Mon AlloCiné
David Cronenberg

État civil

Métiers Acteur, Réalisateur, Scénariste plus
Nationalité Canadien
Naissance 15 mars 1943 (Toronto, Ontario - Canada)
Age 76 ans

Biographie

Fils d'une pianiste et d'un écrivain journaliste, le jeune David Cronenberg songe à devenir romancier. Etudiant en littérature à l'Université de Toronto, il décide pourtant de se tourner vers le septième art. Evoluant dans la scène artistique underground de Toronto, il est influencé par la vague du cinéma expérimental new-yorkais, mais aussi par des écrivains comme Vladimir Nabokov. C'est à cette époque qu'il assiste à la lente maladie de son père, évènement dont l'empreinte se ressent tout au long de sa carrière de cinéaste. Dès la fin des années 1960, il signe pour deux courts métrages, Transfer et From the Drain, puis pour ses deux premiers longs, Stereo (1969) et Crimes of the future (1970). La sexualité, le corps comme terrain d'expérimentation, la médecine et la psychanalyse : tous ses thèmes de prédilection sont déjà présents dans ses premières œuvres.

Après avoir travaillé pour la télévision dans les années 1970, il réalise Frissons (1975), Rage (1977) et Chromosome 3 (1979). Ces trois longs métrages, entre horreur et science-fiction, divisent la critique, mais permettent à David Cronenberg d'acquérir le statut de cinéaste culte. Avec Chromosome 3, le cinéaste confirme son inclination pour l'étude du cerveau humain, mettant en scène une femme dont les pulsions mortifères sont matérialisées par des monstres. Il démontre ainsi qu'un film d'horreur peut apporter une réflexion aboutie sur des problèmes de société comme la dépression. Dès ses débuts derrière la caméra, sa sœur Denise Cronenberg est de tous ses projets en tant que costumière.

En 1981, il connaît son premier succès commercial grâce à Scanners et ses mutants télépathes. Plus qu'un film de science fiction trash, celui-ci propose une approche critique de la nature humaine. Deux ans plus tard, il fait appel à James Woods pour Vidéodrome. Confirmant sa singularité, il y met en scène sa conception du pouvoir - aliénant - des médias et des outils de communication. Etape importante dans sa filmographie, on y sent déjà tout son intérêt pour la contamination machinal-organique (bien avant Crash et eXistenZ). Il s'attelle ensuite à l'adaptation d'un roman de Stephen King, Dead Zone avec Christopher Walken. Ici encore, c'est par le contact avec la machine (accident de voiture) que le héros acquiert son pouvoir.

David Cronenberg accède à la reconnaissance internationale avec La Mouche (1986), interprété par Jeff Goldblum. Il s'agit du remake de La Mouche noire, classique des années 1950. Mais ce récit de la métamorphose d'un biologiste en insecte est l'un de ses films les plus connus. Le réalisateur en tire d'ailleurs une pièce de théâtre en 2008, représentée au théâtre du Châtelet. S'il s'éloigne de plus en plus du cinéma d'épouvante et de son imagerie traditionnelle, il continue de déstabiliser les spectateurs, tandis que sa cote auprès de la critique ne cesse de grimper.

Dans Faux-Semblants (1989), il évoque la relation fusionnelle et destructrice entre deux jumeaux, incarnés par Jeremy Irons, qu'il retrouve sur le plateau de M. Butterfly en 1993. En 1991, il parvient à porter à l'écran le labyrinthique Le Festin nu de William Burroughs, là où bien des réalisateurs ont échoués. Depuis le milieu des années 1980, Cronenberg n'hésite pas à faire tomber le costume de réalisateur pour revêtir celui de l'acteur. On le voit ainsi dans des petits rôles au sein de ses propres films (La Mouche, Faux-Semblants), mais aussi chez John Landis, Clive Barker, Gus Van Sant, ainsi que dans des séries Z et des séries comme Alias. L'occasion, bien souvent, de s'adonner à l'auto-parodie.

En 1996, David Cronenberg s'attaque à l'adaptation du roman culte de James Graham Ballard Crash !. Avec ce film éponyme, Crash, qui remporte le Prix spécial du jury du Festival de Cannes, il signe son œuvre la plus personnelle mais aussi la plus controversée. Pour James Spader et Rosanna Arquette, au casting, la fascination pour les carambolages tend à se substituer à leur goût pour l'acte sexuel. Encore une fois, Cronenberg souligne le rapport inquiétant que l'être humain entretient avec les machines dans le monde contemporain.

La métaphore des relations homme-technologie se poursuit en 1999 avec eXistenZ. Jude Law y est aux prises d'un univers étrange dont les frontières sont perdues entre monde réel et monde virtuel. En 2001, s'éloignant de ses réflexions sur l'être au prisme du monde moderne, il met en scène Ralph Fiennes, égaré dans les limbes de sa conscience dans Spider. Œuvre charnière, il y reprend son voyage au cœur du cerveau humain, s'y insinuant comme araignée sur toile. La maîtrise formelle est saisissante.

Dans un registre toujours plus "réaliste", il crée A history of violence (2005). Une vertigineuse réflexion sur le Mal dépourvue de tout manichéisme et inspirée d'un roman graphique. Viggo Mortensen y incarne un homme torturé par son passé drapé sous le voile du père exemplaire. Acteur qu'il retrouve deux ans plus tard dans Les Promesses de l'ombre (2007), premier long métrage que Cronenberg tourne entièrement hors de son Canada natal. Si ces deux films semblent s'écarter de ses obsessions premières, ce n'est en réalité qu'en apparence. La dimension machinale et viscérale reste en effet sous-jacente dans chacun d'entre eux.

Son enthousiasme pour la psychanalyse émerge de nouveau en 2011 avec A Dangerous Method. Non plus abordée en filigrane comme à l’accoutumée, la discipline est cette fois-ci traitée de front. Dans le rôle de Sigmund Freud, le réalisateur fait appel à Viggo Mortensen pour leur troisième collaboration. Michael Fassbender y revêt quant à lui l'habit du praticien Carl Gustav Jung. Sa patiente, l'hystérique Sabrina Spielrein, est interprétée par Keira Knightley. A peine cinq mois après ce film, David Cronenberg présente l'intriguant et violent Cosmopolis, en compétition au Festival de Cannes 2012, dans lequel il dirige pour la première fois le jeune héros de la saga Twilight, Robert Pattinson, mais aussi les français Juliette Binoche et Mathieu Amalric.

Auteurs : Julien Dokhan / Alexandre Jourdain

Ses premiers pas à l'écran

Transfer
Transfer
1966
From the Drain
From the Drain
1967
Crimes of the Future
Crimes of the Future
1969
Stereo
Stereo
1969

Ses meilleurs films et séries

Les Promesses de l'ombre
Les Promesses de l'ombre
2007
A History of Violence
A History of Violence
2005
Captive
Captive
2017
La Mouche
La Mouche
1986

Sa carrière en chiffres

51
Années de carrière
5
Récompenses
52
Films
3
Séries
53
Nominations
19,7 M
Entrées ciné

Genres de prédilection

Drame : 33 %
Epouvante-horreur : 27 %
Thriller : 20 %
Science fiction : 20 %

Ses stats sur AlloCiné

26
Vidéos
16
Photos
98
News
1,4 K
Fans

A tourné le plus avec

Viggo Mortensen
Viggo Mortensen
4 films
Eastern Promises 2 (2020), A Dangerous Method (2011), Les Promesses de l'ombre (2007), A History of Violence (2005)
Sarah Gadon
Sarah Gadon
3 films et 1 série
Captive (2017), Maps To The Stars (2014), Cosmopolis (2012), A Dangerous Method (2011)
Eastern Promises 2 (2020), A Dangerous Method (2011), Les Promesses de l'ombre (2007)
Commentaires
  • QuentinZo
    Un grand, un très grand...Malgré le fait qu'il soit parfois assez sous-estimé...
  • Mohicane
    Je suis fan de ses films (Dead Zone, la Mouche, A History of Violence et les Promesses de l'Ombre notamment). Qu'il soit sous-estimé je n'en sais rien mais j'aimerai qu'il fasse plus de films c'est sûr.
  • Labouene
    Fan absolu du canadien, j'ai vu ses 18 films (méme Fast Company!), je regrette parfois son manque de médiatisation... Les livres à son sujet (de Serge Grundberg) sont rares et excessivement onéreux, et j'ai eu un mal fou à me procurer en dvd certains de ses films (videodrome, le festin nu, M butterfly...) qui ont très certainement des problèmes de droit d'édition... Europacorp (Besson) s'est chargé de la distribution de Chromosome 3 et Scanners en les présentant comme des gros films gores... Lamentable... Il y a effectivement un problème!
  • Thiron
    [quote]Un grand, un très grand... Malgré le fait qu'il soit parfois assez sous-estimé... [/quote]Absolumment d'accord, il a touché à plusieurs genre et je n'ia pas vu tous ses films (yen a pas mal quand même :D ), mais tous ceux que j'ai vu sont clairement très réussi...pourtant, il n'est clairement pas sur le devant de la scène...et souvent sous-estimé.
  • Takemetovalhalla
    Je n'ai pas aimé eastern promeses, mais a history of violence est un très bon film. Je n'ai pas vu le reste mais il faudrait car somme toute, des éléments de réalisation en font un metteur en scène intéressant.
  • babar3
    Un grand et mème un gigantesque méteur en scène, il est super. Son univers psychologique teinté de fantastique, et de corps qui change est géniale.
  • AMCHI
    je crois pas qu'il soit sous-estimé mais disant que ses histories ne conviennent pas toujours au grand public
  • beautifulfreak
    J'aimerais bien voir M Butterfly mais introuvable. :(
  • Labouene
    beautifulfreak: sur 2xmoinscher! je l'ai trouvé en dvd espagnol, avec vostf... et le dvd zone est trouvable facilement, si tu as un lecteur dézoné... mais les prix sont parfois prohibitifs.
  • Labouene
    ... zone 1... pardon
  • Fritaslesbananas
    moi j'aime l homme .. sacre David il nous a étonné avec frissons et sa bande de pervers, il m'a étonné dans Cabal de Clive Barker en serial killer qui coupe des monstres dans un cimetière, écoeuré avec Chromosome 3 et ses gamins effrayant et scanner avec ses tetes qui explosent, charmé avec le festin nu et ses bestioles qui violent et faux semblants avec ses jumeaux charismatiques, fait sursauté avec une mouche et du sucres, et pis voila apres existenz pour moi c est plus du Cronenberg d'antan même si c est magnifique hein .. mais les annees 80 et 90 je trouve que Cronenberg etait plutôt habile de la peloche ... dans le coté zarbe bien crade
  • Fritaslesbananas
    ah oui et pour info il a fait plus de 18 films et pas mal de courts metrages
  • Labouene
    pas plus, "A dangerous Method" sera son 19éme long métrage... si on considère Stereo" et "Crimes of the future" comme des longs...
  • Misteratice
    Je ne sais pas si on peut les considérer comme des longs...Plutôt des études selon moi.. A part "Fast compagny" , il n'a réalisé que des chefs-d'oeuvre!
  • Alex-Stryker59
    Un style tenaillant, aussi remarquable que Ridley Scott, David Fincher, Paul Verhoeven ou encore Pedro Almodovar... A Dangerous Method est le meilleur que je connaisse de sa filmographie. eXistenZ est excellent aussi. Dead Zone et La Mouche sont bons, mais moins que les deux premiers que j'ai cité. Il aurait été excellent pour faire un Alien ou pour adapter Millenium.
  • sachseven77
    vive la pisse de chien xD
  • wayl-J
    Un des grands..<3
  • Pascal Pigazo
    J AI PAS TOUT COMPRIS MAIS ACTEURS ET MISE EN SCENE CONVAINCANT
  • Sh?kiin?
    J'accroche pas avec ce réalisateur
  • luxe
    Son dernier film (Cosmopolis) est une véritable escroquerie.
  • Guillaume182
    le film de superhéros vient des comics. C'est pour les mômes. C'est pour les adolescents dans son principe même. C'est ce qui les rend attirants d'ailleurs. Mais quand j'entends des gens dire que Dark Knight Rises est un sommet du cinéma artistique, je pense qu'ils n'ont rien compris ou qu'ils ne savent pas quelles conneries ils racontent".Merci David de mettre les choses aux clair.
  • Sh?kiin?
    Je vais me pencher un peu plus sur la filmographie de ce monsieur car je pense y trouver de bonnes choses en m'y pencher un peu plus, il y a du potentiel.
  • Bill Harford
    Un géant du 7ème art !!!!!!!
  • Cinemax77
    A mes yeux, il n'a pas fait de chef d'oeuvre, en tout cas tel que je l'entends. En revanche, c'est une valeur sûr du cinéma. Je suis très rarement déçu par ses films. Ces deux derniers ("A Dangerous Method" et "Cosmopolis") étaient un peu particulier, il est vrai. Ceci étant, je ne les ai pas détesté. J'ai systématiquement l'impression d'être face à quelqu'un d'intelligent quand je regarde ses films. Rien que ça, c'est déjà plaisant. Je pense que "History of Violence" est son meilleur film, mais je ne les ai pas tous vu non plus.
  • Fran?ois B.
    Je me permets de défendre mon point de vue. "The dark knight rises" n'est pas sans défauts, certes. Ce n'est pas (a-priori) un "film d'auteur" certes; mais force est quand même de constater que c'est un film de très grande qualité artistiques justement. Christopher Nolan, avec sa trilogie "Dark knight", a voulu faire autre chose de Batman, le placer dans un envirronement plus sombre, extrèmement réaliste; débarassé de tout élément fantastique. Quand on voit un film comme "The dark knight", c'est pour les gosses ? Je ne crois pas, non. "The dark knight" (le 2e opus) est certes un blockbuster mais c'est surtout une oeuvre noire et dense, baignant dans un climat de paranoïa et de peur qui est vraiment tout sauf ENFANTIN. C'est un film adulte. Alors oui c'est "commercial" mais... après tout, qu'est-ce que ça veut dire, "commercial" ? Alfred Hitchcock a dit un jour que le cinéma était un art mais aussi un "business" et que donc, on avait le droit de plaire à la masse.C'est justement le cas de Christopher Nolan, cinéaste ayant fait ses premières dans le ciné indépendant ("The following", "Memento") : c'est un auteur qui plaît au grand public car il propose des choses différentes. Sa vision de Batman est unique en son genre et de surcroît insurpassable. "Inception" est un film à gros budget mais est original et très plaisant.Maintenant je reconnais que pas mal de films de super-héros sont à jeter à la poubelle ("Les 4 fantastiques, "Thor", Daredevil") mais il ne faut pas tous les mettre dans le même paquet.Après tout, des cinéastes de talent comme Sam Raimi avec "Spider-man", Bryan Singer avec ses deux films "X-men", Christopher Nolan avec sa trilogie "Dark knight" et même Tim Burton avec ses premiers Batman ont réussi à hisser le cinéma de super-héros à son plus haut niveau. Et pour ce faire, ils ont pris des risques, quitte même à déplaire à un public familial. Tout ça pour dire que NON, NON et NON les films de super-héros ne sont pas uniquement destinés aux gosses et aux "geeks". Voila.
  • kevsly
    A l'occasion de ses 71 ans, je laisse un commentaire: Bon réalisateur tout simplement. J'aime bien 'a history of violence', 'les promesses de l'ombre', 'crash', 'existenz'...
  • miieb
    C'est l'impression que ce réal me laisse également à chacun de ses films, quelqu'un d'intelligent et de réfléchi... Pourtant je ne considère aucun de ses films comme un chef d'oeuvre, tout simplement pcq le chef d'oeuvre (notion ultra subjective hein ^^) selon moi est un film qu'on n'a pas besoin de revoir tant il a laissé une empreinte au fer rouge dans votre esprit... Un film qui va résonner en moi longtemps après que je l'ai vu, un film dont l'atmosphère va m'imprégner durablement, dont l'histoire, l'interprétation, la réalisation, la BO, la photo..tout est fluide et évident... Aucun des films de M. Cronenberg n'a laissé ce genre d'empreinte, celle que m'ont laissé par exemple Orange Mécanique, La Cité de Dieu, La cité de la joie, Donnie Darko, Seven, Le labyrinthe de Pan ou récemment Stoker, ce sont des films qui, sans réfléchir, me reviennent à l'esprit pcq ils m'ont marquée !Je pense que c'est La mouche ou A history of violence qui m'ont le plus interpellée chez Cronenberg, mais c'est trop laborieux pour être un chef d’œuvre à mes yeux...Et j'attendais avec impatience sa Dangerous Method, le thème me passionnait mais j'en suis ressortie déçue, le sujet a été vidé de sa substance à force d'être mieux léché sur la forme que sur le fond... C'est peut-être ce qu'il manque à ses films selon moi, un rythme plus pertinent :-)
  • miieb
    Bon, je viens me contredire... :-)Je viens juste de mater Maps to the stars, et voici enfin son chef d’œuvre à mes yeux :-O Une claque magistrale ce film, tout est parfait, de la réalisation à la photo, au montage, au scénario, au jeu d'acteur, à la musique quasi-absente... Une vraie claque !
  • MGM-ranger
    L'un des plus grands réalisateurs canadiens. La mouche, A dangerous method, les promesses de l'ombre et Scanners sont très réussis.
  • Critical in the dark
    par contre son crash n'a aucun scénario c'est une succession de scènes de boules et sans bills
  • MGM-ranger
    C'est vrai qu'il n'a pas une belle moyenne, et a eu des critiques mitigés à sa sortie. Mais j'attends de voir pour juger, il a quand même reçu le prix spécial du jury au festival de Cannes.
  • Critical in the dark
    Il y a de bons films qui y ont nommés à Cannes : Pulp fiction, Persépolis, Dancer in the dark (qui est excellent), ou encore Amour mais que ce soit prix du jury ou nomination officielle il y a trop d'OVNis cinématographiques, des films dans lesquels il ne se passe rien comme le ruban blanc (qu'on ose dire que dans Amour il s'passe rien après ca!), la leçon de piano, ou les véritables OVNIs comme tree of life ou ce crash.
  • Critical in the dark
    des films ou il ne se passe rien c'est Le ruban blanc et La leçon de piano
  • Jemeson
    euh....la leçon d piano, il se passe rien??? lol et relol , vois le film au lieu de te contenter de regarder, entends au lieu de te contenter d'écouter....et s'il te plait abstiens toi d'écrire de telles bêtises, tu fais pitié.....
  • Critical in the dark
    Wow Wow on se calme, j'ai juste suivis ce que disait mes parents mais je l'ai vu depuis et il est très bien en fait j'ai pas compris pourquoi ils ont dit ça !!
Voir les commentaires
Back to Top