Mon AlloCiné
Walter Pidgeon
facebookTweet
Métier Acteur
Nom de naissance

Walter Davis Pigeon

Nationalités Américain, Canadien
Naissance 23 septembre 1897
Décès 25 septembre 1984 à l'age de 87 ans
46
ans de carrière
47
films et séries tournés
2
nominations

Filmographie

Un Tueur dans la foule
Un Tueur dans la foule
Date de sortie inconnue
L'Odyssée sous la mer
L'Odyssée sous la mer
Date de sortie inconnue
Alerte à la bombe
Alerte à la bombe
Date de sortie inconnue
Funny Girl
Funny Girl
Date de sortie inconnue
L'Affaire Vatican
L'Affaire Vatican
Date de sortie inconnue
L'Assassin est-il coupable ?
L'Assassin est-il coupable ?
Date de sortie inconnue
L'affaire d'un tueur
L'affaire d'un tueur
Date de sortie inconnue
Toute sa filmographie Ses meilleurs films / séries Speednoter sa filmo

Photos

24 Photos
Commentaires
  • Plume231

    Man-Proof (1938) de Richard Thorpe

    [img]http://www.notrecinema.com/ima...[/img]

    Synopsis : Mimi a tout essayé pour devenir la femme d'Alan mais ce dernier a finalement choisi Elizabeth. Mimi décide alors d'obtenir un poste d'illustratrice à la New York Chronicle, où travaille son ami Jimmy. Mais lorsqu'Alan et Liz rentrent de lune de miel, Alan veut garder Mimi à ses côtés, ce pour quoi Mimi ne voit aucune objection, tout du moins au début...

    [img]http://tcmcinema.fr/programmes...[/img]

    Critique : Un film qui était inédit jusqu'à récemment en France. Et on peut comprendre pourquoi puisqu'à part le joli minois de Myrna Loy, il n'a absolument aucun intérêt. Franchot Tone a l'air aussi à l'aise qu'un thon rouge dans une boîte à sardines, Walter Pidgeon et Rosalind Russell sont fadasses à l'extrême. Dommage car le fait par exemple que le personnage de la mère qui écrit des romans d'amour aurait été plus exploité aurait donné un peu plus de pétillant dans un ensemble terne. Aucune cohérence ni de justesse en plus dans l'avancée psychologique des personnages. Pour tout dire, c'est un film qui porte le ruban de curiosité et qui ferait mieux de toujours le garder.

    Note : 04/20 (*)

    [img]http://3.bp.blogspot.com/_vOON...[/img]

  • tomPSGcinema

    QU'ELLE ETAIT VERTE MA VALLEE ( 1941 ) de John Ford

    [img]http://images.fan-de-cinema.co...[/img]
    Ma critique :

    Chronique de la vie d'une famille de mineurs du pays de Galles... Doté d'une éblouissante photographie en noir et blanc de Arthur Miller et d'une sublime partiton musicale de Alfred Newman, ce drame familial est un des films les plus poignant que John Ford aura réussi à nous offrir et qui sera récompenser à juste titre de 5 oscars ( meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur second rôle masculin pour Donald Crisp, meilleure photographie et meilleure direction artistique ). Evidemment, la mise en scène, qui fait preuve d'une immense sensibilité, est une des qualités majeurs de cette oeuvre qui possède des séquences d'une grande beauté ( mention spécial aux scènes où sont réunis Angharad et le pasteur ou encore celle se déroulant dans les mines ). Mais il ne faut pas non plus oublier l'interprétation qui est d'une grande sincerité de la part de l'ensemble du casting, notamment en ce qui concernen celle du petit Roddy McDowall ( qui tournera deux ans plus tard dans "La Fidèle Lassie" ) qui est bien touchant dans le rôle de Huw, mais aussi celle de Donald Crisp qui est absolument parfait dans le rôle du père de famille, ou encore la grosse prestation de Maureen O'Hara qui trouvait ici un rôle à la hauteur de son très grand talent. Quand à Walter Pidgeon il est tout simplement magistral à travers le personnage du pasteur, ce qui restera sans nul doute comme étant un de ses rôles les plus émouvant de sa carrière. En clair, on est donc en présence d'un immense chef-d'oeuvre d'humanisme de la part de John Ford ( qui tournera, sans que cela soit un pur hasard, la même année un autre drame familial, à savoir " La Route du Tabac " ) que tout les fans du cinéaste se doivent de posséder.
    [img]http://static.blog4ever.com/20...[/img]

    5*
    19/20
    68ème de mon top all time.
    10ème de mon top des années 1940.
    1er de mon top de l'année 1941.
    2ème/54 de mon top des films découvert en 2011.

    :hot: :hot: :hot: :hot: :hot: :hot: :hot:

  • tomPSGcinema

    [img]http://www.moviesunlimited.com...[/img]

    [b]MON TOP : WALTER PIDGEON[/b]

    1- Qu'elle était verte ma vallée (5*)
    2- Planète Interdite (4,5*)
    3- Le sous-marin de l'Apocalypse (2,5*)
    4- Tempête à Washington (2,5*)
    5- Tondelayo (1,5*)

    Il faut être tout à fait honnête, si on ne s'intéresse pas à la politique ( comme c'est mon cas ), il sera quand même difficile d'apprécier cette oeuvre à sa juste valeur. L'intrigue est vraiment fait pour les passionnés de politique, et en ce qui me concerne elle ne m'a guère passionner. Mais bon, Otto Preminger à clairement réussi son film d'un point de vue technique et il est arriver à maîtrisé avec talent son impressionnant casting, composé notamment d'Henry Fonda, de Charles Laughton, de Walter Pidgeon ou encore de la ravissante Gene Tierney qui n'avait pas tourné de film depuis quelques années. Pour mon cas personnel, il ne s'agit donc pas une oeuvre marquante, mais nombre de personnes devraient à coup sûr y trouver leur comptes.

    [img]http://www.cinematek.be/images...[/img]

    12/20

  • tomPSGcinema

    [img]http://www.cinemovies.fr/image...[/img]
    [b]MON TOP : WALTER PIDGEON[/b] ( 3,25* de moyenne )

    1- Qu'elle était verte ma vallée (5*)
    2- Planète Interdite (4,5*)
    3- La dernière fois que j'ai vu Paris (3,5*)
    4- Le sous-marin de l'Apocalypse (2,5*)
    5- Tempête à Washington (2,5*)
    6- Tondelayo (1,5*)

    La Dernière fois que j'ai vu Paris de Richard Brooks

    Doté d'une histoire bien touchante - même si elle n'est pas originale - et d'une interprétation tout en finesse de son excellent casting, ce mélodrame de Richard Brooks se suit avec pas mal de passions.

    16/20
    [img]http://a.bricout.free.fr/image...[/img]

  • Plume231

    Quand vient l'hiver (1947) de Victor Saville

    [img]http://www.movieposterdb.com/p...[/img]

    Synopsis : En 1939, la petite ville anglaise de Penny Green voit sa population basculer dans un profonde émoi, car Mark Sabre, auteur de livres scolaires, se comporte de manière peu recommandable. Trahi par celle qu'il aimait, il a récemment épousé Mabel. Idéaliste et rêveur, Mark s'ennuie ferme auprès de sa femme. Cette dernière est en effet beaucoup plus terre-à-terre que lui. A quelques jours de la déclaration de guerre qui va faire basculer le pays dans la Seconde Guerre mondiale, son premier amour, Nona, revient au village avec son mari, Tony. Mabel est sûre qu'elle n'a rien à craindre de la «revenante». Mark, de son côté, a lié connaissance avec une jeune fille enceinte, ce qui scandalise le village...

    [img]http://30.media.tumblr.com/tum...[/img]

    Critique : Se croyant certainement audacieuse, la MGM avait produit ce film a la mise en scène sans consistance et à un sujet beaucoup beaucoup trop sage qui sous prétexte de dénoncer l'hypocrisie n'en reste pas moins tristement conventionnel ce qui lui enlève toute force. La véritable audace aurait été que le personnage de Walter Pidgeon tout en étant marié se tape son ancienne maîtresse, incarnée par Deborah Kerr, et que ce soit lui qui met en cloque la jeune fille jouée par Janet Leigh (ce qui en ferait certainement le type le plus veinard au monde !!!). Là, il y aurait eu de l'audace, là ça aurait dépassé la limite de ce que les hypocrites appellent la morale et ça aurait donné un très grand intérêt à ce film qui n'en a aucun.

    Note : 5/20 (**)

    [img]http://i.ebayimg.com/t/JANET-L...[/img]

  • Plume231

    Les Trois Troupiers (1951) de Tay Garnett

    [img]http://images.fan-de-cinema.co...[/img]

    Synopsis : Londres, 1918. Le général Brunswick se souvient du bon vieux temps, c'est-à-dire de l'époque à laquelle il fut promu tandis que tout laissait à penser qu'il allait devoir affronter la cour martiale. C'était en 1890 aux Indes. Brunswick n'était alors que simple colonel et avait maille à partir avec trois fortes têtes : les soldats Ackroyd, Sykes et Malloy, dix-huit ans de service dans les armées de Sa Majesté et autant d'années de beuveries et d'indiscipline. Le trio infernal déclenchait où qu'il aille bagarres et esclandres, au grand dam du capitaine Pindenny qui, néanmoins, les protégeait de son affection. Jusqu'au jour où Brunswick eut une brillante idée...

    [img]http://s3.amazonaws.com/auteur...[/img]

    Critique : Le comique troupier et moi, ça a toujours fait deux. "Les Trois Troupiers" n'est pas du tout le film qui va me reconcilier avec le genre. Malgré un côté qui veut éviter le manichéiste (ben oui, ça faisait 4 ans à l'époque que l'Inde avait réussi à gagner son indépendace alors le genre colon blanc comme neige vs indigéne méchant très méchant façon "Gunga Din" ou "Les Trois Lanciers du Bengale" était un peu passé de mode !!!) et un casting attirant, on peine à sourir devant ces aventures comiques mal rythmés et aux personnages mal composés qui attirent plus l'indifférence qu'autre chose. Très vite oublié.

    Note : 7/20 (*)

    [img]http://www.mooncove.com/soldie...[/img]

Voir les commentaires
Back to Top