Miss Delavergne  

Membre depuis 3562 jours | Dernière activité : 31/10/2018

Suivre son activité
Reign : le destin d'une reine

Critique de Reign : le destin d'une reine - Saison 1 - par Miss Delavergne

   2.5 - Moyen
Autant j'avais adoré "Les Tudors", qui est une série historique sans soucis de véracité du point de vue des faits mais qui relate de façon romancé la vie du plus célèbre des rois d'Angleterre : Henri VIII ; autant Reign m'a déçu pour son parti pris qui semble davantage privilégier l'héroïc fantasy plutôt que le portrait historique de Marie Stuart, reine déchue d'Ecosse. Encore aurait-il fallu daigner avertir les spectateurs (durant le générique par exemple) qu'il s'agit de l'histoire édulcorée du règne de Marie Stuart et revisitée par nos amis d'outre-atlantique... Et pourtant, la série se laisse regarder grâce à l'alchimie des acteurs et notamment celle du couple phare François/Marie. Les acteurs sont agréables à regarder, jouent relativement bien et nous emportent sans peine dans le tourbillon des intrigues de cours ainsi que des histoires de coeurs. Néanmoins, vous ne pouvez pas classer cette série dans la catégorie historique puisque visiblement cette fiction ne raconte en aucun cas la vie de Marie Stuart. Tout d'abord, cette série est censée se passer en France dans la cour la plus faste et éclairée d'Europe, entre le Louvre, Saint-Germain-en-Laye et les châteaux de la Loire. Ici, il n'est nullement question des châteaux types Renaissance puisque le tournage a été réalisé en Irlande (si je ne me trompe pas), le château où la cour de France vit est au beau milieu de nul part et ressemble surtout à une forteresse anglo-saxonne. Premier point noir. De plus, tous les costumes sont anachroniques. Si certains semblent être des mélanges de plusieurs époques telles que le Moyen Age, le XVIème, XVIIème, XVIIIème et XIXème siècle. D'autres sortent tout droit du dressing d'une teenager américaine allant à son bal de promo. Que dire de la robe de mariée de Marie qui ressemble énormément à celle de Kate Middleton... Niveau incohérence, c'est fascinant... On se demande même si les costumiers ce sont un minimum renseigné. Alors qu'il existe un bon nombre de films français sur cette période de l'histoire de France, ne serait-ce que "La princesse de Clèves" de Jean Delannoy sorti en 1961, "La Reine Margot" de Patrice Chéreau sorti en 1994, ou le plus récent "La princesse de Montpensier" de Bertrand Tavernier datant de 2010. Deuxième point noir. Si ce n'était que ça. Mais Henri II n'a rien à voir avec la figure du roi de France que nous lui connaissons. (Un roi portant la boule à zéro c'est ridicule.). Il a été fidèle au grand amour de sa vie qui n'est autre que Diane de Poitiers (de 19 ans son aînée). Il a eu trois brèves aventures avec des femmes de la cour qui lui ont donné un enfant chacune. Quant à sa femme, elle lui donna 10 enfants dont 3 sont morts en bas âge. Comme la série est censée débuter au début de l'année 1558, nous aurions également dû apercevoir Claude, Marguerite et Hercule duc d'Alençon (qui n'apparaissent malheureusement pas). Pas plus que Catherine de Médicis - qui est sauvée par le charisme de l'actrice qui l'incarne - mais dont le pouvoir ne sera effectif qu'à la mort du roi feu son époux. Bien qu'elle ait mauvaise réputation, le roi n'a jamais tenté de la faire exécuter. Si le personnage de Marie est attachant, il n'empêche que son comportement dans la série n'est absolument pas le comportement d'une dauphine de France ni d'une quelconque reine. Seul François semble davantage comprendre les sacrifices d'un roi. Personnellement, j'ai trouvé son personnage plutôt bien traité par la série. Quand on le dit petit et faible, il rétorque que c'est l'image qu'on a de lui à l'étranger. Et si son personnage vous paraît un peu trop fleur bleue, dîtes-vous qu'il a seulement 14 ans au début de la série. C'est sûrement moderne de traiter de l'adolescence à l'époque comme Sofia Coppola dans "Marie Antoinette", cependant il peut s'agir d'un atout charme pour séduire les plus jeunes spectateurs. Avis mitigé. Maintenant, j'en viens aux ajouts qui ne sont pas des réalités historiques. Marie Stuart a été élevée à la cour de France (elle n'a jamais vécu dans un couvent en Ecosse), elle n'a donc pas de dames d'honneur venant de son pays. Ses quatre amies ne respectent pas l'étiquette en l'appelant Marie, de un. Elles ont un comportement anachronique pour l'époque, on n'est pas dans Gossip Girl de deux. Greer n'est pas une aristocrate (elle n'a donc pas sa place à la cour pour l'époque) de trois. Ensuite, il n'y a jamais eu de paiens vivant dans les bois et qui faisaient des sacrifices humains. C'est assez tiré par les cheveux... En ce qui concerne Sébastien ou la fille de la Reine défigurée, ils n'ont aucune logique historique mais leurs fonctions est d'apporter des rebondissements à l'intrigue. Pourquoi pas. Mon avis reste toujours mitigé. Pour conclure, si tu es une adolescente c'est tu fais que partie du public visé, tu auras donc très certainement un avis plutôt bon sur cette série. Celles qui pensent que REIGN un chef d'oeuvre n'ont aucune culture cinématographique. (Sans vouloir blesser personne.). Pour ma part, je la conseille à tous ceux et celles qui veulent se divertir devant une série sans prise de tête. Il faut être bon public pour l'apprécier. Avis aux férus d'Histoire (comme moi), ne regardez pas !!! Vous allez vous en mordre les doigts sinon ou vous arrachez les cheveux... Vraiment ! Niveau cohérence et respect de l'histoire c'est une catastrophe. Par ailleurs, je conseille aux réalisateurs américains d'arrêter de massacrer notre si belle Histoire s'il vous plaît. Je dis cela pour vous éviter de nouvelles critiques négatives. Sérieux, vous risquez de provoquer des syncopes. Marie Stuart doit se retourner dans sa tombe !!! Et je ne parle même pas des autres... Je suis sûre que même "Game of Thrones" est plus fidèle niveau faits historiques que Reign : le destin d'une reine. Ps : Si vous souhaitez regarder une vraie série historique à l'image de Game of Thrones, je vous conseille "Les Rois maudits" (première version, bien sûr).