Mon AlloCiné
    Heather Sears
    facebookTweet
    Métier Actrice
    Nationalité Indéfini
    7
    ans de carrière
    6
    films et séries tournés
    1
    prix

    Filmographie

    Le Spectre maudit
    Le Spectre maudit
    Date de sortie inconnue
    Le Fantôme de l'Opéra
    Le Fantôme de l'Opéra
    Date de sortie inconnue
    Amants et fils
    Amants et fils
    Date de sortie inconnue
    L'île des réprouvés
    L'île des réprouvés
    Date de sortie inconnue
    The Story of Esther Costello
    The Story of Esther Costello
    Date de sortie inconnue
    Toute sa filmographie
    Commentaires
    • Plume231
      The Story of Esther Costello (1957) de David Miller [img]http://www.joancrawfordbest.co...[/img] Synopsis : A la suite de l'explosion de grenades, Esther, une enfant, perd la vue, l'ouie la parole et devient orpheline. Confiee a une horrible femme, le cure du village s'emeut et demande a une riche femme de l'emmener avec elle. Tres vite, la femme et l'enfant deviennent amies et Esther entre dans un centre de reeducation pour guerir. [img]http://www.legendaryjoancrawfo...[/img] Critique : On pense beaucoup à "Miracle en Alabama" d'Arthur Penn en regardant ce film puisqu'il raconte aussi l'histoire d'une jeune fille sourde, muette et aveugle. Mais on ne peut pas accuser cette oeuvre d'avoir copié le Penn pour la raison très logique qu'il est sorti cinq ans avant. De plus, l'origine de l'handicap ici est accidentelle alors que dans l'autre elle est de naissance. Et enfin, là c'est une histoire de pure fiction bien qu'il ne soit pas interdit de penser que certains éléments soient inspirés de la vie d'Helen Keller dont "Miracle en Alabama" raconte le début de sa difficile rééducation pendant son enfance. "The Story of Esther Costello" se concentre plutôt sur l'exploitation que l'on peut faire, parfois sans vouloir pour ce qui est du personnage de Crawford, d'une handicapée ce qui donne lieu à une réflexion qui ne manque pas de pertinence et qui donc met mal à l'aise. Si l'actrice du "Roman de Mildred Pierce" n'est pas crédible en bienfaitrice, Heather Sears est admirable dans un rôle très difficile et vole totalement la vedette à sa partenaire. Un film avec une bonne dose d'optimisme mais beaucoup plus sombre qu'il n'y parait. Note : 14/20 (***) [img]http://cdn103.iofferphoto.com/...[/img]
    • Plume231
      Amants et fils (1960) de Jack Cardiff [img]http://multimedia.fnac.com/mul...[/img] Synopsis : La ville minière de Nottingham en 1905. Walter Morel descend dans la mine depuis l'âge de quatorze ans et ne comprend pas que ses enfants hésitent à suivre son exemple. William, l'aîné, est parti travailler à Londres et Paul, qui montre des dispositions artistiques, songe à un poste de bureaucrate. Seul le plus jeune, Arthur, travaille avec son père. Mais un jour, il est tué dans une explosion... [img]http://s.excessif.com/mmdia/i/...[/img] Critique : Le réalisateur du film Jack Cardiff est un des plus grands directeurs de la photographie et, avec l'aide certainement non négligeable de Freddie Francis, donne une des plus belles images en noir et blanc vue au cinéma qui arrive à être veloutée tant en surlignant brillamment le grisâtre du cadre où se déroule l'histoire ; l'Oscar remporté n'était que justice face à ce brillant travail. Mais il ne faut pas que résumer cette adaptation d'un roman de D. H. Lawrence à sa somptueuse photographie, loin de là. Il faut aussi souligner la finesse de l'écriture scénaristique qui parvient à faire nous faire saisir les frustrations, leur étouffement par rapport à leur environnement, les contradictions, les aspirations des différents protagonistes ainsi que la perfection de l'interprétation (Dean Stockwell, Trevor Howard, Wendy Hiller, la mimi Heather Sears et Mary Ure tous formidables !!!). Résultat, une oeuvre superbe tout simplement. Note : 16,5/20 (****) [img]http://image.toutlecine.com/ph...[/img]
    • Plume231
      Le Fantôme de l'Opéra (1962) de Terence Fisher [img]http://lh5.ggpht.com/_Q9_MOdrS...[/img] Synopsis : Alors qu'on se prépare à la première de Jeanne d'Arc, la cantatrice, Maria Sorelli assure avoir vu un fantôme. Les phénomènes étranges se multiplient et l'opéra se transforme en cauchemar lorsque le corps du chef machiniste déchire la toile du décor, pendu à un cable. C'en est trop pour la Sorelli. Privée de Star, l'opéra organise un casting et c'est la jeune Christine Charles qui est retenue...et qui en plus d'attirer l'attention de son producteur...attire l'attention d'un mystérieux individu qui vit sous l'opéra. [img]http://a.bricout.free.fr/image...[/img] Critique : Adaptation totalement infidèle du chef d'oeuvre de Gaston Leroux, cette version est tout de même intéressante même si on se concentre beaucoup plus sur l'idée de vengeance du "Fantôme" que sur un quelconque amour pour la cantatrice et si la mise en scène de Terence Fisher manque parfois de vitalité. Je la trouve même supérieur à la version muette très surestimé de 1925 qui ne vaut que pour l'interprétation fabuleuse de Lon Chaney, des décors grandioses et une séquence de bal masqué en Technicolor. Herbert Lom est un choix étonnant mais plutôt convaincant pour le rôle-titre, Heather Sears, qui avait déjà réussi comme exploit de voler un peu la vedette dans "Les Chemins de la Haute-Ville" à notre Simone nationale, donne un supplément essentiel de charme à l'ensemble et Michael Gough s'en donne à coeur joie dans le rôle du salau[b]d[/b] du film. On peut se demander pourquoi le Fantôme enlève son masque à un moment (je vous dirais pas lequel, vous avez qu'à le regarder, nah!!!) alors que personne ne lui demande ou parce que ce n'est pas utile mais bon... Mais le film est assurément plaisant surtout par son côté imprévisible (puisque donc infidèle à l'oeuvre!!!) et regorge de bonnes idées (la partie de natation dans les égoûts par exemple!!!). Sans être une des grandes réussites de studios Hammer, une oeuvre digne d'intérêt. Note : 14/20 (***) [img]http://www.cinemotions.com/dat...[/img]
    • Plume231
      Les Chemins de la haute ville (1959) de Jack Clayton [img]http://images.allocine.fr/r_76...[/img] Synopsis : D'origine modeste, Joe Lampton est devenu employé de mairie à Warnley, une petite ville industrielle du Yorkshire. Il partage avec un ami une chambre dans le quartier chic de la haute ville. Joe est particulièrement ambitieux et prêt à tout pour réussir dans la vie. C'est ainsi qu'il séduit Susan Brown, l'insignifiante fille d'un riche industriel. Mais celui-ci, qui n'apprécie pas cette relation, éloigne très rapidement Susan. Joe rencontre alors Alice, une belle actrice française. Un profond sentiment naît entre les deux jeunes gens, bien qu'Alice soit déjà mariée. C'est le moment que choisit Susan pour réapparaître... [img]http://www.britmovie.co.uk/wp-...[/img] Critique : Laurence Harvey en arriviste qui n'en a pas les épaules vs l'hypocrisie et le puritanisme d'une petite ville de Province, devinez qui c'est qui gagne à la fin ? Aujourd'hui si ce drame réaliste est un peu resté c'est parce que notre Simone nationale a eu pour son rôle dans ce film la récompense suprême attribuée à une star de cinéma. Bien sûr que cela fait grandement plaisir à mon chauvinisme (de plus c'est une comédienne que j'apprécie beaucoup!!!) mais au risque de me faire incendier je trouve cet honneur un peu exagéré. L'actrice est tout à fait convaincante mais je ne trouve pas que son rôle ait vraiment quelque chose de spécial. Bon, ça c'est fait... Alors bien que je trouve ce "Une Place au soleil anglais" (mais avec quelques grosses différences tout de même!!!) un poil surestimé du fait d'une mise en scène un peu trop classique qui a parfois du mal à faire passer l'émotion, "Les Chemins de la haute ville" est une oeuvre plus qu'honorable. On peut signaler l'actrice à la trop courte carrière Heather Sears qui arrive à incarner un personnage fade et insignifiant sans pour autant l'être (ce qui était loin d'être évident...!!!) et le comédien, sur les épaules duquel tient le film, Laurence Harvey qui arrive à rendre le sien attachant en dépit (ou grâce!!!) à ses faiblesses et à qui on doit que quelques beaux éclairs de puissance (en particulier pour la scène finale!!!) arrivent à transpercer. Un peu déçu au vue de la réputation du film mais une découverte qui reste quand même digne d'intérêt. Note : 14,5/20 (***) [img]http://image.toutlecine.com/ph...[/img]
    • Plume231
      test
    Voir les commentaires
    Back to Top