Notez des films
Mon AlloCiné
    Jean-Pierre Améris
    4 prix sur 24 nominations dans les festivals pour la star Jean-Pierre Améris
    Résultats annoncés

    Festival du Film de Locarno (édition 67)

    2014
    Lauréat Variety Piazza Grande Award dans : Marie Heurtin

    Arras Film Festival (édition 13)

    2012
    Nommé Avant-premières dans : L'Homme qui rit

    De la page à l'image - Festival du film du Croisic (édition 7)

    2012
    Nommé Film d'ouverture dans : L'Homme qui rit
    Lauréat Prix Claude Chabrol dans : L'Homme qui rit
    Nommé Coup de coeur du Public dans : L'Homme qui rit
    Nommé Hublot d'Or de la Meilleure Adaptation dans : L'Homme qui rit
    Nommé Prix Jeune Public de la Meilleure Adaptation dans : L'Homme qui rit

    Festival du Film de Sarlat (édition 21)

    2012
    Nommé Prix du Meilleur Film - Jury jeune dans : L'Homme qui rit
    Nommé Salamandre d'Or - Meilleur Film dans : L'Homme qui rit
    Nommé Prix des Lycéens dans : L'Homme qui rit

    Festival International du Film de Marrakech (édition 12)

    2012
    Nommé Longs métrages - Hors-compétition dans : L'Homme qui rit

    Les Magritte du cinéma (édition 2)

    2012
    Lauréat Meilleur film étranger en coproduction dans : Les Emotifs anonymes

    Mostra de Venise (édition 69)

    2012
    Nommé Longs métrages - Hors-compétition dans : L'Homme qui rit

    Rencontres du Cinéma Francophone en Beaujolais (édition 17)

    2012
    Nommé Avants-premières dans : L'Homme qui rit

    Festival de San Sebastian (édition 59)

    2011
    Nommé "Culinary Zinema" - Cinéma et gastronomie dans : Les Emotifs anonymes

    Festival du Film Rhônalpin (édition 10)

    2011
    Nommé Longs métrages dans : Les Emotifs anonymes

    Tribeca Film Festival (édition 9)

    2011
    Nommé Meilleur long métrage de fiction dans : Les Emotifs anonymes

    Prix du Syndicat Français de la Critique (édition )

    2009
    Lauréat Prix télévision : Meilleure oeuvre de fiction dans : Maman est folle (TV)

    Festival du Film de Sarlat (édition 15)

    2006
    Nommé Avant-premières dans : Je m'appelle Elisabeth

    Festival International Musique et Cinéma (édition 7)

    2006
    Nommé Clé d'Or dans : Je m'appelle Elisabeth

    Festival Jean Carmet des Seconds Rôles (édition 12)

    2006
    Nommé Compétition seconds rôles masculins dans : Je m'appelle Elisabeth

    Festival de Cannes (édition 57)

    2004
    Nommé Un Certain Regard - Prix du Regard vers l'Avenir dans : Poids léger
    Nommé Un Certain Regard - Prix du Regard Original dans : Poids léger
    Nommé Prix Un Certain Regard dans : Poids léger
    Commentaires
    • angelabassompierre
      Le style ma plaît bien, déjà en regardant les "émotifs anonymes", ce fut fin et amusant suivant les scènes et plein de fraîcheur, surtout à la fin avec le mariage des personnages.... Dans "poids léger", c'est énergie et sensibilité, Nicolas Duvauchelle en adulescent, impulsif, par moments violents et ensuite, il devient + sage et construit une histoire d'amour, devient papa et promet de changer et mûrir. Minutie. Pour "Je m'appelle Elisabeth" c'est un beau film d'une petite fille : avec son rêve d'avoir un chien, de vouloir réunir sa famille,... de la voir comme elle est, de saisir comme elle a grandi. Bonne interprétation. j'aime bien... le tout dernier avec Gérard Depardieu et Christa théret en aveugle, elle joue super bien et est jolie, bonne interprète. il a des idées....
    • igmipise
      Je n’avais rien vu de Jean-Pierre Améris pourtant Lyonnais donc compatriote. Il signe là un film attachant qui me rappelle « Robert et Robert » de Lellouch, histoire de deux timides qui se rencontrent par hasard. Le thème est aussi traité dans une pièce de Labiche qui s’appelle d’ailleurs « les deux timides ». Je considère le film de Lellouch comme un de ses meilleurs films. On y retrouve son savoir faire et son humour. Améris n’a pas (pas encore ?) la maîtrise cinématographique de Lellouch : imperfection dans le traitement du scénario, montage et prises de vue banals. Mais le sujet est gentiment traité, sans malice ni lourdeur. Il s’en dégage une sincérité qui émeut tous ceux qui se reconnaitront dans les deux personnages. La prestation des deux acteurs principaux reste convaincante même si la scène du premier baiser est en contradiction avec le sujet et la réalité du comportement des vrais émotifs.
    • jeromasco
      Réalisateur minutieux qui oscille entre télé et ciné sans jamais baisser en qualité, et en plus, un gars très sympa et agréable !
    Voir les commentaires
    Back to Top