Mon AlloCiné
    Jerzy Radziwilowicz
    facebookTweet
    Métier Acteur
    Nationalité Polonais
    Naissance 8 septembre 1950 (Varsovie - Pologne)
    Age 68 ans
    37
    ans de carrière
    13
    films et séries tournés

    Biographie

    Acteur très populaire en Pologne, Jerzy Radziwilowick commence sa carrière au cinéma en 1976 sous la direction d'Andrzej Wajda avec qui il tourne 4 films. Dans son premier film L' Homme de marbre, il incarne un personnage bon, courageux et honnête incarnant ainsi l'archetype même du polonais d'après guerre. Il tourne en 1981 la suite L' Homme de fer. En 1985, il tourne avec un autre réalisateur compatriote Krzysztof Kieslowski dans Sans fin. Fort de son succès national, il entame un carrière international avec des réalisateurs européens tels que Jean-Luc Godard dans Passion , Yves Angelo dans Un air si pur, Jacques Rivette dans Secret Défense ou Michel Piccoli dans La Plage noire.

    Filmographie

    Histoire de Marie et Julien
    Histoire de Marie et Julien
    12 novembre 2003
    L'Homme des foules
    L'Homme des foules
    18 avril 2001
    La plage noire
    La plage noire
    12 décembre 2001
    Bill Diamond
    Bill Diamond
    7 février 2001
    Secret Défense
    Secret Défense
    18 mars 1998
    Un air si pur
    Un air si pur
    3 septembre 1997
    Confidences à un inconnu
    Confidences à un inconnu
    17 janvier 1996
    Les Possédés
    Les Possédés
    Date de sortie inconnue
    Toute sa filmographie Ses meilleurs films / séries

    Photos

    10 Photos
    Commentaires
    • AMCHI
      [img]http://images.allocine.fr/r_76...[/img] Suite de L'Homme de marbre L'Homme de fer s'il est moins réussi dans sa mise en scène et peut-être son histoire il n'en reste pas moins passionnant pour découvrir la portée qu'a eu Solidarnosc (Lech Walesa y joue son propre rôle) en Pologne ; les près de 2h30 de L'Homme de fer se suivent avec beaucoup d'intérêt et ce film permet aussi de savoir ce qui est arrivé aux protagonistes de L'Homme de marbre. Quelques scènes choquantes qui montrent l'absurdité et l'intolérance des dictatures comme celle empêchant Maciek Tomczyk de poursuivre ses ambitions artistiques, de l'émotion aussi. Un bon rendu aussi du journaliste qui mène l'enquête et qui est très partagé entre son bien-être et l'enthousiasme pour une nouvelle ère. Du cinéma intelligent.4 étoiles
    • AMCHI
      [img]http://images.tvbase.net/v2/14...[/img] Magnifique film polonais de Wajda qui bien que les cocos étaient toujours au pouvoir semble avoir bénéficié d'un instant de liberté lui permettant de réaliser un film très critique sur le pouvoir en Pologne. Une histoire édifiante et passionnante qui se suit sans un seul instant d'ennui (je rappelle que L'Homme de marbre dure près de 2h30), L'Homme de marbre est construit comme une enquête pas dénué d'un certain suspense, un film au ton moderne comme sa musique. On s'attache aussi très fort aux personnages que ce soit Agnieszka et bien sur Mateusz Birkut, un homme naïf mais bon et qui est parfait pour servir le régime ; on a de la peine pour lui qui se rend compte que ce régime est loin d'être idéaliste. Des moments forts comme celle de l'incident de la brique brûlante. L'Homme de marbre devrait être diffusé dans les écoles. 4.5 étoiles
    • Plume231
      L'Homme de fer (1981) d'Andrzej Wajda [img]http://www.videocritiques.com/...[/img] Synopsis : Pendant les grèves des chantiers navals de Gdańsk au début des années 80, Maciej Tomczyk, un ouvrier marqué par la mort de son père, milite en faveur des droits sociaux. Le gouvernement communiste charge alors Winkel, un employé de la télévision d'État, d'infiltrer le mouvement et d'enquêter sur Maciek afin de le discréditer aux yeux de l'opinion publique. Au cours de son investigation, Winkel réalise qu'il est victime d'une manipulation... [img]http://img377.imageshack.us/im...[/img] Critique : Suite de l'excellent "L'Homme de marbre", à l'instar d'un Roberto Rossellini avec "Rome, ville ouverte" Andrzej Wajda s'attaque ici à une actualité plus que brûlante désirant en faire le véritable témoignage d'un tournant historique pour son pays et pour le Monde, et d'en retranscrire l'état d'esprit. Il est donc déplorable que dans la première heure et quart, l'ensemble vire dans l'académisme le plus plat, loin de la souplesse du précédent volet, et s'englue dans des tas de scènes inutiles qui donnent l'impression que le cinéaste ne sait pas où il va. Il est difficile de ne pas piquer du nez devant. Un sursaut survient heureusement au début de la deuxième moitié quand Wajda revient sur les terres de "L'Homme de marbre" avec la réapparition de l'énergique Krystyna Janda. Là on retrouve ce qui manquait cruellement au début à savoir la passion. L'ensemble arrive enfin à se faire captivant, fort et émouvant, avec en prime une apparition dans son propre rôle de Lech Wałęsa himself. L'esprit de solidarité des combattants de l'oppression communiste ne peut qu'ici toucher et fait de "L'Homme de fer" un très beau témoignage du début de la fin d'une époque. Note : 14/20 [img]http://www.cinemotions.com/dat...[/img]
    • Plume231
      test
    Voir les commentaires
    Back to Top