains y sont complètement sacrifiés. On se fiche de savoir s'ils vont survivre ou pas. Leurs caractères ne sont absolument pas développés. Ils passent leur temps soit à pleurnicher,soit à chercher le conflit. Par conséquent,l'intérêt se reporte inévitablement sur les chimpanzés. Et il faut admettre qu'ils sont très impressionnants. La performance capture fait des miracles,et permet à un acteur comme Andy Serkis de donner la pleine mesure de son talent sous les traits simiesques de César. Son contradicteur Koba est tout aussi saisissant. Les primates sont attachants et troublants,avec leur langage des signes et leur intelligence supérieure. Parfois dans la forêt de San Francisco,on se croirait dans un documentaire 2.0. A partir de là,tout le reste du film n'est que bêtise,inutilité,moralement condamnable et écrit avec les pieds.
Fear and Desire

Critique de Fear and Desire

   2.5 - Moyen
Avec ce premier long-métrage de 58 minutes,Stanley Kubrick posait quelques bases de son cinéma à venir,mais seulement quelques unes. "Fear and desire"(1953)est comme dit ailleurs,plus une œuvre photographique que cinématographique. La lumière et le sens du cadre y sont irréprochables,héritage des années de reporter de Kubrick. On y retrouve aussi son goût pour l'absurde,sa critique acerbe de la guerre et un certaine tendance à l'emphase qui s'estompera considérablement avec les années. Le conflit n'est pas situé ni daté pour prouver son côté intemporel. Les hommes y sont tous faillibles. Kubrick reniera ce premier jet,trop inabouti à son goût,mais il faut bien un commencement à tout...
Desperado

Critique de Desperado

   2 - Pas terrible
Une comédie tex-mex devenue culte avec le temps,mais qui n'a pourtant rien de transcendant. Robert Rodriguez crie son amour des westerns et du cinéma hong-kongais à la John Woo dans "Desperado"(1995). Tout y est grossi dans un but parodique,mais surtout dans une recherche de plaisir coupable. Antonio Banderas est ce guitariste mexicain,qui défouraille plus vite que son ombre. On se souvient tous de son pas de deux sensuel avec la pulpeuse Salma Hayek. Sorte de suite à plus gros budget de "El Mariachi",le film porte indéniablement la patte de Rodriguez et de Tarantino(qui fait une apparition hilarante). Cette vengeance n'a rien d'originale et est expédiée au profit des bons mots(merci Steve Buscemi!)et des gunfights surréalistes (les étuis-bazooka et lance-roquettes!). Jouissif mais totalement inepte.
Les Invincibles

Critique de Les Invincibles

   1 - Très mauvais
Encore une comédie populaire franchouillarde qui déroule le minimum syndical en narration,gags et interprétations. Et qui par contre se pétrit de bons sentiments,pour dénoncer l'intolérance envers cet Algérien timide,exploité dans une équipe de pétanque. "Les invincibles" ressemble à une comédie de Fabien Onteniente sans les rires gras et le sens de la caricature. Gérard Depardieu joue habilement de son auto dérision (ses diverses nationalités). Mais Édouard Baer,Daniel Prévost et Virginie Efira se noient dans l'inutilité abyssale de leurs rôles. Fini de prendre les gens pour des imbéciles?
Welcome to the Jungle

Critique de Welcome to the Jungle

   0.5 - Nul
Un navet mensonger qui vend son pitch débile sur la présence du cultissime Jean-Claude Van Damme. Sauf que le karatéka a beau vampiriser l'affiche,il n'est présent qu'une vingtaine de minutes dans le film... Les meilleurs cela dit,avec son auto-dérision qui fait mouche. Cela n'empêche pas "Welcome to the jungle" de faire pitié du début à la fin. Entre ses blagues très au-dessous de la ceinture,son casting d'imbéciles sans charismes et son orientation en survival potache à la Koh Lanta,on touche le fond du panier.
Précédente Suivante
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • ...
  • 434