Mon AlloCiné
Dennis Price
facebookTweet
Métier Acteur
Nationalité Britannique
Naissance 23 juin 1915
Décès 6 octobre 1973 à l'age de 58 ans
29
ans de carrière
46
films et séries tournés

Filmographie

Quartier de femmes
Quartier de femmes
Date de sortie inconnue
Son of Dracula
Son of Dracula
Date de sortie inconnue
La Griffe de Frankenstein
La Griffe de Frankenstein
Date de sortie inconnue
Dracula, prisonnier de Frankenstein
Dracula, prisonnier de Frankenstein
Date de sortie inconnue
Pulp
Pulp
Date de sortie inconnue
The Adventures of Barry McKenzie
The Adventures of Barry McKenzie
Date de sortie inconnue
L'Héritière de Dracula
L'Héritière de Dracula
Date de sortie inconnue
Toute sa filmographie Ses meilleurs films / séries

News

Jim Carrey réalisateur ?
NEWS - Tournages
dimanche 25 novembre 2001
Commentaires
  • Plume231
    Divin dans "Noblesse oblige"
  • Plume231
    Victim (1961) de Basil Dearden [img]http://www.fundaciondoctordepa...[/img] Synopsis : Dans la puritaine Angleterre, qui réprime l'homosexualité comme un crime, Jack Barrett, un jeune gay, met fin à ses jours pour échapper à un odieux chantage. Melville Farr, un célèbre avocat, lui-même homosexuel refoulé, entreprend de démasquer les maîtres chanteurs à l'origine de cette tragédie. Mais naturellement, la pression sociale est bien trop forte pour que quiconque ose témoigner contre ces derniers. L'avocat prend alors une décision courageuse : il décide de leur tendre un piège, au risque de briser sa carrière, son mariage et sa réputation... [img]http://www.cinemotions.com/dat...[/img] Critique : Il était un temps, pas si lointain que cela, où aussi consternant que ça puisse paraître l'homosexualité était considéré comme un crime par la loi. "Victim" est le premier film anglais à dénoncer l'idiotie de cette dernière, le tout avec un très grand tact. Tout n'est pas noir de chez noir, la femme du personnage principal (incarnée par Sylvia Sims qui a un petit air de Micheline Presle!!!) le soutient en toute connaissance de cause, son secrétaire le juge sur son intégrité dans le travail et non pas sur son orientation sexuelle et le commissaire de police préférerait s'occuper plutôt des véritables criminels. Bien sûr l'intolérance règnait (et règne toujours un peu!!!) hélàs soit du bout des lèvres, soit à travers des actes dont le chantage. C'est ce dernier qui occupe d'ailleurs le centre du film. Impeccablement réalisé par Basil Dearden et interprété, en particulier par Dirk Bogarde, qui était un acteur qui aurait pu être victime d'un chantage aussi dans la vraie vie, ce film est un témoignage historique inestimable et une oeuvre courageuse. J'ai lu avec plaisir sur Internet (merci Wikipédia!!!) que c'est en partie ce film qui a permis la dépénalisation de l'homosexualité six ans plus tard en Angleterre (les français étant exceptionnellement en retard sur les anglais cette fois-là, si on excepte aussi le droit de vote des femmes, l'abolition de la peine de mort sans parler du mariage homosexuel pas encore autorisé (connaissant l'intelligence humaniste et prophétique de nos chers dirigeants, les homosexuels français peuvent espérer pouvoir se marier en 2922!!!), etc... la dépénalisation n'a eu lieu que quinze ans plus tard!!!). Donc un indispensable de chez indispensable. Note : 16/20 (****) [img]http://www.cinemotions.com/scr...[/img]
  • Plume231
    Après moi le déluge (1959) de John Boulting [img]http://www.bollycircle.com/wp-...[/img] Synopsis : Le naïf Stanley Windrush revient de la guerre avec une seule ambition : réussir dans les affaires. Cependant, à sa grande consternation, il s'aperçoit bien vite qu'il lui faut démarrer au bas de l'échelle et gravir les échelons un par un pour arriver à ses fins, et qu'aussi bien la direction que les syndicats se servent de lui dans leur lutte pour le pouvoir... [img]http://andrewsidea.files.wordp...[/img] Critique : Comédie culte chez nos chers ennemis héréditaires de l'autre côté de la Manche, ce film est bien évidemment totalement inconnu dans notre cher hexagone et sur les 65 millions de ses habitants je dois être un des seuls à l'avoir vu. Ce film confirme que les anglais ont la suprématie pour ce qui est des comédies à arrière-fond social. Ici c'est le monde de l'industrie qui est égratigné. Les ouvriers ne pensent qu'à en faire le moins possible, les syndicalistes sont syndicalistes quand ça les arrange, les chefs de service sont trouillards et les grands industriels tirent les ficelles de tout cela. A noter une scène qui vous dégoutera à jamais de la pâtisserie industrielle. Côté interprétation, Ian Carmichael en Stakhanov bien malgré lui est excellent, Liz Fraser est très mignonne, on a plaisir à voir les silhouettes connues de Margaret Rutherford, Dennis Price, Terry-Thomas et Richard Attenborough, mais c'est surtout Peter Sellers, énorme en chef syndicaliste, qui emporte le morceau. Il manque juste un trait de finesse à la "Noblesse oblige" ou à "De l'or en barres" pour en faire une véritable grande comédie mais il faut savoir se contenter de ce que l'on a, et c'est déjà pas mal franchement. Note : 14,5/20 (***) [img]http://andrewsidea.files.wordp...[/img]
  • Plume231
    Venus in Furs (1969) de Jesús Franco [img]http://www.radioapplepie.org/c...[/img] Synopsis : Jim Logan, un trompettiste de jazz, se promène sur une plage pour tenter d'y trouver l'inspiration. Là, il découvre le cadavre d'une jeune femme, visiblement victime d'un meurtre. Il se souvient aussitôt avoir rencontré la défunte la veille, lors d'une soirée au cours de laquelle elle avait subi les ardeurs de son hôte et de deux de ses amis... [img]http://ferdyonfilms.com/Venus%...[/img] Critique : Mon ticket d'entrée dans l'univers de Jesús Franco, bon elle est où la sortie ??? Alors quand on réalise un film, le mieux c'est de s'assurer d'abord qu'il y a un scénario car voir juste James Darren qui se prend pour Louis Armstrong entrecoupé d'images osées... pour l'époque et sans queue ni tête (sans mauvais jeu de mots!!!) pendant une heure et demie ça devient très vite endormant. D'ailleurs si l'autre ne poussait pas sa gueulante avec la chanson du film toutes les dix minutes je serais parti dans un état total de somnolence. Merci à Klaus Kinski d'avoir accepté un rôle de figuration mais le crime de lèse-majesté est surtout pour Dennis Price, acteur absolument divin dans "Noblesse Oblige" mais réduit hélàs à ce genre de navets en fin de carrière, qui avait une voix absolument délicieuse et qui ne prononce pas la moindre syllabe pendant tout le film. Et c'est considéré comme un des meilleurs films de son réalisateur ??? Note : 2/20 (0*) [img]http://esotikafilm.com/reviews...[/img]
  • Plume231
    Le Grand Départ vers la Lune (1967) de Don Sharp [img]http://www.voirunfilm.com/incl...[/img] Synopsis : Après une retentissante faillite, le grand Barnum et son ami Tom Pouce débarquent en Angleterre dans l'intention d'y redresser leur fortune. L'occasion s'en présente rapidement, lorsque Barnum entre en contact avec le professeur Von Bulow, qui vient de mettre au point un explosif révolutionnaire dont il veut prouver l'extraordinaire efficacité en le chargeant de propulser une fusée vers la Lune. Un architecte décati et un comptable malhonnête se mettent de la partie, puis, renvoyés, décident de tout faire pour torpiller le projet... [img]http://1.bp.blogspot.com/-NsCu...[/img] Critique : Une comédie très très vaguement inspirée de la trame du roman de notre Jules Verne national "De la Terre à la Lune" qui possède un casting de choc, des décors soignés, une réalisation plutôt solide bien qu'en manque de rythme parfois, et un petit charme suranné indéniable ainsi qu'un scénario laborieux... Parce que si ce "Grand Départ vers la Lune" n'envoie jamais vraiment le spectateur dans la stratosphère du rire (naze, n'est-ce pas ???) c'est à cause de cela n'arrivant pas à puiser dans des personnages a-priori croustillants et une situation de SF qui prêtait pourtant beaucoup matière à comédie. Résultat, on ne décolle jamais... Note : 8/20 (**) [img]http://4.bp.blogspot.com/-10yn...[/img]
Voir les commentaires
Back to Top