Mon AlloCiné
William Powell
facebookTweet
Métier Acteur
Nationalité Américain
Naissance 29 juillet 1892 (Pittsburgh, Pennsylvanie, USA)
Décès 5 mars 1984 à l'age de 91 ans (Palm Springs, Californie, USA)
59
ans de carrière
37
films et séries tournés
3
nominations

Filmographie

Alias Nick and Nora
Alias Nick and Nora
Date de sortie inconnue
Permission jusqu'à l'aube
Permission jusqu'à l'aube
16 septembre 1955
The Girl who had everything
The Girl who had everything
Date de sortie inconnue
Comment épouser un millionnaire
Comment épouser un millionnaire
Date de sortie inconnue
It's a Big Country
It's a Big Country
Date de sortie inconnue
Take one false step
Take one false step
Date de sortie inconnue
Meurtre en Musique
Meurtre en Musique
Date de sortie inconnue
Mon père et nous
Mon père et nous
Date de sortie inconnue
Toute sa filmographie Ses meilleurs films / séries

Photo

Commentaires
  • Plume231
    Le Témoin imprévu (1934) de William K. Howard [img]http://www.doctormacro.com/Ima...[/img] Synopsis : Une femme mariée à un brillant avocat se retrouve impliquée dans une affaire de meurtre plaidée par son mari... [img]http://themave.com/Powell/powl...[/img] Critique : Déjà à la lecture du synopsis, on voit déjà le rebondissement final qui est censé être étonnant. Reste qu'il y en a un autre qui arrive tout de même à étonner. Certaines choses sont véritablement grosses comme le fait que le mari n'arrive vraiment pas à voir que son épouse est mélée à l'affaire de meurtre qu'il est en train de plaider. D'un autre côté, c'est ce qui fait en grande partie le sel de ce film car sans vouloir il se montre sadique envers son épouse en la plaçant dans des situations. Et puis, il y a le couple Myrna Loy-William Powell dont il est inutile d'écrire que comme à son habitude il fonctionne à merveille. Ces bons ingrédients font qu'on ne s'ennuie pas un seul donc à voir. Note : 12/20 (***) [img]http://oldtimeentertainment.co...[/img]
  • Plume231
    Meurtre en musique (1947) d'Edward Buzzell [img]http://aflmak.com/aflmak/up_do...[/img] Synopsis : Nick et Nora enquêtent sur la mort de Tommy, vedette d'un groupe musical. La police est rapidement aiguillonné sur le propriétaire d'une embarcation tripot, un dénommé Phil Brant qui allait perdre le groupe au profit d'un tripot concurrent... [img]http://www.freemasonry.bcy.ca/...[/img] Critique : Le sixième et dernier volet de la série des "Introuvable" et le premier que je vois de cette série. Je sais que c'est complétement de commencer par le dernier mais la programmation de TCM a fait que cela a été le cas. Il est généralement considéré comme le plus faible des six films et je n'ai aucun mal à le croire. Les différents volets ne sont pas réputés pour la qualité de leurs intrigues policières et cela ne passe pas pour important au vue de la qualité des dialogues et du brio des acteurs. Mais l'ensemble enchaîne trop les invraisemblances pour que cela réussisse à totalement passer inaperçu. Mais reste un casting de second rôle assez prestigieux (Keenan Wynn, Dean Stockwell, Patricia Morison et Gloria Grahame), des dialogues brillants dits avec maestria par un duo d'acteurs véritablement unique Myrna Loy et William Powell. Ce qui fait que malgré tout on passe un très bon moment. Note : 11/20 (***) [img]http://4.bp.blogspot.com/_94wG...[/img]
  • Plume231
    Mariage double (1937) de Richard Thorpe [img]http://farm5.static.flickr.com...[/img] Synopsis : Margit, la propriétaire d'une boutique de prêt à porter select, presse sa jeune soeur Irène, fiancée depuis quatre ans, au mariage et va jusqu'à le planifier elle même dans les moindres détails... [img]http://www.eree.org/filmblog/f...[/img] Critique : Il manque une touche à la Capra ou la Hawks ainsi qu'un scénario vraiment solide pour faire de cette bonne comédie une grande. Ce qui n'empêche pas, très loin de là, le rire d'être au rendez-vous. S'il n'était pas un grand réalisateur, Richard Thorpe était un cinéaste à l'ancienne pour qui la notion de rythme voulait dire quelque chose et l'ensemble s'en ressent très bien. Mais le grand point fort du film c'est tout simplement son casting. Edgar Kennedy, grand second rôle du burlesque, met sa maîtrise parfaite de sa science du comique dans une scène hilarante, Sidney Toler est parfait en majordome dévoué mais un peu bébête et John Beal l'est tout autant en jeune andouille faible. Il ne faut surtout pas oublier le duo formidable William Powell-Myrna Loy qui y vont à fond (surtout le premier!) pour déclencher des rires et ils sont redoutablement efficaces. Un très bon moment de détente. Note : 13,5/20 (***) [img]http://www.filez.st/screenshot...[/img]
  • Plume231
    L'Introuvable (1934) de W. S. Van Dyke [img]http://www.filmsite.org/poster...[/img] Synopsis : Après quatre années d'absence, le détective Nick Charles revient à New York avec sa femme Nora. Il est contacté par la jeune Dorothy Wynant, dont le père disparu, inventeur, est accusé de meurtre... [img]http://1.bp.blogspot.com/_NPwU...[/img] Critique : Premier des six volets de la série de films des "Introuvable". Comme j'ai pu le lire dans de nombreuses critiques l'important n'est pas du tout l'intrigue du film compliquée à suivre mais tout simplement Nick et Nora (ainsi que leur chien Asta). Il est impossible de résister un seul instant à ce duo de toute façon irrésistible. Et pourquoi ? Parce que William Powell, clownesque mais sans jamais perdre un seul instant de son élégance, et Myrna Loy, d'une beauté à couper le souffle et d'une très grande sophistication (je l'épouse à la seconde sans problème), forment un duo qui fonctionne à mort et dont la complicité n'avait pas l'air d'avoir lieu uniquement devant la caméra. Les personnages sont aussi croustillants que ceux qui les interprètent. On tombe immédiatement sous le charme du couple de détectives le plus classe de tous les temps notamment par leur côté politiquement incorrect. Ils arriveraient à faire vivre le Lobby de l'alcool américain à eux tout seuls et ils ne trouvent pas mieux que d'inviter des types louches à une fête de Noël organisée dans leur appartement. C'est tout un programme que viennent compléter admirablement des plages de dialogues géniales avec la réplique-qui-tue placée là où il faut et dîte de la bonne manière. Autrement, la mise en scène élégante et très vive de W.S. Van Dyke ainsi que d'excellents seconds rôles comme la charmante Maureen O'Sullivan, une des jeunes actrices les plus talentueuses de son époque, achèvent de transformer cette comédie policière en immense plaisir. Rien que Nick et Nora, vous savez donc ce qu'il vous reste à faire. Note : 16,5/20 (****) [img]http://aterrier.files.wordpres...[/img]
  • Plume231
    Nick Gentleman détective (1936) de W.S. Van Dyke [img]http://images.fan-de-cinema.co...[/img] Synopsis : Nick Charles vit luxueusement de la richesse de sa femme Nora qui lui permet de s'adonner à sa mauvaise habitude de boire. Sa cousine Selma Landis le charge d'une nouvelle affaire à San Fransisco : retrouver son mari volage dont elle pense qu'il la trompe avec une chanteuse de nightclub nommée Polly Bymes... [img]http://everydaygamers.com/wp-c...[/img] Critique : Deuxième volet de la série des "Introuvable" qui se trouve être encore meilleur que le premier par un rythme encore mieux maîtrisé et une intrigue policière beaucoup plus claire. Bien évidemment le duo magique Myrna Loy-William Powell fonctionne toujours à mort avec son très grand lot de dialogues tordants. Les situations où notre couple sophistiqué de détectives (et de leur chien Asta qui a même ici une petite épouse et des chiots!) suscitant le rire sont aussi très nombreuses. On est déguste vraiment ce film avec jubilation du début jusqu'à la fin. Le plus curieux dans ce film est l'interprétation de James Stewart dans le second rôle d'un personnage plutôt négatif. Sachant que l'acteur n'était pas encore la star que l'on connait et qui représentera l'homme toujours bon pendant des décennies, c'est dans un total contre-emploi qu'on peut le voir ici. Raison de plus pour savourer cet opus qui a mon avis a tout pour être le meilleur de la série. Note : 17/20 (****) [img]http://2.bp.blogspot.com/_fCAA...[/img]
  • Plume231
    Merci pour toutes ces superbes images sur cet acteur unique.
  • Plume231
    Nick joue et gagne (1939) de W. S. Van Dyke II [img]http://4.bp.blogspot.com/_fCAA...[/img] Synopsis : Plein de sophistication, le couple formé par Nick et Nora Charles est de nouveau sollicité pour éclaircir un meurtre, cette fois-ci perpétré sur Long Island. [img]http://www.filez.st/screenshot...[/img] Critique : Après un premier volet qui s'avère être un pur plaisir et un second qui se permet même d'être plus réussi, "Another Thin Man" apparaît comme légèrement décevant. Décevant parce alors que dans les deux premiers films de la série le film noir et la comédie étaient très bien équilibrés, là ce n'est pas le cas ici le premier, d'autant plus que l'intrigue est assez embrouillée, ayant tendance à prendre un peu du terrain au second. Mais reste tout de même, les attraits qui font le charme de la série à savoir l'alchimie parfaite des deux comédiens principaux, quelques dialogues brillants, le rôle inimitable du chien Asta et l'amitié bizarre entre le couple et des truands qui donne lieu à la scène la plus réjouissante et la plus insolite du film : un goûter pour des enfants organisé par ces derniers. A défaut d'un grand moment comme dans les deux premiers opus, un bon moment tout de même. Note : 12/20 (***) [img]http://2.bp.blogspot.com/_94wG...[/img]
  • Plume231
    Je t'ai pris au mot mais je ne sais pas pour les doublures :D
  • Plume231
    L'Ombre de l'Introuvable (1941) de W. S. Van Dyke II [img]http://themave.com/Powell/powl...[/img] Synopsis : Le couple de limiers Nick et Nora Charles passe une journée aux courses et se retrouve, comme toujours, sur la piste d'un meurtrier... [img]http://3.bp.blogspot.com/_fCAA...[/img] Critique : Le troisième volet était déjà un peu trop inférieur aux deux premiers mais ce quatrième est en-dessous de tout. Ici le côté film noir écrase en très grande partie le côté comédie. Et avec une intrigue policière pire qu'embrouillée mais carrément impossible à comprendre qu'elle ferait passer celle du "Grand Sommeil" pour aussi claire que "Oui-Oui et la girafe rose". Difficile donc d'être pris un seul instant par ce volet qui est le moins bon des six malgré le talent des comédiens d'autant plus donc que l'aspect comique qui fait le charme des "Introuvable" est quasi-absent. Quelques petits moments à sauver tout de même à savoir une bagarre générale dans un restaurant provoquée par Asta (au passage c'était complètement idiot d'accélerer certains moments avec le chien de Nick et Nora!) et une scène finale assez drôle. A noter la charmante actrice Donna Reed dans le rôle d'une petite secrétaire et pour le plaisir de l'anecdote Ava Gardner qui fait de la figuration dans une scène. Très décevant dans l'ensemble. Note : 8/20 (**) [img]http://www.doctormacro.com/Ima...[/img]
  • Plume231
    :lol: :lol: :lol:
  • Plume231
    L'introuvable rentre chez lui (1945) de Richard Thorpe [img]http://wpcontent.answcdn.com/w...[/img] Synopsis : Nick et Nora Charles se rendent dans la famille de Nick. Mais le père de Nick n'apprécie guère que son fils soit détective et non médecin comme lui. Mais bien qu'en vacances, Nick va devoir résoudre un crime... [img]http://www.eree.org/filmblog/f...[/img] Critique : Que c'est bon de revoir Nick et Nora tel qu'on les aime après un quatrième volet médiocre à travers ce cinquième très pétillant même s'il n'atteint pas le degré d'élégance des deux premiers. La première demi-heure est formidable et atteint même parfois des sommets dignes de la meilleure Screwball Comedy. Après le film s'enlise dans une intrigue très embrouillée mais les moments comiques sont toujours aussi présents notamment la scène de la "discrète" filature de Nora. L'enfant du couple n'est pas présent mais c'est beaucoup mieux comme cela, Asta a un rôle plus secondaire mais cela n'a presque pas d'incidence. Entourés de très bons seconds rôles comme Anne Revere ou Harry Davenport, l'alchimie parfaite entre l'élégant William Powell et la sublime Myrna Loy fonctionne encore une fois à merveille. Le réalisateur Richard Thorpe a su très bien reprendre le flambeau à W. S. Van Dyke et signe le meilleur des quatre derniers volets de la série. Note : 14,5/20 (***) [img]http://2.bp.blogspot.com/_94wG...[/img]
  • Plume231
    Folie douce (1941) de Jack Conway [img]http://cache2.artprintimages.c...[/img] Synopsis : C'est un grand moment pour Steve et Susan qui s'apprêtent à fêter leur anniversaire de mariage. Malheureusement, la belle-mère de Steve a décidé d'être de la partie. Une fois introduite dans le petit nid douillet du couple, cette proche parente devient un sérieux trublion. Les quiproquos s'enchaînent alors. Steve, qui rencontre par hasard une ancienne petite amie, est surpris par Susan qui, sans accepter ses explications, demande aussitôt le divorce. Steve feint alors la folie pour tenter de faire renoncer Susan. La farce risque toutefois de le mener loin lorsqu'il est menacé d'internement... [img]http://www.gstatic.com/hostedi...[/img] Critique : Une pure Screwball dans toute sa splendeur avec son rythme tonique, sa galerie de seconds rôles qui semblent tout droit sorti d'un asile de fous, ses situations de plus en plus loufoques et le couple qui n'arrête pas de se chamailler. Si l'hyper-sexy et élégante Myrna Loy est excellente une nouvelle fois dans le registre de la comédie, c'est William Powell encore plus déchaîné que d'habitude (c'est dire!) qui se taille la part du lion. Sa façon d'imiter une théière est mémorable et la façon dont il joue en étant travesti en femme n'a rien à envier à celle de Dustin Hoffmann dans "Tootsie". A noter une scène dans un ascenseur totalement hilarante, en grande partie grâce au comédien, mais qui donne envie de prendre définitivement les escaliers. Et ce n'est qu'une petite parcelle des très nombreuses occassions de rire. William Powell porte de façon magistral tout le film du début jusqu'à la fin et donne une des comédies les plus drôles qui m'ait été donné de voir. Une très bonne surprise. Note : 16/20 (****) [img]http://www.retrohound.com/wp-c...[/img]
  • Plume231
    Monsieur Wilson perd la tête (1940) de W. S. Van Dyke II [img]http://www.walterfilm.com/bmz_...[/img] Synopsis : Seul en croisière, Larry Wilson reçoit un coup sur la tête qui le rend amnésique. Alors sur le point de divorcer, il se remet en question et tombe à nouveau amoureux de son épouse... [img]http://blog.bearstrong.net/max...[/img] Critique : Une très bonne idée de départ, une réalisation assez bien rythmée, quelques scènes irrésistibles et puis surtout l'excellent duo Myrna Loy-William Powell sont ce qui font sans conteste le charme de cette comédie sans la moindre prétention. On peut regretter que la grande différence entre les deux personnalités du personnage incarné par William Powell n'ait pas été plus exploité. Reste qu'on ne s'ennuie pas un seul instant et c'est déjà cela le principal. Note : 12/20 (***) [img]http://piddleville.com/wp-cont...[/img]
  • Plume231
    Le Grand Ziegfeld (1936) de Robert Z. Leonard [img]http://images.fan-de-cinema.co...[/img] Synopsis : L'itineraire du célèbre producteur américain qui a commencé sa carrière dans le cirque, et qui grâce à son génie de la publicité et sa technique de la scène a créé les shows les plus spectaculaires de Broadway à New York. Son nom reste attaché aux grandes comédies musicales de notre temps et les stars avec qui il a travaillé sont des mythes... [img]http://image.toutlecine.com/ph...[/img] Critique : Oscarisé du Meilleur Film de l'année 1936, "Le Grand Ziegfeld" est aujourd'hui tombé dans l'oubli assez injustement. Bon, il est certain qu'il est loin de faire partie des plus grands films a avoir reçu cette fameuse récompense mais il regorge de qualités qui en fait un divertissement de très haute gamme. D'abord pour ceux qui ont peur de s'emmerder devant un film en noir et blanc datant des années 30 et qui dure plus de trois heures, l'ensemble passe sans problème et même assez vite. Tout juste peut-on déplorer une ou deux longueurs lors des show musicaux mais cela reste accessoire. D'ailleurs lors de ces derniers, on peut y voir la griffe très typique MGM, c'est à dire à grande profusion de luxe, d'élégance et de détails, un véritable régal pour les yeux. L'histoire du grand producteur est en plus très bien racontée (bien que très romancé comme une très grande partie des biopics de l'époque!) et réserve son très grand lot de rires et d'émotions qui fait qu'on ne s'ennuie pas une seconde, le tout en fanfare avec ouverture, entracte et final. Luise Rainer a reçu l'Oscar de la Meilleure Actrice pour son rôle. Si elle arrive à rendre parfois son personnage émouvant force est de reconnaître qu'elle en fait un peu trop. A côté, Myrna Loy beaucoup plus sobre s'en sort admirablement dans le rôle de Billie Burke qui était toujours vivante et en exercice à l'époque (c'était elle qui jouait Glinda la "Gentille Sorcière du Nord" dans "Le Magicien d'Oz"). Le mérite en est encore plus grand. Frank Morgan est excellent en adversaire-ami de Ziegfeld et donne lieu à quelques grands instants de drôlerie. Mais le grand maître de cérémonie reste William Powell prodigieux dans le rôle-titre et qui apporte tout son talent et son pouvoir de séduction à son personnage. Du grand spectacle. Note : 16,5/20 (****) [img]http://i.ytimg.com/vi/vf7Nzv0H...[/img] [img]http://1.bp.blogspot.com/_V9lC...[/img]
  • Plume231
    L'Ennemi public n°1 (1934) de W.S Van Dyke [img]http://www.krinein.com/img_gal...[/img] Synopsis : Orphelins, Blackie et Wade sont deux amis d'enfance qui ont suivi des chemins opposés. Blackie a prospéré grâce aux jeux d'argent et est devenu un gangster endurci. Wade a obtenu le poste de procureur et aspire à devenir gouverneur... [img]http://cache.thephoenix.com/se...[/img] Critique : Aujourd'hui quand on évoque ce film c'est surtout parce que c'est celui que le gangster John Dillinger a vu tout juste avant de se faire descendre à la sortie du cinéma par le FBI. Ce qui fait que cet événement célèbre ainsi que le titre en français du film le font prendre pour un film de gangsters alors que c'est un drame (d'ailleurs le titre original c'est "Manhattan Melodrama", on ne peut pas être plus clair!). En passant sur les premières minutes avec les personnages enfants (dont l'un est interprété par Mickey Rooney!) d'un mièvrerie exemplaire, on arrive à voir un beau drame sur le sens du devoir en opposition avec celui de l'amitié. Clark Gable se contente ici de promener sa silhouette très charismatique, on lui pardonne car c'était juste la plus grande star des années 30, mais le couple formé pour la première fois au cinéma par Myrna Loy et William Powell fonctionne à la perfection et il n'est pas du tout étonnant qu'ils ont été réunis treize autres fois. Et à défaut d'être vraiment mémorable, l'ensemble est suffisamment dense pour qu'on s'ennuie jamais et qu'on éprouve même du plaisir devant ce film. Note : 13/20 (***) [img]http://www.coffeecoffeeandmore...[/img]
  • Plume231
    Une Fine Mouche (1936) de Jack Conway [img]http://ak.cdiscount.com/pdt/1/...[/img] Synopsis : Rédacteur en chef d'un journal à scandales, Warren laisse publier, par erreur, un article infamant sur Connie Allenbury, une richissime héritière qui demande aussitôt réparation. Une affaire embarrassante, qui contraint Warren à ajourner à nouveau son union, déjà maintes fois repoussée, avec Gladys, sa fiancée. Pour sortir de l'impasse, Warren charge bientôt le séduisant Bill, un ancien collaborateur, de compromettre Connie... [img]http://farm4.static.flickr.com...[/img] Critique : Impossible de ne pas prendre plaisir à regarder ce film. Tout d'abord parce qu'il est très drôle et impeccablement rythmé. Les répliques hilarantes fussent, les situations du même genre aussi et le scénario se distingue fortement aussi par son côté admirable à ne jamais tomber dans le piège de la prévisibilité. Côté interprétation, il y a que du bon. Jean Harlow et Spencer Tracy sont excellents, Myrna Loy est brillante, et encore une fois le génial William Powell prouve qu'il est, avec Cary Grant, le plus grand acteur de la Comédie américaine. Mais comme si cela ne suffisait pas pour le plaisir, il y a aussi un fort arrière-fond critique envers bien sûr la presse à scandales mais aussi envers les célébrités ou pseudo-célébrités qui juste pour remplir un peu plus leurs poches n'hésitent pas à faire des procès envers cette dernière juste pour des broutilles. (Mode ironie activé) Bien évidemment cette critique ne trouve pas un très fort écho aujourd'hui (mode ironie désactivé). Alors un film très drôle et très intelligent, on n'en voit pas tous les jours et voilà déjà parmi beaucoup d'autres une très bonne raison de regarder cette grande réussite. Note : 17/20 (****) [img]http://storage.canalblog.com/8...[/img]
  • Plume231
    Permission jusqu'à l'aube (1955) de John Ford et Melvyn LeRoy [img]http://www.notrecinema.com/ima...[/img] Synopsis : L'histoire d'un cargo pendant la guerre, commandé par un imbécile doublé d'un maniaque qui brime son second, qui est pourtant le seul à être écouté et respecté par l'équipage... [img]http://image.toutlecine.com/ph...[/img] Critique : Henry Fonda, James Cagney, Jack Lemmon, William Powell et bien sûr John Ford derrière la caméra, rien qu'un seul de ses noms de grands justifie la vision d'un film. Alors le quatrième en médecin pince-sans-rire montre une fois de plus qu'il a le sens de la réplique bien affuté et toujours la grande classe, le cinquième filme le tout sans génie mais correctement avec parfois son sens indéniable de la belle image. Quand aux trois premiers, ils se livrent à un véritable duel de cabotinage. James Cagney, en commandant stupide et autoritaire, est désavantagé dans ce duel puisqu'il n'apparaît que de temps en temps. Donc le véritable duel se joue entre Henry Fonda, qui est aussi à l'aise dans la sobriété qu'il ne l'est pas dans l'exubérance dans le rôle d'un officier très humain et sympatoche, et Jack Lemmon, en officier véritable Oblomov obsédé en plus de la Chose et dont le jeu qui n'est pas radin en mimiques est pas franchement très subtil (Oscar pas mérité selon moi!). Lemmon gagne d'un courte tête. L'ensemble arrive quand même à se faire très drôle avec en plus un fond critique assez efficace et étonnant de l'autoritarisme militaire. On ne s'ennuie pas une seconde, et c'est là grandement l'essentiel, devant ce Ford mineur mais plaisant. Note : 14/20 (***) [img]http://www.mattfind.com/123456...[/img]
  • Plume231
    Le Secret des chandeliers (1937) de George Fitzmaurice [img]http://www.affichesdecinema.co...[/img] Synopsis : Le grand-duc Peter, fils du tsar, rencontre Maria Orlech qui l'entraine dans un traquenard : il est forcé de rédiger une demande de libération pour le père de celle-ci. Le baron Stephan Wolensky, charge de porter la lettre a Saint-Petersbourg, la cache dans un des deux chandeliers, destinés a une princesse russe. De son côté, une espionne, Olga, dissimule dans le second, un document exigeant l'arrestation de Stephan. Lors du voyage, ils s'attachent l'un à l'autre, en poursuivant les chandeliers, d'abord volés, puis vendus, de Paris à Londres... [img]http://i876.photobucket.com/al...[/img] Critique : Il manque légèrement de piquant à ces "Chandeliers" pour vraiment totalement emporter l'adhésion et puis la fin genre "je suis un Tsar qui est sensible à l'amour donc pas d'aller simple pour goûter la délicieuse brise sibérienne et casser des gentils gros blocs de pierre qui risquent de vous tomber sur la gueule, vous pouvez vous barrer ensemble", d'accord on n'est pas devant l'aimable camarade Staline mais quand même c'est pas super-convaincant. Mais passons car cette dernière chose n'est qu'un petit détail qui n'entâche en rien le plaisir qu'on a devant cette pure production MGM, avec tout le luxe dont savait faire preuve ce studio à l'époque, très trépidante qui ne laisse derrière elle aucune seconde d'ennui. Le casting est alléchant. Maureen O'Sullivan est un véritable régal pour les yeux. William Powell et Luise Rainer forment un couple qui fonctionne. Une scène très drôle et pétillante où on voit notre couple ayant deux chambres contiguës essayer de faire croire l'un à l'autre qui vont se coucher au lieu de se faire la malle en faisant grincer exprès les ressorts de leur lit. De très nombreux rebondissements un peu attendus mais agréables viennent très bien complèter le tout. Ouais, ils sont bien sympathiques ces "Chandeliers". Note : 14/20 (***) [img]http://3.bp.blogspot.com/-iR7P...[/img]
  • Plume231
    :lol: , très beau duo.
  • Plume231
    Monsieur Sherlock et Madame Holmes (1935) de [img]http://4.bp.blogspot.com/_6BI-...[/img] Synopsis : Un détective amateur et sa jolie fiancée enquêtent sur la disparition mystérieuse d'une danseuse... [img]http://4.bp.blogspot.com/-F404...[/img] Critique : J'étais curieux de savoir ce que pouvait donner une collaboration entre la pétillante Ginger Rogers et l'étincelant William Powell. Eh bien, à peine aidée de quelques bons dialogues piquants elle fonctionne très bien les acteurs se complétant à merveille. Mais c'est la seule chose que l'on puisse trouver de bien à ce petit film policier car il ne faut pas avoir de greffé le cerveau de Sherlock Holmes et d'Hercule Poirot pour comprendre que l'intrigue est absolument incompréhensible et donc inintéressante au possible à suivre. Donc à voir uniquement pour Ginger et William. Note : 9/20 (**) [img]http://2.bp.blogspot.com/_2rl9...[/img]
  • Plume231
    Ziegfeld Follies (1946) de Lemuel Ayers, Roy Del Ruth, Robert Lewis, Eugene Loring, Vincente Minnelli, Norman Taurog, George Sidney, Charles Walters [img]http://multimedia.fnac.com/mul...[/img] Synopsis : Arrivé au sommet de sa gloire, le grand Ziegfeld rêve de monter sa dernière «folie» avec ses plus prestigieuses vedettes. [img]http://4.bp.blogspot.com/-8j45...[/img] Critique : Une gros gâteau MGM, avec pourtant des bons ingrédients MGM à savoir une profusion de décors de luxe, de couleurs de luxe et de stars de luxe, d'une apparence appétissante mais qui se montre très vite indigeste. On peut ajouter huit cinéastes (dont Vincente Minnelli qui était très loin d'être un manche !!!) et de près de quarante scénaristes pour un résultat totalement décousu, assez ennuyeux, aux numéros comiques poussifs, aux numéros musicaux très oubliables et au fil scénaristique, à savoir un hommage au grand producteur Florenz Ziegfeld, très mal employé si on utilise un euphémisme pour couvrir le fait qu'il faut pas longtemps avant de découvrir qu'il brille par son absence. Seul intérêt que l'on pourrait trouver au film, et il faut attendre (longuement !!!) l'avant-dernier sketch pour le voir, la réunion unique à ma connaissance dans une seule et même œuvre des deux très grands montres sacrés de la comédie musicale, Fred Astaire et Gene Kelly. [img]http://r21.imgfast.net/users/2...[/img] [img]http://www.dvdtimes.co.uk/prot...[/img]
Voir les commentaires
Back to Top