8 personnages de Darren Aronofsky
Alors que son "Noé" débarque en salles cette semaine, Darren Aronofsky brosse une nouvelle fois le portrait d'un homme tourmenté à la psychologie complexe. De "Requiem for a dream" à "Black Swan", retour sur 8 personnages qui ont marqué la carrière du réalisateur...

Noé  - Le petit dernier de la famille Aronofsky… est pourtant le plus vieux de tous, car son histoire existe depuis la nuit des temps. Un homme auquel Dieu lui-même ordonne de construire une arche pour sauver les espèces animales d’un déluge qui détruira l’humanité : bref, suffisamment de tourments pour donner une bonne matière au réalisateur. Surtout quand celui-ci s’appliquera à dresser un véritable portrait psychologique de Noé, dépeignant ses doutes, ses peurs et ses luttes intérieures.

Nina (Black Swan) - Danseuse de ballet depuis sa plus tendre enfance, Nina est encore une toute jeune fille dont l’innocence et la fraicheur se doublent d’un rêve : celui d’incarner la reine des cygnes dans le célèbre ballet de Tchaïkovski. Mais pour obtenir le rôle tant convoité, le cygne blan, qu’elle interprète à merveille, ne suffit pas. Il lui faut aussi entrer dans le personnage du cygne noir pour que sa prestation soit parfaite, quitte à se perdre elle-même. C’est son ambition, sa jalousie et le personnage de Lily qui la feront entrer au cœur de ce voyage schizophrénique.

Lily (Black Swan) - Si Nina respire candeur et fragilité, Lily, sa rivale pour le rôle de la reine des cygnes, inspire quant à elle assurance et sensualité. Sa liberté de mouvement sur scène et sa capacité à incarner le cygne noir font d’elle l’objet des convoitises de Nina, allant jusqu’à symboliser son propre côté ténébreux et la hanter sans répit dans sa quête de la perfection artistique.

Randy Robinson (The Wrestler) - A l’image de son interprète Mickey Rourke au moment où le film a été tourné, Randy Robinson alias "Le Bélier" a depuis longtemps vu passer son heure de gloire. Véritable star du catch à la fin des années 80, il en est désormais réduit à animer des salles de gym. Hanté par son succès passé et par son désir ardent de remonter sur le ring contre l’interdiction de ses médecins, il essaie tant bien que mal de se réconcilier avec sa fille. Mais les sirènes du catch résonnent décidément  bien fort…

Thomas (The Fountain) - Trois personnages en un, trois facettes d’un seul et même homme à trois époques différentes, mais une quête qui demeure à travers le temps. Qu’il se trouve dans l’Espagne du XVIème siècle, de nos jours ou en l’an 2500, Thomas n’aspire qu’à vivre avec la femme qu’il aime.

Harry (Requiem for a dream) - A travers les yeux aux pupilles dilatées de Harry Goldfarb, Darren Aronofsky nous dépeint une jeunesse désenchantée dans les rues de Brooklyn. Entre une mère qui ne vit que pour son écran de télévision et ses amis avec lesquels il passe tout son temps, Harry ne semble trouver d’échappatoire qu’à travers l’absorption d’héroïne. Ce rêve éveillé qu’il prolonge à outrance avec son meilleur ami Tyron et sa copine Marianne, il faudra pourtant bien s’en éveiller lorsqu’il se transformera en cauchemar.

Marianne (Requiem for a dream) - Petite-amie de Harry, Marianne partage également avec lui son addiction aux drogues dures. Leur amour, pur et innocent au départ, finira bien sûr par souffrir de leurs dérives. Cependant, si une fin macabre attend chacun des personnages du film au tournant, c’est un sort particulier que réserve le destin à la jeune fille, littéralement prête à tous les sacrifices pour se procurer sa dose d’amphétamines…

Max (Pi) - Entre théories mathématiques sur le monde qui l’entoure et atroces migraine, Max est le premier personnage marquant dans la filmographie de Darren Aronofsky. Aussi tourmenté que le seront ses successeurs, ce mathématicien cherche à percer le secret numérique du marché de la bourse, mais sombre rapidement dans une profonde paranoïa.

Commentaires

  • Smalpox

    Pi, c'était vraiment barré ...

  • Marine D.

    C'était mal barré x)

  • drzoidberg50

    Requiem for a Dream, quelle claque !

  • Marine D.

    Personnellement je trouve the wrestler et black swan mille fois mieux que requiem.