Tatsuya Nakadai
Tatsuya Nakadai
© Carlotta Films
  • Métier
    Acteur
  • Nom de naissance
    Motohisa Nakadai
  • Nationalité
    Japonais
  • Naissance
    13 décembre 1932
  • Âge
    83 ans
Se connecter sur mon AlloCiné
Tweet  
 

Biographie Tatsuya Nakadai

  • 57 ansde carrière
    • 36 rôles
    36 films & séries tournés
  • 4,0note moyenne sur 5 5 552 notes sur sa filmographie
Découvrir toute sa carrière en chiffres clés

Filmographie Tatsuya Nakadai

Voir sa filmographie complète ses meilleurs films/séries

Photos Tatsuya Nakadai

Vidéos de ses films et séries Tatsuya Nakadai

9 vidéos de ses films et séries TV

Commentaires

  • Plume231

    Yojimbo (1961) d'Akira Kurosawa

    [img]http://t1.gstatic.com/images?q...[/img]

    Synopsis : Dans une petite ville située au nord de l'ancienne Tokyo, l'insécurité règne. Deux gangs se partagent la ville, les rues sont pleines de cadavres et le commerce est au point mort. Un jour paraît Sanjuro Kuwabatake, soldat de fortune, qui va offrir ses services à l'un et l'autre clan...

    [img]http://littleimg.com/files/140...[/img]

    Critique : Il est consternant qu'Akira Kurosawa est plagié un film que Sergio Leone réalisera trois ans plus tard (oui, c'est très con ce que j'écris!). Non, sans déconner c'est du très bon Kurosawa (mais est-ce qu'il existe du mauvais Kurosawa de toute façon ?). Ici pas vraiment de réflexion profonde comme on peut en voir dans d'autres oeuvres du cinéaste, mais on a envie de dire "Et alors ?". Il y a de l'action (les scènes où le héros zigouille à lui seul plusieurs mecs sont superbement chorégraphiées!), un zeste d'humour, une BO délirante en total décalage et puis surtout l'IMMENSE Toshiro Mifune à jamais inégalable en rōnin pouilleux, cynique mais incroyablement rusé et fort. Un divertissement de très haute gamme.

    Note : 16,5/20 (****)

    [img]http://2.bp.blogspot.com/_Ar9D...[/img]

  • Plume231

    Kagemusha, l'ombre du guerrier (1980) d'Akira Kurosawa

    [img]http://www.cinemagora.com/imag...[/img]

    Synopsis : L'intrigue se déroule dans le Japon féodal, au 16ème siècle. Des guerres incessantes opposent le clan Takeda à deux autres clans (Nobunaga et Tokugawa) pour le contrôle du Japon. Le chef du clan Takeda, Shingen, a besoin d'un sosie pour le seconder dans des moments délicats. Son frère, qui a tenu ce rôle de Kagemusha (l'ombre) durant des années, ne peut plus prétendre lui ressembler suffisament. Il va trouver en la personne d'un condamné à mort un double parfait du seigneur Shingen. Mais comment adapter ce voleur aux moeurs et à la culture des grands seigneurs? La ressemblance physique suffit-elle à faire illusion? La situation se complique lorsque Shingen meurt lors d'un combat: si le clan annonce cette nouvelle, les troupes seront démoralisées et le clan détruit: le double ne se contentera plus de faire de la figuration: il va devoir devenir le nouveau seigneur du clan pour une période de 3 ans, le temps de préparer la succession...

    [img]http://images.allocine.fr/r_76...[/img]

    Critique : Dans mon cycle Palme d'or, il n'était pas question de passer à côté du seul film de l'immense Kurosawa a avoir reçu cette récompense. Si elle n'atteint pas l'excellence de "Ran" et qu'elle souffre de quelques longueurs dans la première heure et demie, cette fresque historique est d'une très grande puissance. Certains plans dans les séquences de bataille (spectaculaires comme toujours chez le Maître!!!) et dans celle du cauchemar sont d'une beauté visuelle époustouflante. Quand aux scènes intimistes, elles donnent lieues à une réflexion profonde et intelligente sur le thème de double mais aussi sur celle du pouvoir et comment celui-ci peut changer en bien ou en mal les hommes. Tatsuya Nakadai montre une fois de plus sa prodigieuse capacité de transformation dans le double rôle principal (on ne dirait pas du tout le même qui jouera cinq ans plus tard le Lord Hidetora Ichimonji de "Ran"!), et la partition de Shin'ichirō Ikebe est très belle. Une oeuvre faste, émouvante et pessimiste qui pousse une fois de plus à nous incliner devant le talent d'un des plus grands génies du cinéma.

    Note : 17/20 (****)

    [img]http://image.toutlecine.com/ph...[/img]

  • Plume231

    La Condition de l'homme (1959-1961) de Masaki Kobayashi

    [img]http://media.potemkine.fr/img/...[/img]

    Synopsis :

    Partie 1 : Il n’y a pas de plus grand amour - 1943. Kaji (Tatsuya Nakadai) travaille pour une compagnie qui exploite des gisements de minerai. Il est envoyé à Lo Hu liang, dans le sud de la Mandchourie (état du Mandchoukouo), pour s’occuper des ouvriers chinois travaillant dans les mines de fer, qui sont bientôt rejoints par des hordes de prisonniers. Horrifié par les conditions inhumaines de travail, il tente de se battre pour améliorer leur sort mais rencontre l’hostilité de ses collègues et de sa hiérarchie. Alors qu’il s’oppose à l’exécution d’un prisonnier, Kaji est arrêté par la police, séparé de sa femme Michiko, torturé et mobilisé dans l’armée japonaise.

    Partie 2 : Le Chemin de l’éternité - Nord de la Mandchourie. Kaji est incorporé à l’armée impériale du Kwantung. Simple soldat, il découvre que les jeunes recrues connaissent des traitements aussi inhumains que les prisonniers chinois de Lo Hu liang.. Il s’élève de nouveau contre cette barbarie. Le suicide d’un de ses camarades lui permet de porter plus haut et plus fort la voix des soldats. Pour se débarrasser de lui, ses supérieurs l’envoient au front. L’armée japonaise subit alors défaite sur défaite, et la débâcle s’annonce inéluctable.

    Partie 3 : La Prière du soldat - Tandis que l’armée japonaise est en déroute, Kaji parvient à survivre aux assauts de l’armée soviétique et tente, avec un groupe de rescapés, de regagner le Sud de la Mandchourie dans l’espoir de retrouver Michiko. En cours de route, il est arrêté par les soldats soviétiques et fait prisonnier dans un camp militaire. Alors qu’il risque d’être envoyé en Sibérie, Kaji parvient à s’évader et, seul, s’enfonce dans les étendues neigeuses de Mandchourie.

    [img]http://www.filmreference.com/i...[/img]

    Critique : Près de dix heures de film qui sont divisées en trois parties, elles-même divisées chacune en deux pour cette fresque profondément humaniste, pacifiste et férocement antimilitariste. Il manque un peu de fluidité (surtout dans la première partie !!!) et de lyrisme pour être totalement emporté. Mais les deux grands points d'originalité de l'histoire en font une oeuvre forte et incontournable : 1- le personnage principal refuse de se plier aux "conventions" de la guerre, il veut rester un être humain à tout prix. Et si parfois, il faillit à sa mission c'est pour mieux se relever ensuite ; 2- l'antimilitarisme total que dégage cette oeuvre. Il y a un nombre incalculable de films qui remettent en cause le principe de la guerre mais très très rares sont ceux qui remettent carrément en cause le principe même de l'armée. Pour réussir à revoir un peu (et je dis bien un peu !!!) de cette antimilitarisme, il faut bien aller jusqu'à "Full Metal Jacket". Le propos est tellement appuyé qu'on a l'impression que les russes et les chinois ne font ici que de la figuration et que le véritable ennemi pour les soldats japonais sont leurs supérieurs. D'ailleurs pour moi les scènes les plus fortes du film sont celles de la seconde partie où ces derniers font subir des brimades totalement révoltantes et écoeurantes à leurs soldats. La réussite de cette longue oeuvre, on le doit bien sûr à son réalisateur Masaki Kobayashi qui donne de belles fulgurances à l'ensemble mais aussi beaucoup à son brillant interprète principal Tatsuya Nakadai, portant de manière magistrale (et le mot est faible !!!) et intense tout le film sur ses épaules. Un film remarquable qui laisse une très forte impression, totalement méconnu en France et qui pourtant mérite une découverte d'urgence.

    Note : 17/20 (****)

    [img]http://4.bp.blogspot.com/_7QzT...[/img]

    [img]http://t3.gstatic.com/images?q...[/img]

    [img]http://www.offoffoff.com/film/...[/img]

  • Plume231

    Rébellion (1967) de Masaki Kobayashi

    [img]http://upload.wikimedia.org/wi...[/img]

    Synopsis : Au 17e siècle, Sasahara, samouraï d’un fief vassal du shôgun va bientôt prendre sa retraite et confier le rôle de chef de famille à son fils aîné. Féru d’arts martiaux, il a eu deux grandes frustrations dans sa vie : il est guerrier dans l´âme, mais a vécu dans un monde en paix ; et il est dominé par une femme à poigne (issue d’une famille socialement plus élevée que la sienne), qui lui a toujours reproché son manque d’ambition. Alors qu’il s’apprête à ranger définitivement son sabre, sa famille va être mêlée aux intrigues de la cour avant d’être injustement sacrifiée aux intérêts du clan. Sûr de son bon droit, le vieux guerrier sans gloire va choisir la révolte et faire trembler le clan tout entier…

    [img]http://robie2008.files.wordpre...[/img]

    Critique : Je me demande si le cinéaste Masaki Kobayashi n'est pas en pole position pour rentrer dans mon trio de mes cinéastes asiatiques favoris avec Kurosawa et Ozu. En tous les cas, il manque juste peut-être encore un grand film pour cela et c'est bon. "La Condition de l'homme", première oeuvre que j'ai découvert de ce réalisateur, malgré quelques défauts m'avait beaucoup convaincu. Là avec "Rébellion", je suis encore plus convaincu. Le film dure deux heures. On ne les voit pas du tout passer. Pourtant, mise à part les trente dernières minutes, ça fait pratiquement que parler. Mais on ressent tellement sous chacun des dialogues la tension qui monte au fur et à mesure que l'intrigue avance que l'on sait que la violence va éclater à un moment ou à un autre et ceux dans une pleine mesure. Et il est impossible d'être déçu car à ce niveau-là on a deux séquences d'anthologie qui déchirent grave. Ben autrement, une élégance dans la mise en scène est présente, le côté subversif de Kobayashi aussi, le grand Mifune est comme à son habitude magistral, le reste de l'interprétation l'est tout autant. Seule petite faiblesse à mon sens mais elle est pas très grave, le fait que le personnage humain, habile mais ambigu de Tatsuya Nakadai ne soit pas plus développé. Mais ça ne fait pas du tout passer à côté de l'essentiel, c'est lourd, du très lourd, qui faut absolument consommer sans modération.

    Note : 17,5/20 (****)

    [img]http://img.over-blog.com/600x4...[/img]

  • Plume231

    Goyokin (1969) de Hideo Gosha

    [img]http://www.asiatorrents.com/im...[/img]

    Synopsis : Le Japon, autour de 1830, sous le shogunat des Tokugawa. Meurtri de n’avoir pu empêcher son clan de massacrer un village pour s’emparer de la cargaison d’or qu’ils avaient récupérée , un samouraï erre en s’exhibant dans des spectacles de foire. Alors qu’il s’apprête à vendre son sabre, il apprend que ses anciens compagnons, dirigés par son beau-frère, sont sur le point de répéter l’opération. Afin de soulager sa conscience, il reprend la route afin d’empêcher un nouveau carnage.

    [img]http://t1.gstatic.com/images?q...[/img]

    Critique : Un film de chambara, genre qui rappelle énormément le western-spaghetti mais à la sauce japonaise bien sûr, qui ne distingue pas par son optimisme frais mais plutôt par un ton au contraire nettement funèbre et désespéré avec un héros bien bien sombre qui passe pour avoir inspiré celui de "L'Homme des hautes plaines". La très belle photo, le cadre, les mouvements de caméra sont exceptionnels par leur vituosité notamment à travers un usage très habile des décors extérieurs, les scènes d'action sont impeccables, les acteurs dominés par le grand Tatsuya Nakadai sont parfaits et l'histoire a de la profondeur. Il y a bien quelques longueurs par-ci, par-là mais il n'empêche que si je m'y connaissais en chambara je n'aurais pas l'impression d'être en tort en disant que ça doit être un film majeur du genre.

    Note : 16/20 (****)

    [img]http://data-allocine.blogomani...[/img]

  • AMCHI

    [img]http://francois.henry1.free.fr...[/img]

    Un Kurosawa passionnant qui durant 2h30 nous emmène dans les méandres de l'avidité du pouvoir et de la vengeance; non exempt de quelques petites longueurs Ran se suit de bout en bout grâce à un scénario tortueux, à une mise en scène somptueuse et Ran comporte des belles scènes de combats. Chez Kurosawa il y a toujours aussi une interprétation de qualité notamment celle de ce patriarche sombrant dans la folie.

    4 étoiles

  • Plume231

    Harakiri (1962) de Masaki Kobayashi

    [img]http://fr.web.img1.acsta.net/r...[/img]

    Synopsis : Au début du XVIIe siècle, Tsugumo, un samouraï, rend visite au clan Li et demande l'autorisation d'emprunter le jardin pour se faire hara-kiri. Sous la contrainte de l'intendant du clan, son gendre a dû se suicider avec un sabre de bambou. Après l'avoir vengé, Tsugumo se fait à son tour hara-kiri.

    [img]http://2.bp.blogspot.com/-vusH...[/img]

    Critique : J'avais adoré mes deux premiers passages chez Masaki Kobayashi, après la fresque "La Condition de l'homme" qui constitue certainement les 10 heures les plus férocement antimilitaristes du cinéma et le très tendu et puissant "Rébellion", donc je ne vois pas de raison pour ne pas faire jamais deux sans trois ; et en plus c'est 3000ème critique donc un excellent choix pour la fêter. Bon si déjà un cinéaste comme Akira Kurosawa n'a pas été d'une grande tendresse avec les codes et l'honneur du samouraï, Kobayashi lui y va encore moins de main morte ; il y va même au bulldozer pour ça, préférant définitivement l'humain à un quelconque règlement de toute façon fantoche. Pour faire passer son message qui a aussi une résonance contemporaine, on prend le schéma, qui fera aussi la grande réussite de "Rébellion", quatre cinquièmes de confrontations psychologiques hyper-tendues et le dernier cinquième pour lâcher totalement la vapeur avec des séquences de bagarres incroyables. Cadres au millimètre, noir et blanc superbe, mouvements de caméra élégants, décors parfaits et Tatsuya Nakadai, acteur fétiche du cinéaste, toujours aussi immense. On ne dit pas aussi jamais trois sans quatre ???

    [img]http://r21.imgfast.net/users/2...[/img]

    [img]http://1.bp.blogspot.com/-faHY...[/img]

  • Plume231

    Kwaïdan (1964) de Masaki Kobayashi

    [img]http://fr.web.img5.acsta.net/r...[/img]

    Synopsis : Un samouraï miséreux répudie son épouse douce et charmante pour une fille plus riche, mais revient passer une nuit avec la première. - Deux hommes sont hantés par une étrange femme blanche. - Le triste destin d'un jeune empereur conté par Hoishi, un aveugle. - Un soldat a la vision d'un homme qui viendra le défier...

    [img]data:image/jpeg;base64,/9j/4AAQSkZJRgABAQAAAQABAAD/2wCEAAkGBhQSEBQUExQUFRQWFxoXGBgYFxoXGBoYFBcXFBQYGBcYHCYeGhkjGhUXHy8gJCcpLCwsFx4xNTAqNSYrLCkBCQoKDgwOGg8PGiwkHyQsKSwsLCwsLCwpLCwsLCwsLCwsLCwsLCwsLCwpLCwsLCksLCwsLCwsKSwsLCwpLCksLP/AABEIAJUBUwMBIgACEQEDEQH/xAAbAAABBQEBAAAAAAAAAAAAAAAEAAECAwUGB//EADsQAAEDAgQDBQcEAgEEAwEAAAEAAhEDIQQSMUEFUWEicYGRoQYTscHR4fAUMkLxFVJyIzNiooKSsiT/xAAZAQACAwEAAAAAAAAAAAAAAAACAwABBAX/xAAmEQACAgICAgIDAAMBAAAAAAAAAQIRAyESMSJBE1EEMmFxkaEU/9oADAMBAAIRAxEAPwDyTBUIknkeiCcVpBmWn3wNu9Zq1ZVSSQqDttkU7SmUmrPHsaSTTeUnKITJPdFBFJ8bIh1UhsiNdx6IWi8otglpEStMHa0ImqYZR4gHNAhstE6AeFlr4F7g2HDuM6hY+CosbManQyPqtSmSQLrVC62ZZ1egXEz+p0sWgn4IzA1IlB4i1YDm34EorCU7mYCtAy9Bn6pMMV0UfdDnKtbTBuioCyAr96RqHl6IgUQpgdAoVYJ77oqnSfyUbl/Colw5AKyWZGIYQ8bSPmh8YySOiM4tmzNy5dPn00QuLFxKBjYgb29qZ/PmoCoBG6fF5gQWieaHFV0WjrqkuSToco2rCnY9gS/yQ2BPgkaQtYRztqiH0QOSvy+wXx+hYV+a/wAbK3GyBIE9/wBUsIwAx5KziQOQkePzTPQv2Z/+acLZVU/F1KnIAKDGrQp4FoALvRLSlL2NfGPoCxNaqGhpIIPIIrglJ0HUSdfwIPFAB0D87l0PBmHIJnpPopFeVkm6gZ9Og33rsxJbIR9aiHPDgRlFgI9UHxZuUnKCTq46Dpfmsd9Wo/tgmAYF9Fcp8dUDGDnuzdxL8zjk7WU3CDxrIuRHp8VXwun/ACJdJJXS+8GSwnofoiT5KwH4ujm6DJBgwPzYJ6NLWxkEaGPut04Vh/aInlb0VNPAXkEj8+CuiOQJRpHNYkSJuZ+JRUEggiY1Oo6WV1DBiZzd1ual/j3GbAeNj+dUxCmzIrTuG/DyQTn5XbrfrcPda3qsbHYaOYvpFvRBJaGwaeiL9EFXGlkSHgC3zQ9UgjndKl0Ohpkcg6pK8MPJJDxL5EuIDKGAQdbBZ7Wxmnl9F0P+OAaHOdJy67QseriiWut0n4Ickd2y8ctUjPUmJk7CsMezUyUJgEimRsonT1RrHWPcg6ZRlMCFoxdaFZDQpCaYhrbgb8vDVamGYA0CFl0f+2Iiw/paWFfYX2C3RMEwbi9AZ6egkEdLEH5orD67ITjTS73cayfhKJogw3nHyVL9mW/1QYFZNrIVzDuT+dyua09UwUWtfCkairbopOAhQojmHRN7zoFNjLGVUSNFKIDYrtOB5IPHssO/8siar+14fNUY52gv5oGNiCHDh1+Sz8RVMmdvzzWgK0BBObJ8UmS+h8H9l7KgeLC08+SNIQNLs3Hirf1mYECbjrurTrsFr6BcTxeD/wBOx/2+gQVXH1Hfue4+Kpc2FFc2eSTezbGEV0G4PES4A+BW4acgAAT+SVyy6bhtT3tMFzzGhAG4585Wr8fJfixGeFeSJCmxolzhmA2N/ur6HES1on90XG/21QOKDadx+7QZr+QGiBDnwTmkT2hp8U9yrQpQtGnjK8tcb32g79VmYe06fnNQZinGRsraeGLr3jxQ8uW0Go8VTLmvyEHQTpyncLYwlQk/u3WPQw+Y5Z8xJ9FucOwGQzLj3mP/AF5I4i5hL9IvB31lUkwYHqi8sHqhqrvz6JlCiqTyQ9XiLmA3mFfnA0GqAxgGul1GWkmWO9pR1HMEb8gqzxam8XMfEIRkE/tbHWZ9E1XDsP8AG/PT4ILmHxh/RFoMxBnf7quoyG/gVtLIwRItvz+6hjcQ2IEQdT0VPq2GrukMKz/9R/8AZJZZdyJSWb5v8/8AB/xBeP4k9xLSRAJHgD8FWZyGQNPH7hCzdEvachvprrvskxk5W2HxUaSBU4KZTaUmPYxjuCgrbQqimZF7KTJsPVG0DbVA00VQcQU3ExeRGnENsJ0jp5o7DV5aJ+qDwrw5pG4TVq+UDW35db4utmGSvQTjzJYf/LuP0RlJtwsX9dmyA2Idr0IK0aWKvyvzVppskotKjWaQp0gCLrNfUO11IEnUuHcUyxNGnltaEzx1HiUCyqSYk+KjBzTIDRtzKhKDnVARGiHcWjqfkqnYcdfgqnU41lWQZ5zOm3IQqsVc+CrZWaHZSYjyA6c1LGVWnQza190tuxqVAhZIMG+g39FU7BkXNt0bg3QO7Upqlcl3Ib8ul0LSCTd6ADRhTaBFldWbGkq2jw1xEmw5Wn7IeIXIAxuCmjnlssNxvleTlPdIPmsddZUw0U3B2UB1v2ybX11/pcq8XWL8mFOzVhnaoii+HcQNImNDY/IoRJZoycXaHNJqmbtWiHHMYJ5/ZVDDc+/RB4THlgjUbKVTiJK3rLBqzL8c7orpYjITAud+S0m1KfuxmcROwJN+5YripF6THLxGyx8jTw2MbSdIlw6QAd4votbD+0NM6hw2iZ8VzId1McvzVVZrq/ncQXhUjvaXFGO0IQ+KxrWyY7+7crjqeJcDIKuq45z/AN0EjeL+Y1To/kJoV/52mdKcS03EXMAj0WbxJxLgGzJ5HbqE+DbNITbU6yLaHp9kLiiOy7+XMGybKVxFxjUidGmZ0v325c0XVpERz77LMGK/2nzlSfiRHZte6pTSDcG2Te2H/f5qriAMA7T+SmrYiRunfVLmAbzogk000HFNNMCypI4YccvQpJfwjPkRL/GiL/neh8ZSyCOd76iF0Fdobc2GpK5nF1szyRpt3KZ1GC12LwylN76KkgmTtCxI1kmpnBJwTSib9FFlDVFhkFBUzdaLm21WjD0JyaZdhqwa4SLFaWJwIIubaA9/M7LIDbafmq2uD46DeeUzp5arXF+jLNe0CUvZSo4B1Mtfe0PabjaJkHvCdmHqMd2xeb7Eed12eGw7KhDiIcCDLXa7dqLOHfdH8Q4Eyu0lsNqQIJ0dFgHeG+uiiSiU5yl2cZiazabS52nqeQCwsR7QOJ7ADR5n1sifaum9jwxwLSJkdZhc+kZ88k6iOw4Y1yZs4HjFUvAkukxED0sujo1pExqsj2R4u2g6SJJtoCT0HJbNSr7zNVawsa46ToeRjQnXrKbgm/bF54LtIX6hwJkCNhuqq1xBFine/kh6laNStRloHGGyuEHsxpCox9UA8vhzSr4nL2iTFh3X2CBqVw+3ZEnU/ONEiUktGmEW9sKoVQZywTE628U9LMTBGvInxPcq24d1Ns9kiJDhbw6goqhVzBoFgROusqRf2W1XRTiqxbp+4akbI7BYwubfXRBVKzWuMiCbC2/PuVmLwrMpJdFRw5/VXYNJqmF8QxwYCCBOUiRtNgPVck9dLRwLTRe/XKIb3xc+A+K5x7dFk/Id6NOBUVubBhKFZiR2z3qDTCxtU6NCeiKMwVD3kj+1TXpaEaFLC1yxwcNkyHhLYMtx0SxODcx0EHoY1VbXCIi/NdtgWNrMBbeR/aqxHswx20LU/wAb3FmZfkepI48P9ed07qN7acytmt7JuE5XA+BBWdX4LWbqxxHMCR6JEsc1+yHLJB9MEbTvEgKQZe11BzCNRCelTJNpO57hqlLuqGFzcU4NygnedPQ6qNOqSRPcqXG6k2qRoUXyb2VxD2UQSRGmqKGAbHVZtDHFuwK0MPxEPcGhpvv13WyGSEjNOM10M7h99vJT/S2ROcSBa/y1UyyE/ihPJgnu06KDUldFWYeP4m6qb2byHz5lBpJLjSk5O2dJJJUhJwUyShZNxsoKQ0UUUt7KQ4K1MJVzarLCN4eb6/h3TsEnyoXlVo0DTgGNduihSrOka6TbSB90W1n0Vf6fQgjl8rc1vaMaYfw7iOVwLi4CNWkiI8IIXR1vaAG1E+8OW5AhoO1/DquUpUYEEmNYGnxWhSrlt2vIg3GWQbaQfkq37KaT6Mf2u4r76oMzYqNAa4gjKYvYRM3A12XPLquOcFfWcKrGNaXDtDNYkcs0QSBpzWVjfZ2tSpCqWjIY0cCQTpmGoWHLFuTZsxtKKQNw6owOGcEt5Ax6rq24jO+WPLWuphuXc5BYO0AFh1kWXHU3LQ4fxF9MktMD9uaJgkHTkSJ9UWJ1RU1Z0Dmkagqp10BTxb7nNrF9fjdWVeKlsZmD8+C6PJIw8GCcTYQLXusfPsugrllQCHtGYWB1WXX4TUB/bPcseeLe4mvDJJUys/tAJtqBv9lbhMaQIFzfKCBbrJVFPBuJhwLesFMMC/kUnlNbSGNRemy+mHe8GYyecgwD5roOF8BNd2Y2pjVxiXRy6dVd7Jew5qg1q/ZpDQTGcjX/AOI35rp8ViBHu6QhotItpa3IIvk4qmRQ5O0YfE8PNMtYAGgZQAOdvuuIxTYe4DnA8DHyXptXDZWdYJ25W1PeV55isNFTyPms/PkxsocVYJiWXK138FAwwcAS4gGeQMyPh5IfiuEyv6Q35LvcLgA7DN5ZRHkjjTti3fR5yxk0yN2oNuq1GNiq9h3n0QbsPcjxRyjaTRUZU2g/BY1+HcHNux2oOk79y7Ci4wDJMibGw3XFZs1Eg7f0t72axZdSDT/Gw7lrxunRlyq1Zp4jHgbSe6L8p0VdPHzyad9PirDhRMga76oWvTvmi/ddaBBHE1Q67mscJ/kLgd6xeM4gZSGta2eQAt+fFHYn/UX5ttN9/wAlYPEa0nfpPIfh8kjLKosfhjbAEkklyToDhGUWHOAAJaOXnJnqhaQuPPyVzKsNcZ7RMeG6fi1tgS2anD5c4lxADbAd+48EdWrBu7fEwsHCuhpJuJju6opmEBuXG2htfvWyE246Ms4K9mo0n/x9UlnkHYMj/iEkzkL4GNUiTGiiknhcns6IySSSohOmoKTHQUzhBRP9SvYynSfBHeoJ2lUnTLZ0uDdNip8QwfZm+swDqN/JAcKqWE6SB+dVu06jSBJ3jpJ5rrxfKJzJ3GRkPJYHTObUTE6AQPG/go18c/KBN5bB0nXWdEZiqzc94gHW4I6aTuhHObmgCTyHONu+6GS/oyL/AIaDHh7ADUcIs6L6wenPUck3Hc7qNJjTIH8SZAAB7UOuNddEA8ASdraGdbA9lX8MrZnlpMMLX5iWz+1hdIBIywQLzv4JbSemErW0YD8OWntfX1RWDxpaHNmWuEOESD9xsdlU/F7EBVFzeRCVUYvxf+zRtrYY3E5SIMg8xcd/NXuq57m8DRZZcOqm2voj+X0A8fsuq4b+QIHSV0PDMa2qyXFjXTETryIC5d9S6WJqAxlBtvuT8kHzcHoksXNbOy9wxxgEEgXgynHDByXGYbGOY4Oa4g9/xW0Pa4kXYJ5g6D+02P5MX+2hMvx5Lo6WpxGvlDHHNSYAGgWMDYjdaPCcZRduAdwV55jOPVX3ktaZAHlPw9UB+sfM5nTrMrJmcG/E14XOK8j1XitQOJAI0tC5HEYQF4PVg/8AaD4WQfBeLVXuyZmydM1pjaea0XYGsXsHu3GLS2D3aFIWOf7eh0skH4+wzjvDRDwBfK3L4GT4wtL2Xxk4fJN27fJabOGZqTXuBBu6DrIGUT4SsrDYP3VUmOy7RMxdUDlVO0cvUws4x0f7/wD61RXEeCmmBUiwmf8AiTBWn+h//tYQP3fE/ZbXtJVZSw5aYkggDvWxPVGJrds85xLMhcNnR6XW17HNs6Vk52vjNaLCN9R81v8AAcIabnWjb0vfzTIR8rQub8aNh9Cxj88UPVoyDrf5cke1tggeK49tIAuEySI3Ji3hK0WIo5vj+DyiWSCRJEG4GpHQHUfg59tY2zDMNL/ALR41iy9xdU/eYho0aNh5bLOc6RGl5Hjt6LBmflo34lUdl7mUnCQSw9e191T+jP8AHtf8b+mqqdSI2VmFY4u7NiJPcAJKVfJ00MqlpllOlDSTqbC3K5+SG1stLFVGjtS6YiHC99SCDEfVVcOwJeZ2RShbUUCp0nJluH4ZUEFpAncx8CrX8Nc2+clx0gEifBadOkRGoRbAf7WxYYpGV5m2YH6Wvy9T9UlsuoO/2f4aJKvj/rL+T+I45PCQUosuZFWbiCSSSEsSsq7Hp6hRa60KTTIjlcI11RTK0lJjZ2lOaapRbVksNwTJAvG/1HktrAOGh1mDPQBc3QrRay3MJVgNvmI3t33810MEk0ZM0WS4vhix8jtNqXjqLHxvPigqVR4dEiIsCP6vr6roH4ZtZkG38gRqDzH0XO4rhD2VIeTlvDheWzrE+nVFkTTtA45JqmEVToZaHbgT2oNhE81RUxWVr2tf+/svOUiROYATfXUdAo4ephwCKjHkye0HXI26d60+K8bw76DWswzWGMrXQJ2zHN/I6XN7m6Vyv6GJVrZzzqPUHuUCxOSNlAlZ5OP0aFYoTtKiklcvoIkXJOfKipgSLAIXsgmsnTXkk4DYyptqZXBw1B01uL72ITOqgvk3EyR8dlCDEEtkgxtynfxUQ5SLhHWfDp46qtWnRCxlYggixFwus9iuP1Dim03g1feOAmTLTzA0I5hceuo9gOM4fC4h1XEZyQwhga3N2nWJ1GgnzUk7VMuOpJnrFczAHU+sD0CE/wARmtyOYfMfFC8J9ssHVd/3gx3+tUe7NrRJ7Pqt3E4tjaZfIgCx280UdJUHKm2zmuNPZQc2qdW/ErgsfxB2Je57jDfywV/tNx39TWImKbfVZ2IryIYIAHotcFS2Ysjt6GwWFz1G8sw+pXZYd0F3UrD4Jg8rQ83nSL/hW2BPNa8caRkyO2EU64P9rl8axlOs4tcajiSWtI/aTubwY7lv+410M8/qo0uG02nM1rQef9omrBTowsP7NOrHPWdB5CJ8VPG+yIP7HR3jl3Lps48U3ut0Lxx9oJZJ+mcpR9koHaOY+MJhwBgqCZAEuJvED6my6qoYvHkFzfEuKPqZqdOm7WJO/wBEHCEV0GpTb7Ocx2V1V2QQ2bdy0eC4e51MbiQJ5dVrcMwLKbJgZouSLzv4I8V+5VDDT5MKea1xRXTo8yk+k2bq0uCocRzWijMIt6+qShmKSlF2cOnJSSdquJ0jrjJJJISCTg3TJKECsMWgy6Y3HPkisXXY8CBlPT0lZrXQrWVAREARv+brVDIkuIqUN2VPNyjsI4gQNT5IBxkndEYXERqLIMUkpbLyK4m7hsbeDoQW+XJSxWDcW9hwOZ0iSXFpifCdL9FnYWpcn+P03HSRqtam3abEBwOgBbuuivJGF+D0YbsZDnCowA3Di0ZZ7xoee2y1Md7qtQpMpR7xhIyloY5wO4Mw4yNJm9lDjfDszBVbJLRDgdYG/wCbQiMDjXVsI+mY/wCmwx2WlxgS27hYAaxcwFnppuLH2mlJHMe6Ki4QpZrpGmeRWN8a0jUQSUgwlNCWWMrmS913ATqXWAk7wNJOwVKShC1jzBAAuLmJNjNjsqk8plCCSTgJlCCU2GO/4fdRhMoQkURS4jVY0sbUcGHVuY5fLRDvYQYKYKL+EHzFHYTEti+aTY3sR4oOJ5KVNkG9wijNpgyjaOw4IIotE2ufMrWykC2i5bh/FMoDQCb2jr1W7huIGfqF14STjo5k4tS2FtMqxtJ0WUsNlP7jryAV1bEAHbkPn3KnOg4wsqDIUalc6JOr2sg6tYDdVdhUSr4zYfdUNe0/n1VD62uhKiKx5BGmA0XVwHa38eSFeL2Un4iNVD3qKwaLKb7apjU7yqjV6KMypZVF3vgkqsoSV2SjkknGSmSXDs6wkkklRBJJJKELKLATcwFF5vbRRTko7VUVWxKbDbonc3sgqAdCKuLK7CaDYm5mOfn3oilxAsbGv03Qj3CxH51U6VUF0u+3dC0RklpMVKN7Zu0uJhrO1faBrBMX8iEVSot96x9A9l7cobpDmicjj1EhYdLG02A5bugjpf8ANFdhsXTDAQYIe1xEwRFjlO+sp7mn7QjhXoMq4JrXGGwNdJEG40G0wmOAaW35Wy3k7/nRW8ZZleDTdLXC19Byy+aqwdEAf9Q5Rb9xIEa+aGSRItmXUw+UzEyN7IOjh8247tz1hdLhsKypLQ1zGRJdBIkHsi+vcEUfZQOILXtERB93HfMQCsU8bW0a4Svs5CvhS3Yx1EKhdTxHgdSnP8mj/X6feVh1cJJlviADbnqEja7GuvQEp5xbs99zfzslUpwVBECScOUqKSShB0ieVkylTF7d/koQV1dSwFRwlrSRon99Yzrsp0cUbAEg7o4qPsBtgwF7q2q2BI0OngtCvUD4DspMa/1BTsc1lgZO4It4K+BXMDwNc5xAnoV0mHfBvbmsIVcrwWwI5JVONPNtfzuWjHl+NUxM8fN2jtsI/fpzSxLp3v4LGwXGIYJIk/1qdUT+ubu6/wCck7lewUqVBjiY+SCrdNPzdL/INIjNPh9UzcYHCRHjYq1IjQHWbA/v1VRqOHLnr9kW/EbSPzooVHiEVgNAzqxMf3/Sr/UX3/OilUrCbFUtersqi39QoHEypNKdysocVE6rlMrslHPpJJLjnREkkkoQSnUbFkkkaWmV7IJwkkhRZfpI2iQqAEkk7J2kBEZPmSSSUGTNboFPDUs7gJhMkmQfKSTBek6NBrIeWEkhpN5g+a1cI0NMwCZ1NzbqUkluijHJnS0mgt0379de5WVGReTseWidJDJDIhVF2ZsG+yw+McFpk2GU8x3pJJLSHnO1cAIk3vHl1+yT+C0yJuNd+SZJUooXbMytw+Jvp0QhakkkzikMi2yKdro0SSSwxy9MCmSUISa8hWNxJ70klabKpEQ/dQJSSUbIaODeXDby5I2g/oEklqg7SM8tMLDBOgU3i+g8kkk4BlbqY5IN9AAkideaSSsoqezRSayEklaRC1M8pJIgSGdJJJQh/9k=[/img]

    Critique : Jusqu'ici je n'avais vu que trois films de Masaki Kobayashi ("Hara-kiri", "Rébellion" et sa fresque de dix heures "La Condition de l'homme" !!!) mais cela m'a suffit amplement pour que je le classe sans hésiter parmi les plus grands réalisateurs japonais de tous les temps ; donc c'est avec une impatience non dissimulée que j'attendais de voir "Kwaïdan"... Et je dois dire avec un étonnement mêlé d'une pointe de déception que je suis un peu partagé. Techniquement, le film est maîtrisé à la perfection, visuellement, on peut en dire autant le cinéaste en met plein la vue avec une superbe photo en couleurs étant particulièrement inspiré à ce niveau par les légendes fantastiques de son pays, c'est un régal pour les yeux, avec une mention pour la troisième histoire (la plus longue des quatre du film !!!) et plus précisément la reconstitution estampée de la Bataille de Dan-no-ura. Mais le côté négatif de l'ensemble c'est que ça reste froid, uniquement de l'ordre de la maîtrise visuelle et technique. On ressent de l'admiration pour ce que l'on voit, mais l'on ne ressent pas vraiment grand-chose pour ce qui est raconté. Pour quelqu'un à qui on doit des œuvres fortes au niveau de la tension et l'émotion, je ne peux être que désappointé pour cela. Bref la forme est un chef d'oeuvre, le contenu ou plutôt la façon dont il est raconté laisse sur sa faim...

    [img]http://r21.imgfast.net/users/2...[/img]

    [img]https://encrypted-tbn1.gstatic...[/img]

  • Old Soul

    un acteurs extraordinaire...

  • XB3_2012

    Un très grand acteur japonais !

A tourné le plus avec...
Hisashi Igawa
Voir tous leurs tournages communs
Toshirô Mifune
Voir tous leurs tournages communs
Autres stars avec qui il a tourné le plus
Top Stars du jour

Selon le nombre de consultations sur le site

Voir le top star complet
Bandes-annonces à ne pas manquer
Les 7 Mercenaires (The Magnificent Seven) Bande-annonce VO
Nola Circus Bande-annonce VO
Trolls Bande-annonce (2) VF
Voir du Pays Bande-annonce VF
Elektro Mathematrix Bande-annonce VF
La nuit et l'enfant Bande-annonce VO
Toutes les bandes-annonces à ne pas manquer
Forum

Discutez et débattez autour de Tatsuya Nakadai dans nos forums:

Tous les sujets sur Tatsuya Nakadai