Mon AlloCiné
Hideo Gosha
facebookTweet
Métiers Réalisateur, Scénariste, Auteur
Nationalité Japonais
Naissance 26 février 1929
Décès 30 août 1992 à l'age de 63 ans
28
ans de carrière
24
films et séries tournés

Biographie

Né en 1929 à Tokyo, Hideo Gosha fait des études commerciales à l'Université Meiji et débute en 1952 à la NTB, la télévision japonaise. Producteur à Fuji TV en 1959, il est en charge des films et séries dramatiques. En 1964, il signe pour Fuji TV Les trois samouraïs, une série qui devient très vite si populaire que la Shochiku lui demande d'en réaliser une version pour le grand écran. Le film, Trois Samourais hors-la-loi, bouleverse l'univers très codifié du chambara, autrement dit le film de sabre, en portant un regard moral et réaliste sur la condition peu enviable de ronin (le samouraï sans maître). Son pessimisme, là où prévalait auparavant le côté chevaleresque des guerriers, révolutionne le genre. En 1969, il réalise deux des oeuvres les plus marquantes du cinéma japonais, Goyokin, histoire d'un samouraï qui renie puis affronte le clan dont il faisait partie, et Hitokiri - puni par... Lire plus

Filmographie

Femme dans un enfer d'huile
Femme dans un enfer d'huile
Date de sortie inconnue
Kagerô
Kagerô
Date de sortie inconnue
226
226
Date de sortie inconnue
Portrait d'un criminel
Portrait d'un criminel
Date de sortie inconnue
Tokyo Bordello
Tokyo Bordello
Date de sortie inconnue
Death shadows
Death shadows
Date de sortie inconnue
Femmes de Yakuza
Femmes de Yakuza
Date de sortie inconnue
La Proie de l'homme
La Proie de l'homme
Date de sortie inconnue
Toute sa filmographie Ses meilleurs films / séries
Commentaires
  • Plume231
    Femmes de yakuza (1986) de Hideo Gosha [img]http://www.wildside.fr/thumbcr...[/img] Synopsis : Au cœur de la pègre d’Osaka, une femme dirige un clan de cinq cents yakuzas. Son mari est en prison. Elle est redoutable et redoutée, intelligente et fin stratège, tout en gardant sa féminité. La discorde et la désorganisation du clan adviennent lorsque ses projets pour marier sa sœur à un notable non corrompu échouent, et que cette dernière décide d’épouser un yakuza d’une bande rivale. [img]http://culturopoing.com/Upload...[/img] Critique : Un film qui a le grand mérite de mettre en exergue un aspect du milieu de la pègre, les épouses. Ce qui donne lieu à deux portraits assez prenants de deux femmes fortes. Il y a parfois quelques trop gros excès, la guerre des gangs est parfois présentée de manière confuse mais force est de reconnaître que ce mélange allègre de sexe et de violence, parfois même en une seule séquence, est une belle efficacité. La composition de certains plans, surtout dans les dernières minutes, forcent l'admiration et montre qu'Hideo Gosha avait un bel oeil. [img]http://r21.imgfast.net/users/2...[/img] [img]http://storage.canalblog.com/4...[/img]
  • Plume231
    Yohkiro, le royaume des geishas (1983) d'Hideo Gosha [img]http://s3.static69.com/m/image...[/img] Synopsis : Jadis, Katsuzo a été amoureux d'une prostituée avec laquelle il a eu une fille. Ils avaient voulu fuir ensemble, mais les yakuzas les rattrapèrent et tuèrent devant lui sa compagne. Aujourd'hui, Katsuzo est un "zegen", un proxénète qui achète des jeunes filles pour les revendre au Yohkiro, la plus grande maison de geishas du sud du Japon. Pour oublier complètement son passé, il y avait d'ailleurs placé sa fille : entre-temps, celle-ci est devenue une grande geisha, que tous les notables de la région s'arrachent. Mais de terribles drames se jouent au sein de ce royaume des plaisirs... [img]http://www.wildside.fr/get/med...[/img] Critique : Un film qui fait penser directement à l'univers de Kenji Mizoguchi, réalisateur qui a souvent abordé l'univers des geishas c'est-à-dire de la prostitution jusqu'à sa dernière oeuvre "La Rue de la Honte", sauf que loin d'être les victimes limite consentantes des oeuvres de ce dernier, les femmes d'Hideo Gosha sont des combattantes, des femmes fortes jusqu'à l'énergie du désespoir. On a le droit à deux portraits de ce type ici dans ce film qui arrive à bien tenir sa durée malgré quelques coups de mou dans la dernière demi-heure, qui donne lieu à quelques séquences assez bien maîtrisées esthétiquement et qui bénéfie d'une écriture parfois un peu confuse mais assez subtile ainsi que de la présence du talentueux Ken Ogata dans le rôle d'un personnage assez impénétrable. J'aurais bien voulu que certains personnages soient plus approfondis mais "Yohkiro, le royaume des geishas" est un spectacle de qualité. [img]http://nsm03.casimages.com/img...[/img] [img]http://img.filmsactu.net/datas...[/img]
Voir les commentaires
Back to Top