In Ciné Veritas  

Membre depuis 1456 jours | Dernière activité : 23/03/2019

Suivre son activité
Une Famille heureuse

Critique de Une Famille heureuse - par In Ciné Veritas

   2.5 - Moyen
Dans une société géorgienne patriarcale et orthodoxe, l’héroïne, incarnée par Ia Shugliashvili, rompt les barreaux de la sacrosainte cellule familiale. L’impersonnalité du titre surprend alors que cette mère de famille est l’invariable centre de gravité du récit. La mise en scène des plans-séquences privilégie les cadres serrés alternativement dédiés à l’héroïne ou surpeuplés. L’agencement de ces derniers nous rappelle ceux de Sieranevada (2016, Cristi Puiu). Notons également l’attention particulière portée aux bruits d’ambiance notamment dans cette scène où, sous l’effet du vent, des feuilles d’arbres semblent battre la mesure d’un grand air de musique classique. Nana Ekvtimishvili et Simon Gross ne jugent aucun de leurs personnages, ne motivent aucun de leurs actes ou décisions, et dénuent Une famille heureuse de tout psychologisme. Le parcours buissonnier de leur héroïne, professeure en réapprentissage de la vie, paraît alors aussi libre que le scénario, ténu et sans surprise, du film.