Mon AlloCiné
Nagisa Oshima
facebookTweet
Métiers Réalisateur, Scénariste, Acteur plus
Nationalité Japonais
Naissance 31 mars 1932 (Kyôto - Japon)
Décès 15 janvier 2013 à l'age de 80 ans (Fujisawa - Japon)
48
ans de carrière
27
films et séries tournés
1
prix

Biographie

Né au pays du Soleil Levant, le 31 mars 1932, Nagisa Oshima s'oriente vers le droit et la politique en premier lieu, à travers ses études à l'université de Kyôto. Diplômé en 1954, il bifurque immédiatement en intégrant la Shochiku Film Company où il officie en tant qu'assitant-réalisateur (pour Masaki Kobayashi ou Yoshitaro Nomura notamment) et publie des critiques cinématographiques dans la revue du studio, jusqu'en 1959. Cette année-là, la compagnie lui donne sa chance en lui offrant la possibilité de mettre en scène son premier long métrage : Une Ville d'amour et d'espoir.Suivent Contes cruels de la jeunesse et L'Enterrement du soleil, qui confirment le vent de fraîcheur apporté par son style et ses sujets, et font de lui le chef de la Nouvelle Vague de la Shochiku... qu'Oshima n'hésitera pas à braver pour tourner, à son insu, Nuit et brouillard au Japon (1960). Mettant en avant son e... Lire plus

Filmographie

La Trilogie de la jeunesse
La Trilogie de la jeunesse
18 juillet 2007
Tabou
Tabou
17 mai 2000
Level Five
Level Five
19 février 1997
Max Mon Amour
Max Mon Amour
Date de sortie inconnue
Furyo
Furyo
1 juin 1983
L'Empire de la passion
L'Empire de la passion
Date de sortie inconnue
L'Empire des sens
L'Empire des sens
Date de sortie inconnue
Une Petite soeur pour l'ete
Une Petite soeur pour l'ete
Date de sortie inconnue
Toute sa filmographie Ses meilleurs films / séries

Photos

18 Photos

News

Décès : ils nous ont quittés en 2013...
NEWS -
dimanche 15 décembre 2013
Retour sur les grandes figures du grand et du petit écran, disparues depuis le début de l'année.
Hommage à Nagisa Oshima et à son '"Empire des sens"
NEWS - Stars
samedi 26 janvier 2013
Lundi soir, Arte rendra hommage au réalisateur Nagisa Oshima, décédé le 15 janvier dernier, à l'occasion d'une soirée spéciale...
6 news à propos de cette star
Commentaires
  • Plume231
    L'Empire des sens (1976) de Nagisa Oshima [img]http://www.photos-films.com/fl...[/img] Synopsis : Dans une auberge de Tokyo, en 1936, Kichizo, le propriétaire, remarque la servante Sada Abe, lors d'un incident où elle manie le couteau de cuisine avec dextérité... Il est attiré vers elle par un puissant désir sexuel, mais, au lieu d'être rapidement satisfait de ses relations, celles-ci ne font qu'aiguillonner son désir, et sa virilité, sans cesse sollicitée par Sada... [img]http://www.lexpress.fr/medias/...[/img] Critique : Rarement l'audace dans l'érotisme aura été poussé aussi loin que dans cette oeuvre audacieuse où l'incroyable frénésie sexuelle des amants du film est contrebalancée par l'élégance visuelle de la mise en scène de Nagisa Oshima. Rien n'est épargné à l'image pour donner plus l'impression au spectateur de ne pas être un voyeur mais plutôt un témoin des événements, de cette quête de la jouissance suprême qu'on ne peut que trouver soit dans le sexe, soit dans la violence ou soit en réunissant les deux comme ce sera le cas ici. La musique ensorcelante et les jeux des deux acteurs qui se donnent à fond dans leurs rôles achèvent de rendre "L'Empire des sens" comme une oeuvre indispensable du cinéma. Note : 15,5/20 (****) [img]http://www.linternaute.com/cin...[/img]
  • Tom-A
    Tu m'étonnes !
  • christo8684
    L'empire des sens j'ai toujours trouvé ça sans grand intérêt (même si je le préfère au navrant Max mon amour), ça manque de profondeurpar contre j'aime beaucoup Furyo (la bo déchire), et je conseille à ceux qui connaissent pas "Contes cruels de la jeunesse", un bon film social sur la jeunesse japonaise des années 60 (un des films fondateurs de la nouvelle vague japonaise il me semble, mais je dis peut être des conneries)
  • Zarbondu74
    L'empire des sens j'ai regarde les 30 minute apres je suis endorme fauit j'essaye de voir entier Max mon amour j'ai trouve sa plus moyen je bien fait chier tout le le long pour le moment Oshima j'arroche pas :saint:
  • christo8684
    [quote]L'empire des sens j'ai regarde les 30 minute apres je suis endorme fauit j'essaye de voir entier[/quote] faut que tu voies la scène de l'oeuf, elle est marrante ; par contre pour le reste prépare ta cafetière (sauf si t'es fan de fellation)
  • Zarbondu74
    j'ai beaucoup de mal avec ce genre de film j'ai du mal regarde :sweat: je vais essaye j'ai survire au dernier tango a paris :lol:
  • christo8684
    moi aussi j'ai survécu au dernier tango mais ce ne fut pas sans quelques séquelles, à chaque fois que je prends du beurre j'ai le visage de Maria Schneider qui apparait :sweat: mais pour L'Empire des sens je conseille quand même de rester jusqu'à la fin, si t'es amateur de série Z tu risques d'être comblé :lol:
  • Zarbondu74
    je essaye une 2ème fois L'Empire des sens :crazy: mais de Oshima j’aimerais voir Tabou, Furyo et Nuit et brouillard du Japon :saint:
  • christo8684
    Tabou c'est vraiment médiocre je trouve... Sinon, je garde un bon souvenir de L'Enterrement du soleil, même s'il faudrait que je le revoie
  • Zarbondu74
    oui il y a pas une filmo qui intéressant des masse apres c'est j'ai vu je suis pas encourage a contuie :saint:
  • AMCHI
    [quote]Tabou c'est vraiment médiocre je trouve...[/quote] je l'ai enregistré mais pas encore vu [quote]par contre j'aime beaucoup Furyo [/quote] moi aussi pareil autant L'Empire des sens je l'ai trouvé sans intérêt et ennuyeux autant Furyo je l'ai adoré
  • Zarbondu74
    L'Empire des sens pas vu entier mais les 30 minute que j'ai vu :sleep:
  • Zarbondu74
    [b]MON TOP NAGISA OSHIMA[/b] 1. L'Empire des sens (2*)2. Max mon amour (1*) c'est pas mais vraiment pas top je ressent beaucoup ennui je trouve peut intérêt dans c'est film je veux voir Furyo, Tabou et Nuit et brouillard du Japon :D
  • Plume231
    À propos des chansons paillardes au Japon (1967) de Nagisa Oshima [img]http://pmcdn.priceminister.com...[/img] Synopsis : Alors que le gouvernement japonais vient de rétablir le «jour de la fondation de l’Empire», abrogé après-guerre pour ses connotations nationalistes, Nakamura, Ueda, Maruyama et Hiroi passent à Tokyo leurs examens d’entrée aux grandes universités. Tous pourtant ne pensent qu’à une chose : le sexe. Ils partent ainsi à la recherche d’une jeune fille dont ils ne connaissent que le numéro d’examen. Mais ils croisent le chemin d’un professeur d’université, Otake, qui les initie bientôt aux secrets des chants paillards… [img]http://img.filmsactu.com/datas...[/img] Critique : Je ne pense pas que le but de Nagisa Oshima était d'emmerder le spectateur en réalisant ce film mais si ça avait été le cas, le challenge aurait été pleinement rempli. La photographie superbe et la composition de plans larges montrent incontestablement que Oshima est un esthète. Il n'est pas difficile non plus de comprendre que le cinéaste a voulu montrer une jeunesse qui pense plus à baiser qu'à se révolter. Mais le problème, c'est que le réalisateur tourne très vite en rond pendant plus de 100 minutes qui paraissent très vite interminables. Des scènes inutiles et se ressemblant désespérement toutes n'arrêtant jamais de se succéder, on n'a pas de mal à rentrer dans une certaine torpeur. Seule la dernière scène arrive à nous en faire sortir. Si vous avez quelques problèmes d'insomnie, c'est exactement ce qu'il vous faut. Note : 5/20 (*) [img]http://storage.canalblog.com/1...[/img]
  • Plume231
    L'Obsédé en plein jour (1966) de Nagisa Oshima [img]http://storage.canalblog.com/5...[/img] Synopsis : A Kobe, Shino Shinozaki travaille comme domestique quand sa riche patronne est violée et assassinée. Shino connaît bien le meurtrier. Il s'appelle Eisuke Oyamada et a abusé d'elle quand elle était jeune. Plutôt que de révéler l'identité du tueur à la police, Shino décide d'écrire à son époux et se remémore les moments qu'elle a passés avec Eisuke... [img]http://www.cinemotions.com/dat...[/img] Critique : Traiter d'un tueur en série violeur, c'est un sujet horrible mais pour notre inévitable fascination c'est a-priori passionnant. Et on ne peut pas enlever à Nagisa Oshima de ne pas être un manchot pour ce qui est du choix des cadrages, du noir et blanc et du montage. Mais le cinéphile que je suis s'est hélàs plus concentré à ne pas piquer du nez que sur le film en lui-même intellectualisé à fond (euphémisme cinéphilique désignant le fait de rendre chiant une histoire qui n'a pourtant pas lieu d'être rendu ennuyeuse !!!). Désolé pour la maigreur de l'argumentation mais elle montre très bien l'état d'esprit duquel je suis sorti du film. Note : 6/20 (*) [img]http://www.iletaitunefoislecin...[/img]
  • Plume231
    Eté japonais : double suicide (1967) de Nagisa Oshima [img]http://img.filmsactu.net/datas...[/img] Synopsis : Dans un futur proche, au Japon, les rues sont désertées par les civils. Seuls circulent les cars de police ou les escouades militaires. Au milieu de cet environnement hostile, la jeune Nejiko tente de séduire les policiers et les soldats mais se fait éconduire. Elle finit par rencontrer Otoko, un déserteur. Il n'est pas intéressé par la relation sexuelle qu'elle lui propose. Otoko ne souhaite qu'une chose : trouver quelqu'un qui acceptera de le tuer.... [img]http://img.filmsactu.com/datas...[/img] Critique : Décidément le jeune Nagisa Oshima de la Nouvelle Vague japonaise avec ses pensums lourds, j'aime pas du tout. Je préfère très largement le Oshima plus tardif. Comme "À propos des chansons paillardes japonaises" et "Violences en plein jour", "Eté japonais : double suicide" est une oeuvre chiante. La grande différence avec les deux autres films cités qui se déroulaient dans le cadre de son époque, là on est plus dans une sorte d'anticipation brassant des thèmes comme la violence, le sexe et le patriotisme. Le début est intriguant, la fin se distingue par de l'action mais entre les deux zzzzzzzzzzzzzzzzzzz........ le cinéaste traînant ses personnages dans le bavardage et la caricature. Et le problème, c'est que le milieu est beaucoup plus long que le reste. Note : 6,5/20 (*) [img]http://www.cinemotions.com/dat...[/img]
  • AMCHI
    je ne me suis pas ennuyé devant ce film :saint: sinon pas vilaine la Japonaise potelé :D
  • Plume231
    [quote]sinon pas vilaine la Japonaise potelé[/quote]A moins d'être un peu ivre, d'avoir une envie sexuelle vraiment pressante et de ne pas avoir une autre fille sous la main, il faudrait avoir du courage pour baiser ça. :D Oui, j'ai mes jours de subtilité aussi. ;)
  • AMCHI
    tu t'es vraiment ennuyé devant ce film alors :lol:
  • Plume231
    Tabou (1999) de Nagisa Oshima [img]http://www.encyclocine.com/fil...[/img] Synopsis : Un magnifique androgyne (incarné par Ryūhei Matsuda) fait son entrée dans une milice de samouraïs Shinsen Gumi. Cette arrivée suscite un tel engouement chez les autres hommes qu'elle donne lieu à des crimes, des suspicions et des meurtres. [img]http://4.bp.blogspot.com/_Zp-Y...[/img] Critique : Il semblerait que je sois condamné à aimer de Nagisa Oshima que "L'Empire des sens" (bien que je n'ai pas encore vu "Furyo" donc la situation n'est peut-être pas désespérée !!!). Ses premiers films style Nouvelle Vague japonaise m'avaient pas du tout emballé, son dernier non plus. Aborder l'homosexualité dans le milieu qui se veut très strict des samouraïs et les ravages involontaires qu'il cause dans cette structure a-priori solide pouvait donner un sujet passionnant. La musique entêtante de Ryuichi Sakamoto et l'idée très bonne de mettre des intertitres (hélàs vite abandonnée !!!), une recherche visuelle paraissaient vouloir aller dans ce sens. Mais le traitement trop hermétique, l'absence totale d'émotions, que donne le réalisateur, la froideur des personnages et, ce qui découle peut-être de ceci, les acteurs que l'on sent peu concerné par leur rôle en font vite une oeuvre ennuyeuse. Un exercice vain faute de consistance. Note : 6,5/20 (*) [img]http://www.cinemotions.com/dat...[/img]
  • AMCHI
    [quote]bien que je n'ai pas encore vu "Furyo" donc la situation n'est peut-être pas désespérée [/quote] 5 étoiles pour moi :bounce:
  • tomPSGcinema
    le mien :) MON TOP : NAGISA OSHIMA 1- L'Empire des sens (3,5*) 16,5/202- Tabou (3*) 15/203- L'Empire de la passion (3*) 14,5/20 :bounce:
  • Plume231
    OK :)
  • AMCHI
    Mon top Furyo 5*L'Obsédé en plein jour 3.5* (appelé Violence en plein jour sur Allociné)Été japonais : double suicide 2*L'Empire de la passion 1*L'Empire des sens 1*
  • AMCHI
    [img]http://www.cinemotions.com/dat...[/img] Violence en plein jour ainsi appelé par Allociné c'est un film de Nagisa Oshima que j'ai vu sous le titre de L’obsédé en plein jour qui me semble plus approprié ; un film étrange qui traite de la relation ambigüe entre un tueur et une de ses victimes (il l'a violé mais pas tué). Oshima utilise judicieusement un retour permanent entre le passé et le présent sans que cela nuise à la narration. On pourrait reprocher le côté intellectuel de L’obsédé en plein jour et de ne pas accentuer le suspense mais c'est sans doute voulu. Oshima se concentre sur la relation étrange entre ses personnages, le film est malsain mais moi qui avait peur de m'ennuyer j'ai bien fait de satisfaire ma curiosité car je suis tombé sur un film qui est loin de m'avoir déplu. 3.5 étoiles
  • AMCHI
    [img]http://cine-serie-tv.portail.f...[/img] Passer la 1ère demi-heure Été japonais : double suicide devient plutôt ennuyeux en se prélassant dans des scènes trop bavardes n'apportant pas grand chose à l'intrigue et le final na rien d'enthousiasmant. Et c'est dommage car Été japonais : double suicide débutait bien ou on se laissait prendre par le côté décalé de ce film japonais mais Oshima ne pousse pas assez cet aspect du film donc après 30 minutes j'ai finalement décroché de Été japonais : double suicide. 1.5 étoile
  • Plume231
    Furyo (1982) de Nagisa Oshima [img]http://images.allocine.fr/r_16...[/img] Synopsis : Java, en 1942. Le capitaine Yonoi dirige avec morgue et mépris un camp de prisonniers anglais. Seul échappe à son intransigeance le lieutenant-colonel Lawrence, qui connaît aussi bien la langue que la civilisation japonaises. Le major Celliers, officier d'élite qui s'est rendu aux Japonais et que Yonoi a sauvé de la mort, arrive au camp de prisonniers. Entre les deux hommes se joue une lutte pour l'honneur. Yonoi contraint un garde coréen à se faire hara-kiri devant les détenus parce qu'il a eu une relation homosexuelle avec l'un d'entre eux. Devant le dégoût manifesté par les prisonniers, Yonoi ordonne deux jours de jeûne. Celliers se rebelle... [img]http://media.paperblog.fr/i/57...[/img] Critique : Il y a le Nagisa Oshima très chiant (tous les films qu'il a tourné dans les années 60 et son dernier "Tabou" !!!) et le Nagisa Oshima envoutant ("L'Empire des sens" !!!), et "Furyo" fait magnifiquement partie de la deuxième catégorie. Pendant deux heures qui filent assez vite, on a le droit à un choc de cultures dans une atmosphère très trouble agrémenté d'homosexualité latente que ne fait qu'accentuer une musique géniale et plus qu'inoubliable de Ryuichi Sakamoto. David Bowie est impénétrable à souhait (le réalisateur a quand même l'intelligence d'inclure deux flashbacks pour qu'on le comprenne en partie et qu'on s'y attache !!!), Ryuichi Sakamoto (oui, le même type qui a composé la musique !!!) excelle dans le rôle du capitaine sadique et efféminé, Tom Conti brille dans la peau du type le plus pragmatique et lucide de l'histoire, et Takeshi Kitano fait comprendre pourquoi il est devenu une star incontournable par la suite en sergent brutal mais au final humain et sympathique. La dernière scène apaisée et sage achève de nous laisser sur une très bonne impression. "Le Pont de la Rivière Kwaï" passé à la moulinette Oshima, ça donne quelque chose de très bon, de très très bon. [img]http://r21.imgfast.net/users/2...[/img] [img]http://image.toutlecine.com/ph...[/img]
Voir les commentaires
Back to Top