Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Jean Seberg

État civil

Métiers Actrice, Interprète (chansons du film), Réalisatrice
Nationalité Américaine
Naissance 13 novembre 1938 (Marshalltown, Iowa, USA)
Décès 8 septembre 1979 à l'age de 40 ans (Paris, France)

Biographie

Jean Dorothy Seberg fait ses débuts au cinéma alors qu’elle est à peine âgée de 18 ans. Le metteur en scène Otto Preminger la choisit parmi 18 000 candidates pour incarner Jeanne D’arc dans son film Sainte Jeanne (1957). Cette douce jeune fille aux yeux de biche et aux cheveux blonds incarne parfaitement la Pucelle d’Orléans. Le public est conquis, le réalisateur également puisqu’il lui offre, l’année suivante, le rôle principal du drame Bonjour tristesse. Si à sa sortie, le film, adapté du roman de Françoise Sagan, est vivement critiqué, il ouvrira néanmoins à la jeune comédienne les portes du septième art. Côté vie privée, Jean Seberg s’engage très tôt dans la lutte antiracisme puisque dès ses 14 ans elle adhère à National Association for the Advancement of Colored People. Venue s’installer à Paris, la jeune femme fait la rencontre, lors du tournage de La Récréation en 1958, de son premier époux le réalisateur et acteur Francois Moreuil (dont elle divorcera 2 ans plus tard).



En 1960, Jean-Luc Godard lui offre le rôle de Patricia Franchini dans A bout de souffle où elle donne la réplique à Jean-Paul Belmondo. Premier long métrage de Godard, A bout de souffle est couronné par le Prix Jean Vigo, ainsi que l’Ours d’argent de la Mise en scène lors du Festival de Berlin en 1960. Co-écrit par François Truffaut et Godard le film est emblématique de la Nouvelle Vague - mouvement lancé dès la fin des années cinquante par les jeunes réalisateurs Claude Chabrol, Jean-Luc Godard, Jacques Rivette, Eric Rohmer et François Truffaut - et dont Jean Seberg deviendra l’une des icônes. L’actrice américaine enchaîne ensuite les films français, dans L' Amant de cinq jours de Philippe de Broca, elle donne la réplique à Jean-Pierre Cassel, Micheline Presle et François Périer, l’année suivante elle participe au segment (Le Grand escroc) réalisé par Jean-Luc Godard, du film à sketches Les Plus Belles escroqueries du monde du monde. Parallèlement elle fait la rencontre du diplomate et écrivain Romain Gary, la comédienne divorce de Francois Moreuil et Romain Gary se sépare de l’actrice Lesley Blanch. Deux ans plus tard le couple a un enfant et se marrie. (Ils divorceront en 1970).

1964 marque un tournant dans la vie et la carrière de la comédienne puisqu’elle tient le rôle-titre de Lilith, le dernier film de Robert Rossen. Jean Seberg y incarne une schizophrène dont Warren Beatty tombe amoureux. La prestation de l’actrice est incroyable et remarquée. Sa fragilité mentale commence à être mise à l’épreuve. Certains arguant que si son interprétation est si juste, c’est qu’elle n’est pas si éloignée de son personnage… La même année elle retrouve Jean-Paul Belmondo dans le film de Jean Becker, Echappement libre, puis tourne de nouveau pour Claude Chabrol : en 1966 pour La Ligne de démarcation et en 1967 pour La Route de Corinthe. L’année suivante elle joue dans le premier long métrage réalisé par son mari Romain Gary, Les Oiseaux vont mourir au Pérou (elle tournera une seconde fois sous sa direction en 1970 dans Kill). Elle y incarne une nymphomane que son mari va tenter de supprimer. Ce tournage correspond à la période à laquelle le couple est en crise. Jean Seberg ayant eu une relation hors mariage avec un membre des Black Panthers.

Engagée depuis ses 14 ans dans la lutte contre le racisme, Jean Seberg utilise sa notoriété pour lutter pour les droits civiques et soutient les causes politiques des Amérindiens et des Black Panthers. Elle tombe alors amoureuse de Hakim Abdullah Jamal, cousin de Malcolm X, membre des Black Panthers et président de l'Organisation de l'Unité Afro-Américaine. Cette liaison lui attirera les foudres de J. Edgar Hoover et du FBI. L’actrice est mise sur écoute et surveillée. Jean Seberg divorce de Romain Gary en 1970 alors qu’elle est enceinte. Le FBI soupçonne Hakim Abdullah Jamal d’être le père de l’enfant et dévoile l’information au Los Angeles Times qui la publie en précisant, qu’une actrice, rebaptisée "Miss A", serait enceinte d’un membre des Black Panthers (une information que le FBI lui-même démentira en 1979, précisant avoir voulu détériorer l’image de l’actrice. (Los Angeles Times du vendredi 14 septembre 1979)). Fragilisée, Jean Seberg tente de se suicider, elle échoue mais son enfant, une fille, meurt 2 jours plus tard. Afin de prouver que les rumeurs du LA Times sont infondées, la comédienne ouvre le cercueil du bébé lors de l’enterrement afin de prouver que celui-ci est blanc. Jean Seberg ne se remettra jamais de cette perte puisqu’elle tentera, à plusieurs reprises, de se suicider à la date d’anniversaire de sa fille.

En 1972, elle épouse le réalisateur Dennis Berry (dont elle divorcera en 1978) mais sombre dans l’alcool. En 1973, François Truffaut lui propose le rôle de Julie dans La Nuit américaine, mais sans nouvelles de la comédienne, le metteur en scène offre le rôle à Jacqueline Bisset. Peu à peu l’actrice retrouve le chemin des plateaux de tournage, elle joue dans le thriller d’Yves Boisset, L' Attentat aux côtés de Jean-Louis Trintignant et Michel Piccoli. Inspiré de l'affaire Ben Barka le long métrage est un succès. Jean Seberg tient ensuite le rôle d’Emily dans Le Grand délire réalisé par son mari Dennis Berry. En 1974, elle fait la rencontre de Philippe Garrel lors d’un dîner, de cette rencontre naîtra Les Hautes solitudes, le film brosse le portrait d’une femme de 40 ans dans la solitude et le silence d’une ferme. En 1984, le metteur en scène écrit dans Fragments d’un journal, un texte sobrement intitulé "Jean Seberg" (reproduit dans Les Cahiers du cinéma, n°447, septembre 1991) dans lequel il précise : "Quand j’eus fini ce portrait, je soumis un premier montage de son film à Jean qui trouva le film très bien. Jean avait tourné beaucoup de films, mais elle prenait plaisir à un film qui lui était entièrement consacré. Au reste dans ce film on pouvait voir son âme, qui était très belle." Philippe Garrel retrouvera la comédienne en 1978 pour Le Bleu des origines dans lequel il filme ses muses avec une caméra à manivelle et en muet. La même année Jean Seberg tente de se jeter sous les rames du métro parisien. Un an plus tard, la comédienne disparait.
Portée disparue le 30 août 1979, son corps est retrouvé 10 jours plus tard, à l’arrière de sa voiture près de son appartement à Paris. Selon le rapport de police, Jean Seberg aurait succombé à une surdose de barbituriques et d'alcool.


Laëtitia Forhan

Ses premiers pas à l'écran

Sainte Jeanne
Sainte Jeanne
1957
Bonjour Tristesse
Bonjour Tristesse
1958
La Souris qui rugissait
La Souris qui rugissait
1959
La Récréation
La Récréation
1960

Ses meilleurs films et séries

À bout de souffle
À bout de souffle
1960
L'Attentat
L'Attentat
1972
Lilith
Lilith
1964
Échappement libre
Échappement libre
1964

Sa carrière en chiffres

21
Années de carrière
0
Récompense
30
Films
0
Série
2
Nominations
11,8 M
Entrées ciné

Genres de prédilection

Drame : 48 %
Comédie dramatique : 24 %
Thriller : 14 %
Policier : 14 %

Ses stats sur AlloCiné

0
Vidéo
13
Photos
4
News
62
Fans

A tourné le plus avec

Maurice Ronet
Maurice Ronet
4 films
Les Oiseaux vont mourir au Pérou (1968), La Route de Corinthe (1967), La Ligne de démarcation (1966), Les Grandes Personnes (1961)
Claude Chabrol
Claude Chabrol
3 films
La Route de Corinthe (1967), La Ligne de démarcation (1966), Les Plus Belles escroqueries du monde (1963)
Commentaires
Voir les commentaires
Back to Top