In Ciné Veritas  

Membre depuis 1456 jours | Dernière activité : 23/03/2019

Suivre son activité
Demain et tous les autres jours

Critique de Demain et tous les autres jours - par In Ciné Veritas

   0.5 - Nul
Il est des films dans lesquels il est difficile d’entrer… puis d’en ressortir quoi que ce soit. Demain et tous les autres jours est un film vain qui n’intéressera, au mieux, que quelques têtes blondes. Dans la scène d’introduction, Noémie Lvovsky (dans l’unique registre d’interprétation que nous lui connaissons) s’interroge sur la syntaxe d’une question qu’elle vient de poser à son interlocutrice. Au-delà de cette première séquence déjà maladroite, nous aurions davantage préféré voir la réalisatrice s’appesantir sur la grammaire cinématographique ! A la bassement descriptive voix-off qui hante le début du film, succède un autre procédé exaspérant, celui d’un animal domestique qui parle… L’heureux élu est ici un hibou détenteur de la vérité et fidèle dicteur des actions que la jeune héroïne s’empressera de réaliser. En tête d’affiche, Mathieu Amalric et Anaïs Demoustier devront se contenter d’une brève apparition en fin de métrage. Le premier nommé se voit gratifié de la désormais traditionnelle (et toujours aussi laide) scène via Skype. Mal « écrite », la fable onirique voulue vire très rapidement au non-sens dont le seul foisonnement est celui de scènes inutiles. Comme le chante William Sheller, « Maman est folle, on n'y peut rien » mais chez Noémie Lvovsky rien ne nous console…