Mon AlloCiné
Jean Hersholt
facebookTweet
Métier Acteur
Nationalité Américain
Naissance 12 juillet 1886 (Copenhague, Danemark)
Décès 2 juin 1956 à l'age de 69 ans (Hollywood, Californie - Etats-Unis)
31
ans de carrière
15
films et séries tournés
1
prix

Filmographie

A l'ombre des potences
A l'ombre des potences
23 septembre 1955
Heidi
Heidi
Date de sortie inconnue
Seventh heaven
Seventh heaven
Date de sortie inconnue
La Marque du vampire
La Marque du vampire
Date de sortie inconnue
Les Hommes en blanc
Les Hommes en blanc
Date de sortie inconnue
Les Invités de huit heures
Les Invités de huit heures
23 février 1934
Emma
Emma
Date de sortie inconnue
La Bête de la cité
La Bête de la cité
Date de sortie inconnue
Toute sa filmographie Ses meilleurs films / séries
Commentaires
  • Plume231
    Mes petits (1932) de Clarence Brown [img]http://rpmedia.ask.com/ts?u=/w...[/img] Synopsis : A la mort de leur mère, Frederick Smith engage Emma Thatcher comme gouvernante pour ses trois enfants. Les enfants grandissent et Frédérick s'enrichit. Il finit par demander la main d'Emma mais meurt soudainement. Dans son testament, l'intégralité de sa fortune lui est légué, ce qui sème le trouble entre elle et les enfants... [img]http://www.cinemotions.com/dat...[/img] Critique : Un petit film très court (même pas 70 minutes!) qui se révèle une petite découverte intéressante. Intéressante par le côté extrêmement concis avec lequel le réalisateur Clarence Brown accumule les rebondissements et par son actrice principale très talentueuse Marie Dressler. Cette dernière donne une saveur particulière à certaines scènes comme celle de l'avion, de la barque ou encore de la pelote de laine qui sont d'une très grande drôlerie. Mais le dévouement absolu et en toute circonstance dont fait preuve son personnage est peu crédible toute comme l'est la fin guère convaincante. L'ensemble reste quand même largement au-dessus du correct d'autant que Dressler est très bien entourée notamment par Jean Hersholt et surtout Myrna Loy qui joue très bien une petite garce. Une belle curiosité. Note : 12,5/20 (***)
  • Plume231
    Les Hommes en blanc (1934) de Richard Boleslawski [img]http://cinememory.free.fr/phot...[/img] Synopsis : Un jeune médecin dévoué, fait passer ses patients avant tout, ce qui déplaît fortement à sa fiancée. Il a bientôt une liaison avec une jolie infirmière qui partage sa passion pour la médecine... [img]http://www.classicmoviefavorit...[/img] Critique : Un mélodrame médical très conventionnel mais quand même audacieux quand on sait qu'il est sorti peu de temps après la mise en application du très rigide Code Hays. Bien sûr, Clark Gable joue le rôle du médecin hyper-compétent qui accomplit dix miracles minimum par jour et qui voit son brillant avenir menacé. Myrna Loy joue bien évidemment la fiancée qui préfère un avenir rangé à un avenir risqué. Reste que si le couple fonctionne très bien, comme ce sera souvent le cas autrement, ils se font considérablement taillader la part du lion par Jean Hersholt, look à la Léon Trotsky, qui s'en donne à coeur joie dans le rôle du vieux médecin qui ne vit que pour son métier. Pas exceptionnel mais à voir éventuellement. Note : 12/20 (***) [img]http://i282.photobucket.com/al...[/img]
  • Plume231
    The Younger Generation (1929) de Frank Capra [img]http://www.dawtrina.com/person...[/img] Synopsis : Morris Goldfish, issu d'une pauvre famille juive de Lower East Side, n'a qu'une ambition, s'intégrer à la haute société new-yorkaise. Il y parvient en épousant une fille de bonne famille et en devenant antiquaire sous le nom de Maurice Fish. Tout à sa gloire nouvelle, il n'a cure de la déception de sa jeune soeur, Birdie, qui voulait épouser Eddie, un ami d'enfance, compositeur de chansons sans succès, pas plus que du déracinement de son vieux père, obligé de suivre son fils Park Avenue. La mise en accusation d'Eddie, à qui l'on reproche une complicité imaginaire dans un hold-up, menace sa nouvelle et brillante situation. Il n'hésite pas à désavouer sa soeur... [img]http://www.eeweems.com/capra/_...[/img] Critique : Premier film parlant de Frank Capra, enfin pas tout à fait car il n'est pas entièrement parlant. Ce que l'on peut dire sur cette opposition entre un frère et une soeur aux conceptions de vie totalement différentes, un peu comme dans le magnifique "Le Moulin sur la Floss" de George Eliot sauf que cela se passe dans le milieu juif new-yorkais, c'est que ça ne fait pas dans la grande finesse. Au contraire, Capra nous sort l'artillerie lourde pour ce qui ne demandait que délicatesse. L'ensemble est trop manichéen et trop démonstratif pour vraiment convaincre. L'accent est trop mis notamment sur le côté vraiment odieux du frère alors que s'il avait été traité par l'aspect de quelqu'un qui veut à ce point réussir qu'il en oublie malgré lui le bien-être de ses proches, comme ça l'aurait pu facilement l'être, le film aurait gagné en émotion et rendu ce personnage en dépit, ou grâce à ses défauts, attachant. La fin quand à elle atteint un beau ridicule. Un de plus faibles films du réalisateur qui gagnera heureusement par la suite un peu plus de finesse dans le genre du drame. Note : 8/20 (**) [img]http://1.bp.blogspot.com/-FtMe...[/img]
  • Plume231
    Coeurs brisés (1935) de Philip Moeller [img]http://www.cinema-francais.fr/...[/img] Synopsis : Leur vieux professeur, Thalma, les a présentés l'un à l'autre. Entre Franz Roberti, le chef d'orchestre auréolé par la célébrité, et Constance Dane, une jeune compositrice inconnue, le coup de foudre a été immédiat et le mariage presque aussi rapide. Un malentendu brise le couple. Quoiqu'innocent de la présomption d'adultère qu'une rencontre de hasard fait peser sur lui, Franz ne se tire de la situation que par un mensonge. Constance le quitte et poursuit sa carrière sous un pseudonyme. Trop fier pour tenter de retenir sa femme, Franz part en Europe, pour une tournée de concerts. Une fête de nouvel an les remet face à face. Franz demande à Constance de revenir près de lui... [img]http://furglamor.files.wordpre...[/img] Critique : Ce film est à voir pour ceux qui veulent la preuve qu'une réalisation totalement plate peut ruiner entièrement un scénario avec un très fort potentiel émotionnel, de raffinement et de lyrisme ; sans oublier un bon casting qui est loin de manquer de prestige. Aucune émotion, aucun raffinement, aucun lyrisme, rien de passionnant, aucune originalité, il vaut mieux pas penser ce qu'un Max Ophüls aurait réussi à tirer d'un tel potentiel. La force que l'on aurait pu tirer des deux protagonistes et le supplément de subtilité qui aurait pu venir d'une galerie de personnages secondaires bien exploitée sont aux abonnés absents. Un film raté et ennuyeux. Note : 6/20 (*) [img]http://furglamor.files.wordpre...[/img]
Voir les commentaires
Back to Top