Interstellar, Paradise Lost... Découvrez les sorties de la semaine !
Anecdotes de tournage, notes d'intention, informations cinéphiles : chaque semaine, découvrez les coulisses des sorties cinéma.

Le saviez-vous ? La production d’Interstellar a débuté sous la houlette de la Paramount. Après l’adhésion de Nolan au projet, la Warner Bros, qui a produit et distribué tous les récents travaux du cinéaste, a fait des pieds et des mains pour récupérer le projet. Pour trouver un terrain d’entente, les deux magnats du cinéma ont fait un troc : en échange de la distribution d’Interstellar, Warner céda à Paramount les droits de financements du prochain volet de la saga horrifique Vendredi 13 et ceux d'une nouvelle adaptation de la série South Park.

Le saviez-vous ? Pour le metteur en scène de Paradise Lost Andrea Di Stefano, le déclic de passer derrière la caméra s’est fait lorsqu’un ami policier lui a raconté l’histoire d’un homme à qui Pablo Escobar avait confié la mission de cacher son trésor, avant d’ordonner son exécution : "C’est, je crois, le criminel le plus détesté et le plus adulé au monde dans des proportions quasi égales. Encore aujourd’hui en Colombie des gens prient pour lui, pensent qu’il était quelqu’un de bien, tandis qu’un grand nombre de personnes le considère comme un monstre. (…) J’ai donc vu une possibilité de structurer une histoire autour d’un personnage à la double personnalité et le fait que ce soit Pablo Escobar rendait le sujet encore plus excitant."

Le saviez-vous ? Une nouvelle amie, adaptation libre de l’œuvre de Ruth Rendell, est un projet que François Ozon avait depuis longtemps en tête. Il explique : "J’avais lu cette nouvelle à l’époque d’Une robe d’été, il y a une vingtaine d’années et j’en avais écrit une adaptation très fidèle pour un court métrage, mais je n’avais trouvé ni le financement, ni le casting idéal et j’avais donc abandonné ce projet."

Le saviez-vous ? Ce n’est autre que Mathieu Chedid qui a supervisé la bande originale de Bouboule. Le talentueux -M- a d’ailleurs écrit une chanson spécialement pour le film. Un titre écrit sur-mesure, dont voici le refrain : "J'm’appelle Bouboule, il faut que ça roule, j’ai le cœur en boule. J'm’appelle Bouboule, il faut que ça roule, sinon tout s’écroule. Quand j'ai les boules, m'appelle pas Bouboule."

Le saviez-vous ? Le réalisateur Yann Demange confie avoir eu comme références les films Guerriers de la nuit de Walter Hill et New York 1997 de John Carpenter. Il s'est également inspiré d'une scène de L'Armée des Ombres, celle où un collaborateur est exécuté : "Je voulais retrouver sa complexité psychologique, et ses nombreuses couches de lectures. Le principe de '71 a été de partir de cette scène et de l'élargir, d'en faire un macrocosme", raconte-t-il.

Le saviez-vous ? Comme le déclare l'un des deux réalisateurs de Grizzly Keith Scholey, l'ours Katmai ne présente "aucun impact négatif lié à l’activité humaine, les ours n’ont donc pas peur des hommes". Ainsi, l’équipe technique a pu se promener au milieu des ours, manger leur sandwich à trois mètres d'eux, sans que ceux-ci ne s’arrêtent de mener leur vie.

Le saviez-vous ? De l’autre côté du mur est adapté du roman de Julia Franck, "Lagerfeuer" (Feu de camp). Dans ce livre, l'auteure mêle son histoire familiale (très marquée par le nazisme, puis le fascisme en RDA) et la fiction, pour raconter le parcours d’Alice, dont le personnage est inspiré de sa grand-mère. Pour écrire ce roman, Julia a dû faire un grand travail de recherche, car son père est décédé avant de pouvoir lui raconter sa tragique histoire. Son roman répond à un questionnement sur l’identité pendant les guerres.

Historia del miedo (Histoire de la peur) de Benjamin Naishtat

Film Historia del miedo (Histoire de la peur)

Le saviez-vous ? Le réalisateur de Historia del miedo (Histoire de la peur) Benjamin Naishtat a écrit le scénario lorsqu'il vécut durant deux années à Lille, dans le nord de la France. Le réalisateur s’est imprégné des tensions sociales existantes, aussi bien dans la région du Nord-Pas-de-Calais qu’en Argentine pour créer la trame de son film.

Le saviez-vous ? L’élaboration de Steak (R)evolution a demandé un véritable travail d’enquête et de documentation. Le réalisateur a parcouru une vingtaine de pays et visité près de 200 restaurants, dont il a pu tester les viandes. Il est également allé à la rencontre de bouchers, fermiers, scientifiques, amateurs de viandes et même de végétariens, recueillant leurs témoignages et avis.

A girl at my door de July Jung

Film A girl at my door

Le saviez-vous ? C'est en sortant de l'université nationale des beaux-arts de Corée que July Jung a mis la première touche à ce qui sera A girl at my door. Son futur producteur, Lee Chang-dong, était en effet professeur dans cette fac et lui proposa de participer à un concours de scénario organisé en partenariat avec CJ Entertainment. Bien que la cinéaste fut sélectionnée parmi les cinq derniers finalistes, son scénario ne remporta pas la compétition. C'est à ce moment que Lee Chang-dong décida de le financer, considérant que s'il n'avait pas été choisi au concours, c'est que le script devait être fait de suite.

Commentaires

  • Cin?mangaeek

    Perso ce serra Grizzly !

  • choukoula

    Grosse semaine pour moi ! Pas mal de films me tentent : "Interstellar", "Paradise Lost", "Une nouvelle amie", "'71" et peut-être "Grizzly" par curiosité, n'ayant jamais vu aucun des films Disney nature.

    Il va falloir étaler sur plusieurs semaines ^^

  • scarface1972

    Bonne semaine : Interstellar (vu), vendredi Paradise Lost. Lundi soir, quand vient la nuit mais je voudrais voir aussi Romain Duris et 71.... J'ai pas le temps d'aller au boulot désolée chef^^