Mon AlloCiné
Ann Todd
facebookTweet
Métier Actrice
Nationalité Britannique
Naissance 24 janvier 1909
Décès 6 mai 1993 à l'age de 84 ans
45
ans de carrière
13
films et séries tournés
1
nomination

Filmographie

La guerre des otages
La guerre des otages
10 juin 1981
90 Degrees in the Shade
90 Degrees in the Shade
Date de sortie inconnue
Le Fils du Capitaine Blood
Le Fils du Capitaine Blood
7 septembre 1962
Hurler de peur
Hurler de peur
Date de sortie inconnue
Temps sans pitié
Temps sans pitié
Date de sortie inconnue
Le Mur du son
Le Mur du son
10 octobre 1952
Madeleine
Madeleine
Date de sortie inconnue
Les Amants passionnés
Les Amants passionnés
Date de sortie inconnue
Toute sa filmographie Ses meilleurs films / séries

Photos

Commentaires
  • Plume231
    test
  • Plume231
    Madeleine (1950) de David Lean [img]http://static.omdb.si/posters/...[/img] Synopsis : Glasgow, 1857. Madeleine Smith, une jeune fille aussi séduisante que passionnée, est la maîtresse d'un Français sans le sou, Emile L'Anglier. Emile aimerait que sa belle le présente à son père, mais celui-ci, un bourgeois rigide et tyrannique, a promis sa fille à un homme de son milieu, Minnoch. Madeleine ne voit qu'une solution : la fuite ; mais son amant s'oppose à ce projet. Par dépit, elle accepte de se fiancer à Minnoch. Emile enrage. Il tente de la faire chanter et meurt empoisonné... [img]http://t0.gstatic.com/images?q...[/img] Critique : Pas un grand David Lean, d'ailleurs c'est le moins bon film du réalisateur que j'ai vu jusqu'ici (et sachant que je les ai presque tous vu, c'est pour vous dire que c'était un très très très grand réalisateur!!!). Le sujet du film aurait pu très bien donné lieu à un portrait féroce de la bourgeoisie mais comme c'était pas le genre de Lean donc passons... Alors techniquement l'ensemble du film, à l'instar des autres oeuvres du cinéaste, est plutôt très soigné, même si on peut regretter une mauvaise transparence lors de la scène à cheval sur la plage indigne du metteur en scène de la séquence magnifique du cimetière dans "Les Grandes Espérances" ou des somptueux plans du désert dans "Lawrence d'Arabie", mais elle manque un peu d'audace si ce n'est deux heureuses exceptions : lors d'un plan dans le tribunal la caméra adopte le point de vue subjectif de l'accusée regardant les chaussures du procureur pendant qu'il fait sa plaidoirie et la dernière scène très ambigüe laissant sur une interrogation. On peut déplorer aussi que même si la figure centrale du film est bien évidemment la supposée meurtrière les personnages secondaires, mise à part l'amant, ne soient pas plus approfondis en particulier le fiancé et le père autoritaire. Mais le sens du spectacle du réalisateur ne pouvant décidément pas être mis en défaut, le film tiré d'une histoire vraie est prenant du début jusqu'à la fin. De plus, Ann Todd (qui habituellement n'est pas ma tasse de thé!!!) est parfaite dans le rôle-titre. Allez à voir parce que David Lean est un cinéaste si exceptionnel (peut-être pas là c'est sûr!!!) qu'il mérite qu'on cherche à voir sa filmo complète. Note : 14/20 (***) [img]http://www.davidlean.com/Filmo...[/img]
  • Plume231
    Le Mur du son (1952) de David Lean [img]http://www.rarefilmposters.com...[/img] Synopsis : John Ridgefield est un riche magnat du pétrole qui, en tant que propriétaire d'une usine de construction aéronautique, conçoit également des avions. Tony Garthwaite, pilote d'essai, ancien pilote de chasse pendant la Seconde Guerre mondiale, est employé par Ridgefield après son mariage avec Susan, la fille de ce dernier. Les tensions entre le magnat et sa fille, présentes depuis la mort du frère de Susan lors d'un vol effectué sous l'impulsion de son père, sont accentuées lorsque Garthwaite effectue des essais de vol dangereux dans un nouveau prototype qui doit franchir le Mur du son... [img]http://t2.gstatic.com/images?q...[/img] Critique : Peut-être l'oeuvre la plus méconnue de David Lean et aussi la moins réussie. Je suis loin d'être un très grand passionné d'aviation à part pour "Wings" de William A. Wellman qui déchire, "Seuls les anges ont des ailes" d'Howard Hawks et "L'Etoffe des héros" de Philip Kaufman qui parle aussi du Mur du Son mais disons que le film se regarde avec intérêt en particulier grâce à des scènes de vol réalisées de manière réaliste et efficace avec toute la grande rigueur dont le cinéaste savait faire preuve. En revanche, le personnage de magnat jusqu'au boutiste interprété par Ralph Richardson qui aurait pu être passionnant est trop arbitrairement développé et (cela me fait beaucoup de dire ne serait-ce un peu mal de quelqu'un qui est né aussi un 19 décembre, oui je sais ça veut rien dire!!!) l'acteur a tendance à en faire parfois un peu trop. Reste un beau spectacle mis en scène de façon soutenue, en particulier la seconde partie, et qui ne manque pas de beaux moments d'intensité (dont fait partie quelques petites scènes au sol!!!). Ca y est, j'ai toute la filmo de Lean et bilan global ça va du bon jusqu'à véritable monument cinématographique. Pas un seul mauvais film, David Lean était un grand, un géant, un génie. Note : 13,5/20 (***) [img]http://rhapsody2000.free.fr/im...[/img]
  • Plume231
    Temps sans pitié (1956) de Joseph Losey [img]http://media.paperblog.fr/i/41...[/img] Synopsis : David Graham a tout gâché, sa vie, noyée dans l'alcool, son talent d'écrivain, perdu dans de mauvais livres, et son fils, Alec, qui sera exécuté demain pour le meurtre de sa petite amie. Bourrelé de remords, David est décidé à faire éclater l'innocence de son garçon, dont il est le seul à ne pas douter. Aussi débarque-t-il à Londres et se rend-il directement sur les lieux du drame, l'appartement de la famille Standford. Très vite, il est intrigué par le comportement, brutal et tyrannique, de Robert Standford... [img]http://findepartie.hautetfort....[/img] Critique : A la question : est-ce que un film peut entièrement tenir sur son personnage principal et sur l'acteur qui l'interprète ??? "Temps sans pitié" est une très bonne preuve que oui. Le scénario n'est pas d'une très grande originalité et il ne faut pas longtemps pour saisir tous ses tenants et aboutissants. Techniquement, c'est plat. Joseph Losey n'apparaissait pas dans ce domaine comme le meilleur choix (difficile de ne pas penser à ce qu'aurait pû faire par exemple un brillant technicien comme Carol Reed avec un tel sujet !!!), ni dans le domaine narratif d'ailleurs puisque le suspense potentiel de l'histoire est hélàs très loin d'être maîtrisé en rien arrangé par une BO trop omniprésente. Et Leo McKern en fait trop dans le registre "gros fumier violent". Donc en conclusion si ce film fragile tient malgré tout c'est grâce à sa petite originalité : la vie qui doit être absolument sauvée ne peut l'être que par un anti-héros total ne pouvant pratiquement que compter sur lui-même alors que c'est soit un alcoolique en manque, soit un alcoolique saoul, incarné brillamment par l'excellent Michael Redgrave. Note : 12/20 (***) [img]http://t0.gstatic.com/images?q...[/img]
Voir les commentaires
Back to Top