Notez des films
Mon AlloCiné
    Claude Sautet

    État civil

    Métiers Scénariste, Réalisateur, Assistant réalisateur plus
    Nationalité Français
    Naissance 23 février 1924 (Montrouge - France)
    Décès 22 juillet 2000 à l'age de 76 ans (Paris - France)

    Biographie

    Claude Sautet est très tôt été attiré par l'art sous toutes ses formes (sculpture, peinture, comédie, musique, etc.). Jeune homme, il décide d'exercer un métier dans ce domaine. Il est d'ailleurs quelque temps critique musical pour le journal Combat. Son goût pour le cinéma, il le cultive aux côtés de sa grand-mère, et c'est tout naturellement qu'il entre à l'IDHEC (la FEMIS actuelle).

    Exceptée une expérience avec Claude Autant-Lara (septième assistant sur Occupe-toi d'Amélie en 1949), Claude Sautet ne débute sa carrière dans le cinéma qu'en 1955, avec Bonjour sourire, une comédie avec Jean Carmet, Annie Cordy et Louis De Funès. Mais ce premier film passe inaperçu, et il lui faudra attendre 1960 et Classe tous risques pour être reconnu comme un metteur en scène important dans le cinéma français, alors en pleine Nouvelle Vague. Ce film marque la rencontre de Jean-Paul Belmondo, auréolé de son succès dans A bout de souffle et Lino Ventura, pour qui Sautet avait écrit (avec Jean Redon et Frédéric Dard) Le fauve est lache (Maurice Labro, 1959). Le public et la critique sont au rendez-vous, et célèbrent Sautet.

    Son troisième long métrage, L' Arme à gauche (1964) ne connut pas la même fortune, et le plongea dans une période de doute douloureuse, mais féconde. Il en ressortira grandi. Aidé de Jean-Loup Dabadie au scénario, Claude Sautet impose sa patte si caractéristique, faite d'attention méticuleuse aux détails, d'intrigues ciselées et de personnages forts. Il entame alors sa période la plus riche avec Les Choses de la vie (1969). Sautet enchaîne ensuite cinq films parmi les plus aboutis de son auteur : Max et les Ferrailleurs (1971), César et Rosalie (1972), Vincent, Francois, Paul et les autres (1974), Mado (1976) et Une histoire simple (1978). Durant cette période faste, Claude Sautet ne se pas contente de mettre en scène. Fidèle à sa réputation de "script-doctor" (il dépanne les scénaristes en mal d'inspiration). Il est ainsi collaboré à Peau de banane (1963) de Marcel Ophuls, Echappement libre (Jean Becker, 1964), La Vie de chateau (1965), Borsalino 1970 de Jacques Deray et plus tard à Mon ami le traïtre 1988 de José Giovanni. Ses talents de scénariste trouvent dans Les Yeux sans visage 1959 de Georges Franju l'occasion de se déployer et de réaliser des prouesses.

    Malgré le succès, Claude Sautet a l'impression d'être prisonnier de son esthétique. Il cherche un second souffle. Il le trouve le temps d'un film, Un mauvais fils (1980), dans lequel il réunit Patrick Dewaere et Jacques Dufilho. Nimbé de la musique de Philippe Sarde, le film permet à Sautet de s'écarter de l'univers de ses précédentes réalisations. Un univers qu'il réintègre avec Garçon ! (1983), une oeuvre que le metteur en scène avoue ne pas beaucoup apprécier. Sautet aurait-il signé le film de trop ? Le réalisateur le croit et doute, une fois encore.

    Sautet fait alors la connaissance de Jacques Fieschi, remarqué pour son travail sur Police (1985) de Maurice Pialat. Le scénariste insuffle un vent frais au cinéma de maître qui se croyait trop vieux, usé. Ragaillardi, il réalise Quelques jours avec moi (1988) et Un coeur en hiver (1992). En 1995, Claude Sautet met en scène Nelly et Monsieur Arnaud, qui fait figure de film-testament. Cheveux blancs, barbe taillée, Michel Serrault y apparaît comme un double du réalisateur. La mélancolie et la retenue de Monsieur Arnaud sont celles d'un Sautet qui a baissé le masque, n'ayant plus honte d'exposer ses propres démons au grand jour. Nelly & Monsieur Arnaud parachève l'oeuvre du cinéaste et apparaît comme son testament.

    Ses premiers pas à l'écran

    Paris chante toujours
    Paris chante toujours
    1952
    Le Huitième art et la manière
    Le Huitième art et la manière
    1952
    Les Révoltés de Lomanach
    Les Révoltés de Lomanach
    1954
    Les Hommes ne pensent qu'à ça
    Les Hommes ne pensent qu'à ça
    1954

    Ses meilleurs films et séries

    Un mauvais fils
    Un mauvais fils
    1980
    Les choses de la vie
    Les choses de la vie
    1970
    Un coeur en hiver
    Un coeur en hiver
    1992
    Une Histoire Simple
    Une Histoire Simple
    1978

    Sa carrière en chiffres

    43
    Années de carrière
    5
    Récompenses
    35
    Films
    0
    Série
    24
    Nominations
    76 M
    Entrées ciné

    Genres de prédilection

    Drame : 35 %
    Comédie : 26 %
    Policier : 23 %
    Romance : 16 %

    Ses stats sur AlloCiné

    2
    Vidéos
    20
    Photos
    7
    News
    134
    Fans

    A tourné le plus avec

    Michel Piccoli
    Michel Piccoli
    5 films
    Mado (1976), Vincent, François, Paul et les autres (1974), César et Rosalie (1972), Max et les Ferrailleurs (1971), Les choses de la vie (1970)
    Romy Schneider
    Romy Schneider
    5 films
    Une Histoire Simple (1978), Mado (1976), César et Rosalie (1972), Max et les Ferrailleurs (1971), Les choses de la vie (1970)
    Un mauvais fils (1980), Mado (1976), Max et les Ferrailleurs (1971), Les choses de la vie (1970)
    Yves Montand
    3 films
    Garçon! (1983), Vincent, François, Paul et les autres (1974), César et Rosalie (1972)
    Garçon! (1983), Mado (1976), Max et les Ferrailleurs (1971)
    Commentaires
    • Philcroc
      Un de mes réalisateurs français préféré. Il nous manque encore !
    • brunodinah
      Voici posté sur le lien Allociné des "Choses de la vie", ma critique publié dans les commentaires du film. Pour ceux que ça intéresse.Sinon, un réalisateur atypique français qui fait toujours parler de lui. Un style et une patte braisoyante qui fait toujours ressortir l'actualité politique sociétale dans une verve incomparable. Parfait !
    • leon&levieuxfusil
      un de mes réalisateurs préférés !!
    Voir les commentaires
    Back to Top