LiJie  

Membre depuis 4436 jours | Dernière activité : 20/05/2019

  • 386 notes & favoris
  • 45 critiques
  • 8 suivis
  • 2 abonnés
Suivre son activité
Toutes ses critiques
  • Ses critiques de films
  •    
  •    
  •    
  •    
El reino

Critique de El reino

   3.5 - Bien
Film efficace. Le thriller politique, une fois enclenchée la revanche de cet homme politique qui est sacrifié par son parti an nom des autres, est bien mené, le personnage désespéré (formidable Antonio de la Torre) qui fait tout pour s'en sortir mais tombe malgré lui dans le piège inévitable. Le film est trop préoccupé à suivre les agissements des personnages, au plus près, à rester nerveux, dans le rythme effréné, et à ne faire appel qu'aux sentiments, jamais à al réflexion. Car enfin, il prend position évidemment pour dénoncer la corruption mais sans jamais donner des éléments de compréhension autre que la volonté des hommes (et de quelques femmes) de se faire du fric dans le jeu politique. Peut-être aussi peut-on y lire une dénonciation, assez mal énoncée, du monopole du Parti dans la vie politique... La film finit sur un face-à-face où le dernier mot est un appel assez hypocrite de la journaliste, censée être la meilleure journaliste politique du pays. Et le metteur en scène adopte son analyse, celui de la journaliste : "tous pourris". Dommage. Paradoxalement, il manque à cette mise en scène terriblement efficace une analyse politique !
Divines

Critique de Divines

   3.5 - Bien
Vu à la télé. Avec un mauvais son... Cependant, ce film déborde d'une grande intensité et de vitalité -- la rage de vivre. Une camera qui suit avec bonheur la sensualité de certains (rares) rapports entre les personnes qui s'aiment. C'est à mon avis là que réside la véritable richesse du film car les enchainements dramatiques sont trop prévisibles (les flics, la drogue, la banlieue...). Et la jeune actrice qui tient le rôle principal, Oulaya Amamra, est juste et réjouissante. Au total un bon film.
Her Job

Critique de Her Job

   4 - Très bien
Je suis grec. Pas objectif. Ce film parle de la difficulté de trouver un emploi dans un pays encore plongé dans une crise profonde. La toile de fond c'(est donc l'arbitraire qui règne en Grèce dans le monde du travail, le fait qu'une femme de ménage industriel soit payée 580 euros par mois, le fait que la crise bouleverse aussi la vie traditionnelle des familles. Mais son sujet, c'est l'émancipation d'une femme soumise. Ce récit m'a surtout révélé deux acteurs étonnants. Marissa Triandafyllidou qui joue cette femme toute en retenue, analphabète, paysanne, soumise à un homme, macho grec ordinaire (qui arrive à la maison et gueule à sa femme "Café !" pour se faire servir). Formidable rôle et réjouissant cheminement vers l'émancipation: elle prend un job alors que son mari se fout de sa gueule, elle rapporte la paie à la maison à son grand dam, elle apprend à conduire, elle est en empathie avec ses collègue de boulot, elle a enfin une vie sociale. Spoiler : Le film s'arrête là. L'homme, Dimitris Imellos, joue ce rôle du macho ordinaire qui malgré tout se plie à la situation d'indépendance, même s'il cherche malgré tout de rembarrer sa femme. Elle avance, elle avance malgré tout, et ce film raconte ce cheminement.
Duelles

Critique de Duelles

   4 - Très bien
Deux "amies" dans les années soixante, voisines, dans un même pavillon de la classe moyenne montante des trente glorieuses, dans un décor de rêve, deux maris magnifiques, pilotes d'avion, deux enfant , deux garçons superbes. Le film est aussi un portrait sociologique de l'époque. Dans cet univers de rêve, un enfant se tue; les deux amies, la blonde extrovertie et la brune toute en retenue, deviendront alors un couple de haine qui s'accumule; on se demande immédiatement comment cela se finira. L'une et l'autre doivent se confronter. C'est un rapport inéluctable. Le film tient de bout en bout par ces deux actrices formidables: Veerle Baetens (la blonde) et Anne Coesens (la brune). Le drame psychologique --ou plutôt la condition psychique différente de chacune de ces deux femmes-- est en fait le ferment d'un thriller, extraordinaire (au sens propre du mot, c-a-d hors de l'ordinaire). Impressionnant de justesse dans l'analyse même si le dénouement n'a rien d'usuel. Impressionnant, vraiment.
90's

Critique de 90's

   4.5 - Excellent
J'ai adoré ce film - qui tient en grande partie pour une mise en scène efficace sans être énervée - et surtout au visage d'ange de l'enfant (Sunny Suljic) qui devient adolescent dans sa nouvelle bande de quatre potes, tous les quatre différents et dont on découvre la vie à travers leurs échanges souvent amusants, parfois franchement drôle et toujours très touchants. Le skate sert de lien entre ces jeunes ados mais ce n'est pas là le plus important. La découverte de l'amitié, l'évidence de l'amour et de l'amitié, au-delà des disputes mais aussi au-delà des blessures profondes est le thème central de ce film beau et attachant. Dommage qu'en français on l'ait si mal nommé.
Green Book : Sur les routes du sud

Critique de Green Book : Sur les routes du sud

   4.5 - Excellent
Excellent film qui m'a porté de bout en bout. Les deux personnages sont dans une relation toujours difficile, même lorsqu'ils commenceront à se plaire mutuellement. Le respect les tient à distance mais elle permet aux deux de dépasser les a priori sociaux. Le grand noir, snob et atypique n'est pas un jazzman (mais joue une musique appréciée des blancs racistes du Sud des Etats-Unis); l'itlaien gros bras n'est pas un maffieux et préfère cet emploi de chauffeur et garde du corps plutôt que les combines que lui proposent ses amis. La musique joue un rôle central même si l'entend assez peu. Dans la bataille Chopin contre le jazz, Chopin gagne, car le musicien noir qui fait cette tournée dans les états du Sud est en réalité un pianiste classique. Film attachant, plein d'espoir, alors qu'en apparence rien ne permet d'en avoir. C'est plutôt l'intelligence et la finesse contre la bêtise. Merveilleux.
Un soupçon d'innocence

Critique de Un soupçon d'innocence

   4 - Très bien
Belles image, une région magnifique (une belle maison, un vignoble dans le Languedoc Roussillon, sur le littoral, le générique parle des villes de Marseillan et de Saint-Jean de Fos. L'école d'architecture de Montpellier, l'hôpital du Grau du Roi et la grotte de Clamousse. Bonne interprétation de la mère et la fille, les seconds rôles sont bons. Mélusine (la gamine) est étonnante. l'histoire est racontée à travers les yeux de l'enfant et la crédulité des adultes. Un bon moment.
Le Grand jeu

Critique de Le Grand jeu

   4.5 - Excellent
Comme tous les précédents spectateurs ont tout dit je vais me contenter de répéter que le film est tenu de bout en bout pas l'actrice, sa voix et ses intonations, autant qu'un texte génialissime. L'histoire est assez prenante mais au lieu de s'enfoncer dans une sommaire psychologie des personnages, on a un personnage (Molly Bloom) mû par une volonté de fer et des contraintes aussi dures que celle d'une skieuse de niveau olympique (qu'elle fût). Il y a un côté jouissif, une tension permanente, un plaisir réel à la voir se sortir de ce merdier immense dans lequel inévitablement elle tombe lorsque la mafia lui tombe dessus, lorsque sa réussite la transforme en cible. Et la vie qui est aussi "arrangée" qu'une partie de poker mais aussi imprévue que les joueurs eux-mêmesSpoiler : (le détail de la fille de l'avocat, par exemple). Génialissime film (je me demande pour quelle raison je ne l'ai pas noté "chef d'oeuvre").
Le Caire Confidentiel

Critique de Le Caire Confidentiel

   5 - Chef d'oeuvre
Bien que cela soit plus ou moins basé sur un fait divers réel d'un homme d'affaire égyptien qui a tué une starlette libanaise, il dépasse très largement ce fait divers. On y voit un policier corrompu non par conviction mais parce qu'on ne peut pas faire autrement en Egypte, et sous prétexte de film policier montre une enquête qui se déroule dans un pays en pleine révolution. Le film montre des personnages en apparence totalement dépourvus de sens moral. Pourtant c'est bien un sens moral inné qui fait perdre la partie au héro principal (je n'en dit pas plus). Génial portrait du Caire, avec une photo exceptionnelle, une mise en scène qui rend mal à l'aise, des couleurs qui reflètent parfaitement le malaise qu'on peut ressentir quand on connait le Caire hors des sentiers touristiques. Le film se déroule pour l'essentiel la nuit: ce détail a son importance, car aucun occidental ne l'aurait fait. En effet, les cairotes vivent la nuit. Un film poisseux comme est devenue l'Egypte aujourd'hui. Remarquable. Ce film remarquable m'a rappelé un film chinois qui se passe aussi pendant des émeutes, celles de Tien Anmen. Il s'agit de "Lan Yu" de Stanley Kwan; même si le sujet n'a rien à voir, j'ai retrouvé cette même force d'évocation de la ville et des puissants tremblements que provoquent des révolutions de cette ampleur. Dans les deux films on trouve, grâce à la force de l'émeute politique et populaire, une énergie qui irrigue tout le film, y compris la façon d'évoquer les questions qui n'ont rien à voir (en apparence) avec la politique.
Youth

Critique de Youth

   4.5 - Excellent
Un film superbe, à la suite je crois de La Grande Belleza qui est un chef d'oeuvre. Celui-ci est moins bon, mais aussi fort. Il porte parle de ce que signifie vieillir, mais sur un ton humain, léger et sérieux, amusant et triste, sur l'inévitable angoisse que provoque la peur de la mort, le temps qui passe et la difficulté de s'accepter. La musique est très belle et très présente dans ce film (j'écris cela alors que je l'ai vu il y a deux ans...). A revoir.
Précédente Suivante
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5