Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Edward Arnold
facebookTweet
Métier Acteur
Nom de naissance

Günter Edward Arnold Schneider

Nationalité Américain
Naissance 18 février 1890 (New York City, NY, USA)
Décès 26 avril 1956 à l'age de 66 ans (Encino, Californie, USA)
24
ans de carrière
36
films et séries tournés

Biographie

Il fait sa première appartion sur les planches à l'âge de 12 ans en jouant Lorenzo dans une production d'amateur du Marchant de Venise au East Side Settlement House. Encouragé par le journaliste/dramaturge John D.Barry à poursuivre sa carrière d'acteur, il passe professionnel à 15 ans et rejoint le prestigieux Ben Greet Players peu de temps après. Il enchaîne les tournées avec Ethel Barrymore et Maxine Elliot puis travaille progressivement aux Chicago's Essanay Film Studios et aux New Jersey's World Studios pendant son adolescence. ...
Lire plus

Filmographie

La Fille de l'ambassadeur
La Fille de l'ambassadeur
Date de sortie inconnue
C'est pas une vie, Jerry
C'est pas une vie, Jerry
Date de sortie inconnue
Douze Hommes en colère
Douze Hommes en colère
Date de sortie inconnue
Traqué dans Chicago
Traqué dans Chicago
Date de sortie inconnue
6 filles cherchent un mari
6 filles cherchent un mari
14 novembre 1952
Annie, Reine du Cirque
Annie, Reine du Cirque
Date de sortie inconnue
Le Démon du logis
Le Démon du logis
Date de sortie inconnue
Match d'amour
Match d'amour
1 janvier 1949
Toute sa filmographie Ses meilleurs films / séries

Photos

Commentaires
  • Plume231
    Le Gangster de Chicago (1940) de Richard Thorpe et Victor Saville [img]http://img.over-blog.com/374x5...[/img] Synopsis : "Silky" Kilmount qui règne sur les distilleries Kilmount, applique les méthodes fortes pour diriger ses affaires. "Doc" Ramsey est son bras droit. Il a passé quelques années en prison à cause de son patron et il attend le jour où il pourra se venger. Un jour, Silky se trouve à la tête de l'héritage de son lointain cousin Lord Gorley et devient un véritable Lord anglais. Il se rend à Londres avec Doc, mais sa rusticité choque les Anglais. Son nouveau maître d'hôtel n'arrive pas à cacher son manque de manières... [img]http://image.toutlecine.com/ph...[/img] Critique : Encore une rareté inédite de Richard Thorpe découverte grâce aux bons soins de l'excellent Patrick Brion de son Cinéma de Minuit. Bon le bilan est plutôt moyen. Même si elle ne manque pas d'imprévus, l'intrigue est peu convaincante et cousue de fil blanc. On sent que l'ensemble est beaucoup forcé. De plus, une petite histoire d'amour dans tout cela (que voulez-vous c'est mon côté fleur bleue!) aurait rendu le film plus attrayant et moins sec. Mais la mise en scène est irréprochable et le trio Robert Montgomery (aux ricanements très amusants!)-Edward Arnold-Edmund Gwenn donne beaucoup d'émotions à leurs personnages. Pour tous les cinéphiles bercés un peu trop près du mur. Note : 11,5/20 (***) [img]http://www.cinemotions.com/scr...[/img]
  • Plume231
    test
  • Plume231
    Johnny roi des gangsters (1942) de Melvyn LeRoy [img]http://images.fan-de-cinema.co...[/img] Synopsis : Johnny Eager vit une histoire d'amour avec la belle Liz. Johnny est un gangster, et Liz, la fille du sheriff qui envoya Johnny derrière les barreaux... [img]http://image.toutlecine.com/ph...[/img] Critique : Si le film n'évite pas quelques longueurs, on a affaire ici un bon film noir comme on savait si bien les faire à l'époque. L'idée de départ est excellente et même si elle n'est pas toujours exploitée de manière totalement convaincante le spectateur ne peut qu'être pris par l'histoire qui ne le ménagera pas en rebondissements. La mise en scène solide de Melvyn LeRoy emballe très bien le tout. Pour ce qui est du casting, Van Helflin fait un numéro d'homme cultivé alcoolique en plein dans le rôle à Oscar (qu'il a eu par ailleurs!) mais je préfère en toute franchise l'interprétation beaucoup plus nuancée de Robert Taylor ici d'un très grand charisme qui joue ici, avec peut-être celui de l'avocat véreux de "Traquenard", son plus grand rôle à travers ce "roi des gangsters". Et pour finir Lana Turner parvient sans mal à se faire remarquer aussi par sa beauté très photogénique. Bref, comme je le disais au départ un bon film noir. Note : 13/20 (***) [img]http://image.toutlecine.com/ph...[/img]
  • Plume231
    Je ne suis pas un ange (1933) de Wesley Ruggles [img]http://1.bp.blogspot.com/_tLG4...[/img] Synopsis : La belle Tira est danseuse et dompteuse de lions dans un cirque itinérant. Ses représentations attirent de nombreux spectateurs mais rien n'est assez bien pour cette voluptueuse et vénale féline... [img]http://upload.wikimedia.org/wi...[/img] Critique : Scénarisé, dialogué et interprété par Mae West, je m'attendais à plus de piquant et de sous-entendus dans les dialogues au vue de la réputation sulfureuse des films avec l'actrice. Peut-être que la censure est un peu trop passée par là... D'où une p'chtite pointe de déception mais ça m'empêche pas que le film soit divertissant de début jusqu'à la fin grâce à un casting impeccable. A ce niveau, le film tient surtout sur la personnalité unique de l'actrice. On peut noter aussi que son partenaire masculin qui n'est autre que Cary Grant montrait déjà de sa séduction et de son charisme monstrueux. Agréable. Note : 13/20 (***) [img]http://robie2008.files.wordpre...[/img]
  • Plume231
    Crime et châtiment (1935) de Josef Von Sternberg [img]http://www.doctormacro.com/Ima...[/img] Synopsis : Roderick Raskolnikov, brillant étudiant en criminologie doublé d'un écrivain, vit très mal de ne pas pouvoir subvenir aux besoins de sa famille. Quand il rencontre Sonya, une prostituée sous la coupe d'un prêteur sur gages, Roderick prend conscience que la loi ne devrait pas toujours s'appliquer à certaines personnes. Il lui vient alors l'idée de débarrasser le monde du prêteur sur gages et de sauver les vies de Sonya et de sa famille. Porphyre, l'inspecteur chargé de l'enquête sur la mort du prêteur sur gages, rencontre Raskolnikov et trouve un homme qui s'accroche avec beaucoup de froideur à son idée directrice mais qui est en réalité rongé par la culpabilité... [img]http://storage.canalblog.com/6...[/img] Critique : Ouais, ouais, ouais, je suis très loin d'être un grand spécialiste de Dostoïevski mais il ne faut pas forcément avoir BAC L+36 pour voir que son roman a été considérablement javellisé à la sauce hollywoodienne. Et même, si on oublie Dostoïevski, si on oublie que c'est une adaptation, en le prenant en tant que simple film c'est ennuyeux et pas crédible une seconde. On tente de nous faire croire qu'on est dans les bas-fonds de la Russie tsariste avec des costards élégants des années 30 et les décors sont constitués avec le minimum syndical (et même en-dessous!!!). Josef Von Sternberg est particulièrement pas du tout inspiré par le mauvais scénario et n'arrive jamais ne serait-ce à foutre une petite seconde ce qui fait la magnifience de ses grands films. Mais la grosse cata vient surtout des personnages, en particulier celui de Raskolnikov, et ce n'est pas l'interprétation outrée de Peter Lorre (un coup, je suis paniqué, la scène suivante, je suis cool, la scène d'après, je suis paniqué, ensuite je suis à nouveau cool etc..., quelle subtilité!!!) qui arrange l'affaire. Allez j'évite la bulle parce que la photo de Lucien Ballard et la bouille de Marian Marsh sont agréables à regarder, mais c'est vraiment parce que je ne veux pas mettre zéro. Note : 3/20 (*) [img]http://1.bp.blogspot.com/_zGre...[/img]
  • Plume231
    Cardinal Richelieu (1935) de Rowland V. Lee [img]http://images.moviepostershop....[/img] Synopsis : Issu d'un lignage dont la noblesse était douteuse et affligé d'une soeur guettée par la folie, Armand de Richelieu commence sa carrière politique dans l'ombre de Concino Concini, le favori de Marie de Médicis. L'assassinat de ce dernier, sur ordre de Louis XIII, le relègue un temps dans son évêché crotté de Luçon avant un fulgurant retour en grâce qui fait de lui le véritable maître du royaume. Mais cette puissance lui vaut la haine des grands féodaux qui, fomentant une révolte, cherchent appui auprès du pape. Ces intrigues font vaciller le pouvoir du cardinal et mettent en danger la sécurité du royaume de France... [img]http://www.farrow-osullivan.co...[/img] Critique : Il était vraiment sympatoche ce Richelieu. Il réunissait les amoureux, se battait toujours et uniquement pour son roi et son pays jamais pour sa propre pomme, pardonnait aux conspirateurs, etc... Ouais, bon bref tout cela pour dire qu'on a affaire à une vision très hollywoodienne du fameux cardinal. Et pourtant les décors, le rythme, les acteurs, en particulier le comédien britannique George Arliss qui s'en donne à coeur joie dans le rôle-titre, font de ce film un spectacle très agréable à regarder. Une récréation, peut-être pas historique car ce serait un bien grand mot, bien plaisante. Note : 12/20 (***) [img]http://t1.gstatic.com/images?q...[/img]
Voir les commentaires
Back to Top