Mon Allociné
Lucille Ball
facebookTweet
Métiers Actrice, Producteur délégué, Productrice
Nom de naissance

Lucille Desiree Hunt

Nationalité Américaine
Naissance 6 août 1911
Décès 26 avril 1989 à l'age de 77 ans
47
ans de carrière
43
films et séries tournés
1
prix

Biographie

Elle s'était rendue célèbre comme l'héroïne de la série I Love Lucy, dans laquelle son mari Desi Arnaz lui donnait la réplique. Le couple avait fondé la société Desilu, l'un des premiers studios indépendants de télévision, qui a produit, entre autres séries, Les Incorruptibles. Lire la suite

Filmographie

Easy Living
Easy Living
16 septembre 2008
Des filles disparaissent
Des filles disparaissent
28 août 1947
L'Impasse tragique
L'Impasse tragique
9 avril 1946
Ziegfeld Follies
Ziegfeld Follies
25 avril 2006
Sans amour
Sans amour
1 janvier 1945
Toute sa filmographie Speednoter sa filmo

Vidéos bonus

Photos

Commentaires
  • Plume231

    Dance Girl Dance (1940) de Dorothy Arzner

    [img]http://images.moviepostershop....[/img]

    Synopsis : Judy et Bubbles, deux amies danseuses, rêvent de gloire. Alors que Judy prend sa carrière très au sérieux, Bubbles se contente d'un emploi dans un cabaret, où elle connaît bientôt le succès. Dans le même temps, un riche héritier vient d'être quitté par sa femme. Les deux artistes, qui se séparent pour des raisons professionnelles, entreprennent alors de conquérir le coeur de ce tout nouveau célibataire. Mais la concurrence est rude entre les deux amies...

    [img]http://furglamor.files.wordpre...[/img]

    Critique : Une curiosité à ne pas manquer ne serait-ce pour la simple raison qu'elle a été réalisée par une des très (très très très très !!!) rares femmes cinéastes américaines de l'époque. Certains y ont vu un des premiers véritables films féministes du cinéma de l'Oncle Sam et c'est vrai le temps d'au moins une séquence où on voit le personnage de Maureen O'Hara renvoyer à sa médiocrité la gent masculine. Techniquement le film n'est pas irréprochable, notamment sur le plan de mauvaises transparences, et le scénario, à part sur quelques points, n'est pas d'une originalité folle mais par contre les personnages, femmes et hommes, loin de tout manichéisme sont très bien croqués. Lucille Ball s'en donne à coeur joie dans le rôle de la cynique de service qui est au fond une brave fille et se montre pétillante et joyeusement ridicule comme jamais dans ses numéros musicaux mais la part du lion revient à Maureen O'Hara dans le rôle de la fille sérieuse et qui n'a jamais joué aussi bien autant de son caractère bien trempé que de sa douceur quasi-enfantine. Allez un peu de sensibilité féminine dans ce monde de gros machos, ça n'a jamais fait de mal surtout pour les représentants du soi-disant sexe fort.

    Note : 14,5/20 (***)

    [img]http://images3.cinema.de/imedi...[/img]

  • Plume231

    La Vie facile (1949) de Jacques Tourneur

    [img]http://multimedia.fnac.com/mul...[/img]

    Synopsis : Avec la maturité, Pete Wilson, un célèbre joueur de football, s'aperçoit que son métier lui a compliqué l'existence en détériorant ses rapports avec sa femme. Alors qu'il se demande comment rattraper le temps perdu, il apprend qu'il est atteint d'une insuffisance cardiaque qui pourrait bien lui coûter la vie. Loin de suivre l'avis du corps médical, qui lui conseille d'arrêter la compétition, il s'obstine à jouer, par orgueil certes, mais également par amour pour sa femme, qu'il veut reconquérir...

    [img]http://dvdclassik.com/upload/i...[/img]

    Critique : On peut pas dire que le milieu du football américain soit ici montré dans son aspect le plus reluisant. Le sportif a l'air d'être plus traité comme une marchandise que comme un individu à part entière. Hélàs, on ne peut qu'avouer que ce film de ce point de vue-là n'a absolument pas vieilli. On pourrait le refaire aujourd'hui sans presque rien en modifier. Victor Mature est pleinement convaincant dans le rôle d'un champion qui se sait usé et Lucille Ball ajoute une touche pétillante bienvenue dans une oeuvre qui aurait certainement paru sinistre sans cela. Il est déplorable que la distribution comporte une grosse erreur de casting à savoir Lizabeth Scott beaucoup trop molle dans le rôle de l'épouse infidèle et ambitieuse pour que les séquences conjugales du film réussissent à être convaincante. De plus, dans ce domaine la fin un peu tirée par les cheveux n'arrange rien à l'affaire. Reste la description très juste et noire des coulisses du monde du sport.

    Note : 14/20 (***)

    [img]http://tcmcinema.fr/wp-content...[/img]

  • Plume231

    La Poupée brisée (1942) d'Irving Reis

    [img]http://cache2.artprintimages.c...[/img]

    Synopsis : Brutalisée par son petit ami, une chanteuse de night-club perd l'usage de ses jambes. Elle décide de refaire sa vie en Floride. Là-bas, pense-t-elle, elle ne manquera pas d'attirer l'attention d'un gentil milliardaire. Un chauffeur de bus, surnommé «Little Pinks», l'accompagne et l'assiste dans son périple. Le brave homme se consume secrètement pour sa protégée, en vain semble-t-il, car celle-ci est trop aigrie, et surtout trop égocentrique, pour s'intéresser vraiment à lui...

    [img]http://3.bp.blogspot.com/-O1D3...[/img]

    Critique : Billy Wilder a certainement vu ce film car il y a deux trucs qui ont été repris pour "Boulevard du crépuscule" (la folie de la star oubliée qui vit dans son propre monde, les fausses lettres d'admirateur !!!) et on peut voir la piquante rousse Lucille Ball, plus habituée à la légèreté, dans un rôle très dramatique. Autrement lourd, sans subtilité, on y va à fond dans le mélo bien larmoyant pour bien faire pleurer dans les chaumières ; et les séquences de comédie, exemple le passage du péage, ainsi que les seconds rôles hauts en couleur faits pour mettre de l'humour apparaissent bien ternes, n'est pas Capra qui veut. Et pour le côté mélo, n'est pas Sirk qui veut pour ce film très indigeste.

    [img]http://r21.imgfast.net/users/2...[/img]

    [img]http://garbolaughs.files.wordp...[/img]

Voir les commentaires
Back to Top