Notez des films
Mon AlloCiné
    Kurosawa
    Films
    Séries
    Emissions
    Retour
    Les Misérables
    Les Misérables
    4,0
    Publiée le 28 mai 2019
    Le film de Ladj Ly est présenté à raison comme un film coup de poing : son final embrasé suffirait à justifier l’appellation mais c'est plus globalement la description précise et brûlante des relations entre flics et résidents des banlieues qui imprègne l'ensemble d'une tension continue. Loin de cantonner les flics au rôle de vilains fauteurs de troubles, Ladj Ly montre bien que ces derniers sont confrontés à des conditions de travail dangereuses, susceptibles de les pousser à la faute à n'importe quel moment. C'est ce qui arrive dans "Les misérables" lors d'une interpellation qui tourne mal : l'un des "Bacqueux" commet une bavure et son action est filmée par un drone appartenant à un jeune de la cité. Tandis que la première partie observait les différences de caractères des trois flics et la manière dont un conflit pouvait se régler dans un lieu où les clans sont nombreux et les hiérarchies improvisées, la seconde mêle davantage l'action au politique. Les flics ne font pas la loi dans un quartier révolté suite à la résolution controversée et temporaire d'un événement dramatique; ils sont une composante parmi d'autres lors de discussions dont le but est de maintenir un semblant d'apaisement. Gagné par un rythme haletant qui dit l'urgence de la situation, le film met en scène ce dialogue entre des flics dans leur tort et les différentes figures d'autorité de la banlieue pour parvenir à un accord. Si le nouveau venu Stéphane fait référence à l'absence de conséquences des émeutes de 2005 – les responsables politiques les ont minimisées –, son contradicteur Salah l'avertit d'une révolte à venir, laquelle serait menée par une nouvelle génération prête à faire face à la fois aux flics et à leurs aînés. Entre réalisation brute et documentaire (la caméra à l'épaule, les cuts violents) et mise en scène plus virtuose (le drone comme régime d'image abstrait), "Les misérables" retranscrit avec précision les rapports de force du réel et s'arrête avec intelligence à un moment déterminant qui en dit long sur le discours de ce jeune cinéaste prometteur : le plus important n'est pas la résultante des tensions (on la connaît : tout sera étouffé par le pouvoir) mais comment on en est arrivé là.
    Back to Top