Joel McCrea
Joel McCrea
© Metro Goldwyn Mayer (MGM)
  • Métier
    Acteur
  • Nationalité
    Américain
  • Naissance
    5 novembre 1905
  • Décès
    20 octobre 1990 à l'âge de 84 ans
Se connecter sur mon AlloCiné
Tweet  
 

Biographie Joel McCrea

  • 45 ansde carrière
    • 42 rôles
    42 films & séries tournés
  • 3,5note moyenne sur 5 888 notes sur sa filmographie
Découvrir toute sa carrière en chiffres clés

Filmographie Joel McCrea

Voir sa filmographie complète ses meilleurs films/séries

Photos Joel McCrea

43 photos

Vidéos de ses films et séries Joel McCrea

Commentaires

  • bobmorane63

    Il ya un oubli dans sa filmogrpahie, "Le convoi maudit" sortit en 1950, un Western avec Joel Mccrea et Barry Sulivan qui est un excellent western mais qui n'existe pas sur Allociné, si vous pouvez rectifier.

  • Plume231

    Je ferais la fiche du film dans quelques jours quand les bugs qui empêche d'avoir accès à certains noms seront je l'espère arrangés.

  • bobmorane63

    Merci beaucoup ;)

  • Plume231

    Le Convoi maudit (1950) de Roy Rowland

    [img]http://www.notrecinema.com/ima...[/img]

    Synopsis : Pendant la guerre de Sécession, trois soldats confédérés s'échappent d'un camp de prison du Missouri. Ils tombent bientôt entre les mains de voleurs pro-confédérés, qui les forcent à agir comme escortes pour un convoi de chariots transportant secrètement l'or des syndicats de Fe de Santa (Nouveau-Mexique) en direction de Saint-Louis (Missouri). Les trois hommes doivent mener les chariots dans un piège, mais l'un d'entre eux commence à avoir des craintes...

    [img]http://a.bricout.free.fr/image...[/img]

    Critique : Un pur produit de série B réalisé comme un bon petit soldat par un Roy Rowland impersonnel qui vaut surtout pour sa distribution. Joel McCrea excellent et charismatique comme toujours, l'actrice Arlene Dahl qui se révèle être d'une très grande sensualité surtout dans une scène de danse et comble de la curiosité le film compte la présence à son générique de l'acteur Ramon Novarro (eh oui! le Judas Ben Hur de la version muette de 1925), qui même si il a considérablement perdu de sa superbe, est impeccable. En outre, la scène de fusillade finale est très réussie. Pas grandement mémorable mais un bon film du genre.

    [img]http://a69.g.akamai.net/n/69/1...[/img]

    Note : 11,5/20

    [img]http://a.bricout.free.fr/image...[/img]

    Ah oui! Il faut que je créait la fiche du film.

  • Plume231

    La Madone du désir (1952) de Robert Parrish

    [img]http://img152.imageshack.us/im...[/img]

    Synopsis : Au milieu du XIXe siècle, le riche Rick Nelson se rend à San Francisco à l'appel de son ami Jim Martin, un journaliste. Ce dernier a besoin de son aide dans la lutte qu'il entend mener contre la corruption des hommes politiques locaux. A San Francisco Rick fait la connaissance de la fascinante Adelaide McCall, amie très proche d'un politicien corrompu. Tous deux tombent vite amoureux...

    [img]http://img513.imageshack.us/im...[/img]

    Critique : Un bon western qui révèle un style indéniable où l'humour sert à masquer sur la forme un fond sérieux. Dès la première scène, les dialogues pétillent par leurs ironies, il est donc que le film vire vers la fin un peu trop dans le mélodrame et perd un peu de sa causticité. On notera quelques belles scènes dont un duel final sur une plage. Joel McCrea est toujours aussi charismatiquement impeccable dans le rôle principal et on ne se lasse pas un seul instant de l'immense beauté d'Yvonne de Carlo. Sans être grandement marquant, ce drôle de western mérite quand même une découverte.

    [img]http://a69.g.akamai.net/n/69/1...[/img]

    Note : 12,5/20

    [img]http://img216.imageshack.us/im...[/img]

  • bobmorane63

    Elle est crée la fiche du "Convoi maudit" sur Allo :D ;) ?

  • Plume231

    Non, pas encore je recommence à contribuer sérieusement quand il y aura plus de bugs. Je te préviendrais de toute façon, garde ta critique au chaud.

  • bobmorane63

    Ok, merci!

  • anarion21

    (b]Les chasses du Comte Zaroff (1932) Ernest B. Schoedsack et Irving Pichel [/b]
    [img]http://multimedia.fnac.com/mul...[/img]

    Un chasseur de renom échoue sur une île à la suite d'un naufrage dont il est le seul survivant. Le comte Zaroff le recueille et le soigne, seulement, il se rendra bientôt compte que ce comte, raffiné et cultivé, entretient une mortelle passion pour la chasse. Las de la chasse conventionnelle, le mystérieux comte est à la recherche de nouveaux frissons...

    Tourné en 1932 dans les mêmes décors que le légendaire King Kong, Les Chasses du Comte Zaroff a malheureusement beaucoup vieilli dans le plus mauvais sens du terme.
    L'idée scénaristique avait du potentiel mais le réalisateur ne parvient pas à l'utiliser à bon escient. Le début du film sur le bateau est risible de prévisibilité. Par la suite, un léger sentiment d'inquiétude se fait jour lorsque le personnage de Rainsford interprété correctement mais sans plus par Joel McCrea découvre le chateau et le fameux Comte.

    Malheureusement, à partir de là, tout ou presque du déroulement de l'histoire est connu d'avance.
    La scène de poursuite dans la jungle est pas mal mais trop courte. Ceci est probablement du à la durée très courte du film en lui même qui ne dure que 1h et 3 minutes.
    Cette bonne impression de poursuite est malheureusement gachée par une scène finale risible qui m'a plus fait penser à une séance de kung fu qu'autre chose.

    Leslie Banksen Comte Zaroff est assez convaincant mais ne peut pas éclairer le film à lui tout seul si la réalisation et le rythme ne suivent pas. Pour nuancer selon le film compte tout de même de belles images et des décors sublimes intelligemment utilisés et peut être plus mis en valeur ici que dans King Kong.

    Au final, j'ai été assez déçu. Je m'attendais à beaucoup mieux, ayant forcément la comparaison avec King Kong en tête.

    11/20
    2 étoiles

    [img]http://www.enroweb.com/dotclea...[/img]

  • Plume231

    Coups de feu dans la Sierra (1961) de Sam Peckinpah

    [img]http://fribourg.cine.ch/images...[/img]

    Synopsis : Steve Judd, shérif à la retraite, doit aller chercher l'or d'une communauté de chercheurs et le ramener à la banque qui l'emploie. Il se fait accompagner par son vieil ami Gil Westrum et son jeune protégé Heck. Ceux-ci n'ont accepté le travail que pour s'emparer de l'or...

    [img]http://storage.canalblog.com/0...[/img]

    Critique : Je préfère le dire dès le début ce western m'a un peu déçu. C'est la réunion de deux monstres sacrés du genre d'un côté, Joel McCrea, qui n'a pas tourné dans un film majeur dans le genre mais qui n'en est pas moins un acteur dôté d'un grand charisme, de l'autre Randolph Scott, qui est surtout célèbre pour sa collaboration dans des séries B avec Budd Boetticher et qui nous gratifie ici d'un phrase pince-sans-rince à chaque fois au bon moment. A voir ces deux noms en-tête de générique, on peut s'attendre à un film crépusculaire et déchirant. Ce n'est pas le cas. Ca suit son bonhomme de chemin à part quelques coups de feu échangés de temps en temps mais presque rien. Donc rien de particulier qui submerge d'émotion à l'horizon. Et cela permet une transition dans le côté Peckinpah de la chose. Car le réalisateur est connu pour son côté très rentre-dedans. Hors rien ici non plus de tout cela à part quelques petits indices qui révèlent les futures bases de son univers comme la bande de frères particulièrement tarée et celui du père bigot complètement fêlé (oui, je sais ma phrase contient un pléonasme). Ce qui veut dire en résumé que niveau western crépusculaire-en-insistant-sur-les-bonnes-vieilles-valeurs-du-genre-et-qui-est-à-deux-doigts-de-tirer-les-larmes John Ford était le BOSS unique et incontestable et que Sam Peckinpah n'était pas super à l'aise sur ses plates-bandes. Ceci dit le film est très loin d'être mauvais, c'est même très honorable, mais cela reste trop classique.

    Note : 12/20 (***)

    [img]http://image.toutlecine.com/ph...[/img]

  • Plume231

    Primrose Path (1940) de Gregory La Cava

    [img]http://upload.wikimedia.org/wi...[/img]

    Synopsis : Issue d'une lignée d'alcooliques et de prostituées, la jeune Ellie Adams vit à Londres, dans le quartier déshérité de Primrose Hill. Son rêve : sortir de la misère, épouser un homme sobre et ne jamais exercer l'humiliante profession de sa mère. Employé d'une station-service non loin de chez elle, le beau Ed Wallas correspond trait pour trait à l'idéal masculin d'Ellie, et, par chance, il est singulièrement attiré par la jeune femme. Bientôt, ils parlent de se fiancer. Mais un dernier obstacle s'oppose au bonheur d'Ellie, sa propre famille qu'elle n'ose imaginer présenter à Ed. Elle se trouve pourtant contrainte de le faire un jour, et le résultat est aussi atterrant que prévu. Choqué, Ed rompt ses engagements...

    [img]http://cinemaniac.viabloga.com...[/img]

    Critique : Beaucoup plus connu pour ses comédies à très forte portée sociale dont le représentant le plus célèbre est incontestablement "My Man Godfrey", Gregory La Cava réalisait cette fois une oeuvre avec le même type de portée sauf qu'ici c'est par l'intermédiaire du drame. Ici l'histoire est très conventionnelle mais recèle de deux-trois choses intéressantes qui en font malgré tout un film qui vaut le détour. Primo : le tournage, en particulier dans la première partie, en extérieur suffisamment rare pour l'époque, surtout pour un film de ce genre, pour mériter d'être signalé. Et puis secondo : Ginger Rogers, qui montrait qu'elle avait plus d'une corde à son arc niveau talent, réussissant à être piquante et à donner beaucoup de force à son personnage tout en étant sobre, et qui se permettait même l'audace de jouer ici sans maquillage au temps où le glamour règnait en maître absolu. Et pour finir tertio : tout simplement parce que c'est un beau petit film.

    Note : 14/20 (***)

    [img]http://4.bp.blogspot.com/-kaN7...[/img]

  • Plume231

    Un Jeu risqué (1955) de Jacques Tourneur

    [img]http://www.cinemotions.com/dat...[/img]

    Synopsis : Wichita est une petite ville comme il en existe tant d'autres au Kansas. Aspirant au calme et à la tranquillité, c'est dans ce lieu paisible que le légendaire Wyatt Earp a décidé de s'établir. Sitôt arrivé, il fait la connaissance de quelques habitants des lieux, dont un vieil imprimeur sympathique et le maire, qui lui propose de reprendre dès que possible le poste de shérif. Earp refuse poliment mais fermement son offre. Mais, peu de temps après, une bande de hors-la-loi éméchés met la ville à feu et à sang. Le meurtre d'un enfant décide Earp à accepter l'insigne de shérif. Immédiatement, il fait interdire le port des armes dans les rues...

    [img]http://fiftieswesterns.files.w...[/img]

    Critique : J'ignorais jusqu'ici que Jacques Tourneur avait réalisé un film sur Wyatt Earp à Wichita, dont la trame avait déjà inspiré vaguement à Michael Curtiz le très divertissant "Les Conquérants" avec le couple mythique Errol Flynn et Olivia de Havilland. Après vu ce film, je sais maintenant que Jacques Tourneur avait réalisé un film sur Wyatt Earp à Wichita. C'est solidement charpenté, Joel McCrea a du charisme, Vera Miles a un joli minois et on ne lui en demande pas plus, la photo en Technicolor est belle, le scénario contient un rebondissement un peu étonnant et se suit agréablement. Ca ne révolutionne pas le genre, ça dure que 80 minutes qui passent assez, ça se suit agréablement.

    Note : 14/20 (***)

    [img]http://img686.imageshack.us/im...[/img]

  • Plume231

    Stars in My Crown (1950) de Jacques Tourneur

    [img]http://i2.listal.com/image/448...[/img]

    Synopsis : A peine arrivé à Walesburg, petite ville de l'ouest des Etats-Unis, le pasteur Josiah Gray fait son premier sermon, revolver au poing, au saloon. Les habitants, séduits, l'acceptent et lui construisent une église. Avec sa femme Harriet, ils adoptent un jeune orphelin, John, dont le meilleur ami est un vieux Noir, l'oncle Famous. Celui-ci vit dans une petite maison isolée, à proximité d'un gisement de mica. Le propriétaire de la mine ne cesse de le harceler mais Famous refuse de vendre son seul bien. Le Ku Klux Klan ne lui laisse pas de répit et le pasteur Gray prend la défense de Famous. Mais, en plus du racisme, la ville est aussi gangrénée par la maladie...

    [img]http://3.bp.blogspot.com/_SPYL...[/img]

    Critique : Plus à l'aise dans le registre du fantastique et du film noir, Jacques Tourneur a par l'intermédiaire de cette oeuvre réalisé la chronique d'une petite ville du Sud des Etats-Unis ayant pour pivot un pasteur juste, bon et droit dans ses bottes, incarné par un Joel McCrea, à travers, gros poncif du genre, les yeux d'un enfant, fils adoptif de ce dernier. Le pasteur arrive à s'imposer sans mal à ses ouailles, le nouveau docteur, fils de l'ancien, amoureux de l'institutrice lui n'y arrive pas, etc, etc... Pas de grande originalité à l'horizon, ça se regarde mais d'un oeil distrait. Seule originalité au tableau, une référence explicite au Ku Klux Klan, ce qui est très rare dans le cinéma de cette période, à travers le cas d'un propriétaire noir qui ne veut pas vendre ses terres. Dommage que celui-ci se résout trop facilement pour être crédible.

    Note : 9/20 (**)

    [img]http://tcmcinema.fr/wp-content...[/img]

  • Plume231

    Four Faces West (1948) d'Alfred E. Green

    [img]http://1.bp.blogspot.com/-2-Fa...[/img]

    Synopsis : Alors que la ville de Santa Maria, au Texas, fête l'arrivée du marshal Pat Garrett, connu dans tout l'Ouest pour avoir abattu le terrible Billy the Kid, le cow-boy Ross McEwen braque une banque à quelques pas de là afin de sauver le ranch de son père. Honnête homme avant tout, il signe au guichetier une reconnaissance de dette en gage de sa bonne foi. Immédiatement alerté, Garrett lève une milice qui prend en chasse McEwen, lequel a sauté dans un train. Durant sa cavale, il rencontre le mystérieux Monte Marquez ainsi que la belle Fay Hollister...

    [img]http://i1097.photobucket.com/a...[/img]

    Critique : Un western à regarder pour deux raisons qui le rendent unique : la première, il n'y a pas un seul coup de feu pendant toute la durée du film, et la seconde, il y a pas de méchant. Si vous croyez que ça ne soit pas possible qu'un tel western existe, eh ben regardez ce film pour vous prouver le contraire. Troisième raison que l'on pourrait ajouter, en plus de proposer un beau personnage masculin le film en propose aussi un beau qui soit féminin, chose beaucoup trop rare dans le genre où les femmes servaient plus à remplir le décor qu'à ajouter un véritable intérêt au récit. Et le duo Joel McCrea-Frances Dee (dans la vraie vie, ils ont donné l'un des plus longs mariages de l'histoire d'Hollywood !!!) fonctionne parfaitement. On peut juste reprocher à la seconde partie de sombrer un peu dans la mièvrerie mais la douceur et l'humanisme qui ressortent du film réussit à toucher.

    Note : 14/20 (***)

    [img]http://cdn.things-and-other-st...[/img]

On en parle sur Twitter
A tourné le plus avec...
Miriam Hopkins
Voir tous leurs tournages communs
Autres stars avec qui il a tourné le plus
Top Stars du jour

Selon le nombre de consultations sur le site

Voir le top star complet
Playlists
5 vidéos
LA SHORT PAUSE spéciale Batman - 5 courts métrages à déguster
5 vidéos
LA SHORT PAUSE #10 - 5 courts métrages à déguster
4 vidéos
Les 5 vidéos buzz de la semaine #23
Toutes les playlists
Forum

Discutez et débattez autour de Joel McCrea dans nos forums:

Tous les sujets sur Joel McCrea