Mon AlloCiné
    Jorge Semprún

    État civil

    Métiers Scénariste, Acteur, Dialoguiste plus
    Nationalité Espagnol
    Naissance 10 décembre 1923 (Madrid - Espagne)
    Décès 7 juin 2011 à l'age de 87 ans (Paris - France)

    Biographie

    Jorge Semprun Maura, né à Madrid, est élevé dans une famille de la haute bourgeoisie espagnole. Bien que catholique pratiquant, il soutient la République. Lorsque la guerre civile éclate en Espagne en 1936, la famille Semprun s’exile en France, en Suisse, aux Pays-Bas, puis revient en France en 1939.

    Il commence des études de philosophie et d’histoire à la Sorbonne, mais rejoint vite la Résistance française et adhère en 1942 au Parti communiste d’Espagne (PCE). En septembre 1943, à 19 ans, il est arrêté par la Gestapo et déporté aux camps de Buchenwald où il reste 15 mois. De retour à Paris en 1945 jusqu'en 1952, il devient traducteur auprès de l'Unesco. A partir de 1953, il dirige la coordination de l’action clandestine du PCE sous le pseudonyme de Frederico Sanchez, mais des divergences l’opposent au chef du parti, Santiago Carrillo. En 1964, il est alors exclu du Comité exécutif du PCE.

    Une deuxième vie commence alors, dédiée à l’écriture (en français et en espagnol). Il écrit des récits autobiographiques et de nombreux romans. En 1963, il reçoit le prix Formentor pour Le grand voyage et en 1969, La deuxième mort de Ramon Mercader obtient le prix Femina.

    De 1988 à 1991, Jorge Semprun Maura est Ministre de la culture du Gouvernement espagnol, ce qui ne l'empêche pas de se consacrer à ses activités d'écrivain et de scénariste, ces denières étant d'ailleurs récompensées par de nombreux prix et hommages. En 1994, il reçoit le Prix de la Paix des Editeurs et Libraires allemands. La même année, le Prix Fémina Vacaresco et le Prix Littéraire des Droits de l'Homme lui sont décernés pour L'écriture ou la vie.

    Egalement adaptateur et dialoguiste, Jorge Semprun Maura devient alors le complice au cinéma d’Yves Montand et des réalisateurs Costa-Gavras et Alain Resnais.
    Semprun est notamment l’auteur du Grand voyage (1963) qui raconte la déportation, de Netchaïev est de retour (1991), Adieu, vive clarté (1998), qui est une sorte de bilan de sa vie, et de L’homme européen (2005) avec Dominique De Villepin, alors ministre de l’Intérieur. Il s’est surtout attaché à un travail de mémoire et à la dénonciation de la guerre, en particulier des camps de concentration. En 1988, Jorge Semprun est nommé ministre de la Culture dans le gouvernement socialiste espagnol de Felipe Gonzalez, qu’il quittera en 1991. En 1996, il est élu à l’Académie Goncourt.

    Durant sa carrière dans le cinéma, il participe à l'écriture de seize films dont trois pour la télévision, notamment avec Joseph Losey, Costa-Gavras, Alain Resnais, Pierre Granier-Deferre, Alexandre Arcady, Hugo Santiago ou encore Yves Boisset.

    Avec Alain Resnais, il entretient une relation professionnelle très forte, en commençant avec le film La Guerre est finie, sorti en 1966. Ce film est surement le plus "fluide et linéaire" d'Alain Resnais, sous l'influence de sa première collaboration avec Jorge Semprún. Le réalisateur affirme d'ailleurs à sa sortie : "Si on avait voulu faire un film sur l'Espagne, il aurait mieux valu faire un documentaire ou lancer une campagne de presse. Je veux dire que si le vrai but était là, se réfugier derrière une fiction serait une lâcheté. Ce qui ne signifie pas que la fiction n'ait pas un rôle à jouer. Quand on voit la fureur que ce film a provoqué auprès du ministère de l'intérieur espagnol (qui a exigé que le film soit retiré de la compétition du Festival de Cannes 1966), j'avoue que je suis surpris. Ils auraient normalement dû le laisser passer."
    Le film est un immense succès (international). Le scénario est plus que largement inspiré par la vie de Semprun, qui coordonna de 1953 à 1962 la résistance communiste au régime de Franco avant d'être évincé du parti... Ce film a provoqué la fureur du ministère de l'Intérieur espagnol de l'époque qui obtint son retrait de la compétition cannoise où il avait été sélectionné. La Guerre est finie a cependant réuni près de 800 000 spectateurs en France et obtenu le Prix Louis Delluc.

    Le tandem Resnais-Semprun se reforme en 1974 pour Stavisky, avec Jean-Paul Belmondo et Charles Boyer, qui reçoit un accueil glacial sur les marches cannoises mais attire malgré tout plus d'un million de spectateurs en salles lors de sa sortie. Cependant, à cause de ce score bien inférieur de ses résultats habituels au box- office, Jean-Paul Belmondo décide alors de se recentrer sur des films plus accessibles.

    En 2004, Semprun reçoit le Prix Ulysse pour l'ensemble de son œuvre.

    Il meurt en juin 2011, à l'âge de 87 ans à Paris. Un grand hommage lui est d'ailleurs rendu par ses camarades écrivains et par la classe politique, française et espagnole.

    Ses premiers pas à l'écran

    Objectif 500 millions
    Objectif 500 millions
    1965
    La Guerre est finie
    La Guerre est finie
    1966
    Je t'aime, je t'aime
    Je t'aime, je t'aime
    1968
    Z
    Z
    1969

    Sa carrière en chiffres

    46
    Années de carrière
    0
    Récompense
    20
    Films
    1
    Série
    2
    Nominations
    13,1 M
    Entrées ciné

    Genres de prédilection

    Drame : 56 %
    Documentaire : 17 %
    Thriller : 17 %
    Policier : 11 %

    Ses stats sur AlloCiné

    0
    Vidéo
    1
    Photo
    3
    News
    1
    Fan
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top