Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Richard Quine
Découvrez les meilleurs films et séries TV de Richard Quine
  1. Deux têtes folles
    1

    Deux têtes folles

    Métier : Réalisateur, Producteur
    Il ne reste plus que trois jours à Benson pour remettre un scénario dont il n'a pas écrit une ligne. Il se rend à Paris en espérant que le charme de la ville va l'aider à trouver l'inspiration. A court d'idée, il finit par demander à sa secrétaire de l'aider. Ensemble, ils vont imaginer une série d'histoires dont ils se voient tour à ...
    Voir le synopsis complet
  2. Le Monde de Suzie Wong
    2

    Le Monde de Suzie Wong

    Métier : Réalisateur
    Robert Lomax décide de quitter les Etats-Unis à la fin des années 60 pour partir en Chine. Il souhaite en effet se consacrer à sa passion, la peinture. Là-bas, il rencontre Suzy Wong et il lui demande de devenir son modèle. Robert découvre que Suzy est une prostituée qui envoie l'argent qu'elle gagne à son fils, gardé dans une zone ...
    Voir le synopsis complet
  3. Bande-annonce Du plomb pour l'inspecteur
    3

    Du plomb pour l'inspecteur

    Métier : Réalisateur
    Soupçonnant McAllister et ses hommes d'avoir braqué une banque de la région, le lieutenant Carl Eckstrom décide de surveiller l'appartement de Lona McLane, la maîtresse du gangster. Désigné pour cette mission, Paul Sheridan ne tarde pas à tomber sous la charme de la belle Lona...
    Bande-annonce
  4. Liaisons secrètes
    4

    Liaisons secrètes

    Métier : Producteur, Réalisateur
    Les amours d'un architecte de renom qui hésite entre sa femme et sa maitresse.
  5. Une vierge sur canapé
    5

    Une vierge sur canapé

    Métier : Réalisateur
    Bob Weston, le meilleur journaliste d'un magazine à scandales, Dirt, s'en prend au docteur Helen Gurley Brown, auteur d'un livre à succès, "Le sexe et la femme célibataire", et spécialiste des questions conjugales et amoureuses. Il est bien décidé à démontrer qu'elle n'a pas l'expérience des problèmes dont elle parle et qu'elle est encore vierge.
  6. Bande-annonce Le Bal des cinglés
    6

    Le Bal des cinglés

    Métier : Réalisateur
    Le soldat Hogan est affecté comme planton dans un hôpital. Il tombe amoureux d'une nurse au grade de lieutenant, convoitée par le capitaine Lock. Ce dernier essaie par tous les moyens d'écarter son rival mais sans succès. Joyeux luron et roublard, Hogan organise un immense bal clandestin dans un hôtel dévasté. Grâce à ses relations et à ...
    Voir le synopsis complet
    Bande-annonce
  7. Bande-annonce L'Adorable voisine
    7

    L'Adorable voisine

    Métier : Réalisateur
    New York, un soir de Noël. Une ravissante sorcière souhaite secrètement tomber amoureuse, les femmes de son espèce étant censées n'éprouver aucun sentiment excepté le désir. En l’ensorcelant, elle va mettre le grappin sur son voisin du dessus, un éditeur quinquagénaire sur le point de se marier. Cet amour, au départ peu naturel, ...
    Voir le synopsis complet
    Bande-annonce
  8. Comment tuer votre femme
    8

    Comment tuer votre femme

    Métier : Réalisateur
    Après une nuit d'ivresse, un farouche célibataire se retrouve marié à une jolie Italienne. Ne pouvant divorcer de cette encombrante moitié, il se défoule à travers une bande dessinée où il la tue sans vergogne. Le jour où elle disparait pour de bon, tous les soupçons se portent sur lui...
Commentaires
  • Plume231
    Du plomb pour l'inspecteur (1954) de Richard Quine [img]http://www.notrecinema.com/ima...[/img] Synopsis : Soupçonnant McAllister et ses hommes d'avoir braqué une banque de la région, le lieutenant Carl Eckstrom décide de surveiller l'appartement de Lona McLane, la maîtresse du gangster. Désigné pour cette mission, Paul Sheridan ne tarde pas à tomber sous la charme de la belle Lona... [img]http://image.toutlecine.com/ph...[/img] Critique : Richard Quine est sans conteste un cinéaste énormément surestimé par certains critiques français. En fait, c'est juste un ersatz de Billy Wilder comme l'a prouvé de nombreuses comédies un peu trop sages et comme le prouve aussi ce film noir qui lorgne un peu trop vers "Assurance sur la mort", la puissance en moins, et pas seulement parce qu'il y a Fred MacMurray dans un même type de rôle. L'ensemble n'arrive jamais à se faire vraiment captivant à cause aussi d'une mise en scène un peu trop sage et aussi d'une bande originale un peu trop présente et qui ne sert en rien l'atmosphère (n'est pas Miklós Rózsa qui veut!). Mais à défaut d'être captivant, l'ensemble se laisse vraiment voir en particulier grâce à son couple principal Fred MacMurray-Kim Novak. Cette dernière étant idéale pour incarner la superbe femme fatale qui ne l'est pas tant que cela. Un petit film peu mémorable mais plaisant. Note : 12,5/20 (***) [img]http://image.toutlecine.com/ph...[/img]
  • Plume231
    Ma Soeur est du tonnerre (1955) de Richard Quine [img]http://tcmcinema.fr/films/file...[/img] Synopsis : Deux soeurs, Eileen et Ruth Sherwood, une actrice l'autre écrivain, quittent l'Ohio pour New-York, afin de faire fortune et mener la belle vie. Ne trouvant pas de travail et leurs économies dépensées elles s'apprêtent à rentrer chez elles lorsque elles rencontrent deux gentlemen fort prévoyants... [img]http://www.iletaitunefoislecin...[/img] Critique : Alors le topo est simple et sans originalité : deux soeurs débarquées de leur cambrousse arrivent dans la Grosse Pomme dans le but bien évidemment d'assouvir des ambitions artistiques (c'est toujours moins dangereux que femme de chambre au Sofitel!!!), et bien évidemment (encore!!!) elles vont croiser l'amour. C'est Richard Quine qui est aux manettes, cinéaste un brin surestimé par les historiens du cinéma mais qui assure un bon spectacle mais sans la pétillance d'un Donen ou la finesse d'un Minnelli. Même si c'est Bob Fosse, qui joue un rôle important dans le film (première fois que je le vois en tant qu'acteur!!!), qui assure les chorégraphies elles sont loin d'être renversantes. Quand à l'intrigue avec Jack Lemmon (qui arrive l'exploit de chanter sans bouger les lèvres comme Sheila, sauf que Lemmon a du talent!!!), le cinéaste n'a pas su en exploiter tout le piquant. Reste qu'on voit le premier Jean-Pierre de "Ma Sorcière bien-aimée" (c'est peut-être pas une qualité mais comme je suis super-fan de la série...!!!), il y a la "waouh" grande beauté de Janet Leigh, l'abattage de Betty Garrett, quelques grands moments de comédie et une partie assez osée pour l'époque avec des marins brésiliens qui ne pensent qu'à une partie de jambe en l'air (ça aurait pu fonctionner...non plus de références à l'actualité ça devient lourd!!!). Sympa cette comédie musicale, bien de sa décennie, disons pour une soirée télé. Note : 12/20 (***) [img]http://dodjer.com/uploads/post...[/img]
  • Plume231
    Le Bal des cinglés (1957) de Richard Quine [img]http://www.cinemagora.com/imag...[/img] Synopsis : A la fin de la Seconde Guerre mondiale, dans un hôpital militaire américain de campagne, située non loin du Havre, le soldat Hogan ne peut s'empêcher de faire le malin avec son fusil devant une infirmière fraîchement débarquée, Betty Bixby. La belle ayant le tort d'être officier et Hogan celui d'être mal vu par son supérieur hiérarchique, le capitaine Paul Lock, cette banale entrée en matière déclenche une série de tracas. Hogan, en effet, n'a ni le droit de fraterniser avec un officier ni celui, étant affecté à l'hôpital, de parader avec une arme. Tancé, Hogan décide de rendre à Lock la monnaie de sa pièce en aidant son copain Berryman à organiser un rendez-vous avec sa petite amie... [img]http://s.excessif.com/mmdia/i/...[/img] Critique : J'ai jamais compris pourquoi des critiques, comme Bertrand Tavernier, daignaient parler de Richard Quine en positif alors que celui n'a jamais réussi (enfin du moins de ce que j'ai vu pour l'instant et j'en ai vu pas mal de lui !!!) à s'élever au-dessus du bon sans plus. Ici malgré un scénario riche pour une comédie, dont l'un des auteurs n'est autre que Blake Edwards, on est très loin de l'exception. La mise en scène plate n'arrive jamais à donner de saveur aux rebondissements, et chose encore plus aggravante n'arrive pas parfois à les rendre clairs. Sans parler que le cinéaste n'a pas l'air de savoir que la comédie est aussi une affaire de rythme. Le film tient donc surtout au talent des acteurs en particulier Jack Lemmon et la très charmante Kathryn Grant. Enfin du moins jusqu'aux dernières scènes tournant autour du bal qui là il faut le reconnaître sont charmantes et donnent un véritable intérêt (trop tardif hélàs bien évidemment !!!) à l'ensemble. Bon...ah tiens donc je dois voir un autre Richard Quine prochainement... Note : 9/20 (**) [img]http://images.allocine.fr/r_76...[/img]
  • Plume231
    L'Inquiétante Dame en noir (1962) de Richard Quine [img]http://www.cinemagora.com/imag...[/img] Synopsis : Arrivé récemment à Londres, Bill Gridley, un jeune attaché d'ambassade américain, loue un appartement dont la propriétaire est une mystérieuse jeune femme américaine. Il apprend bientôt que cette dernière est soupçonnée d'avoir assassiné son mari, et qu'il pourrait fort bien devenir sa prochaine victime. Cette menace le troublant beaucoup moins que les charmes de sa propriétaire, Bill met tout en oeuvre pour prouver son innocence. Il découvre que son mari, un voleur notoire, s'était emparé d'un lot de bijoux de valeur... [img]http://image.toutlecine.com/ph...[/img] Critique : De Richard Quine, je n'avais vu jusqu'ici soit du correct, soit du médiocre. Mais là, je dois bien avouer qu'on a affaire à très bon, voir même à du très très bon. Alors ne surtout pas se fier au titre en français car le personnage interprété par Kim Novak, qui n'a jamais fait montre d'une telle pétillance et d'une telle fraîcheur, a tendance à plus être fasciné amoureusement le personnage de Jack Lemmon qu'à l'inquiéter. Réaction que le spectateur comprend facilement puisqu'elle la partage. Le duo formé par les deux acteurs fonctionne très agréablement et Fred Astaire, dans un de ses rares rôles en dehors de la comédie musicale, ajoute un supplément de prestige. L'intrigue policière, qui ne ménage pas le spectateur en rebondissements et est mélangée à beaucoup d'humour, garantit le reste du spectacle. D'autant plus qu'il n'y a aucun temps mort. Gardez-le pour vous mais ce film est très plaisant à regarder. Euh non, finalement vous pouvez le dire à qui bon vous semble. Note : 16/20 (****) [img]http://www.critikat.com/IMG/jp...[/img]
  • Plume231
    Pleins de vie (1956) de Richard Quine [img]http://www.i-italy.org/files/i...[/img] Synopsis : Nick est heureux. Il a pu gagner assez d'argent pour acheter à Emily la petite maison dont ils rêvaient tous les deux et bientôt la jeune femme mettra au monde un héritier. Emily ne sait trop si elle doit se réjouir. Elle hésite entre la satisfaction et l'anxiété devant un avenir trop aisément prévisible. L'effondrement du plancher, dévoré par les termites, lui offre de plus tangibles soucis. Pour réparer les dégâts, Nick fait appel à son père, un vieux maçon italien qui a des idées précises sur tout et entend bien les faire partager à toute sa famille... [img]http://www.wtv-zone.com/lumina...[/img] Critique : Alors que j'attendais à une comédie familiale bien-pensante et donc sans intérêt, on a plutôt affaire à une gentille histoire simple avec des personnages simples qui se regarde peut-être sans passion mais pas parfois sans plaisir. On a affaire un portrait assez réaliste tout en oubliant pas d'être chaleureux d'un couple d'américains moyens de la fin des années 50 avec son lot d'événements banals comme les réparations de la maison ou l'arrivée du bébé. Il y a peut-être le côté religieux qui est un peu agaçant mais le film est sans mièvrerie et le couple Judy Holliday-Richard Conte fonctionne bien. Allez un beau petit film. Note : 13/20 (***) [img]http://acertaincinema.com/work...[/img]
  • Plume231
    Train, amour et crustacés (1959) de Richard Quine [img]http://cinemaffiche.com/images...[/img] Synopsis : Etablie dans le Maine avec ses enfants, une femme veuve depuis peu refuse de se laisser abattre par le destin. Grâce à son fort tempérament, elle remonte ses manches pour subvenir à ses besoins. Ayant flairé un réel marché, elle se lance dans le commerce du homard. Ses affaires commencent à prospérer mais une importante commande est détruite suite à une négligence de la compagnie ferroviaire. Outrée par l'attitude désinvolte et misogyne de Harry Foster Malone, le responsable des dégâts, elle s'en remet à George, un vieil ami avocat... [img]http://www.themoviescene.co.uk...[/img] Critique : Avec un tel sujet, tiré en plus d'un véritable fait divers, il y avait de quoi faire un massacre. Il est certain qu'entre les mains d'un cinéaste de génie comme Billy Wilder, on aurait eu le droit à une satire très drôle et piquante. Mais ce n'est pas Billy Wilder qui a réalisé le film, c'est un cinéaste beaucoup plus sage et conventionnel du nom de Richard Quine, qui est capable du très bon (L'Inquiétante Dame en Noir !!!) comme du très mauvais à l'instar de ce film. La présence au casting de Doris Day dans le rôle principal laisse présager quelque chose de très gentillet, c'est pire encore c'est niais. Les gentils sont très gentils, les méchants, enfin le méchant plutôt, finissent par être très gentils aussi. Bref ce n'est pas la Société américaine mais l'Île aux enfants. Jack Lemmon est coincé dans un personnage limité et fait tout ce qui peut pour se rendre intéressant. L'absence de rythme et de rebondissements croustillants achèvent de rendre le tout barbant. Sans intérêt. Note : 4/20 (*) [img]http://farm5.static.flickr.com...[/img]
  • AMCHI
    on sent le gros fan de Quine :lol:
  • Plume231
    Disons que c'est un cinéaste assez inégal qui a souvent des sujets en or mais qui est loin de savoir en exploiter toute la richesse.
  • AMCHI
    [img]http://cinemaffiche.com/images...[/img] Je ne suis pas un grand fan des films gentillets et niais mais j'aime bien les comédies légères avec Doris Day qui ont charme désuet et bon enfant qui nous mettent de bonne humeur mais ici si Trains, amours et crustacés est effectivement gentillet et niais force est de constater que cette comédie et avant tout très mauvaise entre une absence totale de rythme dans la mise en scène et des situations fort pauvres en quiproquos humoristiques ce film aurait du s'intituler "Trains, ennuis et crustacés". Le seul point positif la pétillante Doris Day et l'amusant Jack Lemmon. 1 étoile [img]http://tcmcinema.fr/wp-content...[/img]
  • Plume231
    Le Prisonnier de Zenda (1979) de Richard Quine [img]http://www.cinemotions.com/dat...[/img] Synopsis : Le vieux roi de Ruritanie tombe du panier d'une montgolfière directement dans une fontaine où il se noie. Son fils aîné et successeur légitime, Rudolph, est alors enlevé par Michael, son propre frère et ambitieux duc de Zenda, qui le retient enfermé. Dans le même temps, deux amis de Rudolph, les loyalistes Sapt et Fritz, font connaissance, à Londres, de Sidney Frewin, le parfait sosie du prince emprisonné... [img]http://www.cinereves.com/photo...[/img] Critique : Sixième adaptation du "Prisonnier de Zenda" au cinéma sauf qu'à la différence des cinq précédentes autres celle-ci est une parodie. Comme dans "Docteur Folamour" ou "La Souris qui rugissait", Peter Sellers assume plusieurs rôles, trois en fait dont bien sûr ceux des jumeaux. La mise en scène est assuré par l'inégal Richard Quine. Le résultat est souvent poussif et sans surprise mais ça se laisse regarder, sans plaisir particulier mais aussi sans déplaisir, disons que ça se regarde. Sans être aussi génial qu'il pouvait l'être, Sellers fait bien son boulot et parvient de temps en temps à faire décrocher un sourire ou un petit éclat de rire. Pas déshonorant mais à titre d'exemple la partie de "La Plus Grande Course autour du Monde" de Blake Edwards parodiant la même histoire était plus drôle et originale. A voir pour les fans de Peter Sellers en fait. Note : 9/20 (**) [img]http://www.petersellersappreci...[/img]
  • Plume231
    A Talent for Loving (1969) de Richard Quine [img]http://img7.imageshack.us/img7...[/img] Synopsis : Le major Patten est un homme qui ne s'en laisse pas compter. Déjà propriétaire de terres, âprement gagnées autour d'une table de poker, il entend bien agrandir encore son domaine. C'est chose désormais possible. Patten projette, en effet, d'épouser Maria, la fille du très riche don Jose Vicuna. Ce qu'il ne sait pas, c'est que la famille de notables a été maudite par le peuple aztèque. Tous les descendants sont condamnés à devenir les esclaves de la passion la plus dévorante. Une condition, toutefois, rend la chose pernicieuse : ce n'est qu'après la première étreinte que le maléfice doit s'accomplir... [img]http://programme-tv.premiere.f...[/img] Critique : Un western parodique volontiers loufoque qui vaut pour son casting, en particulier la présence étonnante de Richard Widmark, et pour son pitch de départ à savoir une malédiction à base de nymphomanie qui est peut-être très agréable si la victime est une belle femme et qu'on la croise. On ne s'ennuie pas mais le scénario est franchement trop laborieux pour qu'on soit emporté par une vague sans fin, qui dure 105 minutes, de rires. Pour les fans de Richard Widmark et pour ceux qui ne veulent pas se prendre la tête. Note : 8,5/20 (**)
  • AMCHI
    [img]http://pics.filmaffinity.com/A...[/img] Mais qu'est venu faire Richard Widmark dans cette purge qui ce veut être une comédie devant le ratage les producteurs ne sortirent même pas le film au cinéma. Une comédie méconnue qui ne mérite pas de sortir de l'ombre. Au bout de 10 minutes j'ai abandonné, j'ai sauté pas mal de passage de A Talent for Loving mais je me suis arrêté quelques instants pour voir la ravissante Caroline Munro dans une petite apparition. 0 étoile
  • AMCHI
    [img]http://www.critikat.com/IMG/jp...[/img] La filmographie de Richard Quine est très inégale, il a beau avoir eu souvent des comédiens de talent dans ses films pourtant ses films en manquait grandement mais avec L'Inquiétante dame en noir il en est tout autrement. Très agréable et délicieuse comédie qui n'est pas sans rappeler le style de Billy Wilder, scénarisé par Blake Edwards est un bon mélange de polar et d'humour avec des acteurs talentueux Jack Lemmon, un véritable grand comique, la ravissante Kim Novak (il est difficile de laisser seule une telle veuve) et Fred Astaire qui semble s'amuser ici. Bien rythmé par diverses situations comiques et finissant avec un final hilarant voici une comédie plus que recommandable. J'ai toujours aimé les comédies policières et ce n'est pas L'Inquiétante dame en noir qui me fera changer d'avis sur le genre. [img]http://r21.imgfast.net/users/2...[/img]
Voir les commentaires
Back to Top